Fiat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 01′ 57″ N 7° 40′ 01″ E / 45.03258, 7.666934 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fiat (homonymie).

FIAT S.p.A.

Description de l'image  Fiat.png.
Création 1899
Fondateurs Drapeau : Italie Giovanni Agnelli
Personnages clés Gianni Agnelli
Forme juridique SA
Slogan « Fabricant d'optimisme »
Siège social Drapeau d'Italie Turin (Italie)
Direction Drapeau : Italie John Elkann (PDT)
Drapeau : Italie Sergio Marchionne (DG)
Actionnaires Exor Drapeau de l'Italie Italie
Activité Fabrication et vente de véhicules
Produits Véhicules particuliers et utilitaires
Filiales Fiat Chrysler Automobiles
CNH Industrial
Effectif 225.587
Site web www.fiat.com
Chiffre d’affaires 86.816 Mds € (2013)
en augmentation + 3,0 %
Résultat net 1,9 Mds € (2013)
en augmentation + 50%
Ancien logo du Groupe Fiat

FIAT, acronyme de Fabbrica Italiana Automobili Torino ou en français Usine italienne d'automobiles de Turin, est un constructeur automobile italien, basé au Lingotto à Turin. La FIAT a été créée le 11 juillet 1899 au Palazzo Bricherasio par 30 actionnaires, dont un certain Giovanni Agnelli. Le constructeur a multiplié sa production par 8 en cinq ans lors des années magiques de l'automobile italienne, devenant à lui seul le symbole du "miracle économique italien".

Logo Automobiles Fiat

Le texte qui suit concerne la Holding Fiat Group. Pour la société des automobiles Fiat, récemment rebaptisée, voir Fiat Chrysler Automobiles - FCA.

Fin 2010, Fiat est détenue à hauteur de 30,5 % par Exor S.p.A, différents investisseurs institutionnels en possèdent 41,5 %, 3,5 % sont détenus en auto-contrôle par Fiat elle-même, et elle a un flottant de 24,5 % à la Bourse de Milan[1]. L'actionnaire principal Exor S.p.A est une holding elle-même détenue à 51,2 % par la famille Agnelli, descendante du fondateur. Le président de Fiat est John Elkann, petit-fils de Gianni Agnelli, et le directeur général est Sergio Marchionne[1].

Logo Fiat Chrysler Automobiles

En juin 2009, Fiat devient le principal actionnaire de l'américain Chrysler. Fiat Group consolide le bilan de Chrysler dans ses comptes depuis le 1er juin 2011. En juin 2012, cette participation s'élève à 61,8 %. Elle est portée à 100% le 1er janvier 2014 [2]. Fiat Group Automobiles devient alors Fiat Chrysler Automobiles.

En septembre 2010, Fiat décide de se scinder en deux entités distinctes : d'une part les activités automobiles de l'ancien groupe, et d'autre part les véhicules utilitaires, machines agricoles et engins de chantier. Chaque actionnaire de l'ancien groupe reçoit, le 3 janvier 2011, 1 action de chacun des deux nouveaux groupes pour chaque action de l'ancien groupe détenue. À la suite du rachat de Chrysler, en janvier 2014, le groupe est restructuré de la manière suivante :

Fiat Chrysler Automobiles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fiat Chrysler Automobiles.

Depuis le 1er janvier 2011, Fiat Group Automobiles, devenu Fiat Chrysler Automobiles, est recentré sur les activités automobiles. Elle possède 7 filiales, provenant d'une part de Fiat Group Automobiles (100 %, marques Fiat, Lancia, Alfa Romeo, Abarth), Maserati (100 %), Ferrari (90 %), Fiat Professional et d'autre part de Chrysler ( Chrysler, Dodge et Jeep). Elle possède également les équipements automobiles Magneti Marelli (100 %), Fiat Powertrain Technologies (100 %), Teksid (84,8 %), et le fabricant de machines-outils pour l'automobile Comau (100 %)[5].

Fiat Group Automobiles[modifier | modifier le code]

Fiat Group Automobiles a réalisé un chiffre d'affaires de 27,9 milliards d'euros en 2010, avec 57 611 collaborateurs. Ses ventes se sont élevées à 1 165 000 véhicules en Europe dont 625 000 en Italie et 120 000 en France, son deuxième marché européen. À 761 000 véhicules au Brésil, où Fiat est leader avec 22,8 % de parts de marché. Et à 154 000 véhicules dans le reste du monde : en Argentine avec 10,4 % de parts de marché, en Turquie avec 14,6 % de parts de marché. Soit au total 2,08 millions de véhicules vendus à travers le monde[1]. Fiat Professional est spécialiste des véhicules utilitaires légers.

Maserati a vendu en 2010 5 675 voitures, en hausse de 26,4 %, dont 1 964 GranCabrio, 2 259 GranTurismo et 1 452 Quattroporte, pour un chiffre d'affaires de 586 millions d'euros et avec 696 collaborateurs. Les principaux marchés de Maserati sont les États-Unis, l'Italie, le Royaume-Uni et la Chine[1].

Ferrari a vendu en 2010 6 461 voitures, avec les modèles California, 458 Italia, les séries limitées 599 GTO et SA Aperta. Ferrari a réalisé un chiffre d'affaires de 1,9 milliard d'euros et emploie fin 2010 2 721 collaborateurs[1].

Les équipements automobiles Magneti Marelli ont représenté 5,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2010, dans les domaines de l'éclairage (1,6 milliard d'euros de chiffre d'affaires), contrôle moteur (électronique de contrôle, pompes à injection... pour 967 millions d'euros), systèmes de suspension (583 millions), pare-chocs (400 millions), systèmes électroniques (623 millions), systèmes d'échappement (614 millions), composants et modules en plastique (500 millions)[1].

Fiat Powertrain produit des moteurs et des boites de vitesse pour automobiles et véhicules utilitaires légers. Son chiffre d'affaires 2010 s'élève à 4,2 milliards d'euros[1].

Teksid fabrique des pièces métalliques (fonte, magnésium, aluminium) pour les moteurs, avec un chiffre d'affaires 2010 de 776 millions d'euros[1].

Comau fabrique des machine-outils pour les constructeurs automobiles, avec un chiffre d'affaires 2010 de 1,02 milliard d'euros[1].

Fiat possède depuis 2008, 70 % du constructeur serbe Zastava.

La répartition géographique des activités de Fiat Group sont en 2010[1] :

Fiat Group
Zone Géographique Chiffre d'affaires Collaborateurs Usines Centres de R&D
Italie 27,3 % 45,8 % 44 30
Europe hors Italie 33,0 % 17,9 % 29 13
Amérique du Nord 3,1 % 1,2 % 6 3
Mercosur 27,9 % 28,7 % 18 5
Reste du Monde 8,7 % 6,4 % 16 7

Les différentes filiales de Fiat Group Automobiles dans le monde :

Fiat Group possède également des participations dans les médias :

Rachat de Chrysler[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chrysler.

En avril 2009, Chrysler se déclare en faillite et se place sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Chrysler dépend alors d'un marché américain sinistré par la crise économique de 2008, d'une gamme vieillissante et gourmande en carburant ; ses ventes dépassent à peine 1 million de véhicules. L'État fédéral américain apporte alors 6 milliards de dollars pour permettre au troisième constructeur américain de poursuivre son activité. Le P-DG de Fiat, Sergio Marchionne, parvient alors à négocier un accord avec les créanciers de Chrysler, l'État américain et l'État canadien, selon lequel Fiat obtient immédiatement 20 % du capital du constructeur américain en faillite ainsi que sa direction opérationnelle, en échange de l'apport de sa technologie et de nouveaux modèles. Aux termes de l'accord, Fiat acquerra également gratuitement 3 tranches supplémentaires de 5 % du capital de Chrysler en respectant des critères portant sur le rétablissement du constructeur américain. Et pourra finalement détenir la majorité du capital de Chrysler lorsque l'État fédéral américain sera intégralement remboursé. En juin 2009, Fiat acquiert 20 % de Chrysler[6].

En janvier 2011, à la suite de l'accord de juin 2009, Fiat porte sa part dans Chrysler à 25 %, puis en avril 2011 à 30 %. En mai 2011, Chrysler rembourse 7,5 milliards de dollars aux États américain et canadien, ce qui autorise Fiat à racheter 16 % supplémentaires de Chrysler pour 1,27 milliard de dollars[7]. En juillet 2011, Fiat rachète les dernières actions détenues par les États américain et canadien, soit 7,5 % du capital, pour 640 millions de dollars et devient majoritaire[8]. Enfin en janvier 2012, Fiat obtient la troisième et dernière tranche de 5 %, contre le démarrage de la production d'une voiture économe, consommant moins de 6 litres de carburant aux 100 kilomètres, basée sur un châssis Fiat (en fait le châssis de l'Alfa Romeo Giulietta), et produite dans l'usine de Belvidere dans l'Illinois. Il s'agit de la Dodge Dart, présentée au Salon de Détroit de janvier 2012. Fiat possède donc en janvier 2012 58,5 % du capital de Chrysler, le solde étant encore détenu par le fonds de pension VEBA du syndicat américain de l'automobile UAW.

