Tassin-la-Demi-Lune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tassin et Demi-lune (homonymie).
Tassin-la-Demi-Lune
L'horloge de Tassin-la-Demi-Lune
L'horloge de Tassin-la-Demi-Lune
Blason de Tassin-la-Demi-Lune
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Tassin-la-Demi-Lune
Intercommunalité Grand Lyon
Maire
Mandat
Pascal Charmot
2014-2020
Code postal 69160
Code commune 69244
Démographie
Gentilé Tassilunois[1]
Population
municipale
19 868 hab. (2011)
Densité 2 550 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 51″ N 4° 46′ 50″ E / 45.764167, 4.78055645° 45′ 51″ Nord 4° 46′ 50″ Est / 45.764167, 4.780556  
Altitude 225,2 m (min. : 186 m) (max. : 309 m)
Superficie 7,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tassin-la-Demi-Lune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tassin-la-Demi-Lune
Les « Trois-Renards » furent le terminus de la ligne 5 des tramways de l'OTL Lyonnais

Tassin-la-Demi-Lune est une commune française, limitrophe de Lyon, située dans le département du Rhône et la région Rhône-Alpes. Elle est une banlieue à l'ouest de Lyon. Ses habitants sont appelés les Tassilunois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Tassin-la-Demi-Lune est située en banlieue ouest de Lyon et fait partie de la communauté urbaine du Grand Lyon.

Elle est desservie par quatre gares, Écully-la-Demi-Lune, Tassin, Alaï et le Méridien. Plusieurs lignes fortes de bus relient la commune à la station de métro Gorge de Loup (ligne D) : lignes C21, C24 et C24E, ainsi que les lignes 14, 72, 73 et 73E, 86 et 98. Les lignes 5 et 55 desservent également la commune en direction d'autres stations de métro.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Agrippa fit ouvrir, dès l'an 19 a. J-C, quatre voies romaines à partir de Lugdunum, qui partaient respectivement en direction de l'Aquitaine, du Rhin, de La Manche et de la Narbonnaise. La voie d'Aquitaine, partant de la place de Trion à Saint-Just, passait au Point-du-Jour puis à l’Étoile d'Alaï où elle traversait alors la commune de Tassin-la-Demi-Lune[M 1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La première mention de Tassin date de 980, où le bourg figure dans une liste de paroisses dépendant de l'Archevêque de Lyon. En 1076 un traité est signé au château de Tassin entre l'Archevêque de Lyon Humbert et le comte de Forez Arthaud II qui renonce alors à sa domination sur la région lyonnaise[2],[Note 1]. Roland de Tacins vend sa seigneurie de Tassin aux chanoines de Lyon en 1291[M 2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Tassin-la-Demi-Lune (Rhône).svg

Les armes de la commune de Tassin-la-Demi-Lune se blasonnent ainsi :
D'or aux trois bandes d'azur, à l'horloge du lieu du champ brochant sur le tout, adextrée en chef d'une étoile du même chargeant la deuxième bande et senestrée d'un croissant tourné aussi d'or chargeant la première bande, au chef aussi d'azur chargé de trois roses d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1894 1896 Emile Lachize (Dr)    
1896 1900 Alphonse Rieussec (Dr)    
1900 1903 Emile Lachize (Dr)    
1903 1908 Etienne Marin    
1908 1930 Hippolyte Péragut    
1930 1935 Pierre Vauboin    
1935 1944 Édouard Ruelle    
septembre 1944 octobre 1947 Joseph Huissoud    
octobre 1947 juillet 1952 Pierre Audras    
octobre 1952 mars 1971 Joseph Huissoud    
mars 1971 avril 1992 Georges Perret UDF-CDS Conseiller général du canton de Tassin-la-Demi-Lune (1985-2001)
avril 1992 mars 2004 Alain Imbert RPR puis UMP  
avril 2004 avril 2014 Jean-Claude Desseigne UDI Vice-président du Grand Lyon (2008-2014)
avril 2014 en cours Pascal Charmot UMP Conseiller général du canton de Tassin-la-Demi-Lune (en cours)

