Jardin (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jardin (homonymie).
Jardin
Mairie de Jardin
Mairie de Jardin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Canton Vienne-Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Viennois
Maire
Mandat
Thierry Quintard
2014-2020
Code postal 38200
Code commune 38199
Démographie
Population
municipale
2 248 hab. (2011)
Densité 243 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 50″ N 4° 54′ 32″ E / 45.4972222222, 4.9088888888945° 29′ 50″ Nord 4° 54′ 32″ Est / 45.4972222222, 4.90888888889  
Altitude 280 m (min. : 194 m) (max. : 407 m)
Superficie 9,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Jardin

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Jardin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jardin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jardin
Liens
Site web mairie-jardin.fr

Jardin est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Jardin est situé à 4 kilomètres de Vienne qui est la sous préfecture de l'Isère, et fait partie de la communauté d'agglomération viennoise. Elle est également située à environ 35 km au sud de la ville de Lyon (Rhône), département voisin[1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 925 hectares ; son altitude varie entre 194 et 407 mètres[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Suze[3], un affluent de la Gère.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme son nom actuel l'indique, le territoire de Jardin a longtemps tenu lieu de jardin potager destiné à alimenter la ville voisine de Vienne, d'importance prédominante sous l'empire romain. Au Moyen-âge, le village se structure autour du château de Montléans (de Mons Leonis, parfois orthographié Montléant)[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 1 500 et 2 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 19[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6][7]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1795 Joseph Bruyat    
1795 1797 Jean Rigollier    
1797 1810 Joseph Bruyat    
1810 1810 Pierre Richardin    
1811 1814 Hyacinthe Chomel    
1814 1815 Antoine Pin    
1817 1823 Claude Marguerite Bruyère    
1823 1832 Antoine Bruyère    
1832 1837 Simon Chaumartin    
1837 1838 Antoine Pin    
1838 1840 Claude Vellay    
1840 1848 Laurent Vellay    
1848 1860 Nicolas Auguste Chaumartin    
1861 1876 Joseph Grenouiller    
1876 1881 Elie Chatain / Jean Villard    
1881 1889 Claude Bénatru    
1889 1895 Victor Chaumartin    
1895 1902 Jules Bruyère    
1902 1904 Victor Chaumartin    
1904 1919 Emile Bruyère    
1919 1923 Victor Richardin    
1923 1944 Victor Bruyère    
1944 1951 Marc Lentillon    
1951 1977 Louis Comte    
1977 2001 Jacques Remiller UDF puis UMP Cadre bancaire
2001 2014 Guy Hugueville Nouveau Centre directeur d'un EHPAD
2014 en cours
(au avril 2014)
Thierry Quintard Divers droite  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 248 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
295 263 396 457 495 493 580 592 627
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
620 625 609 594 567 561 540 536 487
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
464 465 420 387 448 457 452 405 424
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
449 518 786 1 180 1 527 1 948 2 004 2 131 2 228
2011 - - - - - - - -
2 248 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Les commerces se trouvent situés dans le quartier de Bérardier[10], à un kilomètre du village, à un kilomètre du village.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La tour de Montléans.

Château de Montléans : probablement édifié au XIIIe siècle, il appartient alors aux seigneurs de Beauvoir, qui le tiennent en fief du Dauphin (à l'époque, le Dauphiné n'est pas encore rattaché au royaume de France). Il est visité lors de l'enquête de 1339, par l'archevêque d'Avignon, Jean de Cojordan. Suite à la cession du Dauphiné en 1349, il est entre les mains du roi de France qui l'inféode à la famille de Maugiron en 1525. Cette famille, faite comte de Montléans en 1569, y résidera jusqu'au XVIIe siècle. En 1629, il reçoit la visite de Louis XIII.

Il aurait été démantelé sur ordre de Richelieu[11]En 1809, il abrite encore des prélats espagnols[réf. nécessaire] que Napoléon avait déportés à Vienne. Lorsque des troupes autrichiennes tentent de l'assiéger en 1813-1815[réf. nécessaire], il n'en reste déjà que des ruines.

Outre quelques murailles d'enceinte, la tour maîtresse du château, circulaire et haute de 20-25 m, demeure visible à ce jour ; haut lieu du village de Jardin, elle en est restée un emblème (et figure notamment sur son blason[12]). Ces ruines surplombent un escarpement en falaise sur lequel se pratiquent des activités d'escalade[13].

Pierres à cupules

Non loin de la Tour de Montléans se trouvent des pierres à cupules, d'origine mal connue à ce jour[12].


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Timoléon Guy François de Maugiron, comte de Montléans, (1722 -1767) lieutenant général et libertin fameux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Jardin Blason Écartelé en 1 d'azur à une hache du néolithique d'argent emmanchée d'or ; en 2 mal-gironné d'argent et de sable à une tour d'or ouverte et ajourée de sable ; en 3 d'argent à trois collines de sinople, chacune sommée d'un arbre du même ; en 4 de gueules à une gerbe d'or[12].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Sa situation géographique et ses caractéristiques. », sur Jardin (Isère) (consulté le 24/08/2014)
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Suze (V3220500) » (consulté le 24/08/2014)
  4. Site de la mairie.
  5. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  6. Liste des maires de Jardin sur le site de la mairie (consulté le 23/08/2014)
  7. Liste des maires de Jardin sur le site France Gen Web (consulté le 23/08/2014)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  10. Liste des commerces, site de la mairie, consulté le 24 août 2014.
  11. Site personnel (consulté le 22/08/2014).
  12. a, b et c Site de la commune de Jardin.
  13. Site de l'Office de tourisme de Vienne, consulté le 22/08/2014.