Rovon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rovon
L’église, le monument aux morts et la cure
L’église, le monument aux morts et la cure
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Le Sud Grésivaudan
Intercommunalité Communauté de communes Chambaran Vinay Vercors
Maire
Mandat
Béatrice Genin
2014-2020
Code postal 38470
Code commune 38345
Démographie
Gentilé Rovonnais
Population
municipale
599 hab. (2012)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 12′ 12″ N 5° 27′ 43″ E / 45.2033333333, 5.4619444444445° 12′ 12″ Nord 5° 27′ 43″ Est / 45.2033333333, 5.46194444444  
Altitude Min. 172 m – Max. 1 471 m
Superficie 11,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Rovon

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Rovon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rovon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rovon
Liens
Site web rovon.sud-gresivaudan.org

Rovon est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Rovon nous est connue grâce à son château médiéval, propriété de la famille De Rovon qui, faute d'héritiers, le légua aux Dauphins. On sait ainsi que l'évêque Jean de Chissé passa le 30 janvier 1340 au château de Rovon à l'occasion d'une grande visite pastorale. En 1477, Etienne du Chatel, alors propriétaire du château, est condamné par le parlement du Dauphiné pour le manque d'entretien et l'état de délabrement du château. C'est dans les années qui suivent que le château est abandonné et que les villageois utilisent ses pierres pour fortifier le village et y construire des habitations. Il ne subsiste, aujourd'hui, plus aucune trace du château médiéval de Rovon.

L'église de Rovon serait la plus ancienne du canton de Vinay. Les premières traces de la construction actuelle remontent à la fin du XVe siècle et l'église est mentionnée sur le cartulaire de Saint-Hugues. Le clocher fut reconstruit en 1670. Il est à noter qu'un rovonnais célèbre, François Morel, avocat au Parlement de Grenoble, fut inhumé sous la nef en 1666.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rovon Blason D'or au dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules[1].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 M. Claude Dherbey SE  
mars 2008 réélue 2014 Mme Béatrice Genin FG Suppléante du conseiller général de Vinay, M. Coux, depuis 2011
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 599 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
504 521 550 514 560 601 592 633 625
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
530 605 601 501 507 466 461 440 409
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
385 374 346 329 344 321 354 332 325
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
309 262 274 310 424 532 578 591 599
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Histoire des communes de l'Isère, Roanne, Horvath,‎ (ISBN 2-717-10492-5).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la commune d Rovon.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :