Seyssinet-Pariset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pariset.
Seyssinet-Pariset
Hôtel de ville de Seyssinet-Pariset
Hôtel de ville de Seyssinet-Pariset
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton canton de Fontaine-Seyssinet
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole
Maire
Mandat
Marcel Repellin
2014-2020
Code postal 38170
Code commune 38485
Démographie
Population
municipale
12 227 hab. (2011)
Densité 1 148 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 10′ 51″ N 5° 41′ 49″ E / 45.1808652, 5.6970402 ()45° 10′ 51″ Nord 5° 41′ 49″ Est / 45.1808652, 5.6970402 ()  
Altitude 262 m (min. : 209 m) (max. : 1 565 m)
Superficie 10,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Seyssinet-Pariset

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Seyssinet-Pariset

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Seyssinet-Pariset

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Seyssinet-Pariset
Liens
Site web www.ville-seyssinet-pariset.fr

Seyssinet-Pariset est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Seyssinettois (Seyssinettoises).

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue générale de Seyssinet au début du XX siècle.

Le territoire communal de Seyssinet-Pariset est situé entre le massif du Vercors et la berge occidentale du Drac, affluent de l'Isère. La ville est membre de la Communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole. À proximité des rives du Drac et de la plage du Beauchemin.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La Tour sans Venin, tableau de Jean Achard.

Pariset est un hameau situé en altitude sur les premières pentes du Vercors (route de Saint-Nizier). On y rencontre « La tour sans venin », ruine d'une forteresse militaire qui existait déjà au XIe siècle. Un émetteur hertzien y est installé pour desservir la cuvette grenobloise (émetteur TNT).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Engins, Fontaine, Grenoble, Saint-Nizier-du-Moucherotte, Seyssins.

Transports[modifier | modifier le code]

La ville est reliée au reste de l'agglomération par un réseau de bus (lignes 51 et 55) et de tramway (ligne C) couvrant l'ensemble du territoire communal. Elle possède également un important réseau de pistes cyclables et de transport scolaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Tramway Grenoble - Villard-de-Lans sur un viaduct à Pariset au début du XXe siècle.
Halte d'artilleurs alpins à la Tour sans Venin.

À l’origine, la petite commune de Pariset se composait de trois parties bien distinctes mais reliées par un tramway : Seyssinet, Pariset et Saint-Nizier. Ces « bourgs » étant très éloignées les unes des autres, et les métiers très divergents, le conseil municipal étudia le projet de division de cette grande commune en deux nouvelles.

En 1926, le projet est adopté à la majorité : deux communes doivent voir le jour : Seyssinet et Pariset-Saint-Nizier mais à la suite d’une nouvelle enquête, les nouveaux conseils municipaux remarquent que Pariset désire être rattachée à Seyssinet. Pour finir les deux nouvelles communes seront Seyssinet-Pariset et St Nizier du Moucherotte. Dans la période d'entre-deux-guerres,la commune s'appela : Seyssinet-Pariset-la Tour Sans Venin, mais le dernier lieu dit fut enlevé, par la suite, afin d'alléger le nom de la commune. La gare du chemin de fer de Grenoble à Villard de Lans, implantée à Pariset, était dénommée "Pariset-la Tour Sans Venin".

Cette mesure de changement coup après coup reste assez exceptionnelle dans l’histoire de la IIIe République.

