Bron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bron (homonymie).
Bron
Avenue Franklin Roosevelt en centre-ville de Bron
Avenue Franklin Roosevelt en centre-ville de Bron
Blason de Bron
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Bron
(chef-lieu)
Intercommunalité Grand Lyon
Maire
Mandat
Annie Guillemot
2008 - 2014
Code postal 69500
Code commune 69029
Démographie
Gentilé Brondillants[1]
Population
municipale
38 881 hab. (2011)
Densité 3 775 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 22″ N 4° 54′ 50″ E / 45.739444, 4.913888 ()45° 44′ 22″ Nord 4° 54′ 50″ Est / 45.739444, 4.913888 ()  
Altitude Min. 183 m – Max. 221 m
Superficie 10,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Lyon

Voir sur la carte administrative du Grand Lyon
City locator 14.svg
Bron

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Bron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bron
Liens
Site web ville-bron.fr

Bron est une commune française, limitrophe de Lyon, dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Son altitude varie de 183 m à 221 m, la mairie se situant à 200 m.

La commune se situe dans la zone d'appellation suivante, décernée par l'INAO :

Situation[modifier | modifier le code]

Située en banlieue Est de Lyon, Bron fait partie de la communauté urbaine du Grand Lyon. Elle fait partie des communes dites de l'Est lyonnais.

Sa situation géographique stratégique lui permet d’utiliser le potentiel de l’agglomération, en la reliant en quelques minutes au cœur du centre ville lyonnais grâce au tramway, et aux infrastructures routières. Forte de ses 38 881 habitants, la ville de Bron accueille de nombreux équipements d’agglomération, des événements culturels et sportifs. Bron est aussi le poumon vert de l’Est lyonnais, avec plus de 260 ha de verdure, dont le parc de Parilly, le fort de Bron et le bois des Essarts. Deux parcs d’activités, accueillant des entreprises de haute technologie, favorisent le dynamisme économique de la commune. Ils bénéficient de la présence de l'un des plus importants aéroports d’affaires de France, l'aéroport de Lyon-Bron. Bron est jumelée avec Cumbernauld (Écosse), Grimma et Weingarten (Allemagne) et Talavera de la Reina (Espagne). Participant à des échanges solidaires avec le Mali, la commune s’investit également dans des opérations humanitaires à travers le monde (Arménie).

Bron en chiffres[modifier | modifier le code]

  • Superficie : 1 010 ha - Altitude : 210 mètres
  • Population : 39 238 habitants
  • Santé : 4 hôpitaux
  • Enseignement : 25 établissements scolaires, 3 collèges, 3 lycées (général et 2 professionnels), 1 Université
  • Culture : 1 cinéma, 1 centre culturel, 1 MJC, 1 centre chorégraphique de danse hip-hop (en construction)
  • Espaces verts : de nombreux parcs, 1 hippodrome, 1 Fort
  • Détente : 5 squares, 47 aires de jeux, 13,5 km de pistes cyclables et 6 km de voie verte
  • Loisirs : 300 associations, 1 centre nautique, 4 stades de football, 1 de rugby, 1 piste d’athlétisme, 2 boulodromes, 6 gymnases, 1 Halle des sports, 7 terrains multisports, 1 plateau sportif
  • Équipement : 1 aéroport d’affaires

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est bordée à l'Ouest par les 3e et 8e arrondissements de Lyon, au Nord par Villeurbanne, Vaulx-en-Velin et Décines-Charpieu, à l'Est par Chassieu et au Sud, par Vénissieux et Saint-Priest.

Relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Tramway(T5 et T2), métro, bus et taxis.

Desserte routière[modifier | modifier le code]

Depuis 1973, l'autoroute A43 traverse Bron, dont deux sorties desservent la ville.

  • sortie 2 Bron-Rebufer / Parc de Parilly.
  • sortie 4b N6 / Aérodrome de Bron.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Aéroport[modifier | modifier le code]

L’Aéroport de Lyon-Bron est un aéroport d'affaires qui se place dans le trio de tête français[réf. nécessaire]. Au cœur d’un fort potentiel de développement économique, l’aéroport de Bron bénéficie de plusieurs atouts : parking gratuit, salon prestige, salle de réunion, parc hôtelier (lien sur page du même nom) de proximité, possibilité de transfert en hélicoptère, services à la demande et surtout plus de 2 000 destinations en Europe au départ de Bron. En atterrissant à Bron, vous êtes à 12 km du centre-ville de Lyon, au cœur d’un nœud autoroutier à proximité des centres de décision de l’économie et des entreprises lyonnaises.

