1957

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1957 (MCMLVII en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour les autres significations, voir 1957 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1954 1955 1956  1957  1958 1959 1960

Décennies :
1920 1930 1940  1950  1960 1970 1980
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Football Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Agitation au Burundi.
  • Incidents violents à Bamako contre la secte musulmane Wahabi. Des habitations sont saccagées.
  • Droit de grève au Congo belge.

Maghreb[modifier | modifier le code]

16 février : arrestation de Larbi Ben M'hidi

Amérique[modifier | modifier le code]

Amérique latine[modifier | modifier le code]

  • 24 février[13] : un journaliste du New York Times, Herbert Matthews, publie une série d’article sur les rebelles cubains conduits par Fidel Castro et Che Guevara. Le régime corrompu de Batista commence à perdre ses appuis internationaux et s’en trouve affaibli. Castro compte s’assurer un sanctuaire en zone rurale et attendre les révoltes urbaines, mais le « Mouvement du 26 juillet » fait peu d’émules auprès des paysans. Le « manifeste de la Sierra Maestra », qui réclame la démocratie, des élections libres, la liberté de la presse et de terres pour les paysans (juillet), ne change rien.
  • 10 mai : pacte libéral conservateur en Colombie. Chute du dictateur Gustavo Rojas Pinilla. Les libéraux et les conservateurs négocient un partage du pouvoir. Ils parviennent à s’accorder sur une stricte répartition des postes gouvernementaux, à tous les niveaux, et avec une alternance au pouvoir, pour une période de 16 ans (4 mandats). L’idée, qui consiste à éliminer les sources d’affrontement en supprimant toute possibilité d’exclusion d’un parti du pouvoir, est adoptée par référendum (décembre) et en 1958 le régime du Front national est inauguré.
  • 11 juin : formation d'une junte patriotique au Venezuela[14].
    • Crise fiscale au Venezuela. L’État est presque en faillite. Les élites conservatrices se joignent à l’opposition pour réclamer le départ du dictateur Marcos Pérez Jiménez. Les partis d’opposition (parti communiste, AD, COPEI, IRD) décident de former une junte patriotique pour renverser le dictateur (juin). Les trois partis non communistes se mettent secrètement d’accord à New York pour exclure les communistes du pouvoir en dépit de leur participation à la résistance.
  • 28 juillet : élections législatives en Argentine.
  • 22 septembre : début de la dictature de François Duvalier en Haïti après des élections marquées par la fraude (fin en 1971).
  • 15 décembre : plébiscite confirmant le pouvoir de Marcos Pérez Jiménez au Venezuela.
  • 21 décembre : Ramón Villeda Morales, élu président au Honduras (fin en 1963). Il tente d’imposer une réforme agraire.
  • Agitation sociale chronique en Bolivie entre 1957 et 1964, affectant autant les activités minières que les campagnes.
Canada[modifier | modifier le code]
Articles détaillés : 1957 au Canada et 1957 au Québec.
États-Unis[modifier | modifier le code]
  • Ralentissement de l’investissement privé. Reprise de l’inflation (4,1 %).
  • 3,9 % d'inflation
  • Légère récession
  • Contraction du PIB de 0,1 %

Asie[modifier | modifier le code]

31 août : indépendance de la Malaisie

Indonésie[modifier | modifier le code]

  • 8 janvier : Hatta abandonne la vice-présidence. Les ministres appartenant au Masjumi démissionnent.
  • 21 février : Soekarno introduit une forme de gouvernement plus autoritariste, une démocratie à l’indonésienne. Le PNI, le PKI et la centrale syndicale SOBSI le soutiennent. Les partis musulmans et Hatta sont hostiles, car le système implique la participation des communistes au gouvernement.
  • 2 mars : lancement du mouvement de rébellion de la Permesta à Manado à Sulawesi du Nord.
  • 14 mars : le gouvernement Sastroamidjojo démissionne. Soekarno impose la loi martiale, qui donne des pouvoirs accrus au chef d’état-major, le général Nasution.
  • 8 avril : après l’échec de Suwirdjo, le ministère extraparlementaire est créé par le Dr Djuanda qui reprend le programme de Soekarno. Le conseil national est créé et malgré la multiplication des attentats, le président Soekarno poursuit sa politique « d’union nationale ».
  • Novembre : affaire de l'Irian : la résolution de l’ONU invitant les Hollandais et les Indonésiens à reprendre les négociations sur le statut de l’Irian n’obtient pas la majorité des deux tiers.
  • 30 novembre : un attentat vise Soekarno.
  • 2 décembre : en riposte, le « Comité pour la libération de l’Irian » déclenche une grève générale. De nombreux ressortissants hollandais sont rapatriés. Les entreprises occupées par les travailleurs et les plantations qui étaient des propriétés hollandaises sont placées sous le contrôle du gouvernement de Jakarta. Le gouvernement multiplie des démarches pour se procurer à l’étranger des armes et des navires pour mettre fin au monopole de fait des sociétés hollandaises de navigation.