L'association Fiat-Chrysler doit permettre aux deux groupes, l'un présent essentiellement aux États-Unis, l'autre en Europe et au Brésil, d'étendre leur présence géographique et de développer leur gamme. Ainsi, la Chrysler 300, dans sa seconde génération, sera commercialisée en Europe sous la marque Lancia (Lancia Thema) fin 2011, la Fiat 500 est produite et commercialisée aux États-Unis, un Crossover turbodiesel de 2 litres Fiat, le Fiat Freemont, est développé sur une base Dodge et commercialisé en Europe, une Jeep va être produite à Turin en 2013, et Alfa Romeo va bénéficier du réseau de concessionnaires Dodge pour revenir sur le marché américain.

Chrysler représente en 2010 42 milliards de dollars de chiffre d'affaires, 51.600 collaborateurs et des ventes de 1,5 million de véhicules. Le but affiché de Sergio Marchionne est d'atteindre 6 millions de véhicules vendus en rapprochant les deux groupes, contre 4 millions de ventes combinées en 2010[9]. Chrysler doit sortir 21 nouveaux modèles entre 2009 et 2014, dont 60 % conçus avec des châssis Fiat. Sur son principal marché, les États-Unis, les ventes de Chrysler ont augmenté de 16,5 % en 2010 et de 26 % en 2011.

Le 1er janvier 2014, Fiat annonce le rachat de 41,46 % des actions de Chrysler qu'il ne détenait pas encore pour 4,35 milliards de dollars[10] ; Rachat effectué à la fin du même mois[11]. Le groupe est renommé Fiat Chrysler Automobiles.

Composants et Systèmes de production[modifier | modifier le code]

Le secteur des composants et des systèmes de production est composé de quatre sociétés :

  • FPT-Fiat Powertrain Technologies regroupe toutes les activités relatives aux motopropulseurs du groupe Fiat : moteurs et boîtes de vitesses pour voitures, véhicules utilitaires légers, moyens et lourds, autobus, outillages industriels, industrie nautique de plaisance et professionnelle, générateurs de courant…
  • Magneti-Marelli conçoit et produit des systèmes et des composants à haute technologie pour des véhicules dans le domaine de l'éclairage avec Automotive Lighting, des systèmes électroniques, du contrôle moteur, des suspensions et des amortisseurs, des systèmes d'échappement déchargement, des sports motorisés. Elle opère également dans le domaine de la distribution de pièces de rechange au marché indépendant.
  • Teksid fournit des blocs moteurs, des culasses et autres composants en fonte ; composants pour transmissions, boîtes de vitesses et suspensions en fonte et culasses en aluminium,
  • Comau produit des systèmes d'automation industrielle (robotique) pour le secteur automobive et tous véhicules, comprenant ingénierie du produit et des process, gestion, fabrication, installation, mise en service et maintenance des installations de production.

Édition et communication[modifier | modifier le code]

Le groupe opère dans le domaine éditorial avec l'Éditrice La Stampa SpA et dans le secteur de la vente d'espaces publicitaires avec Publikompass SpA.

CNH Industrial[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : CNH Industrial, Fiat Industrial et CNH Global.

Créée en 1907, la division poids lourds Fiat V.I. a fabriqué et commercialisé sous son nom un nombre considérable de véhicules de tous types, camions légers, lourds, très lourds, militaires, spéciaux, et sa division Fiat Bus les bus et autobus.

Après le rachat de nombreux autres constructeurs en Italie et dans le monde, Fiat V.I. s'est hissé au second rang européen dans la spécialité.

C'est en 1975 que cette division qui se composait alors des marques Fiat V.I., Fiat-OM, Lancia V.I., Unic-Fiat et Magirus, se transforme en une seule marque et devient IVECO.

Crée en septembre 2010, Fiat Industrial regroupe les activités machines agricoles, engins de chantier, poids lourds, moteurs de bateaux et générateurs de l'ancien groupe Fiat. Ces activités ont été séparées de Fiat Group et cotées en Bourse le 3 janvier 2011. En 2013, Fiat Industrial fusionne avec sa filiale CNH Global pour devenir CNH Industrial.

Véhicules industriels[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Iveco.

Le secteur des véhicules industriels est représenté par le groupe IVECO qui conçoit, produit et commercialise une gamme complète :

Iveco offre en outre des services de financement au réseau de vente et de location.

La division Fiat V.I. eut des liens privilégiés avec un grand nombre d'autres constructeurs comme :

  • OM : Officine Meccaniche de Brescia - Constructeur Italien implanté à l'Est de Milan dont les productions spécifiques de camions de gamme moyenne ont été complètement intégrés dans la gamme Fiat. OM Tigrotto, OM Leoncino, Cerbiatto, Daino, et de gros tonnages, OM Titano utilisé en version chantier en configuration 8x4 également pour les transports exceptionnels.
  • SPA
  • Astra SpA

À l'étranger :

  • Ex Yougoslavie : Zastava. Création en 1955 avec le petit Fiat 621, puis les Fiat 615, OM Leoncino et Fiat 50 puis Iveco Fiat Daily, Fiat Zeta, Fiat Turbo Zeta,
  • Turquie : Otoyol : création en 1960 avec les fameux Fiat 682, Fiat 619 rebadgés Fiat 169, et toute la gamme Iveco depuis 1975. Arrêt des fabrications en mars 2007.
  • Argentine : Fiat 640, Fiat 682, Fiat 619, Fiat 697, IVECO TurboStar, IVECO EuroTech, IVECO EuroTrakker et la nouvelle gamme Iveco depuis 1975,
  • Brésil : depuis 1950 FNM. FNM acquis à l'origine une licence pour un camion légendaire Isotta Fraschini qui fut construit en 300 exemplaires en deux ans. Puis FNM se tourna vers Alfa Romeo, qui fabriquait également des camions à cette époque, pour le fameux Alfa Mille. Alfa Romeo acquis 30 % du capital de FNM que Fiat repris en 1970 après l'intégration d'Alfa Romeo dans son giron. Depuis, Fiat fabrique tous les modèles de sa gamme, devenue Iveco en 1975.
  • Nigeria : Fiat a toujours eu une très forte réputation et une clientèle fidèle en Afrique. Son très fameux Fiat 682 y est toujours en service plus de 35 ans après l'arrêt de sa fabrication, en Afrique même. Le Fiat 682 est surnommé "le Roi de l'Afrique" ! Iveco y construit ses modèles localement.
  • Tunisie : STIA est un petit constructeur qui assemble en CKD les modèles Daily, TurboZeta, IVECO Eurocargo, IVECO EuroTech et IVECO EuroTrakker, mais aussi des autobus et autocars Iveco.
  • Maroc : avec un carrossier partenaire local, Iveco assemble des bus urbains pour le Maghreb. Une récente commande de 800 Iveco EuroClass simples et articulés est en cours de fabrication.
  • Chine : Iveco et SAIC sont partenaires pour la fabrication de la gamme lourde Iveco pour le marché chinois des gros porteurs. Iveco à travers sa filaile chinoise NAVECO fabrique déjà sur place depuis 1990 la gamme Daily au rythme de 100 000 véhicules par an.
    • En coentreprise, Iveco construit en Chine une gamme de bus urbains, autobus et autocars de grand tourisme.
  • France :
    • après le rachat de Renault Bus et de Heuliez, Iveco-Irisbus reste le seul constructeur encore présent en France dans ce domaine.
    • Iveco avait intégré UNIC-FIAT lors de sa création en 1975, mais la fabrication a été arrêtée après qu'Iveco ait été exclu d'un appel d'offres de l'armée, car considéré comme étranger.
  • Allemagne : après le rachat de Magirus, Iveco construit ses camions de ligne lourds et des autobus.
  • Espagne : Pegaso-ENASA, a été intégré en 1990 au groupe IVECO. Constructeur réputé de véhicules industriels proposait une gamme étendue de camions, autocars et autobus.
  • Russie : URALAZ construit toute la gamme extra lourde Iveco sur la base des IVECO TurboStar et IVECO EuroTrakker,
  • Inde : coopération avec ASHOK et partenariat avec TATA,

Engins de travaux publics[modifier | modifier le code]

Regroupé au sein de CNH Industrial, le secteur des engins de travaux publics du groupe Fiat a subi quelques évolutions dans le temps.

