Vizille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vizille
Vizille vue de Montchaboud.
Vizille vue de Montchaboud.
Blason de Vizille
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Vizille
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole
Maire
Mandat
Jean-Claude Bizec
2014-2020
Code postal 38220
Code commune 38562
Démographie
Population
municipale
7 725 hab. (2011)
Densité 735 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 46″ N 5° 46′ 09″ E / 45.0795, 5.769145° 04′ 46″ Nord 5° 46′ 09″ Est / 45.0795, 5.7691  
Altitude Min. 268 m – Max. 1 016 m
Superficie 10,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Vizille

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Vizille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vizille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vizille
Liens
Site web Site officiel
Château de Vizille
Château de Vizille, le parc et le canal.

Vizille est une commune française située, géographiquement dans la vallée de la Romanche, administrativement dans le département de l'Isère et en région Rhône-Alpes et, autrefois rattachée à l'ancienne province du Dauphiné.

Berceau de la Révolution française et située sur la route Napoléon, cité de la Résistance qui fut libérée par des combattants locaux, la cité de Vizille possède un passé riche en évènements historiques dont témoignent encore aujourd'hui la présence de son château du XVIIe siècle et de son domaine qui furent, durant plus d'un siècle, une des résidences officielles du Président de la République française, avant de devenir la propriété du département de l'Isère.

Les habitants de Vizille se dénomment les vizillois et les vizilloises

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vizille est situé à environ 18 km de Grenoble, 100 km de Gap, 107 km de Valence, 130 km de Lyon, 320 km de Marseille, 590 km de Paris et 248 km de Turin, Italie [1],

Le territoire communal se situe sur les bords de la rive droite de la Romanche. Depuis Vizille, dans la direction du sud, on accède au plateau Matheysin par la rampe de Laffrey, au massif de l'Oisans, par la route de Gap et dans la direction nord on accède au Grésivaudan et dans l'agglomération grenobloise, très proche.

Le lieu le plus célèbre et le plus remarquable au point de vue culturel et touristique de la commune est son domaine départemental : le Domaine de Vizille réunit sur un même site un prestigieux patrimoine culturel et naturel : le parc paysager et animalier de Vizille et son château, tous deux classés monuments historiques.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montchaboud Brié-et-Angonnes / Vaulnaveys-le-bas Vaulnaveys-le-bas Rose des vents
Montchaboud / Notre-Dame-de-Mésage N Séchilienne
O    Vizille    E
S
Notre-Dame-de-Mésage Saint-Pierre-de-Mésage / Saint-Barthélemy-de-Séchilienne Séchilienne / Saint-Pierre-de-Mésage

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Vizille se situe entre le climat océanique et le climat continental, avec une légère influence méditerranéenne (les étés sont chauds mais, généralement, plutôt humides).

La commune détient le record historique de température minimale nocturne la plus élevée jamais enregistrée en France avec 32 °C dans la nuit du 22 au 23 juillet 2009[2].

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Températures maximales moyennes (°C) 7,2 4,2 18,4 17,6 23,4 26,9 29,5 29,4 23,1 18,2 12 6,6
Températures minimales moyennes (°C) 0 -4,7 2,3 7 10,6 14,6 15,1 15,5 11,5 9,5 5,4 0,1
Source : Le climat de Vizille[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Vizille vue de la Rampe du Château.
Carte de Vizille
Carte de Vizille et de ses environs.
Le Péage de Vizille
Le Péage de Vizille.
Le tunnel de Vizille
Le tunnel de Vizille.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

  • Description

Regroupant près d'un quart de la population de son canton composé de 16 communes, Vizille, bien qu'implantée en secteur rural, présente, de par son nombre de constructions et de logements, un réel aspect urbain. La commune était membre de la Communauté de communes du Sud Grenoblois, qui avait son siège à Jarrie. Mais, depuis le 1er janvier 2014, elle a fusionné avec la Métro et le Balcon Sud Chartreuse pour former la "nouvelle" communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole[4].

Dans son cadre de moyenne montagne, de parcs et de jardins dont celui du château, on peut considérer Vizille comme une ville à la campagne et très proche des grands massifs alpins.

Avec cet environnement de qualité et de nombreux équipements commerciaux, sportifs et culturels, Vizille joue un rôle de ville centre avec des pôle de services et d'animations au débouché de la vallée de la Romanche.

  • Le POS

À ce jour, le Plan d'occupation des sols (POS) de la Commune de Vizille a été modifié en 1993 subsiste en tant que tel. Une révision a été relancée à l’automne 2001[5].

Logements[modifier | modifier le code]

Le nombre de logements comptabilisé sur le territoire de Vizille a été estimé à 3 765 en 2007. Ces logements se composent de 3 456 habitations en résidence principale, 25 habitations en résidences secondaires ainsi que 284 logements vacants[6].

Selon les chiffres fournis par le site de la mairie, il y avait 693 logements sociaux au 1er janvier 2002,soit 22,5 % de l’ensemble des résidences principales.