L’Aéroport de Lyon-Bron en chiffres :

  • 5 500 mouvements d’affaires et 11 000 mouvements d’hélicoptère en 2005
  • 700 emplois sur le site en 2005, 21 entreprises aéronautiques, 20 commerces et services
  • 185 ha de superficie
  • 1 820 mètres de longueur de piste
Bus[modifier | modifier le code]

Des brochures sur les horaires de bus sont disponibles à l’accueil de la Mairie et dans les lieux suivants : Agences TCL : Grange Blanche- Métro ligne D (du lundi au vendredi inclus, de 7h 30 à 18h30, le samedi de 9h à 12h et de13h30 à 17h) Parilly-Métro ligne D (du lundi au vendredi inclus, de 12h 30 à 18h30, ouverture uniquement les 4 premiers jours et quatre derniers jours du mois)

Lignes de bus desservant la ville de Bron :

  • C8 - Grange Blanche <> Vaulx-En-Velin Résistance
  • C9 - Bellecour Antoine Poncet <> Hôpitaux Est
  • C15 - Laurent Bonnevay <> Bachut Mairie du 8e
  • C17 - Porte des Alpes <> Charpennes Charles Hernu
  • 24 - Grange Blanche <> Bron Sept Chemins
  • 25 - Gare Part-Dieu Vivier Merle <> Bron Sept Chemins
  • 26 - Manissieux Pierre Blanche <> Bachut Mairie du 8e
  • 52 - Parilly Université Hippodrome <> Vaulx-En-Velin La Grappinière
  • 68 - Vaulx-En-Velin La Soie <> Les Grandes Terres
  • 79 - La Borelle <> Décines Grand Large
  • 93 - Hôpital Feyzin Vénissieux <> Porte des Alpes / Parc Technologique
  • Zi7 - Vaulx-En-Velin La Soie <> Bron Droits De L'Homme
Tramway[modifier | modifier le code]

121 ans après la création d'une première ligne de tramway, ce dernier fait sa réapparition dans la ville en 2001. La ligne T2 de Perrache à Saint-Priest dessert 29 stations en passant par Grange Blanche et le centre-ville de Bron. Elle dessert 8 stations à Bron et notamment l’hôpital du Vinatier, le centre-ville, le cinéma Les Alizés et l’Université Lyon 2. Le centre de Bron se trouve ainsi à 8 minutes de la station de métro Grange Blanche, et à 25 minutes du centre de Lyon[2]. Le service débute à 4h55 et se termine à 0h 35.

Depuis novembre 2012, la ligne T5 relie le quartier lyonnais de Grange blanche à Eurexpo via Bron, en desservant la Place Curial, le lycée Jean Paul Sartre et la ZAC du Chêne. Une prolongation jusqu'à la commune voisine de Chassieu de cette ligne est à l'étude.

Liste des lignes de tramway desservant la ville de Bron au 1er janvier 2014 :

  • Tram T2 : Perrache <> Saint-Priest Bel Air
  • Tram T5 : Grange Blanche <> Parc du Chêne <> Eurexpo (les jours de salon)
Panorama sur Bron Est

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bron vient de Beron, nom d'un ancien propriétaire germanique suite aux invasions barbares[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque romaine[modifier | modifier le code]

Dès le Néolithique, le site est occupé (présence de fossés) ainsi que durant la Tène (trous de poteaux, fosses)[CAG 69 1].

Le site actuel n'est pas situé à proximité immédiate de la capitale des Gaules, Lugdunum. Toutefois, une voie romaine, citée par Strabon, traverserait ce territoire en direction de l'Italie. Un des indices les plus sérieux attestant son existence est situé à la limite du territoire actuel[CAG 69 2]. On signale la présence de tuiles romaines[note 1], de four de sépulture et de maçonneries dont l'usage n'est pas clairement identifié[CAG 69 3]. Dès 470-474, le territoire est sous le contrôle des Burgondes puis sous celui des Francs du Royaume de Bourgogne.