Conseiller communautaire du Grand Lyon (en cours)

Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 19 868 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
395 257 326 415 656 728 816 852 868
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
997 1 081 1 188 1 422 1 690 2 664 3 529 3 479 3 518
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 056 4 528 4 688 5 263 5 893 6 512 6 750 7 675 8 574
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
10 930 12 983 14 886 15 001 15 460 15 977 18 209 19 868 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Tassin-la-Demi-Lune est située dans l'académie de Lyon.

Établissements scolaires publics[modifier | modifier le code]

  • École maternelle Jacques-Prévert (12, avenue du Général-Leclerc).
  • École maternelle Demi-Lune (24, avenue Georges-Clemenceau).
  • École maternelle et élémentaire du Baraillon (8, chemin du Baraillon).
  • École élémentaire Leclerc (16, avenue du Général-Leclerc).
  • École élémentaire Berlier-Vincent (11 bis, avenue du Général-Leclerc).
  • Collège Jean-Jacques-Rousseau (27, rue François-Mermet).

Établissements scolaires privés[modifier | modifier le code]

  • École maternelle et élémentaire Vincent-Serre (13, avenue de la République).
  • École maternelle et élémentaire Saint-Charles (59, avenue de la République).
  • Institution Saint-Joseph (7, rue du Lieutenant-Henri-Audras).
  • École maternelle et élémentaire Saint-Claude (62, avenue du 8-Mai-1945).
  • École maternelle et élémentaire nouvelle du Chapoly (18, chemin de la Chênaie).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

U.O.D.L (Union Olympique Demi-Lunoise)

L'U.O.D.L Tassin est une association omnisports fondée le 24 décembre 1909 sous le nom de U.S.D.L (Union Sportive Demi-Lunoise)

Neliza racing Team
L'association Neliza est domiciliée dans la commune depuis 1997 date de sa création. Son but est d'aider les jeunes à débuter dans le sport motocycliste par des conseils aussi bien techniques que dans la recherche de formules permettant d'accéder à moindre coût à la compétition. L'association participe à de nombreuses compétitions en France, notamment elle a participé à la Junior Cup entre 1997 et 2002 dans le cadre des coupes de France Promosport, puis aux coupes de France Promosport en catégorie 125 cm3. Enfin depuis 2007 elle engage une moto Honda 125CBR en championnat de France d'endurance moins de 25 cv (compétition organisée par la Fédération Française de Motocyclisme).

""Cycloteam69""

Le Cylcoteam69, club cycliste de la ville, est un club phare de la région lyonnaise et a toujours accueilli des sportifs de talent comme Nicolas Fritsch, Jacques Chavanon, Yann Perrin, Olivier Rouméas ou encore Eric Sauvètre. En 2013, le club a refait plusieurs étapes du Tour de France 1903, notamment celle reliant Lyon à Marseille.

  • Gymnase des Coquelicots – Impasse des Coquelicots
  • Complexe Aquavert – 1, Chemin des Cytises
  • Stade du Sauze – 58 bis, avenue du 11 Novembre
  • Gymnase des Genetières – 1, rue des Cosmos
  • Gymnase des Croisettes – 1, avenue. Mathieu Misery
  • Stade Bouliste – 24, rue des Cerisiers
  • Stade René Dubot – Avenue Mathieu Misery