Quartiers et Lieux-dits de Vizille[modifier | modifier le code]

  • Les Rippes (lieu-dit)
  • Le Marais (quartier)
  • Les Mattons (quartier)
  • Le Plan (quartier)
  • Les Allas (lieu-dit)
  • Les Corniers (lieu-dit)
  • la Gaffe (quartier)
  • Le Péage-de-Vizille
  • Le Mûrier (lieu-dit)
  • Langevin (quartier)

La point culminant de Vizille (1 016 mètres) se situe à l'est du territoire communal, au-delà du hameau des Corniers sur le sentier (GR 549) qui conduit au Mont Sec, à la limite avec le territoire communal de Séchilienne[7].

Le tunnel de Vizille[modifier | modifier le code]

À noter que le territoire communal est très nettement coupé en deux par l'éperon rocheux sur lequel repose une partie du château et qu'un tunnel emprunté par la plupart des usagers permet de relier directement le centre principal avec les hameaux des Corniers et des Allas.

Augustin Perier, fils de Claude Perier, négociant et banquier, élu député de l'Isère en 1827 décida, la même année du creusement d'un tunnel sous le rocher de Vizille permettant ainsi de relier le bourg à la route de Vaulnaveys-le-haut, passage qui s'effectuait auparavant par la rampe du château qui devînt alors sans-issue. Ce tunnel ne sera mis en service qu'à partir de 1836[8].

Le domaine de Vizille[modifier | modifier le code]

Propriété du Conseil général de l'Isère depuis 1973, le domaine du château de Vizille, son château-musée et son parc, occupe une grande partie de la surface du territoire communal (plus de 60 hectares). Son mur d'enceinte s'étend jusqu'au Péage de Vizille. Le domaine de Vizille, son château et son musée est présenté dans le chapitre "lieux et monuments" ainsi que dans les liens suivants :

Articles connexes : Domaine de Vizille et Château de Vizille.

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

La commune est adhérente au Sierg depuis 1955 (arrêté préfectoral du 20 juin 1955) qui dessert 32 communes et alimente en eau potable plus de 200 000 usagers en Isère (région Rhône-Alpes), le SIERG[9]. la qualité de l'eau traitée est excellente et les fontainois à l'instar des grenoblois ont une excellente qualité d’eau directement au robinet.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 7 725 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 593 1 655 1 927 2 023 2 750 3 105 2 907 3 004 3 125
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 291 3 546 3 928 3 903 3 922 3 904 4 310 4 252 4 516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 951 4 328 4 102 4 461 4 512 5 053 5 160 5 043 5 977
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
6 493 6 882 6 986 7 162 7 094 7 465 7 868 7 781 7 592
2011 - - - - - - - -
7 725 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Romanche[modifier | modifier le code]

La romanche à Vizille
La Romanche à Vizille.
Le canal de Vizille
Le canal de Vizille à l'entrée du Péage de Vizille.

Cette rivière, affluent du Drac et sous-affluent de l'Isère est un torrent alpin présente un cours est extrêmement réduit (78,3 km de longueur) mais au débit rapide, car la source se situe dans le parc national des Écrins dans le département des Hautes-Alpes voisin à environ 2 000 mètres d'altitude.

Article connexe : Romanche (rivière).

La Romanche a créé, durant les précédents millénaires, une vallée très encaissée (entre sa source et la plaine du Bourg-d'Oisans, et entre le site de Rochetaillée et Livet-et-Gavet et son confluent, le Drac) qu'elle rejoint quelques kilomètres après avoir traversé Vizille.

C'est le syndicat mixte des bassins hydrauliques de l'Isère (SYMBHI) qui s'occupe de fédérer les aménagements sur la Romanche[12].

À noter que le risque d'éboulement au niveau des ruines de Séchilienne, en amont de Vizille est connu de longue date et suivi avec une attention particulière des service de l'État depuis 1985. Ce risque affecte surtout le versant sud du Mont Sec, en rive droite de la Romanche à l'est de Vizille. Cet éboulement risquerait d'entrainer la coupure la Route Départementale 1091.

Depuis 2007, le SYMBHI a repris la maîtrise d'ouvrage des parades hydrauliques des ruines de Séchilienne. Plusieurs études complémentaires ont été lancées et indiquent que le risque semble avoir été surestimé. Ce sont, pour l'instant, un simple renforcement et une légère surélévation des digues de la plaine de Vizille qui ont été retenus par le groupe de suivi piloté par le préfet. À plus long terme, si les conclusions du Collège d’experts devaient évoluer, la construction d’une galerie de dérivation de l’éboulement serait envisagée[13].

Article connexe : AD Isère Drac Romanche.

Les autres cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • Le Vernon
  • Le Ruisseau des Peillets
  • Le Canal de Vizille
  • Le Canal de la Romanche

Au niveau halieutique, sur le territoire de la commune, le bassin de la Romanche et de ses affluent vizillois est gérée par l'AAPMA de Vizille[14]

Communications et transports[modifier | modifier le code]

Le réseau routier[modifier | modifier le code]

Déviation de la RN 91 à Vizille
Déviation de la RN 91 à Vizille.
  • La Route Napoléon

La route nationale 85, (RN 85), ou route Napoléon est une célèbre route nationale française qui relie Bourgoin-Jallieu à Golfe-Juan sur la Côte d'Azur.

Cette route qui passe à Grenoble, atteint Vizille au kilomètre 83 avant de prendre la célèbre rampe de Laffrey et prendre la direction de Gap, Sisteron, Digne-les-Bains et Cannes.