Moyen Âge à nos jours[modifier | modifier le code]

Plan des années 1840 montrant Bron.
  • 1030 - Le Comté du Viennois, dont fait partie Bron, devient l'origine du futur Dauphiné à la dissolution de l'éphémère Royaume de Provence.
  • 1248 - Josselme de Bron est seigneur de Saint-Symphorien d'Ozon et de Bron
  • 1260 - Ysnard de Bron devient Seigneur de Bron. Il était précédemment Chanoine à Lyon depuis 1255.
  • 1276 - Première mention d'une paroisse à Bron.
  • 1413 - Jean de Bron rend hommage au dauphin Louis Ier avec la maison forte.
  • 1429 - 1432 - Guerre entre la Savoie et le Dauphiné.
  • 1457 - La province du Dauphiné est réunie à la couronne de France.
  • 1594 - Catherine de Laube, veuve de Jean de Buirin fait donation à son neveu Gaspard de Laube des terres de Bron.
  • 1711 - Le 11 octobre au retour de la fête de St-Denis une bousculade se produit sur le pont de la Guillotière qui fera plus de mille blessés (ou morts).
  • 1750 - Rôle de la capitalisation: 26 laboureurs, 12 fermiers, 12 journaliers, 5 domestiques, 1 procureur, 1 consul, 1 maréchal Ferrant, 1 tailleur d'habits, 1 cabaretier, 1 bourgeois
  • 1790 - Première municipalité. La commune est rattachée au département de Isère, canton de Meyzieu.
  • 1793 - Premier recensement connu de la population: 441 habitants.
  • 1807 - Passage de Napoléon; provenant de Milan, il se rend à Paris.
  • 1812 - Établissement du premier cadastre. Bron représente 983 hectares dont 797 en terres labourables, 117 en bois et taillis, 34 en vignes, 10 en prés.
  • 1817 - Création d'un poste de garde champêtre.
  • 1835 - Création d'un poste d'instituteur et d'un secrétaire de mairie.
  • 1852 - La commune de Bron est rattachée au département du Rhône, canton de Villeurbanne[4]
  • 1866 - Dénombrement de la population: 214 agriculteurs, 32 industries diverses, 19 commerçants, 41 rentiers
  • 1872 - 1876 Construction du Fort de Bron
  • 1877 - Création de l'hôpital du Vinatier.
  • 1881 - Création de la ligne de tramway à vapeur no 24 reliant Bron à Lyon.
  • 1888 - Début de l'alimentation de Bron en eau potable sous pression.
  • 1900 - 1410 habitants et 1600 malades à l'hôpital du Vinatier.
  • 1902 - Création d'un bureau de poste. Apparition des premiers tramway électriques.
  • 1910 - Création de l'école d'aviation civile sur le terrain d'aviation de Bron.
  • 1920 - La population atteint 3300 personnes. Début de la première vague d'urbanisation qui va porter en 10 ans le nombre d'habitants de 8926 avec 1037 constructions nouvelles.
  • 1944 - Bombardement du terrain d'aviation, 45 immeubles dont l'église sont également touchés.
  • 1952 - L'aviatrice française Maryse Bastié y perd la vie dans un accident d'avion.
  • 1954 - 1959 - Construction des UC (Unités de construction) à Parilly.
  • 1980 - Construction de l'École du service de santé des armées de Lyon-Bron sur le site du Fort de Bron.
  • 2010 - Destruction de l'autopont de Mermoz Pinel. Situé entre le 8e arrondissement de Lyon et Bron.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie de Bron

Le Conseil municipal est composé du Maire, des adjoints et des conseillers municipaux élus pour six ans. Le nombre des membres du Conseil municipal est fixé par la loi à un chiffre impair pour éviter les conflits en cas de partage égal des voix lors des votes. Le Conseil municipal de Bron compte 39 élus : 1 maire, 11 adjoints (6 hommes et 5 femmes), 27 conseillers. Ce nombre est déterminé par le chiffre de la population municipale totale, tel qu’il résulte du dernier recensement général.