Aujourd’hui très proche de Grenoble, le centre de la commune s’en rapproche encore depuis l’ouverture de la troisième ligne de tramway de l’agglomération grenobloise.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Seyssinet-Pariset Blason Parti : au premier de gueules à une bisse couronnée d'or, au deuxieme d'argent à une tour de gueule maçonnée de sable; au chef d'or chargé d'un dauphin d'azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules[1].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
31 janvier 1790 18 aout 1790 André Faure    
18 aout 1790 9 décembre 1792 Victor Dumas    
9 décembre 1792 6 janvier 1793 André Faure    
16 janvier 1793   Alexis Rancurel    
10 décembre 1794   Michel Louis    
1795 1797 Bourgeat   Agent municipal
1798 1798 Pierre Rey   Agent municipal
1800 mai 1811 André Faure    
juillet 1811 septembre 1813 Etienne Roland    
septembre 1814 1819 Davin    
1820 1826 Paul Faure    
juillet 1826 14 février 1841 Jean Gueneau    
14 février 1841 11 aout 1843 François Reynaud    
11 aout 1843 10 septembre 1844 Jean Gueneau    
10 septembre 1844 18 octobre 1846 Prosper Bajou    
18 octobre 1846 14 mars François Roux dit Marchand    
20 aout 1848 11 mai 1851 Paul-Claude Faure    
11 mai 1851 8 janvier 1858 François Rey    
8 janvier 1858   Pierre Josserand    
14 aout 1860 9 septembre 1865 Pierre Josserand    
9 septembre 1865 28 septembre 1870 Gustave Real    
28 septembre 1870 16 novembre 1870 Henri Giroud    
16 novembre 1870 7 mai 1871 Monsieur Bajou   Président de la commission municipale provisoire
7 mai 1871 8 octobre 1876 Henri Giroud    
8 octobre 1876 22 janvier 1878 Félix Real    
22 janvier 1878 3 aout 1879 Paul Demenjon    
3 aout 1879 23 janvier 1881 Joseph Brosse    
23 janvier 1881 4 mai 1890 Jean Baptiste Moyet    
4 mai 1890 15 mai 1892 Gabriel Herodet    
15 mai 1892 12 aout 1894 François Rostaing    
13 aout 1894 15 mai 1904 Joseph Douillet    
15 mai 1904 3 janvier 1909 Léon Policand    
3 janvier 1909 14 avril 1912 Gustave Ploussu    
14 avril 1912 13 mai 1925 Aimé Bouchayer    
13 mai 1925 12 mai 1929 Emile Sistre    
12 mai 1929 7 juillet 1930 Jean Sistre    
10 aout 1930 5 mai 1935 Edouard Terrat    
5 mai 1935 7 juin 1936 Gustave Gautier    
7 juin 1936 26 octobre 1947 Patron Chassande    
26 octobre 1947 10 avril 1949 Marcel Balme    
10 avril 1049 16 mars 1965 Joseph Guétat    
16 mars 1965 16 novembre 1970 Louis Carrel    
27 novembre 1970 18 juin 1995 Edmond Aguiard    
25 juin 1995   Marcel Repellin DVD  
16 mars 2008   Marcel Repellin DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis le 31 mai 1986, la ville de Seyssinet-Pariset est jumelée à la ville de San Giovanni Lupatoto en Italie.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 12 227 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
571 673 730 734 914 957 973 1 006 936
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
944 932 930 914 904 886 903 992 904
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
861 846 970 951 1 342 1 319 1 358 1 612 2 072
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
4 539 10 869 12 157 12 893 13 241 13 074 12 826 12 227 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville possède un ensemble d'établissements scolaires couvrant les besoins du territoire ouest de l'agglomération composé de plusieurs écoles maternelles (Chartreuse, Vercors, Chamrousse, Moucherotte), primaires (Vercors, Chamrousse, Village, Moucherotte), d'un collège (Pierre Dubois) et d'un lycée (Aristide Bergès). On peut également mentionner l'école municipale agréée de musique et de danse.

Cultes[modifier | modifier le code]

Église de Seyssinet

La ville de Seyssinet-Pariset dispose de plusieurs lieux de cultes chrétiens, et notamment une église Catholique au centre du village, ainsi qu'une église Protestante Evangélique dans la Zone Industrielle de la Percevalière.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Non loin de la « Tour sans Venin », le site de randonnée dénommé le « Désert de Jean-Jacques Rousseau » nous indique la présence du célèbre philosophe dans les hauteurs de Seyssinet-Pariset comme lieu de méditation lors de son passage à Grenoble.
  • Eugène Faure et Marcel Trillat y sont nés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]