Ouvrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ouvrier (homonymie) et OS.
Une ouvrière américaine dans une usine Consolidated Aircraft à Fort Worth, au Texas, en octobre 1942.
Un ouvrier travaillant sur une machine à vapeur. Photographie de Lewis Hine, 1920.
Une laitière de Pont-l'Évêque, fin XIXe.

L'ouvrier est une personne qui loue ses services dans le cadre d'un travail artisanal, industriel ou agricole en échange d'un salaire. Par définition, cette notion fait référence au statut du salariat et à l'exercice d'un travail manuel (ce qui exclut les employés de bureau).

Le développement de l'industrialisation et de la mécanisation va continuellement modifier le statut des ouvriers. Tout au long de cette évolution cette nouvelle forme de travail va s'accompagner de l'émergence d'un mouvement ouvrier et de la conscience ouvrière, de sa montée en puissance via les syndicats, afin de faire reconnaître leurs droits. Sur les plans social et politique, l'accroissement du nombre des ouvriers soulève des débats (la question sociale) ainsi que des réflexions et prises de position concernant l'existence et le destin d'une nouvelle classe sociale : la classe ouvrière.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Terme issu du latin « operari » (ouvrer, soit agir, opérer, travailler avec ses mains) et « operarius » (celui qui fait).

Fin XIIe siècle évolue vers « overier » puis « ouvrier ».

Fin XVIe siècle, le verbe « travailler » élimine progressivement la racine du terme « ouvrer » du fait de l'homonymie avec « ouvrir ». Se sont maintenues cependant certaines formes comme « ouvré », « ouvrable », « œuvre », « ouvroir »[1].

La condition ouvrière faire la pute nynphomane[modifier | modifier le code]

L'évolution du travail ouvrier[modifier | modifier le code]

L'analyse de référence est celle du sociologue Alain Touraine qui définit trois phases d'évolution : la phase A, des débuts de la révolution industrielle, la phase B, avec la production de grande série et l'organisation scientifique du travail et la phase C, de recomposition du travail notamment associée à la montée de l'automation.

Typologie des postes ouvriers[modifier | modifier le code]

En France, on distingue différent niveaux de qualité et de qualification :

  • un apprenti : une personne en cours de formation ;
  • un manœuvre : un ouvrier manuel, peu qualifié ;
  • un ouvrier qualifié : un ouvrier ayant une réelle qualification ;
  • un ouvrier spécialisé : ouvrier spécialisé dans un produit ou un type de travail.

De ce niveau dépendra le type de travail effectué et la rémunération associée.

Statistiques 1000 pourcent de pute nymphomane[modifier | modifier le code]

En France, dans les années 1950[2], les ouvriers occupent 40 % des emplois. L'effectif ouvrier atteint son niveau maximum vers 1970.

Selon les derniers recensements, les effectifs ouvriers représentent :

en 1999 : 7,05 millions de personnes sur 26,4 millions d'actifs (26.7 %)
en 2009 : 6,8 millions de personnes sur 29,1 millions d'actifs (23.3 %).

Sociologie[modifier | modifier le code]

Un groupe social distinct[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Classe ouvrière.

Cette position sociale (celui qui œuvre), recouvre de multiples fonctions, en général manuelles, mais ne peut pas être définie par un métier, ni même par un type de métier. Il regroupe l'ensemble des emplois nécessitant un effort manuel pour l'accomplir.

La Culture ouvrière[modifier | modifier le code]

L'ouvrier d'industrie ou agricole, qui a représenté une part importante de la population des pays développés de la fin du XIXe siècle à la fin du XXe siècle, et plus généralement la culture ouvrière (parfois plus ou moins assimilée à la culture populaire, qui comprend aussi la culture paysanne, celle des marins, etc.) a donné lieu à d'innombrables écrits littéraires, philosophiques, sociopolitiques, culturels et scientifiques[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13] et à de très nombreuses représentations artistiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la période féodale, les ouvriers les plus qualifiés peuvent aspirer au statut d'artisan et gagner davantage. Mais à l'occasion de la Révolution industrielle, le sens du mot d'ouvrier va renvoyer à une autre réalité : il ne désigne plus strictement l'ensemble des salariés qui travaillent dans l'agriculture ou dans l'artisanat, mais aussi -et surtout- l'ensemble de ceux qui réalisent un travail manuel rémunéré dans le cadre de l'industrie naissante.

Ce nouveau statut, souvent contraint et résultant de l'exode rural, inquiète : les peurs sociales se cristallisent autour des classes dangereuses, à la suite de l'accumulation souvent désordonnée de nouvelles populations dans les faubourgs des villes. Pour mieux contrôler les déplacements croissants des populations, est créé le 1er décembre 1803, sous le Premier Empire, le livret d'ouvrier. Ce document s'inscrit dans une politique qui vise à accentuer une certaine docilité de l'ouvrier envers les patrons[réf. nécessaire]. Un ouvrier rebelle ne trouverait en effet pas de travail puisque ce serait indiqué dans le livret qu'il doit présenter au patron à qui il demande un nouvel emploi.