En 2010, la commune de Bron a été récompensée par le label « Ville Internet @@@@ »[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1971
Période Identité Étiquette Qualité
31 mai 1999   Annie Guillemot PS  
30 juin 1997 mai 1999 Georges Bernain    
24 mars 1989 juin 1997[6] Jean-Jack Queyranne PS Ministre
1988 1989 Paul Ravel PS  
1971 1988 André Sousi PS  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté urbaine du Grand Lyon dont elle représente environ de 1.96% du territoire et 3.09% de la population en 2007[note 2].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bron ne faillit pas à la tradition des jumelages, qui consiste à rassembler et rapprocher les peuples.

Plaque commémorative du jumelage avec Weingarten

La ville a en effet, dès le 4 mai 1963, signé un serment de jumelage avec la Ville de Weingarten (Land de Baden-Württemberg) au lendemain de la seconde guerre mondiale. C’est en 1971 que se concrétise le deuxième jumelage avec la ville de Grimma dans le Land de Saxe puis le troisième en 1974 avec Cumbernauld (North Lanarkshire) et enfin le quatrième avec Talavera de la Reina (Province de Tolède) en 1991. Allemagne, Royaume-Uni et Espagne, autant de diversités dans la culture et la langue qui animent des rencontres et des échanges de façon vivante et enrichissante.

De nombreuses associations contribuent activement à développer les liens notamment dans les domaines culturels et sportifs et en faveur de la jeunesse.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 38 881 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
441 446 448 694 798 850 929 999 981
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
981 1 010 1 041 1 015 2 168 2 470 2 712 2 691 2 665
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 206 3 506 4 160 6 397 8 774 12 423 13 161 12 597 14 195
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
26 959 41 619 44 563 40 638 39 683 37 369 38 919 38 881 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Bron est située dans l'académie de Lyon et accueille l'Université Lyon 2.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Théâtre, lecture, danse, cinéma… Bron explore tous les horizons avec une offre culturelle variée, qui s'appuie à la fois sur un réseau de grands équipements comme l'Espace Albert-Camus, la médiathèque Jean-Prévost, le cinéma Les Alizés, la MJC Louis-Aragon, la Ferme du Vinatier et bientôt, le centre chorégraphique de la Compagnie de hip-hop Käfig et sur les multiples rendez-vous que proposent les associations culturelles de la ville.

C'est ainsi que de nombreuses manifestations de qualité jalonnent le calendrier comme « Drôle d'endroit pour des rencontres » au cinéma Les Alizés, un temps fort du cinéma français (janvier), la Fête du Livre, un événement majeur au rayonnement régional avec 30 000 visiteurs (mars) ou la Biennale du Fort.

Santé[modifier | modifier le code]

Plusieurs hôpitaux des Hospices civils de Lyon sont implantés à Bron, notamment l'Hôpital Femme-Mère-Enfant.

Sports[modifier | modifier le code]

Bron a été nommée par le journal sportif L'Équipe, Ville la Plus Sportive de France en 2008.

Bron, ville sportive.
Avec près de 21 % de licenciés sportifs, soit près de 7 800 licenciés, au sein de sa population globale, Bron dispose d’un tissu associatif dense et d’une large diversité de pratiques. En effet, 40 clubs proposent 49 disciplines différentes. Ces clubs sont regroupés au sein de l'Office Municipal du Sport. École de la vie, le sport permet l’apprentissage des règles, le respect de l’autre et s’impose comme un fabuleux outil de prévention et de lien social. À Bron, il se décline à tous les âges, de la pratique scolaire, jusqu’à celle des seniors. Enfin, de nombreux événements jalonnent le calendrier sportif, tels que : la Fête du sport en novembre, le Meeting national d’athlétisme, l’International de pétanque ou de nombreux championnats de France et tournois. La Ville gère pour sa part 16 équipements municipaux ouverts 360 jours par an. Autant d'atouts qui ont permis à Bron d'être élue "Ville la plus sportive de France 2008" dans la catégories des communes de plus de 20 000 habitants par le journal L'Équipe.