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Carte postale ancienne montrant le carrefour de la Demi-Lune avec son horloge récemment érigée, au pied de laquelle se trouve une station du tramway de l'OTL
La place de la Demi-Lune, avec son horloge alors récemment érigée. On voit également l'emplacement de la station de la ligne 5 du tramway de l'OTL
  • L'Horloge qui orne le centre du fameux « point de croisement » en demi-lune des routes royales. Inaugurée le 5 avril 1908 en présence d'Édouard Herriot, elle est construite d'après les plans de MM. Robert et Chollat, jeunes architectes lyonnais et du sculpteur Pierre Devaux, elle se trouve donc place Vauboin. Elle a été rénovée en 2003. En 2007, pour le centenaire de la pose de sa première pierre, l'horloge a été « inaugurée » une seconde fois en présence de Gérard Collomb maire de Lyon et président du Grand Lyon. De même ce centenaire a permis de faire reconnaitre et inscrire l'Horloge dans l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques[5].
  • Le château fort dont il est question plus haut est actuellement à l'état de « ruines ». Il n'en reste en effet qu'un mur d'enceinte dans la montée des Roches, une rue du bourg.
  • La ville de Tassin-la-Demi-Lune possédait autrefois un château de 1258 nommé château de Grange blanche qui fut en partie détruit pour percer l'actuelle avenue Gambetta. Les ailes du château transformées en maisons indépendantes sont aujourd'hui encore visible.
  • Le clocher de l'église autour de laquelle s'organisait le village de Tassin est encore conservé dans la propriété du prieuré. Il est donc encore visible dans le bourg de Tassin plus précisément à la place de Tassin, près de l'actuelle église Saint-Claude.
  • L'église Saint-Claude a été édifiée entre 1866 et 1868 par l'architecte Clair Tisseur. Une remise à neuf de la façade principale a lieu en 2007. Enfin, en 2011, la façade nord fait l'objet d'importants travaux, cependant que le parvis est entièrement refait.
  • Les vestiges de l'aqueduc de la Brévenne[6] du Rampant de fuite du siphon des Massues.
  • L'église moderne Saint-Joseph, construite en 1971 par les architectes Grimal, Mermet et Sabatier. Ses immenses baies vitrées laissent entrer la lumière et la vision de la verdure omniprésente à l'extérieur.

Hébergement hôtelier[modifier | modifier le code]

  • Hôtel Première Classe Lyon Ouest Tassin – 12 chemin de Montribloud
  • Holiday Inn Lyon Vaise – 13 Quater av Victor Hugo
  • Hôtel Restaurant Campanile Lyon Ouest Tassin – 12 rue Montribloud
  • ResidHotel – 11, avenue Victor Hugo
  • Hôtel La Beaujolais – 36 avenue de la République
  • Chambres d'hôte L'Orangerie – 101 route de Paris
  • Chambres d'hôte Deumeure & Dépendance – 27 avenue Général Brosset

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Tassin-la-Demi-Lune bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[7].

Les parcs et les squares :

  • Parc de la Pomme – chemin de la Pomme
  • Jardins de l'Hôtel de ville – avenue Charles de Gaulle, avenue Leclerc
  • Parc de la Vernique – chemin de la Vernique
  • Parc de l’Orangerie – rue de Belgique
  • Parc Beauséjour – 163, rue Charles de Gaulle
  • Parc des Beaux Ombrages – rue professeur Depéret
  • Square – rue Joliot Curie
  • Parc de L’Atrium – 35, avenue du 8 mai 1945

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Rémy Méjat indique 1083 avec comme signataires Humbert et Arthaud IV
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. Michel Rubellin, Église et société chrétienne d'Agobard à Valdès, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Collection d'histoire et d'archéologie médiévales » (no 10),‎ 2003, 550 p. (ISBN 2-7297-0712-3, notice BnF no FRBNF39073998), p. 374
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  5. « L'Horloge », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « L’aqueduc de la Brévenne », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  8. « WORLD KARATE FEDERATION CHAMPIONSHIP RESULTS », sur wkf-registration.net (consulté le 27 novembre 2012)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Rémy Méjat, TASSIN-LA-DEMI-LUNE : Son histoire, Son terroir, Ses habitants, Editions HORVATH,‎ 1984, 267 p. (ISBN 27171-0297-3)
  1. p. 37
  2. p. 46

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]