Fiat a créé une division spécifique au lendemain de la Première Guerre mondiale sous le label FIAT. Puis se sont rapidement greffées les marques OM et SIMIT, constructeurs de pelles mécaniques, pour créer FIAT MMT.

Ce n'est qu'en 1974 que Fiat lança sa première grande coopération internationale en reprenant l'américain Allis Chalmers pour créer Fiat-Allis.

En 1986, Fiat conclut un accord de collaboration avec le japonais HITACHI dans le domaine des excavateurs de forte puissance et créa Fiat-Hitachi.

Durant cette période, Fiat MMT rachètera l'italien Benati et l'allemand O&K.

La coentreprise Fiat-Hitachi est dissoute en 2001, le japonais voulant reprendre son indépendance.

Fiat reprend alors l'autre grand constructeur japonais KOBELCO et l'intègre dans son groupe CNH Global, créé en 2002, avec la marque New Holland qui diffuse aujourd'hui l'ensemble des produits dans le monde.

Matériel agricole[modifier | modifier le code]

Connu sous les marques traditionnelles Fiat, OM, et en Europe, le Groupe FiatAgri a réuni ses marques associées comme Someca en France, pour former FiatGeotec.

Après le rachat de la division Ford agriculture et camions, les nouveaux produits de la gamme globale Fiat ont souvent été diffusés sous le label New Holland.

En 1999, Fiat Holding rachète le groupe américain Case Corp. et l'englobe dans sa gamme de matériels agricoles et travaux publics. En 2000, la marque globale du groupe Fiat dans le domaine devient CNH Global - Case New Holland.

Avec cette acquisition, toutes les anciennes marques ne sont plus commercialisées sauf sur certains marchés athypiques, comme l'Autriche où Steyr est restée la référence.

Le label CNH Industrial rassemble maintenant les divisions matériels agricoles et engins de travaux publics. Il regroupe les noms réputés qui ont marqué le monde de l'agriculture comme : FiatAgri, Someca, Laverda, Braud, Flexicoil, Ford, International Harvester, New Holland, Case, Claeys, Steyr et bien d'autres…

Histoire[modifier | modifier le code]

Constitution de la société[modifier | modifier le code]

Fiat 3½ HP produite en 1899.

L'acte de création de la « Società Anonima Fabbrica Italiana Automobili Torino » est signé le 11 juillet 1899 au Palazzo Bricherasio, à Turin, en Italie. On dénombre trente actionnaires, parmi les noms desquels figurent Ceirano, Faccioli, Felicenazzaro et Vincenzo Lancia pour un capital social de 800 000 lires. Parmi ces trente fondateurs se trouvent Ludovico Scarfiotti, qui sera le premier président du conseil d'administration, et Giovanni Agnelli, l'homme qui les a réunis. Giovanni Agnelli n'est ni un technicien, ni un financier, ni un spéculateur, mais un visionnaire et grâce à son dynamisme il prendra la direction de la société dès 1902.

Agnelli, qui était un homme d'action, a voulu très vite constituer une entreprise d'importance nationale, pour que la jeune Italie puisse refaire son retard industriel sur ses voisins français et allemands. L'idée d'Agnelli était de produire rapidement des automobiles « populaires », utilisables par le plus grand nombre, et il réussit à persuader un groupe de financiers turinois des perspectives intéressantes de la production automobile de ce type.

Dès le début, il renonce à l'élaboration d'un modèle original qui lui aurait fait perdre temps et argent, et se tourne par conséquent vers un modèle existant, conçu par Ceirano et Faccioli, qui en avaient déjà vendu quelques exemplaires. Les évènements qui suivent montrent bien la détermination et l'empressement d'Agnelli. La société Ceirano, déclarée le 23 octobre 1898, se définit clairement comme une « société pour la fabrication de prototypes automobiles » et dès le 20 mars 1899, l'ingénieur Faccioli dépose le brevet de sa voiture. À peine sa constitution entérinée, la nouvelle société Fiat rachète les actions et les brevets de la société Ceirano. Elle dispose alors d'un modèle viable, la Fiat 3½ HP, et de capitaux à peine entamés. De plus, elle sous-traite la fabrication des pièces à des entreprises expérimentées.

Épopée industrielle[modifier | modifier le code]

Vincenzo Lancia à bord d'une Fiat 50 HP en 1908.

Fiat inaugure sa première grande usine en 1900, au no 35 du Corso Dante à Turin. Sur une surface de 12 000 m2, 150 ouvriers produiront vingt-quatre automobiles durant cette année 1900. En 1902 la société commence à acquérir ses premières lettres de noblesse dans le sport automobile. Les neuf Fiat engagées sur le Tour d'Italie automobile franchissent toutes la ligne d'arrivée. Vincenzo Lancia remporte la course de côte Sassi-Superga au volant de la 24 HP Corsa, première voiture de compétition réalisée et présentée peu de temps avant par le constructeur, tandis que Giovanni Agnelli établit un nouveau record sur la Fiat 8 HP lors du second Tour d'Italie. Fiat commence alors à produire des camions, des autobus, des trams, des moteurs marins et aéronautiques et les exportations d'automobiles atteignent la France, la Grande-Bretagne, l'Autriche, l'Amérique et l'Australie.

Un des premiers tracteurs Fiat

En 1906, les effectifs de Fiat s'élèvent à 1 500 salariés, produisant 1 150 voitures, et l'entreprise entreprend ses premières acquisitions en achetant la société Ansaldi. Sur le plan sportif, Vincenzo Lancia remporte la Coppa d'Oro à Milan, tandis que Mathis s'adjuge la Targa d'Oro de la Coppa Herkomer au volant d'une 40 HP Corsa. C'est aussi à ce moment que les exportations commencent à décoller, jusqu'à représenter les deux tiers de la production. Fiat adopte une stratégie de croissance axée sur la mondialisation et conquiert des parts importantes sur des marchés porteurs, en particulier aux États-Unis, au point de créer la Fiat Motor Corporation en 1908 avec la construction d'une usine pour une fabrication locale.

Le constructeur commence à produire des modèles destinés à un usage spécifique, comme la Fiat Type 1 Fiacre, destinée au transport public - adoptée en particulier par les villes de New York, Paris et Londres - et qui sera produite à 1 600 exemplaires ; mais aussi des véhicules commerciaux, des moteurs pour la marine AIFO, des camions Fiat V.I., des trams Fiat Ferroviaria, les avions Fiat Avio, etc.

L'usine du Lingotto est un chef-d'œuvre dans l'application du fordisme.

Grande Guerre[modifier | modifier le code]

En 1910, six nouveaux modèles font leur apparition, la production augmente, se diversifie, et l'entreprise a besoin de nouveaux espaces : c’est en 1916 que débute la construction de l’usine du « Lingotto », la plus grande d'Europe pour l'époque, qui entrera en fonction en 1923. Au cours de ces années, la Fiat développe ses activités dans le secteur sidérurgique, ferroviaire et électrique. Une succursale est ouverte en Russie et la Zéro 12-15 HP est présentée, la première voiture équipée d’un moteur de cylindrée très réduite construite en série : plus de deux mille exemplaires. Les victoires sportives se multiplient par ailleurs : après le record de vitesse établi par la S 76, les automobiles Fiat triomphent dans le Grand Prix d'Amérique et dans la 500 Miles d'Indianapolis. La guerre oblige ensuite l'entreprise à convertir une partie de sa production aux besoins de la guerre, mais en 1919, à peine le conflit terminé, plusieurs nouveaux modèles de voitures sont lancés et Fiat présente le véhicule utilitaire 501, la 505, la 510 et le premier tracteur, le 702.

En 1916 débute donc la construction de l'usine du Lingotto, « lingot » de 500 mètres de long, à Turin, sous la direction de l'architecte Giacomo Mattè Trucco. Lorsque sa construction s'achève en 1922, c'est la plus grande et la plus moderne usine d'Europe et dès lors l'emblème de l'industrie automobile italienne. Le bâtiment, qui occupe cinq étages est absolument révolutionnaire et abrite sur son toit une piste d'essai futuriste. Ce bâtiment est un chef-d'œuvre dans l'application du fordisme : les pièces détachées arrivent au rez-de-chaussée et les voitures sont assemblées au fil des cinq étages, transportées par des ascenseurs, pour enfin être testées sur la piste ovale et inclinée qui occupe le toit.

À ce moment de son histoire, la firme turinoise est déjà le moteur de l'industrie italienne et sa production commence à se diversifier très largement (chemins de fer, aciéries, électricité, transports publics…), au point que durant la Première Guerre mondiale, elle produit camions et blindés, avions et moteurs, mais aussi armes et munitions, et même uniformes, bottes et sacs pour les soldats. Fiat met son industrie entière au service de l'effort de guerre et sort grandie de ce conflit. La société qui comptait 4 000 employés en 1914 en compte 40 000 en 1918.

Pendant toute cette décennie, Fiat travaille également sur les autres secteurs et, après la fourgonnette 1014, sort le camion 505 F et le biplan AL, le premier avion civil Fiat qui fait son baptême de l'air en 1922. Les nouveautés sont également importantes du côté de la société, avec la création de l’IFI (Institut Financier Industriel) et, en 1926, l’acquisition du quotidien La Stampa. De l'assistance sanitaire aux colonies de vacances pour les enfants des employés, les premières initiatives sociales en faveur des salariés sont mises en place.

Empire industriel[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, les camions et les véhicules industriels bénéficient d’un développement technologique considérable, tandis que l’aviation et le secteur ferroviaire se développent à grands pas. Cette décennie est marquée par une forte expansion à l'étranger : les voitures Fiat sont construites sur licence en France, en Espagne et en Pologne et les centres d'assistance et ateliers de réparation commencent à fleurir dans différents pays. Fiat est déjà un empire industriel d'envergure internationale. Le groupe possède des usines sur trois continents (Europe, Amérique latine et même Asie). C'est aussi à cette époque qu'il crée la marque Simca en France, Fiat-NSU devenue Fiat Neckar en Allemagne et plus tard Seat en Espagne. Cependant la politique d'autarcie de Mussolini force la société à revoir ses plans de développement à l'international et à se concentrer sur le marché domestique et les industries lourdes. Les secteurs aéronautique et ferroviaires, ainsi que les travaux publics, connaissent alors une forte croissance. Le slogan de Fiat est alors « Sur terre, sur mer et dans les airs ». Toutefois, la croissance perdure et à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les effectifs du groupe se montent à 55 000 employés.

En 1937 commence la construction de l'usine de Mirafiori, qui introduit les principes d'organisation industrielle les plus avancés de son temps et confirme l'orientation de la compagnie vers la production de masse. Sa construction s'achèvera en 1939, et le nouveau complexe industriel sera inauguré en présence de Mussolini. Fiat, qui construisit des chars (tel que le M14/41) avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, eut et conserva des contacts autant avec les nazis et les fascistes, qu'avec les alliés et la Résistance.

En 1945, le sénateur Giovanni Agnelli meurt, son fils Edoardo étant décédé dans un accident d'avion dix ans auparavant, c'est Vittorio Valletta qui assume la présidence de Fiat, en attendant que son petit-fils, Gianni Agnelli prenne les rênes en 1964.

Reconstruction et boom économique[modifier | modifier le code]

Le logo Fiat créé en 1968 devient l'élément d'identité de la marque durant 31 ans

Ce n'est qu'en 1948, et grâce à l'aide financière du plan Marshall, que la reconstruction des usines détruites pendant la guerre se termine. En 1950, la production retrouve son niveau d'avant guerre si bien que l'on parle de « miracle italien ». Vittorio Valletta poursuit la stratégie de croissance, d'acquisitions et de diversification lancée par Agnelli et les profits recommencent à croître et les effectifs à augmenter.

Dans les années du miracle économique italien, l'industrie automobile est un des principaux moteurs de développement : en 1949, on compte une voiture pour 96 habitants. En 1963, une voiture pour 11 habitants. En dix ans (1949-1959) les salariés de l'entreprise turinoise passent à 85 000 et la production d'automobiles est multipliée par six : de 71 000 à 425 000 unités par an. En 1953, Fiat présente la 1400, la première voiture diesel italienne, puis en 1955 la Fiat 600, l’utilitaire qui sera produite à plus de 4 millions d’exemplaires, et deux ans plus tard la nouvelle 500. Très admirées également, les voitures à hautes prestations, comme la 8V qui atteint les 200 kilomètres à l'heure et deux ans plus tard le prototype à turbine qui frise les 250 kilomètres à l'heure : une nouveauté absolue en Europe. Nombreuses sont également les nouveautés dans les autres secteurs : en 1951, le transatlantique Giulio Cesare entre en service avec un moteur Fiat et la même année le premier avion militaire italien à réaction, le G 80, est réalisé. En 1956, le chasseur tactique G 91 remporte le concours de l’OTAN et l'année suivante l’entreprise présente l'hélicoptère 7002. Fiat commence également à construire des engins de terrassement et multiplie par treize sa production de tracteurs : de quelque 1 800 à 22 600 exemplaires par an. Un nouveau modèle de camions entre en production, le 682 N, qui sera fabriqué pendant un quart de siècle.

En 1958, c'est le boom économique et la production augmente de façon impressionnante, tirée par la production d'automobiles et de machines agricoles. Les usines de Mirafiori doublent leur capacité : plus de 50 000 ouvriers y travaillent en deux postes et parfois trois. Le secteur automobile est le symbole du miracle économique italien, et Fiat, avec 85 % de la production du pays, joue un rôle de premier ordre. Le nombre d'ouvriers atteint un maximum de 230 000. C'est également à ce moment qu'est décidée la construction d'une seconde « méga-usine », celle de Rivalta di Torino, toujours près de Turin, inaugurée en 1968.

Fiat Ritmo

Après avoir aidé à la création du secteur automobile en Yougoslavie avec Zastava dans les années 1950, en Espagne avec Seat, Fiat est le principal collaborateur - concepteur et fournisseur - de VAZ (Lada) en Union soviétique à Togliattigrad. Il fournira également les licences de fabrication pour les 600 000 exemplaires Zigouli-Lada par an, copie des modèles Fiat 124 et Fiat 125. Les automobiles Fiat, notamment leur plate-forme, serviront de base à l'ensemble des constructeurs du camp socialiste, en particulier les constructeurs soviétiques ainsi que le polonais Fiat-Polski FSO, soit directement, soit indirectement par la collaboration de fabricants soviétiques utilisant les procédés et technologies Fiat.

Les années 1950 s’achèvent avec le doublement de la surface du site turinois de Mirafiori et l'ouverture de nouvelles usines à l'étranger, en Afrique du Sud, en Turquie, en Yougoslavie, en Argentine et au Mexique. La décennie suivante est caractérisée par une forte expansion de la Fiat : la production annuelle de voitures passe de 425 000 à plus de 1 700 000, et les ventes de tracteurs et d’engins de terrassement sont doublées. Le nombre de camions construits est multiplié par trois. Le nombre de salariés est, lui aussi, multiplié par deux et atteint les 158 000 unités en 10 ans. Une croissance obtenue grâce au succès de nombreux modèles : en 1964 apparaît la Fiat 850, suivie par la 124 et la 128, consacrées « Voiture de l'année » ; la première en 1967 et la deuxième en 1970. Fiat présente ensuite la 125 et la Dino coupé, dotée d’un moteur de dérivation Ferrari. L'expansion internationale de l'entreprise se poursuit : en 1966, elle construit l’usine russe Vaz, à Togliattigrad, pour construire 660 000 Ziguli par an (une voiture dérivée de la 124). Entre temps, Fiat développe également sa présence dans le sud de l’Italie, avec l’ouverture des usines de Termini Imerese, de Cassino, de Termoli, de Sulmona, de Vasto, de Bari, de Lecce et de Brindisi.

En 1966, Giovanni Agnelli, neveu du fondateur, devient président de la société. La même année, une société commune avec la holding d'État IRI est constituée : la Grandi Motori Trieste SpA pour la construction de très gros moteurs diesels pour équiper les plus gros navires civils et militaires et des turbines à gaz pour les centrales électriques.