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Bron compte ainsi plusieurs bâtiments sportifs. On compte notamment quatre stades, dont un aux dimensions olympiques pour la pratique du football, du rugby et de l'athlétisme. On peut également citer 7 plateaux Sportifs, 14 gymnases, une halle des sports, deux boulodromes, une salle d'armes pour la pratique de l'escrime, une salle de danse, une salle de boxe et une piscine olympique, le Complexe Pierre Duboeuf[réf. nécessaire].

Clubs[modifier | modifier le code]

La ville abrite de nombreux clubs où sont pratiquées diverses activités sportives :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La mairie de Bron a initié un vaste projet de renouvellement urbain sur le quartier de Teraillon, jusqu'ici moins bien coté que les autres quartiers de Bron[10]. Celui-ci a été examiné puis validé par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). 400 logements vont ainsi être détruits, pour être remplacés par différents types de logements mais aussi des parcs, squares et aires de jeux, l’implantation d’équipements publics dont une Poste[11].

Environnement[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal se situe le parc de Parilly, un parc autour du Fort de Bron, ainsi que le bois des Essarts.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Bron constitue l’un des centres industriels — métallurgie et verrerie notamment — de la métropole lyonnaise. L’aéroport privé de Lyon-Bron, aujourd’hui enclavé dans le tissu urbain, est construit sur le territoire communal, à une dizaine de kilomètres seulement de Lyon. Il dessert, avec l’aéroport Lyon-Saint-Exupéry (4e rang national) aménagé plus à l’est, la deuxième agglomération de France. Il appartient, tout comme Saint Exupéry, à la société Aéroports de Lyon.

Une situation géographique au cœur de grandes infrastructures de transport (aéroport d'affaires, routes et autoroutes, transports en commun avec le tramway) : un atout indéniable pour expliquer le dynamisme économique de Bron qui compte plus de 20 000 emplois que l'on retrouve essentiellement dans le secteur tertiaire (informatique, téléphonie, services à la personne…), tant dans le privé avec la présence de deux parcs d'activité qui regroupent plus de 250 entreprises sur plus de 50 ha et de grandes enseignes commerciales dont certaines ont leur direction régionale sur Bron que dans le public avec notamment les hôpitaux (Le Vinatier, Neuro-Cardio et l'hôpital Mère-enfant). D'où un parc hôtelier lui aussi très riche.

Le commerce de proximité n'est pas en reste avec un tissu dense de plus de 350 commerces et l'existence de 6 marchés forains.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Denis de Bron
Le monument des Résistants et des déportés, place de la Liberté.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  1. à Parilly
  2. Calcul basé sur les données de l'INSEE
  3. crée en 1992 par Francis Serrano et qui totalise, en 2009, 10 titres de champion de France, 1 médaille de Bronze en Coupe du Monde en 2001 grâce à Hypolite Dohou

Références[modifier | modifier le code]

  • Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, Paris,‎ 2006, 611 p. (ISBN 978-2-87754-096-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  1. p. 171
  2. p. 170 et 171 : à la Poste de Bron, limitrophe de la commune de Saint-Priest.
  3. p. 171 : découvertes effectuées lors de travaux d'agrandissement du cimetière en 1967 et 1968.
  • Autres références :
  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 17/07/2008.
  2. Site officiel de la ville de Bron
  3. Éric Vial (ill. Roland Sabatier), Les noms de ville et de villages, Belin, coll. « Le français retrouvé »,‎ 1995, 320 p. (ISBN 2701104769), p. 189
  4. Décret relatif à la commune de Lyon du 24 mars 1852 disponible sur Gallica : la Guillotière, la Croix-Rousse et Vaise sont réunies à la commune de Lyon, et les communes de Villeurbane, Vaux, Bron et Venissieux sont distraites du département de l'Isère et réunies au département du Rhône.
  5. « Palmarès 2010 des Villes Internet », sur le site officiel de l'association (consulté le 12 janvier 2010)
  6. Démissionnaire après son entrée au gouvernement Jospin.
  7. Site officiel de la ville de Bron
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  10. « "Bron, «un marché de report de Lyon" », sur http://www.lyonpoleimmo.com (consulté le 18 mai 2011)
  11. « Le projet de renouvellement urbain de Terraillon », sur http://www.ville-bron.fr (consulté le 18 mai 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :