Juan Pablo Montoya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montoya.

Juan Pablo Montoya

{{{alternative}}}
Date de naissance 20 septembre 1975 (38 ans)
Lieu de naissance Bogota, Colombie
Nationalité Drapeau de la Colombie Colombie
Qualité Pilote automobile
Équipe Williams, McLaren, Team Penske
Nombre de courses 97 en F1
40 en Champ car
253 en Nascar
12 en Indycar
Pole positions 13 en F1
14 en Champ car
9 en Nascar
1 en Indycar
Podiums 30 en F1
13 en Champ car
4 en Indycar
Victoires 7 en F1
10 en Champ car
2 en Nascar
2 en Indycar

Juan Pablo Montoya est un pilote automobile colombien né le 20 septembre 1975 à Bogota (Colombie). En Formule 1 entre 2001 et 2006, il a remporté sept Grands Prix. Il a quitté la F1 en juillet 2006 pour se reconvertir dans les épreuves de Nascar aux États-Unis.

Il est le seul pilote à avoir remporté le GP de Monaco en F1, les 500 Miles d’Indianapolis, les 24 Heures de Daytona, le titre Champ Car en monoplace aux États-Unis et deux courses de Nascar. À une époque où les pilotes se spécialisent plus dans une catégorie en particulier, Montoya a su gagner dans diverses machines et dans divers types de championnats.

Biographie[modifier | modifier le code]

1992-1998 : Les débuts[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de pilotes, Juan Pablo Montoya commence à s'intéresser aux sports mécaniques par l'intermédiaire du karting. Il débute dans cette discipline à 5 ans et devient champion de Colombie. En 1992 il se lance en compétition automobile en Formule Renault en Colombie, puis en Skip Barber Series aux États-Unis et en Formule N au Mexique.

En 1995, Montoya part en Grande-Bretagne disputer successivement les championnats nationaux de Formule Vauxhall puis de Formule 3, discipline dans laquelle il remporte deux victoires et termine cinquième du classement général. Ces résultats lui permettent d'accéder au championnat international de F3000 au sein de l'équipe autrichienne Marko en 1997 ; il se révèle en remportant une victoire de prestige au Grand Prix de Pau. Ce succès lui ouvre les portes de l'équipe Williams F1 Team pour laquelle il devient pilote-essayeur.

Parallèlement, Montoya signe avec Super Nova Racing, équipe de pointe en F3000. Malgré un statut de favori et une nouvelle victoire à Pau[1], sa saison se révèle difficile face à Nick Heidfeld du Junior Team McLaren. Il profite finalement du déclassement de ce dernier au Nurburgring pour remporter le titre avec 65 points.

1999-2000 : L'aventure américaine chez Chip Ganassi Racing[modifier | modifier le code]

À l'issue de la saison 1998, sans possibilité d'accéder directement à la Formule 1, Williams ayant concrétisé ses contacts de longue date avec le double champion CART Alessandro Zanardi, il est prêté à l'écurie de CART Chip Ganassi Racing, où il remplace Zanardi. Immédiatement, à 24 ans, le débutant Montoya s'affirme comme l'homme fort du championnat. Malgré ses sept victoires, Montoya paye son manque de régularité et doit attendre la dernière manche du championnat pour être titré au bénéfice du plus grand nombre de victoires, puisqu'il termine la saison avec autant de points que son rival britannique Dario Franchitti.

Tandis qu'en Formule 1, la saison de Zanardi tourne au fiasco, Williams tente de récupérer son protégé mais, fort de son contrat de deux ans, Chip Ganassi conserve le Colombien une année supplémentaire. La saison 2000 s'avère beaucoup plus frustrante que la première. Régulièrement le plus rapide en piste, il est victime du manque de fiabilité récurrent de ses moteurs Toyota. Malgré plusieurs victoires, il termine troisième du championnat, loin de Gil de Ferran. L'année est surtout marquée par son incursion victorieuse dans le championnat IRL (série rivale du CART), à l'occasion des 500 Miles d'Indianapolis. Pour sa toute première apparition dans l'Indiana, sur le célèbre Indianapolis Motor Speedway, Montoya domine la course, menant 162 des 200 tours.