Elle doit son nom à L'empereur Napoléon 1er qui après avoir débarqué au Golfe Juan en 1815, avec une petite armée de 1 200 hommes, prit la direction des Alpes par la vallée de la Durance pour regagner son trône à Paris durant la période des cent jours.

  • La Route nationale 91

La route nationale 91, (RN 91), était une route nationale française reliant Grenoble à Briançon.

Cette route, qui passe par Eybens, atteint Vizille au kilomètre 17 avant de prendre la direction de Livet-et-Gavet puis Bourg d'Oisans, situé sous la station de sport d'hiver de l'Alpe d'Huez, faisant de la route nationale 91, un passage obligé pour les coureurs du Tour de France.

Aujourd'hui, la route a entièrement été déclassée en route départementale pour être renommée RD 1091.

Le transport routier[modifier | modifier le code]

Autocar du réseau Transisère, ligne Express 2.
Autocar du réseau Transisère.

Depuis Grenoble, la commune est desservie par le réseau TAG et les cars du réseau Transisère. La ville étant dans le périmètre des transports urbains du SMTC, les lignes Transisère sont accessibles avec la tarification TAG.

Lignes TAG

Ces deux lignes sont d'anciennes dessertes Transisère transférés au réseau TAG

Lignes Dessertes
 3330
Vizille Chantefeuille ↔ Brié-et-Angonnes Tavernolles
 6050
Vizille Chantefeuille ↔ Vaulnaveys-le-HautGières Gare-Universités ↔ Saint-Martin-d'Hères Sciences Sociales

Lignes Isère Express (Transisère)

Lignes Dessertes
 Express 2
Vizille ↔ GrenobleVoreppe
 3000
Le Bourg-d'Oisans ↔ Vizille ↔ Grenoble
 4100
CorpsLa MureGrenoble
 4101
GapLa MureLaffreyGrenoble

Tarification TAG vers Grenoble ; jusqu'à Séchilienne et Saint-Pierre-de-Mésage. Tarification Transisère vers Le Bourg d'Oisans et La Mure.

Le transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Gare de Jarrie-Vizille
Gare de Jarrie-Vizille.

La commune possède une gare à son nom, situé sur le territoire de Jarrie. Elle est desservie par les trains TER Rhône-Alpes / TER PACA de Grenoble à Gap et Briançon, avec correspondances à Veynes pour Sisteron, Aix-en-Provence et Marseille.

Avant la fermeture aux voyageurs de la ligne Jarrie-Le Bourg D'oisans elle était une gare de correspondance entre le réseau du PLM et celui à voie métrique des VFD vers Le Bourg-d'Oisans.

Article connexe : Gare de Jarrie - Vizille.

L'ancienne ligne qui traversait Vizille fut fermée à partir de 1946, et des autocars Chausson remplacèrent les rames voyageurs le 1er août 1946 entre Vizille et Bourg-d'Oisans et le 1er décembre 1946 entre Jarrie et Vizille.

En 1951, la ligne Grenoble-Vizille par Uriage-les-Bains est fermé à tout trafic.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vizille fut d'abord une ville forte connue sous le nom d'Oppidum Antiquum. Elle deviendra par la suite Castra Vigiliae, une station militaire romaine. Le nom connaîtra une mutation pour devenir l'appellation Vizille.

Histoire[modifier | modifier le code]

carte de l'Allobrogie
Carte de l'Allobrogie.
François de Bonne, duc de Lesdiguières
François de Bonne, duc de Lesdiguières.
Casimir Périer
Casimir Périer.
Jean Casimir-Périer
Jean Casimir-Périer.
Château de Vizille
Le Château de Vizille en 1910.
Sur la place, une locomotive à vapeur et un tramway électrique des Voies ferrées du Dauphiné.
Albert Lebrun et sa famille
Albert Lebrun et sa famille.
Photo HDR du château de Vizille
Photo HDR du château de Vizille.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

  • Gaulois et Romains

À l'époque de la soumission des allobroges aux romains, Vizille fut une ville forte qui se dénommait Oppidum Antiquum. Après l’invasion romaine, une voie y passait, venant de Suze par le Lautaret et la vallée de la Romanche et se dirigeait vers Grenoble. Plusieurs fois les Romains durent renoncer à ce passage, repoussés par les guerriers Allobroges[15].

Elle est ensuite devenue Castra Vigiliae, station militaire sur la voie romaine. Possession partielle au Xe siècle de l'abbaye de Cluny.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • Du temps du Dauphin

Au Moyen Âge, Vizille est chef-lieu de mandement. L'enquête de 1339, signale 17 « fortalicia », deux maisons fortes sont situées dans l'enclos fortifié (receptum castri). L'une est crénelée (merlatata)[16], et est la possession de Guigues Pelissier est décrite comme : « Item est in eodem recepto ab uno latere quedam domus fortis merlatata guigonis pellicerii Et immediate adheret predictis doniono castro et receptis burgum et villa dicti loci visilie »[17]. L'autre est pourvue de trois tours. Cette dernière est citée comme « domus » en 1290 et est la possession d'Arthaude Bertrand.

