Grand ensemble

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La ZUP du quartier de Bellevue à Brest.

Un grand ensemble est un type de forme urbaine, généralement de grande étendue, censé accueillir un grand nombre d'habitants, et dans une certaine mesure caractérisé par le caractère répétitif de ses bâtiments.

Composition[modifier | modifier le code]

La composition d'un grand ensemble peut varier du tout au tout d'un contexte à l'autre. Il peut être monofonctionnel, par exemple accueillant uniquement des logements, ou rassembler plusieurs fonctions urbaines, commerces, équipements publics, activité économique et logements. Il peut être le fruit d'une politique de logement social ou au contraire répondre à des logiques du secteur privé, comme dans une station de sports d'hiver.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les grands ensembles ont connu leur heure de gloire après la Seconde Guerre mondiale. Il s'agissait, à un moment d'essor économique et technologique et de transformation sociale, de produire rapidement et selon un process industrialisé un grand nombre de logements à même d'accueillir une population urbaine en forte augmentation à la fois du fait d'un exode rural important et de l'augmentation du niveau de vie.

Exemples[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand ensemble en France.

La France est le seul des pays capitalistes occidentaux à avoir choisi massivement les barres et les tours pour résoudre la crise du logement[1]; la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, les pays scandinaves ont construit, à côté de rares grands ensembles, des cités-jardins, des immeubles bas, des maisons individuelles isolées ou en bandes. Seuls les pays du bloc socialiste donnent l'exemple des mêmes choix, comme en URSS avec l'habitat khrouchtchevien à partir de 1955, ce qu'explique la circulation des modèles et des techniques entre l'Est et l'Ouest - malgré le rideau de fer[1].

À titre d'exemple, on peut citer plusieurs cas de par le monde :

  • En France, les grands ensembles ont été promus au travers de décisions du Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, en particulier dans les ZUP et les villes nouvelles. Depuis, ces formes urbaines ont été le symbole de la relégation urbaine, et font l'objet régulièrement des politiques de la ville. De tels grands ensembles ont également été construits en Algérie française et au Maroc.
  • En Allemagne, les « Großwohnsiedlungen » ont été construits après guerre, aussi bien en RDA qu'en RFA.
  • Au Royaume-Uni d'après-guerre, les « New towns ».
  • Dans l'ancienne sphère d'influence soviétique, depuis les Pays baltes et l'Albanie jusqu'en Mongolie, on trouve les microdistricts (en) dans à peu près tous les pays du bloc de l'Est ou les anciennes républiques socialistes soviétiques ; on y trouve fréquemment des khrouchtchevkas (en), immeubles préfabriqués. Ces microdistricts s'appellent :
    • « sídliště » ou « sídlisko » en Tchécoslovaquie.
    • « микрорайо́н » en Russie.
    • « мікрорайон » en Ukraine.
    • « мікрараён » en Biélorussie.
    • « lakótelep » en Hongrie.
    • etc.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Annie Fourcaut, « Qu'elle était belle la banlieue », L'Histoire,‎