Châtonnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chatonnay (homonymie).
Châtonnay
Image illustrative de l'article Châtonnay
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Canton Saint-Jean-de-Bournay
Intercommunalité Communauté de communes de la région Saint-Jeannaise
Maire
Mandat
Guy Servet
2014-2020
Code postal 38440
Code commune 38094
Démographie
Population
municipale
1 923 hab. (2011)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 12″ N 5° 12′ 28″ E / 45.4866666667, 5.20777777778 ()45° 29′ 12″ Nord 5° 12′ 28″ Est / 45.4866666667, 5.20777777778 ()  
Altitude 452 m (min. : 424 m) (max. : 615 m)
Superficie 31,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Châtonnay

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Châtonnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtonnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtonnay
Liens
Site web chatonnay38.fr

Châtonnay est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Châtonnay est une commune du Nord Isère, de la région des Terres Froides. Le village s'étend dans le vallon de la Bielle, en bordure Nord de la Forêt de Bonnevaux. Le bourg est à une altitude de 450 m et le point culminant dépasse de peu les 600 m, près du hameau des Effeuillers. La vallée de Chatonnay est d'origine glaciaire. Son sous-sol est argilo-caillouteux. Ce terrain est propice à la création d'étangs, le territoire en compte une centaine, essentiellement créés par l'homme. La forêt de Bonnevaux est classée Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (Znieff). La commune vient d'en acquérir, en 2008, 143 ha (qui appartenaient auparavant à la Caisse d'Epargne) et met en place un projet de gestion forestier[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Châtonnay a été fondée en 1267, appelée à l'origine Chastenay, ce qui signifie « riche ville ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Gilbert Cecillon    
mars 2008   Guy Servet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 923 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 128 2 505 2 608 2 981 3 011 3 034 3 056 3 203 3 068
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 713 2 728 2 168 2 122 2 122 1 977 1 938 1 875 1 826
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 818 1 617 1 580 1 453 1 457 1 450 1 381 1 304 1 189
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 151 1 056 1 096 1 220 1 341 1 424 1 663 1 716 1 813
2011 - - - - - - - -
1 923 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Tour du calvaire -
  • Maison forte Jocteur-Monrozier - Maison forte de Miribel - Maison forte de Cazeneuve -
  • Mairie (ancien château du Dôme - voir drapeau bicentenaire, datant de l'époque de la Révolution Française) - Chapelle de St Hugon -
  • Église paroissiale -
  • Motte castrale de Chateauvieux
Le château est cité depuis le XI siècle. Sur le site s'érige la tour du calvaire.
  • Motte castrale du Calvaire
  • Place de la Gare - qui fut l'ancienne gare de la ville.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Gabet, fut un important personnage du Moyen Âge. Ce juge viennois, né à Châtonnay, résidait dans une grosse bâtisse de la paroisse d'Estrablin que l'on appela depuis Gabetière. Protestant engagé, Gabet fut impliqué dans les guerres de religion du XVIe siècle. En effet, après avoir pris une part active à la Conjuration d'Amboise, Gabet fit célébrer, dans sa maison de Vienne, le premier prêche protestant de la région viennoise (janvier 1562). Il sera finalement abattu par les catholiques lorsque ceux-ci vinrent soustraire Vienne aux protestants.
  • L'abbé Jean Berthier (1840-1908), fondateur de la congrégation religieuse des Missionnaires de la Sainte-Famille en 1895. Prédicateur et écrivain, il est originaire de Châtonnay.
  • Le chanoine Pierre Cavard, né à Givors le 2 avril 1889, mais originaire de Châtonnay, historien et spécialiste de l'histoire de Vienne ("Vienne la sainte") mort le 21 février 1869 à Vinay.

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Le Mollard (Haut et bas)
  • La Vollandière
  • Le Ginet
  • St Christophe
  • Badinières
  • La Bâtie

Enseignement[modifier | modifier le code]

Châtonnay possède une école de maternelles et de primaires (petites sections aux CM2). Les élèves sont dispersés au collège de St Jean de Bournay (public), ou de la Côte Saint André (privé).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]