La Fiat devient une holding[modifier | modifier le code]

Le boom économique est suivi par une période de fortes tensions sociales qui ont de lourdes répercussions sur l'activité de l'entreprise. Malgré les difficultés dues aux grèves et à l'occupation des usines, la Fiat présente la 127, la première voiture du groupe à traction avant, et la Lancia propose les modèles Beta, Stratos, Gamma et Delta. Les usines de Rivalta et de Cassino sont modernisées avec l'introduction du Robogate, un système automatisé d'assemblage inventé par Comau, une entreprise du groupe. De nouveaux sites sont ouverts en Italie et au Brésil. La société devient une holding grâce à la décentralisation de la gestion qui transforme Sections et Divisions en Sociétés autonomes : parmi celles-ci, Fiat Macchine Movimento Terra, Fiat Engineering, Iveco (née en 1975 de la fusion de cinq grandes marques européennes historiques) et Fiat Auto, qui regroupe les brands Fiat, Lancia et Autobianchi. Ferrari (acquise à 50 % en 1969) et Abarth (1971) rejoignent aussi le groupe. Les succès se multiplient, comme le premier vol du Tornado, l’avion de chasse coproduit par Fiat Avio, les victoires de Lancia et de Fiat au Championnat du monde des rallyes et celles de Ferrari au championnat du monde de Formule 1. À la fin des années 1970, Fiat achève son processus de réorganisation : aux côtés de Fiat Auto, Fiat Ferroviaria, Fiat Avio, Fiat Trattori, Fiat Veicoli Industriali, d’autres sociétés deviennent autonomes comme Fiat Engineering, Comau, Teksid, Magneti Marelli et Telettra.

Affirmation au niveau international[modifier | modifier le code]

Le "Pendolino"

Les années 1980 s'ouvrent avec le lancement d'une nouvelle voiture, dont l’héritière est encore aujourd'hui leader du segment de l'utilitaire : la Panda. Trois ans plus tard, à Cape Canaveral, Fiat présente la Uno qui adoptera en 1985 le moteur révolutionnaire Fire 1000. 1988 marque la naissance de la Fiat Tipo, vainqueur de la «Voiture de l'Année », suivie d'autres voitures à succès : Fiat Regata et Croma, Lancia Delta (1979), Thema et Y10, Alfa Romeo 164 (l'entreprise d'Arese est acquise en 1986), Ferrari GTO Testarossa, mais aussi des véhicules utilitaires comme le Fiorino et le Ducato. Beaucoup de records aussi dans les autres secteurs : Fiat Ferroviaria construit le train à haute vitesse ETR 450, plus connu en Italie sous le nom de « Pendolino », Telettra réalise la plus longue liaison mondiale à micro-ondes sur la mer, 360 kilomètres entre Arabie saoudite et Soudan, et le premier excavateur de 40 tonnes est produit.

1990-2004 : crise[modifier | modifier le code]

La Fiat Stilo est un échec commercial en Europe.

À partir des années 1990, les bénéfices de Fiat commencent à décliner, et ce malgré la présence de modèles populaires comme les Panda, Uno et Tipo. L'image de Fiat concernant sa fiabilité et sa finition, lui fait de plus en plus de tort face aux autres constructeurs: les ajustements parfois hasardeux et les plastiques bas de gamme choquent la clientèle quand le Groupe Volkswagen donne le la avec les lancements des troisièmes et quatrièmes générations de Golf en 1991 et en 1997. Cette réputation détourne peu à peu les clients et les ventes baissent après 1990, notamment en France où elles tombent de 150 000 à moins de 60 000 véhicules en 2000. De plus, Fiat, victime de son succès et par facilité, maintient des modèles au catalogue pour une durée allant au-delà du raisonnable : la Uno est produite de manière quasi inchangée de 1983 à 1997, tandis que la Panda fait encore pire, de 1980 à 2003, ce qui contribue à donner à la marque une image désuète dont elle se serait bien passée.

En ce qui concerne les véhicules industriels, Iveco renforce sa position au niveau européen avec l'introduction d'EuroTech, d'EuroStar et d'EuroCargo et établit des coentreprises en Inde et en Chine pour les véhicules légers Daily. Grâce à plusieurs acquisitions, le groupe Fiat conquiert le leadership dans le secteur des tracteurs, des machines agricoles et pour le bâtiment : 1999 voit la naissance de CNH de l'union de deux constructeurs avec des marques reconnues au niveau mondial, New Holland NV et Case Corporation. En juillet 1999, lorsque Fiat fête ses cent ans, le groupe est présent dans 60 pays avec presque 900 Sociétés. Il emploie 221 000 personnes.

Le groupe, toujours présidé par Gianni Agnelli alors âgé de 80 ans, est en grande difficulté. Les pertes n'ont jamais été aussi importantes, et les conseils d'administration se succèdent sans succès. La rumeur sur l'hypothèse d'un rachat par un concurrent est même avancée. En mars 2000, un accord en deux temps est signé. General Motors prend, dans un premier temps, 20 % du capital de la division Automobiles Fiat et Fiat Holding S.p.A. reçoit en échange 6 % de la totalité du groupe GM et en devient son premier actionnaire. La Fiat Stilo, lancée le 11 septembre 2001, malgré d'indéniables qualités est un échec commercial en Europe : son esthétique impersonnelle et trop germanisée (l'avant évoquant par exemple furieusement la Passat de l'époque), couplée à la réputation de Fiat lui fait se détourner la clientèle. En Amérique latine, en revanche, le modèle connait un petit succès, ce qui ne suffit pas malgré tout à considérer la Stilo comme une franche réussite. Enfin, sinistre ironie de l'Histoire, son lancement le jour des attentats du World Trade Center achèvera de lui donner une image de "voiture maudite".

En juin 2002, Fiat Auto, grevé par un endettement de 6,6 milliards d'euros, est obligé de faire appel aux banques pour soulager sa trésorerie. Un consortium de banques souscrit à 3 milliards d'euros en prenant une garantie sur une partie du capital et achète 51 % de la filiale de crédit Fidis. Parmi les autres mesures prises alors, Fiat Group dépose en garantie 34 % de Ferrari auprès du groupe financier Mediobanca contre 775 millions d'euros. L'affaire fait alors grand bruit.

Fiat Grande Punto - Auto Moto Show Katowice 2006.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le nouveau siècle est marqué par une phase de crise pour le secteur de l'automobile. Fiat met en place quelques alliances stratégiques, comme celle avec General Motors en 2000, qui se terminera cinq ans plus tard. Pour faire face aux difficultés, l'Entreprise lance de nouveaux modèles : Alfa Romeo propose la 147 qui, l'année suivante, sera élue « voiture de l'année », Lancia commercialise la Thesis, la nouvelle berline de luxe, et Fiat présente la Stilo. La concurrence demeure cependant rude. Pour Iveco, en revanche, 2002 est l'année du Stralis qui, un an plus tard est élu " Truck of the year ", et même CNH renforce sa position avec la vente de nouveaux produits. Mais c'est une phase difficile sur le plan économique et financier. Le 24 janvier 2003, Giovanni Agnelli disparaît et fin février son frère Umberto prend la présidence du groupe. Des choix sont faits : le groupe décide de se concentrer sur les secteurs automobiles et des moteurs, en vendant certaines activités, comme l'aviation et les assurances, qui n'étaient plus stratégiques. La gamme de voitures est renouvelée et enrichie : Fiat Auto procède au relooking de la Fiat Punto et commercialise les nouvelles Alfa 156 et Alfa 166, le monospace Fiat Idea, la compacte de luxe Lancia Ypsilon, le coupé sportif Alfa GT et la citadine Fiat Panda II, qui sera ensuite élue « Voiture de l'année 2004. » Pour les véhicules utilitaires, c'est le tour du nouvel Scudo, Ferrari présente la F 430, tandis que Maserati propose le coupé Gran Sport. CNH est aussi très active : entre 2000 et 2004, 97 % des machines agricoles et 85 % des engins de terrassement sont revus. Enfin, le moteur 1,3 Multijet 16 soupapes fait son apparition, petit turbodiesel compact qui s'adjugera le titre de « Moteur de l'année 2005. »

Transformation culturelle[modifier | modifier le code]

Après le décès de Gianni Agnelli en 2003, petit-fils du fondateur de Fiat, puis de son frère Umberto Agnelli en 2004, c'est Luca Cordero di Montezemolo, le président de Ferrari, qui est appelé à la présidence du groupe Fiat. Il s'entoure d'une nouvelle équipe dirigeante dont, John Elkann, vice-président et, à partir de juin 2004, Sergio Marchionne, directeur général qui va insuffler au groupe un nouvel élan et réorganiser totalement le management de Fiat Auto, la branche en difficulté du groupe. Malgré le succès de la nouvelle Panda, le nouveau directeur général impose une sévère restructuration, en remplaçant toute l'équipe dirigeante et en taillant dans les coûts, sans toucher aux effectifs, et en réorganisant la fabrication. Ce plan rigoureux de réduction des coûts et de relance industrielle est mis en place, qui permet en 2005 un retour aux bénéfices nets pour le groupe. L'excellente situation économique des dernières années a été confirmée par les résultats atteints en 2007 : le chiffre d'affaires a frôlé les 59 milliards d'euros. Une croissance qui s'est révélée homogène entre les différentes régions du monde et les différents secteurs d'activité. Tous y ont en effet contribué avec de nouveaux produits et de nouvelles solutions : l'Alfa Romeo 159 entre en scène, Lancia, pour les cent ans de l'entreprise, présente la New Ypsilon, tandis que de Maranello sort l'innovante 599 GTB Fiorano. Maserati fascine avec le coupé Gran Turismo. Iveco élargit son offre avec des véhicules à faible émission, propose le nouveau Daily et le nouveau Stralis. CNH s'adjuge le titre de " Tractor of the Year 2007 " avec le tracteur T 7000. Mais le symbole et l'emblème de la renaissance et de l'affirmation du groupe est la nouvelle " Cinquecento ", élue " voiture de l'année 2008 "

