Dojo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Dojo Toolkit
Un Dojo de Kendo
Le Noma Dōjō[1] en 2006 : certains éléments majeurs sont de l'époque Edo, mais celui-ci est démoli en 2007.
Le Budo Collège Belge, la plus anciene école d'arts martiaux de Belgique (fondé en 1951) - La salle des miroirs.
Dojo[2] de l'École royale d'arts martiaux Yama Arashi[3] - au Sablon (Bruxelles), un des plus anciens clubs d'arts martiaux de Belgique et d'Europe (fondé en 1959).

Le dojo (道場, dōjō?) est le lieu consacré à la pratique des budō ou à la méditation bouddhiste zen. Littéralement en japonais, signifie la voie (c'est le même caractère que le tao chinois), le dōjō est le lieu où l'on étudie/cherche la voie.

Historiquement le dojo était la salle du temple religieux. Ces grandes salles ont aussi été utilisées par la suite pour l'enseignement des arts martiaux. Dans le cas du dojo où l'on étudie les arts martiaux comme dans le cas des dojos servant de centre de méditation bouddhiste, des règles strictes sont instituées. Le dojo est un lieu où l'on progresse. Cette progression est obligatoirement supervisée et contrôlée par un maître.

Orientation[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, le dojo obéit à des règles concernant son orientation. Le côté honorifique, dit kamiza (上座?, lit. le côté élevé) est situé face au Sud. Le kamiza (également nommé shomen) est le plus souvent décoré d'une calligraphie, de sabres, d'un portrait ou de tout autre objet symbolique de la discipline enseignée. L'enseignant s'assied dos au kamiza. C'est aussi de ce côté qu'est placé un invité de marque. Le mur d'en face est le shimoza (下座?, lit. côté bas), où sont assis les élèves. Ceux-ci sont rangés selon un ordre coutumier, qui mélange souvent le grade et l'ancienneté dans la pratique de la discipline ou dans le dojo. Les élèves les plus anciens sont à la gauche de l'enseignant (à l'Est, donc), les débutants à l'Ouest. C'est également à l'Ouest que sont placés les visiteurs éventuels, tandis que les assistants de l'enseignant s'asseyent dos au côté Est de la salle, le Joseki.

Cette orientation a une signification symbolique. Assis face au Sud, l'enseignant reçoit en plein la lumière du soleil, qui est la connaissance qu'il doit transmettre. Les élèves, eux, ne peuvent voir cette lumière qu'au travers de la réflexion qu'en offre l'enseignant, qui se doit donc d'être le miroir le plus fidèle possible. Les pratiquants anciens sont du côté du soleil levant : de par leur ancienneté, ils commencent à comprendre les principes essentiels de leur discipline, alors que les débutants sont encore dans l'ombre.

Le placement des invités du côté des débutants est également un héritage historique. Quand il existait de nombreuses écoles concurrentes, mettre les invités du côté des débutants et loin des anciens rendait difficile aux éventuels espions envoyés par les autres écoles de voir les techniques particulières à ce dojo (toutes les techniques étant alors réputées secrètes).

Aujourd'hui, au Japon comme en France, ce sont avant tout des considérations pratiques qui règlent l'orientation du dojo (configuration du bâtiment), et les règles traditionnelles de placement des élèves sont inégalement appliquées selon les disciplines et les enseignants. Ainsi, certains enseignants considèrent que le placement hiérarchique renforce la fierté (l'ego) et doit être évité ; d'autres estiment que le pratiquant doit connaître sa juste place dans le dojo et donc respecter le placement.

Portraits de maîtres d'arts martiaux affichés côté kamiza dans un dojo traditionnel[modifier | modifier le code]



Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Dojos célèbres et/ou anciens[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fit partie des quatre grands dojo de kendo de Tokyo.
  2. Suite à la suppression d'un mur porteur par l'antiquaire exploitant le rez-de-chaussée, le Yama Arashi fut obligé, pour des raisons de sécurité, d'abandonner son dojo du 40 rue Sainte Anne au Sablon.
  3. Plus de 15.000 élèves et de 150 ceintures noires ont été formés dans cette école.