Dans les années 1830, Le Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie dressé par le Docteur Louis René Villermé est « le plus saisissant ouvrage paru sur les ouvriers français du XIXe siècle. Écrit précisément dans les débuts de l'industrialisation, il retrace avec minutie le cadre de travail et la vie de ceux qu'on appelle les « nègres blancs », condamnés à des journées de quinze à dix-sept heures, pour des salaires infimes. On atteint dans cette enquête le tréfonds de la misère, à une époque où le monde ouvrier ne fait qu'apparaitre. »[14].

Autres regards sur la condition ouvrière[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Littérature prolétarienne.

Plusieurs œuvres d'Émile Zola sont le témoignage de la vie ouvrière au XIXe siècle et notamment du travail dans les mines de charbon, de leurs conditions de travail et de la vie sociale dans les corons (Germinal).

Cinéma[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

  • Là-bas si j'y suis : Émission de reportages radio, dont certains s'intéressent au milieu ouvrier (le plus souvent dans le cadre de luttes)[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Larousse étymologique, Éditions Larousse, Paris, 1971.
  2. Michel Cézard, « Les ouvriers », Insee Première, no 455, mai 1996.
  3. Bozon, M. (2007). Les recherches récentes sur la culture ouvrière: une bibliographie.
  4. Terrain, n° 2, mars 1984. Comptes rendus de recherches achevées ou en cours sur la culture ouvrière et l'anthropologie industrielle. Projets acceptés pour appel d'offres 1983, pp. 72-90.
  5. Montlibert C. de, « Savoir, savoir dire, savoir faire : la mobilisation collective ouvrière », communication présentée au colloque de Nantes sur les cultures populaires, juin 1983.
  6. Frémontier J., La vie en bleu. Voyage en culture ouvrière, Paris, Fayard, 1980.
  7. Hissard J.-R., « L'expression populaire dans le cadre de vie : les jardins ouvriers de Belfort », Revue des sciences sociales de la France de l'Est, n° 5, 1976, pp. 202-214.
  8. Lalive d'Epinay C., « Persistance de la culture populaire dans les sociétés industrielles avancées », Revue française de sociologie, n° 1, janv.-mars 1982, pp. 87-111
  9. Molinari J.-P., Fleury J.-P., « Sur quelques aspects du changement dans les conditions de vie des ouvriers de Brière », Norois, n° 112, 1981, pp. 599-613
  10. Paradeise C., « Sociabilité et culture de classe », Revue française de sociologie, n° 4, oct.-déc. 1980, pp. 571-597.
  11. Terrail J.-P., « Boire et déboire. Sur les principes de la culture ouvrière », Société française, n° 5, 1982, pp. 38-47.
  12. Verret M., « Sur la culture ouvrière », La Pensée, n° 163, 1972
  13. Bonnault-Cornu P. de, « Le langage de travail : une composante de la culture du monde ouvrier », communication au colloque de Nantes sur les cultures populaires, juin 1983
  14. Introduction au Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, recueil de textes choisis et présentés par Yves Tyl, Paris, Union générale d'éditions, coll. « 10/18 » (no 582), 1971, 317 p.
  15. La-bas.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages anciens
  • Dr Louis René Villermé, Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, recueil de textes choisis et présentés par Yves Tyl, Paris, Union générale d'éditions, coll. « 10/18 » (no 582), 1971, 317 p. [tome 1] [tome 2]
  • E. Dupont, Les Ouvriers, histoire populaire illustrée des travailleurs au XIXe siècle, Sceaux, impr. de Charaire et fils, 1890, 600 p. [lire en ligne]
  • Adrien César Égron, Le Livre de l'ouvrier : ses devoirs envers la société, la famille et lui-même, Paris, P. Mellier, 1844, 407 p.
  • Lucie Chenot Laboulais, L'ouvrier, considérations sur le travail, Paris, Paul Dupont, 1890 [lire en ligne]
  • Pierre Émile Levasseur, L'ouvrier américain : l'ouvrier au travail, l'ouvrier chez lui, les questions ouvrières, Paris, Librairie de la société du recueil général des lois et des arrêts et du journal du palais, 1898, 2 vol. [tome 1] [tome 2]
  • Dr René Martial, L'ouvrier : son hygiène, son atelier, son habitation, Paris, Octave Doin et fils, coll. « Bibliothèque d'hygiène et de médecine publiques » (no 19), 1909, 419 p.
Ouvrages contemporains
  • André Nataf, éd, Dictionnaire du mouvement ouvrier, [par] Gérard Adam [et al.], sous la direction de André Nataf, coll. Dictionnaires de culture, Paris: Éditions Universitaires, 1970.
  • Claude Willard (dir.), La France ouvrière : histoire de la classe ouvrière et du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions de l'Atelier, 1995, 3 vol., tome 1, Des origines à 1920, 493 p. (ISBN 2-7082-3163-4) ; tome 2, De 1920 à 1968, 368 p. (ISBN 2-7082-3164-2) ; tome 3, De 1968 à nos jours, 267 p. (ISBN 2-7082-3174-X)