Cette gestion va rapidement porter ses fruits dès 2005 et stopper la lente descente aux enfers qu'avait connue Fiat Auto. En 2004, l'option de vente de Fiat concernant la branche automobile auprès de General Motors a été rompue, en contrepartie du versement par General Motors d'une indemnité de rupture de 1,55 milliard d'euros en cash plus la restitution de sa participation restante de 10 % dans Fiat Auto, permettant au groupe Fiat de reprendre 100 % de sa filiale automobile et de renouer très rapidement avec ses premiers bénéfices dès la même année.

Libre de ses agissements, Fiat Auto va rapidement passer des alliances industrielles partielles et ciblées. Fiat restructure et modernise rapidement ses lignes de produits et comme l'a admis Luca de Meo, le directeur de la marque, de générer de « l'argent avec une gamme étroite et peu d'investissements » car « il nous faut mettre les investissements sur les voitures qui font les gros volumes, plus de cent mille unités par an […] Fiat doit rester populaire mais redevenir moderne et design ».

La Fiat Grande Punto dans sa version sportive Abarth, au Motor Show Bologna 2007.

Cependant, la résurrection est basée sur la Fiat Grande Punto, dessinée par Giorgetto Giugiaro, pour laquelle sont enfin réhabilitées les valeurs et l'identité de la marque. Cette nouvelle génération de sa célèbre compacte, devient en quelques semaines le véhicule le plus vendu toutes catégories confondues en Europe depuis le début de l'année 2006. En avril 2006 débute la commercialisation du premier véritable 4x4 civil de la marque, la Fiat Sedici, conçu en partenariat avec Suzuki. En mai 2006, Fiat ouvre à Mirafiori près de Turin, la plus grande concession automobile du monde, regroupant tous les modèles du groupe Fiat soit : Fiat, Alfa Romeo, Lancia, Ferrari et Maserati.

Même si le succès actuel d'un seul modèle ne peut rien laisser présager pour l'avenir, les usines tournent désormais à plein régime et Fiat compte maintenir sa croissance des ventes au rythme actuel de 23 % en 2006, remontant de 6,4 % à plus de 9 % au palmarès européen et pronostiquant un bénéfice de 1 milliard d'euros pour l'année 2006, et comme l'a souligné Sergio Marchionne, Fiat est aujourd'hui redevenue un concurrent sérieux au niveau mondial. En Italie même où le groupe avait, avant les années 1980, 70 % de parts de marché, il est en 2006 repassé au-dessus de la barre des 31 %.

Avec ses premiers bénéfices, Fiat a fait valoir fin septembre 2006 une option de rachat, auprès de Mediobanca qui lui a permis de récupérer les 29 % de Ferrari cédés en 2002 pour environ 800 millions d'euros, portant ainsi son contrôle à 85 %. Les 5 % restants avaient été cédés par la banque au fonds d'investissements Mudabala de Dubaï. Piero Ferrari, le fils d'Enzo possède encore 10 % du groupe. Mi-juillet 2007, la capitalisation boursière du groupe encore moribond trois ans plus tôt est plus élevée (30 milliards d'euros) que celle cumulée de Ford et General Motors (27,5 milliards)[12].

Développement international[modifier | modifier le code]

L'année 2007 est une année très florissante avec l'arrivée de nombreux nouveaux modèles. Fiat en a annoncé vingt-trois d'ici à 2010. L'objectif du groupe Fiat est de construire dans le monde quatre millions de véhicules automobiles dès 2010.

Tout d'abord, en janvier 2007, la nouvelle Fiat Bravo est présentée officiellement à Rome. Avec une ligne bien plus gracieuse et italienne que la Stilo qu'elle remplace, elle est assez bien accueillie. Prévue pour une production de 120 000 exemplaires par an sur le site très robotisé de Cassino, la Bravo a déjà dépassé cet objectif, et contribue elle aussi à conforter l'image du constructeur. Au printemps 2007, au Salon de Genève, la nouvelle Fiat Linea, présentée en avant-première au Salon d'Istanbul en novembre 2006, est lancée sur les marchés émergents comme la Turquie, le Brésil, l'Argentine, l'Inde et la Russie, dans ces pays mêmes où elle sera fabriquée. Ce modèle, ressemblant à une Grande Punto avec coffre est également commercialisée en Europe (Allemagne et Espagne) dès 2008. Ce n'est pas un modèle low cost.

Puis le 4 juillet 2007, 50 ans après jour pour jour, est apparue la Fiat 500 II, une voiture suivant la tendance néorétro initiée par la New Beetle et ensuite la Mini, évoquant la mythique Fiat 500 de 1957, mais à des tarifs relativement accessibles. Avant même son lancement, 50 000 commandes avaient été passées dans le réseau, et ce juste pour la France et l'Italie. Après à peine un an, Fiat a reçu 250 000 commandes alors que la production, augmentée à trois reprises, plafonne à 190 000 exemplaires/an sur le site polonais de Tychy où sont également produites la Panda et la seconde génération de Ford Ka.

En 2008, Fiat achète 70 % du constructeur serbe Zastava pour y produire des véhicules à bas coûts[13]. La ville serbe de Kragujevac est un important centre de production automobile, déjà à l'époque yougoslave avec Zastava. En septembre 2008, Fiat a investi 700 millions d'euros et le gouvernement de la Serbie 200 millions d'euros dans la rénovation de l'usine Zastava. Le « monstre industriel » issu de ses investissement produira 300 000 véhicules (individuel, Fiat classe A et B, mais aussi car et camion Iveco) par an à destination de la Serbie pour seulement 10 %. Le reste de la production sera destiné à l'exportation dans l'UE et surtout en Russie, avec laquelle la Serbie a signé des accords de suppression des taxes de douane[14].

Le 10 juin 2009, le groupe prend 20 % du capital de Chrysler en échange d'accords de coopération technique et commerciale. Fiat envisageait de porter ensuite sa participation à 35 %, puis à 51 % dès lors que Chrysler aurait remboursé la totalité des prêts fédéraux qui lui ont été accordés, soit 6 milliards de dollars[15]. En juillet 2011, Fiat est monté à 53,5 % du groupe Chrysler et se prépare à monter jusqu'à 58 %[16].

Depuis le 1er juillet 2010, le groupe Fiat dispose à nouveau d'un espace d'exposition sur les Champs-Élysées dénommé MotorVillage[17]

En octobre 2013, Fiat rachète la participation de General Motors dans le fabricant de moteurs diesels VM Motori et en devient le seul actionnaire[18].

Début janvier 2014, Fiat acquiert 41,46 % des actions de Chrysler qu'il ne détenait pas encore pour 4,35 milliards de dollars[10].

Modèles[modifier | modifier le code]

Automobiles[modifier | modifier le code]

Comme pour tous les constructeurs dans le monde, les modèles du début du siècle étaient baptisés du nombre de chevaux de puissance du moteur. À partir de 1910, Fiat utilise la formule « Type 1 », « Type 2 », etc., mais en 1920, Fiat réorganise l'ensemble de ses productions et choisit de donner des codes internes à ses produits. Dès lors apparaît la Fiat 501 en 1921. Le 5 étant le code de la division automobile, le 6 revenant aux véhicules industriels camions et autobus, le 7 aux tracteurs agricoles, le 1 lui étant réservé à la division moteurs. À partir de 1936, l'appellation des voitures reprend la valeur de la cylindrée, alors que le code produit reste sur la base 500.

C'est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que Fiat élabore un plan de nouveaux modèles et change ses noms de code en prenant le 1 pour les voitures, le 2 pour les véhicules industriels légers Fiat Professional, le 3 pour les autocars de ligne et de luxe Fiat Bus, le 4 pour les bus urbains, le 5 pour les autobus interurbains, le 6 restant pour les camions Fiat V.I., le 7 pour le matériel agricole et de travaux publics Fiat Geotech, le 8 attribué à Lancia et le 9 à Alfa Romeo. C'est ainsi que la Fiat 600 porte le nom de code VIN : ZFA100.