Elle est en 1339 composée de « trois grandes et hautes tours », appartenant à Jacelme Bertrand et décrite comme : « Item ab uno latere dicti recepti est domus fortis de jacelmeti bertrandi domicelli in qua sunt tres magne et alte turres »[17]. En 1417, lors de la visite du rempart, le maître des œuvres demande au propriétaire d'y effectuer des travaux.

En 1427, un nouveau propriétaire en est investi et le pouvoir royal ordonne la non séparation des bâtiments avec les revenus qui en dépendent[17].

  • Le « Transport » du Dauphiné à la France

Entretemps, le 30 mars 1349, par le traité de Romans, le dauphin Humbert II céde le Dauphiné au royaume de France. En contrepartie, le fils du roi de France devait dorénavant prendre le titre de dauphin et la France reconnaître une certaine autonomie de sa nouvelle province.

Article connexe : Dauphiné.

La Renaissance et Le Grand Siècle[modifier | modifier le code]

  • Les guerres de religion

La cité de Vizille fut pris par les protestants au XVIe siècle, puis reprise par les catholiques. Lesdiguières, devenu lieutenant-général du Dauphiné, acquit le vieux château et le fit reconstruire.

  • Le Duc de Lesdiguières et son château

François de Bonne, Duc de Lesdiguières est né le 1er avril 1543 à Saint-Bonnet (Hautes-Alpes) et mort le 28 septembre 1626 à Valence (Drôme), fut un militaire français du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle.

Entre 1600 et 1619, il fait construire le Château de Vizille tel qu'on peut le voir actuellement.

En 1620, lors des rébellions huguenotes, Lesdiguières, nouvellement converti au catholicisme, répondit de la soumission du Dauphiné, dont il était gouverneur, et reçu en remerciement le collier du Saint-Esprit et l'épée de connétable de France. Il est aux sièges de Montauban

Les Temps Révolutionnaires[modifier | modifier le code]

  • Vizille, ville de la famille Perrier

À la fin du XVIIIe siècle, un riche industriel de la région, Claude Perier, achète le château délaissé aux descendants des Lesdiguières et y installe une manufacture d’impression sur tissu.

Le 21 juillet 1788, il accepte de recevoir dans la salle du jeu de paume du vieux château aristocratique l’assemblée des trois ordres de la province (Réunion des États généraux du Dauphiné), interdite de réunion à Grenoble.

Donc ce jour, faisant suite à la Journée des Tuiles du 7 juin 1788, des notables de la région de Grenoble (bourgeois et notamment juristes) organisent l'Assemblée de Vizille réunissant 50 prêtres, 165 nobles et 276 représentants du tiers état (et parmi eux Jean-Joseph Mounier et Antoine Barnave). L'assemblée réclame la réunion des États généraux et leur vote par tête (et non par ordre). Annonciatrice des revendications démocratiques de la Révolution française, l'Assemblée de Vizille est d'abord l'expression de l'opposition aux réformes, notamment fiscales, de Brienne.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La célébration du centenaire de l'assemblée des trois ordres en 1888 dans le château de Vizille permet à Jean Casimir-Perier d'accueillir les plus hauts dignitaires de la IIIème république dont le président de la république Sadi Carnot à qui il succédera. Sadi Carnot inaugurera à cette occasion un monument commémoratif aujourd'hui dénommé la Marianne de Vizille et situé face à l'entrée du domaine.

  • Heurs et malheurs d'un château

Malgré des tentatives de la famille Périer pour vendre le château au Conseil général de l'Isère, celui-ci finit par être vendu pour 400 000 francs à Jean Imbert, industriel de Saint-Étienne. En 1901, celui-ci est à nouveau vendu à une société anglaise dénommé "The anglo French Syndicate Limited", avec un bénéfice de 50 000 francs. Cette société désirait transformer le château en "Grand Hôtel Restaurant du Château de Vizille", mais le projet ne put aboutir car la société anglaise fit faillite en 1906 [18]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1906, le château est acheté par le comte Alberto Marone, gendre de Giovanni Cinzano, propriétaire d'une grande marque de vermouth. Après avoir songé d'utiliser le domaine à des fins industriels, le comte finira par vendre le château et le domaine à l'État, 17 septembre 1924[19]

  • Vizille, symbole de la République

Le premier président de la République à séjourner au château est Gaston Doumergue, qui y séjourne en août 1925 à l'occasion de l'inauguration de l'exposition de la houille blanche et du tourisme à Grenoble. Albert Lebrun, élu en 1932 y séjourne deux mois avec sa famille, notamment durant les étés 1936 et 1938[20]. Albert Lebrun y présidera d'ailleurs le seul et unique conseil des ministres de l'histoire de la ville le 19 août 1936. Plus tard, en 1943 ce sera encore à Vizille, alors qu'il est hébergé chez son gendre et sa fille (et non au château, comme on aurait pu le supposer) que le courageux Albert Lebrun (il avait refusé de quitter la France) sera arrêté par les nazis et déporté dans le Tyrol en Autriche rattachée au IIIème Reich[21].

  • La seconde guerre mondiale

Dès 1942, le territoire de Vizille et ses environs abrite de nombreux groupes de résistance dont les FTP. La répression menée par les troupes allemandes d'occupation sera féroce : les 17 et 18 février 1944 une vingtaine de Vizillois seront arrêtés et déportés.