2001-2004 : L'arrivée en Formule 1 chez Williams[modifier | modifier le code]

Dans sa FW26, à Indianapolis

Comme prévu, Montoya est appelé par Williams, désormais motorisée par BMW, pour disputer la saison 2001. Il se met en évidence dès le troisième Grand Prix de la saison, au Brésil, en réussissant un dépassement spectaculaire et plein d'audace sur le tenant du titre Michael Schumacher en début de course. Alors qu'il semble avoir la course en main, il se fait sortir de la piste par le Néerlandais Jos Verstappen auquel il vient de prendre un tour. Lors des courses qui suivent, Montoya peine à confirmer et est éclipsé par son coéquipier Ralf Schumacher. À partir de la mi-saison, il retrouve un niveau plus conforme à ses ambitions ; malchanceux en Allemagne où un souci moteur le prive d'une victoire promise, il obtient enfin son premier succès en septembre 2001, en Italie, disputé dans un contexte très lourd (attentats du 11 septembre 2001 et grave accident la veille en Champ Car d'Alessandro Zanardi).

En 2002, très brillant en qualification (sept pole positions), il ne peut rien faire en course face à la nette supériorité des Ferrari. Contrairement à son coéquipier Ralf Schumacher, il ne remporte pas la moindre course et termine troisième du championnat.

Montoya semble en mesure de rivaliser avec Michael Schumacher en 2003, puisqu'après un début de saison très délicat, sa Williams-BMW équipée de pneus Michelin s'avère être la meilleure machine du plateau lors des Grand Prix sous forte chaleur. Contraint à l'abandon sur casse moteur en Autriche alors qu'il était en tête, il s'impose à Monaco et en Allemagne mais perd des points précieux dans la course au titre lors des Grands Prix d'Europe et de France au cours desquels il est dominé par son coéquipier Ralf Schumacher et doit se contenter de la deuxième place. À Magny-Cours, mécontent de la tournure que prend sa course, il est au cœur d'une violente dispute par radio avec ses ingénieurs ce qui l'amène à entamer immédiatement des pourparlers avec l'écurie McLaren-Mercedes en vue de la saison 2005[2]. La signature du contrat est officialisée peu après la fin du championnat[3]. Lors des dernières courses de la saison, le retour en forme des Ferrari ainsi qu'une pénalité à Indianapolis pour s'être accroché avec Barrichello hypothèquent ses espoirs de titre mondial. Son abandon, sur casse mécanique, alors qu'il est en tête au Japon lui fait perdre toute chance de prendre la deuxième place du général à Kimi Raïkkonen tout en anéantissant les espoirs de titre constructeur de son équipe.

Toujours chez Williams en 2004, Montoya effectue une saison relativement terne, due à l'échec de l'étonnante Williams FW26 et à ses relations délicates avec la direction de l'écurie. Se sachant en partance à la fin de l'année, Montoya ne montre pas toujours la motivation nécessaire à la bonne marche de l'équipe. Il quitte Williams sur une victoire à l'occasion de l'ultime Grand Prix de la saison au Brésil.

2005-2006 : Espoirs déçus chez McLaren[modifier | modifier le code]

Comme prévu depuis l'été 2003, il rejoint McLaren Mercedes en 2005 mais son intégration est fortement perturbée par une blessure à l'épaule qui l'oblige à manquer deux Grands Prix en début de saison. Si la version officielle fait état d'une glissade lors d'un match de tennis[4], des versions officieuses évoquent un accident au guidon d'un engin motorisé (quad ou moto-cross), ce qui pour certains, jette une ombre sur le professionnalisme du pilote colombien. Après avoir quitté la Formule 1, il expliquera que c'est à la suite de cette rumeur que ses relations avec son patron Ron Dennis commencèrent à se détériorer.

Légèrement handicapé par cette blessure, Montoya doit attendre la mi-saison pour montrer son potentiel. Il parvient progressivement à rivaliser avec son coéquipier Kimi Räikkönen en performances pures et obtient trois victoires, dont une à Monza où son pneu arrière commençait à se déchiqueter à quelques tours du but. Toutefois il multiplie les erreurs de pilotage et est impliqué dans plusieurs accrochages.

Attendu pour sa deuxième saison chez McLaren en 2006, Montoya est désavoué par son équipe dès le mois de décembre 2005. En annonçant l'arrivée de Fernando Alonso pour 2007 ainsi que sa volonté de conserver Kimi Räikkönen, McLaren indique au Colombien qu'elle ne compte plus sur lui à moyen terme. Cette situation se traduit par des prestations décevantes de Montoya lors de la première moitié de saison 2006. Sans véritable perspectives d'avenir en Formule 1, même si des rumeurs font état d'un retour en 2007 chez Williams, Montoya annonce, le 9 juillet, son départ pour la Nascar aux États-Unis, au sein du Chip Ganassa Racing. Le 14 août, dans une entrevue accordée au journal colombien « El Tiempo », il justifie cette décision par l'ennui qu'il éprouve en Formule 1 et son peu de motivation à lutter au volant d'une voiture incapable de viser la victoire.