En 1966, avec l'arrivée de Gianni Agnelli aux commandes de l'empire Fiat, les voitures reprennent l'appellation du nom de code et l'on connaitra la Fiat 124, dont le code VIN est ZFA124. Cette formule sera abandonnée en 1978 au profit de noms fantaisistes comme la Fiat Ritmo, dont le code est ZFA138. Dans le groupe, la Lancia Thema est connue sous le nom de code ZLA834 et l'Alfa Romeo 156 : ZAR932.

En 2007 les codes 1 seront très bientôt quasiment tous utilisés, Fiat utilise désormais la série 300, réservée préalablement aux autocars avant qu'ils ne change de nom en Irisbus, pour numéroter ses voitures.

Article détaillé : Tableau modèles Fiat Auto monde.

1899 à 1909[modifier | modifier le code]

1908 à 1919[modifier | modifier le code]

1920 à 1929[modifier | modifier le code]

Fiat 509

1930 à 1939[modifier | modifier le code]

1940 à 1949[modifier | modifier le code]

Fiat 1500 D

1950 à 1959[modifier | modifier le code]

1960 à 1969[modifier | modifier le code]

Fiat 1500

Fiat 500 Lusso (1968) - modèle 110L

  • Fiat 130 (1969) - modèle 130
  • Fiat 128 (1969) élue voiture de l'année 1970 fabriquée aussi en Argentine et en Serbie et Égypte encore en 2007 - modèle 128

1970 à 1979[modifier | modifier le code]

  • Fiat 127 (1971) élue voiture de l'année 1972 - modèle 127 - aussi fabriquée en Espagne et Pologne
    Fiat 127
  • Fiat 126 (1972) - modèle 126
  • Fiat 132 (1972) - modèle 132 - aussi fabriquée en Espagne et Pologne
  • Fiat X1/9 (1972) - modèle 128S
  • Fiat 126P (1973) - fabriquée uniquement en Pologne - modèle 126P
  • Fiat 131 (1974) - modèle 131 - aussi fabriquée en Espagne, Maroc, et jusqu'en 2007 en Turquie
  • Fiat 133 (1974) - fabriquée en Espagne par Seat (1974-1979) et en Argentine par Fiat (1977-1982)
  • Fiat Nuova Campagnola (1974) - modèle 1132
  • Fiat 147 (1976) - modèle fabriqué uniquement au Brésil et en Argentine - modèle 147
  • Fiat Ritmo (1978) - appelée Strada dans les pays anglosaxons - modèle 138 - aussi fabriquée en Espagne

1980 à 1989[modifier | modifier le code]

Fiat Tipo

1990 à 1999[modifier | modifier le code]

Fiat Barchetta

2000 à 2009[modifier | modifier le code]

Fiat Bravo II
  • Fiat Stilo (2001-2007)- modèle 192 - aussi fabriquée en Turquie et Brésil.
  • Fiat Doblò I (2001) - modèle 223 - "ludospace" concurrent des Citroën Berlingo et Renault Kangoo, fabriqué en Turquie, Brésil, Viêt Nam et Russie.
  • Fiat Ulysse II (2002) - modèle 222 - commun avec PSA fabriqué à Valenciennes en France.
  • Fiat Panda II (2003-2012) - modèle 169 - deuxième génération, élue voiture de l'année 2004, fabriquée en Pologne, déclinée aussi en version 4x4.
  • Fiat Grande Punto (2005-2012) - modèle 199 - aussi fabriquée en Inde et au Brésil, renommée Punto (III).
  • Fiat Linea (2007) - modèle 311 - variante trois volumes de la Grande Punto, fabriquée en Turquie, Brésil, Chine et Russie.
  • Fiat Idea (2004) - modèle 350 - petit monospace, nouvelle version fabriquée au Brésil en 2010.
  • Fiat Bravo II (2007) - modèle 198 - compacte, aussi fabriquée au Brésil.
  • Fiat 500 II (2007) - modèle 150 - fabriquée en Pologne, sert de base à la deuxième génération de Ford Ka (2008), est déclinée en semi-cabriolet 500C en 2009, aussi fabriquée au Mexique depuis la fin 2010 pour les marchés nord et sud américain et Chine.
Fiat 500

2010 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Véhicules utilitaires[modifier | modifier le code]

Depuis le mois d'avril 2007, la division Fiat Veicoli Commerciali - LCV - est devenue Fiat Professional.

Fiat Fiorino II
  • Fiat 621 fabriqué aussi en ex Yougoslavie, Russie et Pologne
  • Fiat 1100T
  • Fiat 615 - Fiat 616 aussi fabriqués sous licence en Autriche
  • Fiat 850T - 900T - modèle 200G, aussi fabriqué en ex Yougoslavie,
    Fiat Ducato III
  • Fiat 238 - modèle 238, produit aussi en ex URSS,
  • Fiat 241 - modèle 241
  • Fiat 242 - modèle 242, distribué en France comme Citroën C35,
  • Fiat Fiorino - modèles 127/147/146/255, fabriqués au Brésil et Argentine,
  • Fiat Ducato I - modèle 280, fabriqué en Italie avec ses clônes Peugeot J5 et Citroën C25
  • Fiat Ducato II - modèle 244, fabriqué en Italie avec ses clônes Peugeot Boxer et Citroën Jumper
  • Fiat Doblò I - fabriqué en Turquie, Brésil et Russie - modèle 221
  • Fiat Ducato III - modèle 250, fabriqué en Italie avec ses clônes Peugeot Boxer et Citroën Jumper 2006, mais aussi au Brésil et en Russie, vendu en Amérique du Nord sous le nom Ram ProMaster
  • Fiat Doblò FL - 2006 - fabriqué en Turquie,
  • Scudo II - 2007 - fabriqué en France - modèle 223,
  • Fiat Fiorino II, Oct 2007 - petits fourgons nés de la coopération entre Fiat, PSA Peugeot Citroën et Tofaş - modèle 225 - fabriqué en Turquie avec ses clônes Peugeot Bipper et Citroën Nemo
  • Fiat Doblò II - modèle 263 - 2010 - fabriqué en Turquie. Vendu en Amérique du Nord sous le nom Ram ProMaster City,
  • Fiat Novo Uno Furgao - modèle 267 - fabriqué au Brésil,
  • Fiat Fiorino (2014) II - modèle 265 - 2014 - fabriqué au Brésil,
  • Fiat Ducato IV - modèle 269, fabriqué en Italie avec ses clônes Peugeot Boxer et Citroën Jumper 2014

Véhicules militaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Iveco Defence Vehicles.


Avant 1945[modifier | modifier le code]

Usines Fiat[modifier | modifier le code]

En Italie[modifier | modifier le code]

FIAT Auto[modifier | modifier le code]

Voir Usines Fiat Group Automobiles S.p.A.

FIAT Powertrain (FPT)[modifier | modifier le code]

  • Mirafiori (Piémont), 1 700 employés, moteurs et transmissions
  • Verrone (Piémont), 500 employés, transmissions
  • Arese (Lombardie), 370 employés, moteurs
  • Termoli (Molise), 2 100 employés, moteurs et transmissions
  • Pratola Serra (Campanie), 1 500 employés, moteurs

Principaux sites du groupe FIAT à l'étranger[modifier | modifier le code]

Constructeurs étrangers liés au groupe Fiat[modifier | modifier le code]

Automobiles[modifier | modifier le code]

Nota : les modèles en gras sont actuellement en cours de fabrication (2014).

Article détaillé : Fiat Auto Monde.