Le 22 août 1944 de nombreux Vizillois, aidés des membres du Maquis de l'Oisans et des armées alliées libèreront la ville[22].

  • Le retour de la République à Vizille

Vincent Auriol, élu à sont tour président de la République en 1947, ne viendra à Vizille qu'une fois au début de son investiture[23].

René Coty, son successeur, élu président de la République en 1954, sera l'hôte le plus fidèle au château, car il s'y rendra six fois, même après la mort de son épouse. À l'époque, de nombreux vizillois pourront rencontrer cet homme simple, en promenade dans les rues de leur ville[24]

Le général Charles de Gaulle, successeur de René Coty, élu en 1959, ne viendra qu'une seule nuit à Vizille, celle du 6 au 7 octobre 1960, à l'occasion d'un voyage officiel dans la région[25].

  • Le « transport » du Château et son domaine au Conseil général

L'Histoire semble se répéter car le domaine de Vizille change encore de propriétaire mais pour le bien de tous. En effet, le domaine et son Château furent cédé au Conseil général de l’Isère en 1973.

En 1983, anticipant sur la célébration du Bicentenaire de la Révolution française, le musée de la Révolution française de Vizille prit place dans les différentes salles du château.

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Logo de la Métro (CAGAM de Grenoble)
Logo de la Métro (CAGAM de Grenoble) que Vizille a rejoint en 2014).
  • Les vizillois, à la « croisée des chemins »

Vizille, ville historique, n'est pourtant pas une réelle destination de vacances pour les citadins de France et d'ailleurs. Passage obligé des touristes se rendant dans les stations du sud de l'Isère, et lieu d'intérêt pour les amateurs de l'Histoire révolutionnaire, la ville ne reste généralement qu'une simple étape sur un plus long voyage.

La ville a, cependant, beaucoup investi dans son aménagement urbain : de grands parkings, un office de tourisme bien documenté et des bâtiments civils (notamment l'hôtel de ville), refaits à neuf et ravalés. De plus, en raison de nombreuses activités festives (voir le chapitre "Manifestations culturelles et festivités"), la ville est devenue, au fil du temps, plus attractive.

  • Un nouveau destin

Depuis le 1er janvier 2014, Vizille et la Communauté de communes du Sud Grenoblois ont rejoint la communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La Mairie de Vizille.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Vizille a été l'une des communes dirigées par un élu du Parti de Gauche. Son maire, décédé en cours de mandat, a été remplacé par un écologiste, confirmant un ancrage dans la gauche alternative.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mai 1953 Royer SFIO  
mai 1953 mars 1965 Jacques Fourrier PCF Professeur - Conseiller général du Canton de Vizille (1961-1964)
mars 1965 avril 1998 Alfred Gryelec PCF Conseiller général du Canton de Vizille (1970-2001)
avril 1998 mars 2008 Alain Berhault PCF  
mars 2008 février 2013 Serge Gros PG Décédé en cours de mandat[26]
février 2013 mars 2014 Lionel Coiffard EELV  
avril 2014 en cours Jean-Claude Bizec MoDem  
Les données manquantes sont à compléter.

Service municipaux[modifier | modifier le code]

Voiture de police municipale de Vizille.
Voiture de police municipale de Vizille.

L'hôtel de Ville propose les services suivants :

  • Service de l'état-civil
  • Service action social et logement, gestionnaire :
    • de l'action sociale
    • du service logement
    • de l'épicerie solidaire et lieu de rencontre "l'Escale"
  • Service de police municipale
  • Service Communication
  • Service "Droit de place", gestionnaire :
    • des marchés et animations type brocante...
  • Service culturel, gestionnaire :
    • de la médiathèque Jules-Vallès
    • de la ludothèque (L'ilot jeux)
    • de la salle de cinéma (Le jeu de paume) avec
      • une salle de 340 places
      • une salle de 75 places
    • de la maison des Pratiques Artistiques
  • Service élections
  • Service jeunesse, gestionnaire :
    • du secteur petite enfance
    • de l'accueil périscolaire
    • du centre de Loisirs
    • du relais assistantes maternelles
  • Service enseignement, gestionnaire :
    • des écoles et de la restauration scolaire
    • Le réseau d'aide spécialisée aux enfants en difficulté (RASED)
  • Service fête et cérémonie
  • Service financier, gestionnaire :
    • des marchés publics
  • Service informatique
  • Service juridique et urbanisme
  • Service du personnel
  • Service des sports, gestionnaire :
    • des équipements sportifs suivants :
      • du gymnase de l'école du Château
      • du gymnase de l'école Jean-Jaurès
      • du gymnase Guy Mocquet
      • de l'espace sportif du Parc avec :
        • le gymnase du Parc
        • les terrains du Parc (football, rugby)
        • les tennis du parc
  • Services techniques comprenant :
    • l'association syndicale des digues
    • le service "fêtes, travaux et voiries"
    • le service "espace verts"
    • le service "garage et transports"
    • le syndicat de gestion du collège

Le centre des Congrès de Vizille "La Locomotive"[modifier | modifier le code]

Cet équipement, construit et aménagé pour les associations, les familles, et les entreprises est situé en face du parc du Domaine de Vizille.

