Maison des jeunes et de la culture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison des jeunes (homonymie).
Palais de la créativité des enfants et des jeunes en Russie, ville Togliatti. L'ancien Palais des pionniers.

Les Maisons des jeunes et de la culture, appellation généralement abrégée en MJC, sont des structures associatives, principalement en France. Il en existe aussi en Belgique et au Québec. En URSS et dans les anciens pays satellites, les structures du même genre ont été nommés les « Palais des pionniers » et étaient étroitement soumises à la doctrine officielle du parti communiste.

Histoire[modifier | modifier le code]

En France, la FFMJC (Fédération Française des Maisons des Jeunes et de la Culture) a été créée en 1948 à l'initiative d'André Philip suite à la « République des jeunes », mouvement issu de la Résistance de 1944. La « République des jeunes » s'appuyait elle-même sur les premières structures créées par le gouvernement de Vichy pendant la guerre, qui avait lui-même repris les idées de Léo Lagrange durant le Front populaire.

« Nous voudrions qu'après quelques années une maison d’école au moins dans chaque ville ou village soit devenue une maison de la culture, une maison de la jeune France, un foyer de la nation, de quelque nom qu'on désire la nommer, où les hommes ne cesseront plus d’aller, sûrs d’y trouver un cinéma, des spectacles, une bibliothèque, des journaux, des revues, des livres, de la joie et de la lumière. »

— Direction des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire – circulaire du 13 novembre 1944

Les MJC ont pour objectif la responsabilisation et l'autonomie des citoyens. Elles ont la capacité à réunir et à mettre en mouvement des citoyens et à développer des initiatives nouvelles et innovantes. Elles veulent lier jeunesse et culture dans une perspective d'éducation populaire.

Ces structures, associatives, souvent liées par des Conventions pluriannuelles d'objectifs et de Moyens aux collectivités territoriales, existent essentiellement en France Métropolitaine, dans les DOM et certains pays francophones. Elles sont, en France, rattachées au Ministère de la Jeunesse et des Sports.

Il existe deux fédérations nationales qui regroupent une partie des MJC de France : la Confédération des maisons des jeunes et de la culture de France (CMJCF)[1] et la Fédération française des maisons des jeunes et de la culture (FFMJC)[2].

Christian Maurel découpe l'histoire des MJC en quatre périodes[3] :

  • le temps des fondations des MJC : 1907-1947 et 1948-1958 ;
  • l’essor, la maturation, le développement : 1959-1983 ;
  • la transformation des rapports aux collectivités : 1984-2008 ;
  • les MJC dans l’avenir à partir de 2008…

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Besse, Les maisons des jeunes et de la culture, 1959-1981, de l'été des blousons noirs à l'été des Minguettes, PUR, 2008.
  • Nathalie Boulbès, MJC, un demi-siècle d'histoire, INJEP, 2003.
  • Christian Maurel, Les MJC en France depuis la Libération. Genèse et enjeux, thèse de sociologie, EHESS, 1992.
  • A.George et J. Pierson, Des taudis au palais. Histoire d'une M.J.C. de Nancy, Éditions MJC Saint Epvre, 2007 (ISBN 978-2-7466-018-8[à vérifier : ISBN invalide])

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]