Saint-Nizier-du-Moucherotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Nizier-du-Moucherotte
L'église.
L'église.
Image illustrative de l'article Saint-Nizier-du-Moucherotte
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Villard-de-Lans
Intercommunalité Communauté de communes du massif du Vercors
Maire
Mandat
Franck Girard-Carrabin
2014-2020
Code postal 38250
Code commune 38433
Démographie
Gentilé Saint-Nizards
Population
municipale
1 058 hab. (2011)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 10′ 19″ N 5° 37′ 52″ E / 45.1719444444, 5.6311111111145° 10′ 19″ Nord 5° 37′ 52″ Est / 45.1719444444, 5.63111111111  
Altitude Min. 863 m – Max. 1 897 m
Superficie 11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Saint-Nizier-du-Moucherotte

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Saint-Nizier-du-Moucherotte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Nizier-du-Moucherotte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Nizier-du-Moucherotte
Liens
Site web www.saint-nizier-du-moucherotte.fr
Vue générale de Saint-Nizier du Moucherotte

Saint-Nizier-du-Moucherotte est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de Saint-Nizier-du-Moucherotte est situé dans le massif du Vercors, de plus il fait partie du parc naturel régional du Vercors.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

  • Charvet
  • Les Michalons
  • La Chaussère
  • Rochetière
  • Arcelles
  • Les Volants
  • La Roche
  • Les Guillets
  • Pierregrainne
  • Les Girauds
  • La tour
  • Les Roux
  • Les Chamois

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Engins Engins Fontaine Rose des vents
Engins N Seyssinet-Pariset
Seyssins
O    Saint-Nizier-du-Moucherotte    E
S
Lans-en-Vercors Lans-en-Vercors Claix

Saint-Nizier-du-Moucherotte est situé[1] à environ 18 km de Grenoble.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Saint-Nizier-du-Moucherotte et les rochers des Trois Pucelles.
Saint-Nizier-du-Moucherotte et les rochers des Trois Pucelles.

La commune est uniquement desservie par la route départementale 106 qui relie Méaudre à Seyssins.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Grenoble qui est située à environ 21 km de la commune.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 5110 du réseau Transisère.

Aéroport[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Grenoble-Isère situé à environ 61 km.

Sentiers de randonnées[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par :

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune prend le nom de Nizier de Lyon et du Moucherotte, le sommet le plus oriental du Vercors.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est la loi no 1689 du 31 mars 1929 qui l'a créée par séparation de la commune de Pariset, qui devient Seyssinet-Pariset[2],[3], loi promulguée le 4 avril.

Saint-Nizier-du-Moucherotte a abrité l'un des maquis du Vercors, au pied du Moucherotte. C'est bien en évidence, dominant Grenoble où étaient postées les troupes allemandes, qu'un immense drapeau fut planté, en signe de provocation pour affirmer l'indépendance de la zone libre. La commune possède désormais un mémorial à la mémoire des évènements de juin et surtout juillet 1944[4]. Jean Prévost guidait les troupes de résistants dans le Vercors contre les Allemands. Celui-ci repose actuellement au Mémorial dressé en l'honneur des partisans de la liberté.

Saint-Nizier-du-Moucherotte a accueilli une partie des épreuves de saut à ski des Jeux olympiques d'hiver de 1968 de Grenoble. Le tremplin est désormais désaffecté.

Des années 1950 aux années 1970, le village était l’un des lieux privilégiés des Grenoblois pour trouver le grand air du dimanche, mais aussi un haut lieu de la jet-set de l’époque.

Les équipements alors présents sur la commune, donnant accès à un panorama somptueux, étaient l’une des causes de la grande popularité du village. Il y eut jusqu’à la fin des années 1940 le tramway, nommé GVL (Grenoble - Villard-de-Lans), qui permettait un accès direct depuis la capitale des Alpes. Celui-ci fut démonté en 1950.

Ce qui attirait le plus de monde était sans doute le magnifique promontoire du Moucherotte, dominant l’agglomération de ses 1 901 m. À la fin des années 1950, M. Jean Zucchetta réalisa son rêve, celui de construire un hôtel au sommet du Moucherotte, qui serait desservi par un « téléférique »… avec un « f » comme « féérique ». L'appareil en question est finalement une télécabine, une des premières de France, et un des rares exemplaires produits par la société Applevage[5].

Le 3 mars 1956 est inaugurée la remontée mécanique, l’hôtel « l’Ermitage » ouvre ses portes en 1959. La télécabine et l'hôtel ont ensuite été abandonnés et sont tombés en ruine. Une récente opération de nettoyage du sommet du Moucherotte a rendu ce site à la nature.