Ce centre des congrès est un bâtiment HQE (Haute Qualité Environnementale), privilégiant notamment un haut niveau d’isolation. Il dispose d’un parking de 130 places.

Ce bâtiment moderne, à la façade entièrement habillée en bois, comprend une salle principale, polyvalente et modulable d’une capacité de 400 places assises. Plusieurs configurations sont possibles grâce aux cloisons amovibles. On peut également découvrir un hall d’entrée et de réception, un office-traiteur équipé pour les professionnels et une terrasse de 300 m2 dont un tiers en partie couverte. Une salle de réunion de 60 m2 est également située à l’entrée du centre. Son usage est réservé à des réunions associatives de 30 à 40 personnes[27].

Le bâtiment, et l'ensemble de son équipement, a été inauguré par le maire le 9 mars 2013[28].

Autres services publics[modifier | modifier le code]

La commune présente également les services suivants :

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville de Vizille gère 4 écoles primaires, le Conseil général de l'Isère y gère un collège et le Conseil régional de Rhône-Alpes y gère un lycée.

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

  • École Jean-Jaurès, Place Henri-Barbusse
  • École Joliot-Curie, avenue de Vénaria
  • École Paul-Langevin, chemin du Maniguet
  • École du Château, Rue Emile-Cros

Enseignement secondaire[modifier | modifier le code]

Le Lycée de Vizille.
le Lycée de Vizille.

Collège composé de trois bâtiments scolaires, plus un bâtiment réservé à la restauration et un autre pour le gymnase, le collège accueille 643 élèves répartis en 25 classes

Lycée des métiers de l'électronique et du numérique à Vizille, il présente la particularité d'accueillir un internat d'une capacité d’accueil de 135 places.

Santé[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune héberge sur son territoire :

  • Un centre médico-psychologique adulte
  • Un centre médico-psychologique infanto juvénile
  • Un centre médico-scolaire
  • Un centre de planification familiale
  • Un service de médecine du travail (MT2I)

Économie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Vizille à l'instar de ses communes voisines, présente des potentiels de développement économique dans de nombreux secteurs[32] :

Secteur social et solidaire[modifier | modifier le code]

L’économie sociale et solidaire représente 8,5% de l’emploi et offre des possibilités de création d’emplois et de maintien d’entreprises locales.

Secteur touristique et hôtelier[modifier | modifier le code]

Secteur commercial et artisanal[modifier | modifier le code]

La commune de Vizille présente sur son territoire une grande surface de grande distribution, de type supermarché avec distribution de carburant :

  • une enseigne Intermarché, situé sur la route de Grenoble

et des commerces de grande distribution plus modestes

  • une enseigne Netto
  • une enseigne Lidl
  • une enseigne Carrefour Market

Secteur agricole et forestier[modifier | modifier le code]

L’activité agricole est encore très présente et les systèmes de production et de commercialisation se sont diversifiés en développant des outils collectifs de qualité. L’activité forestière amorce le développement d’une filière bois-énergie prometteuse.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château, le jardin et l'entrée.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Domaine départemental de Vizille[modifier | modifier le code]

Il est situé aux portes de Grenoble et du massif de l'Oisans, sur la RN 85 Route Napoléon. Sur le même site, un prestigieux patrimoine représenté par le château de Vizille avec un musée, et le Parc du Domaine départemental de Vizille composé de jardins et un parc animalier. Le Domaine est ouvert au public, l'entrée est libre.

  • Le Château de Vizille, anciennement château du Duc de Lesdiguières, il devint une résidence des Présidents de la République française avant d'être revendu au Conseil général de l'Isère.
  • Les jardins du Parc du Domaine départemental de Vizille s'étendent devant le château sur une centaine d'hectares. Ils étaient autrefois territoire privé de chasse du Duc de Lesdiguières. Ils comprennent de larges étendues de pelouses bordant un canal, des parterres à la française, une forêt avec des arbres centenaires aux essences multiples, une roseraie et un parc animalier d'une soixantaine d'hectares.

De nombreuses espèces d'oiseaux se rencontrent sur les pelouses : canards, cygnes, bernaches, hérons, etc. Les eaux courantes du canal sont peuplées de truites et carpes.

Un petit train permet d'en faire le tour par les allées cavalières, d'avril à octobre.

Le Prieuré[modifier | modifier le code]

Situé dans le cimetière, le plus ancien établissement religieux de Vizille, le monastère de Sainte-Marie-de-Visiliae aurait déjà existé en l'an 726. L'abbaye de Cluny en devint propriétaire et fit construire un prieuré à cet emplacement dès 993. De l'église du XIIe siècle, il reste sur la façade le plus remarquable portail roman du Dauphiné, classé monument historique. Le linteau et le tympan sont réalisés en marbre de Vizille. Au centre du tympan sculpté trône le Christ, tandis que sur le linteau figure la Cène. Les têtes et les mains ont été enlevées ou mutilées par les protestants durant les guerres de religion.

Le château de paille[modifier | modifier le code]

Le bourg s’est développé au pied de l’éperon rocheux, sur un espace pentu et exigu protégé des inondations de la Romanche. Ce quartier aux toits de chaume dénommé « château de paille », accessible par une ruelle située en face de la mairie, fut en partie détruit par un incendie.

Le château du Roy[modifier | modifier le code]

Le château du Roy, Vizille.