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • La 4 HP de 1899 est la première automobile construite par Fiat Auto. La voiture consomme huit litres de carburant aux cent kilomètres. La boîte de vitesses est à trois rapports, sans marche arrière. Huit automobiles de ce type sont produites la première année.
  • Le premier « véhicule pour le transport de marchandises » est construit par Fiat V.I. en 1903. Dans un voyage démonstratif aller et retour entre Turin et Gênes, le camion chargé de 33 quintaux (3,3 tonnes) roule à une moyenne supérieure à 10 kilomètres à l'heure.
  • Une des plus audacieuses entreprises de la Première Guerre mondiale est le vol au-dessus de Vienne accompli le 9 août 1918 de huit avions italiens qui lancent non pas des bombes, mais des tracts célébrant la paix. L'escadrille, commandée par Gabriele D'Annunzio, est formée de biplans SVA 9 équipés de moteur SPA 6A de 200 Ch, construit par Fiat Avio.
  • En 1912, à Long Island aux États-Unis, la S76 remporte le record mondial de vitesse en parcourant le mille à 290 kilomètres à l'heure. Le modèle est aussi appelé 300 HP, en référence à la puissance du moteur, un des plus grands jamais construits par Fiat.
  • La Fiat Zero 12-15 HP de 1912 représente un tournant pour l'Italie : c'est la première voiture de petite cylindrée (pour l'époque, bien entendu) construite en série. Elle ne coûte « que » huit mille lires et obtient un succès international : plus de deux mille exemplaires seront fabriqués jusqu'en 1915.
La première locomotive diesel-électrique
  • En 1922 Fiat Ferroviaria lance la première locomotive diesel-électrique au monde : elle est équipée d'un moteur Fiat de 440 chevaux. Deux ans plus tard, c'est au tour d'un modèle avec transmission électrique et moteur diesel de 450 Ch qui sera adopté par les FS-Chemins de fer italiens, érythréens et pour les lignes de banlieue de New York.
Francesco Agello avec l'hydravion Macchi MC 72
  • Le 23 octobre 1934, le pilote Francesco Agello, à bord d'un Idro Macchi MC72 doté d'un moteur Fiat AS6, atteint les 709,209 kilomètres à l'heure. C'est le record mondial absolu de vitesse pour les hydravions à hélice : un record toujours imbattu.
  • L'automotrice naît en 1930. Surnommée " Littorina ", le premier autorail fait époque : il s'en vendra plus de 2 500 exemplaires dans le monde entier. Parmi les nombreuses versions, l'Alb80 qui, en 1934, parcourt 11 840 kilomètres en quinze jours, réduisant ainsi de moitié les délais par rapport aux trains les plus rapides de l'époque. Elle part de Turin et arrive à Sotchi sur la Mer Noire, en passant par Moscou et Saint-Pétersbourg.
  • Le tracteur " 50 ", premier véhicule lourd à chenilles équipé de moteur diesel, a une histoire insolite. Conçu en 1941, il risque trois ans plus tard d'être réquisitionné par les allemands. Il est alors caché sous terre, non loin de l'usine de Modène. Il sera récupéré à la fin de la guerre et permettra à l'Entreprise de commencer immédiatement sa production à grande échelle, ce qui lui permettra de devenir le leader incontesté dans le domaine des chenillés, qui dure toujours.
  • En 1956, la Fiat G 91 remporte le concours de l'OTAN pour un chasseur tactique, grâce à sa capacité à exécuter n'importe quelle mission, en décollant même de terrains herbeux.
  • Au volant de la Ferrari 312T, l'autrichien Niki Lauda remporte le Championnat du monde de Formule 1 en 1975. C'est le début d'une saison de triomphes. L'Écurie du Cheval cabré arrive aussi première en 1977 (Lauda, Reutemann et Gilles Villeneuve), seconde en 1978 (Reutemann et Villeneuve) puis à nouveau première en 1979, avec Jody Scheckter et Villeneuve.
  • En 1979, l'Iveco 75PC 4x4 conduit par les frères Lino et Daniele Pellegrini accomplit le tour du monde. En tout, 184 000 kilomètres, sans le moindre problème. Les camions de l'Entreprise ont déjà vécu des aventures similaires. En 1975, une caravane de 14 camions Iveco 190 était partie de Trieste pour atteindre Karachi, au Pakistan.
  • La Lancia Stratos a été définie l'" arme absolue " des rallyes grâce à son moteur de 2 418 centimètres cubes à 12 puis à 24 soupapes qui a une puissance de 280 chevaux et permet de monter à 220 kilomètres à l'heure. Parmi les trophées, la Targa Florio, quatre éditions du Rallye de Monte-Carlo, trois victoires au Giro d'Italia et six au rallye de Sanremo. Encore grâce à la Stratos, Lancia remporte le Championnat du monde des rallyes pendant trois années consécutives, de 1974 à 1976.
  • En 1982, pour la première fois, des bateaux équipés de moteurs diesels triomphent dans les championnats off-shore : ce sont les catamarans Iveco Aifo qui remportent deux titres mondiaux, un européen et un italien.
  • Dans les années 1990, Fiat construit les machines à vendanger New Holland Braud : capables de ramasser les grappes même à 15 centimètres de terre, elles secouent doucement les rangées, sans endommager ni les plantes ni les grains. Le modèle SB64 détache 800 quintaux de raisin par jour : le travail de presque cent hommes.
  • Ariane 5 est le plus puissant lanceur construit en Europe. D'une hauteur de 52 mètres, il est capable d'envoyer en orbite jusqu'à 20 tonnes de chargement. Pour ce lanceur, Fiat Avio conçoit et produit des moteurs propulseurs à propergol solide et la turbopompe à oxygène liquide.
  • « Overland » est l'un des plus fascinants raids jamais accomplis : 150 000 kilomètres autour du monde, parcourus par quatre camions Iveco 330.30, équipés de moteur de 390 chevaux et de six roues motrices. Pour la première fois de l'histoire, pendant l'hiver 1995, ils quittent l'Italie pour rejoindre New York par la terre, en traversant la Sibérie et le détroit de Béring. En 1997, ils parcourent la côte du Pacifique, atteignent la Terre de Feu et remontent l'Atlantique jusqu'à San Paolo du Brésil. L'an dernier, ils ont fait la route du Cap, en Afrique du Sud, au Cap Nord, au-delà du Cercle Polaire Arctique. Et ils sont en ce moment de nouveau en route, partis de Lisbonne pour arriver à Pékin au mois d'août.

Récompenses[modifier | modifier le code]

En plus d'un siècle d'activité, le groupe Fiat a remporté de nombreux trophées au niveau international.

  • Quinze titres Pilotes et Constructeurs en Formule 1
  • Douze fois « Voiture de l'année »
  • Car of the year 1998 (Fiat Brava)
  • Truck of the Year (Stralis-2003)
  • « Cabrio of the year 2006 » (Alfa Spider)
  • « Light Truck of the year 2007 » (Daily)
  • « Tractor of the year » et « Golden Tractor for design » (2007) (T 7000 New Holland Agricolture)
  • « Machine of the year » (ensileuse FR9000)
  • « Car of the Year 2008 » (Fiat 500)
  • « International van of the year 2008 » (Scudo)
  • « Diesel engine of the year 2008 » (FPT)
  • « Carro do Ano » (Punto 2007-2008)
  • Autobest (Linea)

Données boursières[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Annual Report at 31 december 2010, FIAT Societa Per Azioni,‎ 31 décembre 2010
  2. http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/01/02/fiat-avale-chrysler-et-ses-12-milliards-de-dollars-de-tresorerie_4342170_3234.html
  3. « Fiat », sur Fortuneo (consulté le 27 mai 2011)
  4. « Fiat Industrial Spa », sur zonebourse.com (consulté le 27 mai 2011)
  5. « Group Structure », sur fiatspa.com (consulté le 27 mai 2011)
  6. « Fiat autorisé à racheter Chrysler », sur lefigaro.fr,‎ 24 juillet 2009
  7. « Chrysler tourne la page de sa faillite symboliquement », sur lefigaro.fr,‎ 25 mai 2011
  8. « Le Canada a vendu à Fiat sa part dans le capital de Chrysler », sur largus.fr,‎ 22 juillet 2011
  9. « Les ambitions du groupe FIAT », sur auto-actu.org
  10. a et b Fiat shares jump on Chrysler merger deal, Agnieszka Flak, Reuters, 2 janvier 2014
  11. Fiat completes buyout of U.S. carmaker Chrysler, Reuters, 21 janvier 2014
  12. La Tribune, 24 juillet 2007, page 7
  13. Denis Fainsbilder, Fiat s'offre une base « low cost » en reprenant le serbe Zastava, Les Echos, 2 mai 2008
  14. Automobile : pour Fiat, le marché russe passe par la Serbie
  15. « Epaulé par Fiat, Chrysler renaît de ses cendres », Les Echos,‎ 10 juin 2009
  16. Économie : Fiat détient désormais 53,5 % de Chrysler, source: http://www.turbo.fr/actualite-automobile/436818-economie-fiat-detient-53-5-chrysler/ le 22 juillet 2011
  17. MotorVillage
  18. « Fiat finalise le rachat de VM motori », sur automobile.challenges.fr,‎ 30 octobre 2013
  19. http://www.autoactu.com/chine---fiat-se-retire-de-sa-coentreprise-deficitaire-avec-nanjin-automotive.shtml?EZFO_abonne=250&email=amd93@free.fr Coopération avec Nanjing Automobile en voie de démantèlement début 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]