Saint-Nizier avait aussi une station de ski (1 téléphérique « téléférique » et 5 téléskis). A ce jour, seul un téléski débutants reste exploité en centre village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Franck Girard-Carrabin[6]    
Les données manquantes sont à compléter.

Services publics[modifier | modifier le code]

L'office du tourisme.

La commune dispose des services suivants :

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 058 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1931. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
223 206 171 225 192 207 277 484 575
1999 2006 2008 2011 - - - - -
805 964 1 010 1 058 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,8 % contre 48,4 % au niveau national et 49,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 26,3 %, 15 à 29 ans = 12,5 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 24,4 %, plus de 60 ans = 13,6 %) ;
  • 49,2 % de femmes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 14,1 %, 30 à 44 ans = 27,6 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 13,1 %).
Pyramide des âges à Saint-Nizier-du-Moucherotte en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
2,3 
75 à 89 ans
3,4 
11,3 
60 à 74 ans
9,7 
24,4 
45 à 59 ans
22,1 
23,2 
30 à 44 ans
27,6 
12,5 
15 à 29 ans
14,1 
26,3 
0 à 14 ans
23,1 
Pyramide des âges du département de l'Isère en 2007 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
5,2 
75 à 89 ans
7,9 
12,0 
60 à 74 ans
12,7 
19,6 
45 à 59 ans
19,6 
21,8 
30 à 44 ans
21,0 
20,7 
15 à 29 ans
19,2 
20,4 
0 à 14 ans
18,6 

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède[12] une école primaire publique.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Station de ski « Saint-Nizier-du-Moucherotte

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Entrée de la nécropole de Saint-Nizier-du-Moucherotte.
  • les rochers des Trois Pucelles où se sont retranchés les derniers résistants du maquis de Saint-Nizier-du-Moucherotte.
  • Émetteur de Saint-Nizier-du-Moucherotte : l'Émetteur de Saint-Nizier-du-Moucherotte est un émetteur d'ondes moyennes. Il émet le programme de France Info sur 1404 kHz avec une puissance de 20 kW. Il utilise comme antenne un pylône isolé de la terre d'une hauteur de 109 mètres.
  • Mémorial et nécropole de Saint-Nizier-du-Moucherotte : le mémorial du village est un site national historique qui se situe à l'entrée de la route de Charvet, à environ 1 km du centre du village en direction de Seyssins. Ce monument a été réalisé pour les résistants et quelques militaires morts lors de la guerre de 1939-1945, il se trouve sur le même lieu des combats tenus entre le 13 et le 15 juin 1944. Le cimetière conserve la memoire de 98 résistants, notamment de l'écrivain Jean Prévost (capitaine Goderville), d'Eugène Chavant (Clément) et de François Huet (Hervieux)[13].
  • Tremplin olympique : le tremplin de ski se situe juste en dessous des Trois Pucelles. Il a été utilisé pendant les J.O. d'hiver de 1968 pour les épreuves de ski combiné. Il mesure 90 mètres. Il est actuellement abandonné. Sous le tremplin se trouve un terrain de vélo trial ouvert au public, et il s'y déroule parfois des compétitions.
Vue panoramique.
Vue panoramique.

Activités festives[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La distance entre la commune et : la préfecture, le chef-lieu d'arrondissement et le chef-lieu du canton avec Mappy.fr.
  2. Loi divisant la commune de Pariset (département de l'Isère) en deux communes distinctes disponible sur Gallica, dans le Bulletin des lois de la république française - Année 1929, p. 15
  3. cassini.ehess.fr Le territoire communal.
  4. Colonel Pierre Tanant, Vercors, Haut lieu de France, Arthaud [1948, 1950, 1957, 1964, 1966, 1971] et Lavauzelle [1983]
  5. (mul)Roman Gric, ISR 50 ans, ISR,‎ 2007 (lire en ligne), p. 50 (21 sur PDF).
  6. Résultats des élections municipales de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture de l'Isère.
  7. Annuaire des centres d'entretiens routiers sur le site du conseil général de l'Isère.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  10. « Évolution et structure de la population à Saint-Nizier-du-Moucherotte en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 juillet 2011).
  11. « Résultats du recensement de la population de l'Isère en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 juillet 2011).
  12. Site officiel de l'académie de Grenoble.
  13. Source : panneau à l'éntrée de la nécropole de Saint-Nizier-du-Moucherotte.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]