Europe[modifier | modifier le code]

Europe de l'Est[modifier | modifier le code]

  • L'Union soviétique demande la convocation d'une conférence au sommet, la suspension des essais nucléaires, la renonciation à l'emploi des armes nucléaires, la création d'une zone dénucléarisée en Europe et la signature d'un pacte de non-agression.
  • La répression des insurgés se poursuit en République populaire de Hongrie de 1957 à 1958 avec la déportation de centaines d’entre eux en Union soviétique. Imre Nagy et bon nombre de ses partisans sont exécutés (1958). Le cardinal László Mindszenti trouve refuge auprès de la délégation américaine à Budapest et y reste jusqu’à être autorisé à quitter le pays en 1971. Plus de 300 exécutions et 16 000 condamnations ont été recensées.
  • La production industrielle en République fédérale populaire de Yougoslavie a augmenté de 70 % par rapport à 1953.
  • Renforcement des conseils industriels régionaux en URSS (1957, 1962) et regroupement de certaines entreprises industrielles.
  • En URSS, la production industrielle totale est 33 fois supérieure à celle de 1913, la production de biens de consommation est multipliée par 13 seulement, celle de l’industrie lourde par 74.

Europe de l'Ouest[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1957 en France, 1957 en Italie et 1957 en Suisse.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 1er janvier : l'Égypte dénonce le traité d'alliance avec le Royaume-Uni. Sous la pression du président américain Dwight Eisenhower, Israël se résigne à l’évacuation du Sinaï et l'Égypte récupère Gaza.
  • 11 février : l'Union soviétique réagit à la « doctrine Eisenhower » par le plan Chepilov. Il prévoit la résolution pacifique des conflits, la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays arabes, la suppression des alliances militaires et des livraisons d'armes. Il propose une neutralisation de la région avec une zone d’influence soviétique. Les États-Unis refusent.
  • Février : le roi Hussein de Jordanie, devant la montée des oppositions, se résigne à former un gouvernement de tendance nationaliste arabe. Le traité d’alliance avec la Grande-Bretagne est dénoncé. Glubb Pacha est renvoyé de l’armée. La Syrie, l'Égypte et l'Arabie saoudite s’engagent à subvenir aux besoins financiers du royaume.
  • 13 avril : le gouvernement de Jordanie propose une fédération avec la Syrie et l'Égypte et l’établissement de relations diplomatiques avec l'Union soviétique. Hussein renvoie le gouvernement. Les forces pro-nassériennes, soutenues par les officiers palestiniens de l’armée jordanienne, répliquent par une insurrection populaire. Le roi rétablit l’ordre grâce aux troupes loyalistes.
  • 8 juin (Royaume d'Irak) : le Premier ministre Nouri Saïd démissionne. Les gouvernements suivants maintiennent une orientation pro-occidentale.
  • Juin[18] : au Liban, le parti de Chamoun remporte les élections grâce à un découpage électoral qui permet d’éliminer une partie des chefs de l’opposition pro-nassériens. Un vote permettant la réélection du chef de l’État est envisagé.
  • 12 juillet : le prince Karim, 20 ans, étudiant à Harvard, devient l'Aga Khan, chef spirituel de 20 millions de musulmans ismaéliens, à la mort de son grand-père.
  • 6 août : accord de coopération économique et technique soviéto-syrien. En réponse, la CIA prépare le plan Wappen visant à renverser le régime syrien qui échoue lamentablement. Plusieurs diplomates américains sont expulsés de Syrie.
  • En septembre, des troupes turques sont massées à la frontière syrienne. L'URSS annonce qu’elle défendra la Syrie. À la fin du mois, l'Arabie saoudite tente une médiation auprès de Damas sans consulter Nasser.
  • 13 octobre : en réponse, l'Égypte débarque des troupes à Lattaquié, en Syrie.
  • 28 octobre : accord de coopération entre la Syrie et l'URSS.
  • 20 novembre : le dirigeant palestinien Hajj Amin al-Husseini demande le rattachement de la Palestine à la future République arabe unie. Nasser refuse car il ne souhaite pas voir la création d’une autorité palestinienne dans le règlement de la question israélo-arabe.
  • 26 décembre : conférence afro-asiatique du Caire. Réaffirmation des principes de Bandung. Il est décidé que l'Union soviétique ferait partie du Conseil permanent (1er janvier 1958).
  • Décembre, Syrie : le parti Ba'ath rédige un projet d’union avec l'Égypte.
  • Au lendemain de Suez, David Ben Gourion se lance dans une stratégie « périphérique » consistant à desserrer l’étau que les États arabes voisins d’Israël font peser sur ce dernier. Il noue des alliances avec la Turquie, l’Éthiopie, voire le Soudan. Ce rapprochement permet des politiques de déstabilisation politiques conjointe dans les pays arabes, comme le soutien apporté aux Kurdes d’Irak par Israël et l’Iran.

Océanie et Pacifique[modifier | modifier le code]

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Naissances en 1957[modifier | modifier le code]

Décès en 1957[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]