Accessible par le quartier du château de paille ou par la montée située à gauche de l’entrée principale du château, cette antique forteresse, remanié aux XIVe, XVe et XVIe siècles, fut l’un des fiefs des comtes d’Albon. Les Dauphins y séjournèrent fréquemment. En 1349, avec le transfert du Dauphiné à la France, le château devient château royal. Il fut ravagé par un incendie à l’époque de Lesdiguères.

De cet ensemble subsiste la tour reprise dans la construction du XVIe siècle de Lesdiguères et une partie des murs d’enceinte qui entouraient le château. Du jardin on découvre un point de vue sur le massif de Belledonne et la vallée de Vaulnaveys.

L'Hôtel de ville[modifier | modifier le code]

Cet édifice auquel on accède par la rue Général-de-Gaulle, fut édifié Place Stalingrad sur l’emplacement de deux maisons bourgeoises de la fin du XVIIIe siècle, appartenant à la famille de Viennois. La façade de conception symétrique est l’œuvre de l’architecte Berruyer. Un très bel escalier à balustre en pierre dessert les deux étages. À proximité, sur la façade du Café de la Paix, on peut remarquer une méridienne du XIXe siècle, indiquant la période de l’année en fonction du soleil.

La « Marianne » de Vizille[modifier | modifier le code]

Cette statue de Marianne est aussi dénommé « statue de la Liberté ». Ce monument est situé sur la place du château, face à l'entrée du Domaine départemental de Vizille.

Elle a été érigée le 21 juillet 1888 pour célébrer le centenaire de l’Assemblée de Vizille. Sur son socle sont gravées quelques phrases de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 ainsi que des noms de représentants des trois ordres du Dauphiné.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Le Musée de la Révolution française de Vizille a ouvert ses portes en 1984 au château de Vizille. Y sont regroupées des collections d'œuvres d'art, d'arts décoratifs et d'objets historiques. Un centre de documentation-bibliothèque met à la disposition du public un fonds riche d'une vingtaine de milliers d'ouvrages. La visite du musée est gratuite.

Patrimoine culinaire[modifier | modifier le code]

  • Le vizillois est aussi une pâtisserie à base de biscuit à la noix de coco, de chocolat, et de framboise.

Evénements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Pour connaitre le programme de la saison culturelle, le site de sortir à Vizille donne les informations nécessaires aux personnes intéressées[33].

  • Les Fêtes Révolutionnaires de Vizille
    • En juillet, (généralement autour du 20 juillet), la ville de Vizille, en partenariat avec l’Office de Tourisme de la commune, la Communauté de communes du Sud Grenoblois , le Domaine de Vizille, et le Conseil général de l’Isère, reconduisent chaque année les « Fêtes Révolutionnaires de Vizille ». Cette manifestation autour de la Révolution française est devenue un événement unique en France avec notamment les animations suivantes[34] :
      • Place du Château : un marché de producteurs locaux et des animations festives (reconstitution de scènes révolutionnaires)
      • Parc du Domaine : des évocation de la Prise des Tuileries et un feu d'artifice et/ou un spectacle son et lumière en soirée
      • Musée de la Révolution française : Conférences sur des sujets historiques liés à la Révolution Française
  • Le Festival du film pour enfants
    • Ce festival local a généralement lieu durant la période de vacances scolaire de la Toussaint. Le but premier de ce Festival est des transmettre aux enfants le plaisir d'aller au cinéma. Une grande partie du public composant le jury chargé de visionner l'ensemble des films sont des enfants.
    • Le programme de ce festival est généralement autour d’un thème (Le thème est "Braver les interdits" pour l'édition 2013). Les projections ont lieu sur 3 salles, entre 10h00 et 20h00, pendant 9 jours, ce qui donne un total de 140 séances sur la semaine.
    • La soirée de clôture comprend une remise de prix par le jury d’enfants[35].
  • Le Festival P'tits mots, p'tits mômes 30 mars au 6 avril 2010
  • Le Festival D'ici Danse 13 et 14 mai

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

Vizille qui a vu souvent passer la célèbre course sur son territoire notamment pour la fameuse étape de l'Alpe d'Huez a été une ville-départ du Tour de France cycliste.

Autres événements (faits divers)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rampe de Laffrey.

Deux accidents de cars parmi les plus meurtriers de France sont appelés accidents de Vizille (1973 et 2007). En fait, ces accidents se sont produits sur le territoire de la commune de Notre-Dame-de-Mésage, sur la RN85, la route Napoléon, en bas de la descente de Laffrey soit juste avant le pont franchissant la Romanche et qui marque l'entrée dans la ville de Vizille.

Le dimanche 22 juillet 2007, un car polonais descendant la côte de Laffrey et revenant de Notre-Dame de la Salette rate le dernier virage et s'écrase en contrebas sur les rives de la Romanche. Cet accident fait 27 morts et 24 blessés. Ce n'est pas le premier accident de ce type que la ville connaît, 3 autres similaires se sont produits dans les années 1970.

Médias[modifier | modifier le code]

Journaux[modifier | modifier le code]

Historiquement, il y a le quotidien régional Le Dauphiné Libéré qui consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de Vizille-Isère Sud, un ou plusieurs articles à l'actualité de la ville ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales.

Le service communication de la ville de Vizille publie un magazine mensuel dénommé Vivre à Vizille à l'intention de ses concitoyens l'informant de tous les travaux, les projets municipaux ainsi que les principales manifestations et les festivités notables organisées au niveau local[36].

Radios[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne la réception de la télévision, les habitants de la commune et de ses environs, équipés avec des appareils adaptés, peuvent recevoir les 22 chaines de la TNT, comprenant les deux éditions de France 3 : France 3 Alpes - Grenoble.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Venaria Reale[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec :

Venaria Reale est une ville italienne de la province de Turin dans la région du Piémont.

Vöhringen[modifier | modifier le code]

Vöhringen est une ville de Bavière (Allemagne), située dans l'arrondissement de Neu-Ulm, dans le district de Souabe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les familles Périer et Casimir-Périer[modifier | modifier le code]

Les présidents de la République[modifier | modifier le code]

Ci-dessous la liste des président de la République qui séjournèrent au château de Vizille :


Les autres personnalités[modifier | modifier le code]

Victor-Eugène Ardouin-Dumazet
Victor-Eugène Ardouin-Dumazet.

Vizille et ses environs dans les arts[modifier | modifier le code]

Vizille et ses environs au cinéma[modifier | modifier le code]

Jean Marais en 1947.

Les extérieurs du film L'Aigle à deux têtes de Jean Cocteau furent tournés en trois semaines, à partir du 15 octobre 1947, au château de Vizille, surtout dans les jardins, puis au bord du grand canal qui servit de décors extérieurs, alors que toutes les intérieures furent filmées peu après dans les studios d'Epinay, puis au château de Pierrefonds dans l'Oise.

Une exposition a été organisée au Château de Vizille entre le 25 avril et le 20 juin 1998 sur cet évènement artistique qui a réuni dans ce lieu les acteurs Jean Marais et Jean Debucourt, et les actrices Edwige Feuillère et Sylvia Montfort.

Le scénario et la réalisation furent assurés par Jean Cocteau, assisté à la régie générale par le futur cinéaste Claude Pinoteau[38]

Ce film, tourné dans la région de Vizille, avec comme actrice principale Isabelle Huppert présente des scènes tournées autour de Jarrie et Livet-et-Gavet

Ce film, avec comme acteurs notables Daniel Auteuil, Emmanuelle Devos, Ludivine Sagnier et Jean Yanne, fut tourné dans la région Vizilloise et les Alpes dauphinoises. On peut y découvrir, en particulier, de belles images d'Uriage et le site de La Salette.

Vizille et ses environs en peinture[modifier | modifier le code]

Vizille et ses environs en littérature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La distance entre Vizeille et différentes villes site mappy.fr.
  2. [1], 21, 22 et 23 juillet
  3. Les onglets permettent de choisir l'année
  4. a et b Fusion intercommunale Métro/Sud Grenoblois/Balcon Sud Chartreuse - http://alpes.france3.fr/2013/08/30/la-metropole-de-grenoble-sort-du-brouillard-309691.html
  5. site de la ville de Vizille sur le PLU et le POS
  6. site de cartesFrance sur Vizille
  7. site de Visorando avec carte IGN de Vizile
  8. site du domaine de Vizille, page sur le tunnel
  9. Site du SIERG
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  12. « La Romanche - 2013-2015 les objectifs du projet Romanche Séchilienne », sur http://www.symbhi.fr (consulté le 14 avril 2015)
  13. Site du SYMBHI, projet sur la Romanche
  14. Site de l'AAPPMA -gaule vizilloise
  15. site du sud grenoblois sur les allobroges
  16. Élisabeth Sirot 2007, p. 31.
  17. a, b et c Élisabeth Sirot 2007, p. 61.
  18. Vizille, un château et une révolution - édition "Le Dauphiné"
  19. site d'annuaire-isère sur le château de Vizille
  20. Site du CNDP "La république dans ses murs", sur le site cndp.fr
  21. site de la famille Freysselinard sur Albert Lebrun, sur le site pagesperso-orange.fr
  22. site de la mairie de Vizille sur l'histoire de la ville
  23. Site du CNDP sur "Vincent Auriol à Vizille"
  24. Site du CNDP sur "René Coty à Vizille".
  25. Site du CNDP sur "De Gaulle à Vizille"
  26. Le maire de Vizille est décédé, ledauphine.com du 9 fevrier 2013
  27. Présentation du centre des congrès la locomotive
  28. Site d'Id2sorties sur l'inauguration de "La Locomotive"
  29. La gendarmerie, sur le site de la préfecture de l'Isère.
  30. Site du Collège des Mattons
  31. Informations gouvernementales sur le Lycée Portes de l'Oisans
  32. site d'alpes-sud-isère
  33. Sortir à Vizille - saison 2012-2013, sur le site sortiravizille.com
  34. site du dauphiné sur les fêtes révolutionnaires de Vizille
  35. site du magazine Vidéo sur "le festival du film pour enfants"
  36. Magazine municipal "Vivre à Vizille" de juin 2013
  37. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 6 décembre 2014.
  38. site de issuu.com sur le film "L'aigle à deux têtes"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe siècle au début du XVIe siècle, Editions Picard,‎ 2007 (ISBN 9782708407701).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]