Le 11 juillet, deux jours après l'annonce de Montoya, McLaren annonce son remplacement par Pedro de la Rosa, le pilote-essayeur, à compter du Grand Prix de France. Si cette séparation anticipée s'effectue officiellement d'un commun accord, certains voient plutôt une véritable mise à pied. Déjà critiqué en interne pour ses prestations au Grand Prix automobile du Canada 2006 et aux États-Unis où il s'est accroché au départ avec son coéquipier, le Colombien a exaspéré son employeur en annonçant unilatéralement son départ en prenant de court la communication de McLaren. Ron Dennis retardera par la suite les débuts en Nascar de Montoya en arguant que le Colombien est contractuellement lié avec McLaren jusqu'au 31 décembre 2006.

2006-2008 : Débuts en Nascar chez Chip Ganassi Racing[modifier | modifier le code]

Juan Pablo Montoya

Description de l'image  Montoya42.jpg.
Naissance 20 septembre 1975 (38 ans)
Bogota, Colombie
No  et écurie 42 - Earnhardt Ganassi Racing
1re course 2006 Ford 400 (Homestead-Miami)
1re victoire 2007 Toyota/Save Mart 350 (Sonoma)
Dernière victoire 2010 Heluva Good! Sour Cream Dips at the Glen (Watkins Glen)
Victoires Top 10 Poles
2 51 9

Dernière mise à jour le 27 janvier 2013.

Statistiques

Sprint Cup Series

La Dodge Nascar de Montoya en 2007

Durant l'été 2006, Montoya signe un contrat de trois ans avec le Chip Ganassi Racing, écurie avec laquelle il a brillé en CART en 1999 et 2000 et aux 500 miles d'Indianapolis 2000 pour piloter en Nascar la Dodge no 42, conduite jusqu'alors par Casey Mears. Si, initialement, son contrat ne débute qu'à compter de la saison 2007, sa rupture anticipée avec McLaren lui permet de démarrer son apprentissage des courses de stock-car dès l'automne 2006.

La première course de stock-car de Montoya a lieu le 6 octobre 2006 sur le Talladega Superspeedway dans une épreuve de la série ARCA RE/MAX Series, un championnat semi-professionnel où d'anciennes voitures Nascar sont engagées. Qualifié second, il termine troisième. Il participe ensuite aux trois dernières épreuves 2006 du championnat Nascar Busch Series avec comme meilleurs résultats une dixième place en qualifications et une onzième place en course) et à la dernière épreuve de la catégorie reine, la Nascar Nextel Cup, sur l'ovale de Miami. Il fait globalement belle impression mais abandonne après spectaculaire accident avec Ryan Newman.

Les 27 et 28 janvier 2007, il profite de la brève intersaison en Nascar pour participer aux 24 Heures de Daytona, manche du championnat d'endurance Grand-Am ; associé à Scott Pruett et Salvador Duran, il remporte la course sur un prototype à moteur Lexus du Chip Ganassi Racing.

Sa première saison complète en Nascar Nextel Cup débute deux semaines plus tard par le Daytona 500, qu'il termine à la dix-huitième place. La suite de saison s'avère tout aussi difficile malgré une première arrivée dans le « Top 5 » à Atlanta. Parallèlement à son engagement à temps complet en Nextel Cup, il dispute également plusieurs épreuves en Busch Series où il remporte, début mars, son premier succès en Nascar à Mexico, sur un circuit routier. Le 24 juin, Montoya, parti trente-deuxième, remporte sa première victoire en Nextel Cup sur le circuit routier de Infineon Raceway à Sonoma en Californie, devenant ainsi le deuxième pilote non-américain (après le Canadien Earl Ross à Martinsville en 1974) à s'imposer dans la catégorie-reine de la Nascar et le troisième pilote à avoir gagné à la fois en Formule 1, en IndyCar et en Nascar, après les Américains Mario Andretti et Dan Gurney. Il connaît moins de réussite en août lors de l'autre course routière du calendrier à Watkins Glen, contraint à l'abandon sur accrochage à 15 tours de l'arrivée. Au terme de la saison, il remporte officiellement le titre de meilleur débutant de la saison.

En janvier 2008, il remporte une nouvelle fois les 24 Heures de Daytona. La saison Nascar est une légère déception car il ne progresse pas au classement final, terminant vingt-cinquième du championnat, contre vingtième la saison précédente. Il n'obtient aucune victoire mais il obtient quelques résultats. À Sonoma, il lutte pour la victoire avant d'être percuté par Marcos Ambrose et termine sixième. À Watkins Glen, il finit quatrième. Son meilleur résultat de l'année est obtenu sur ovale, dexuième à à Talladega. Il a réalisé la pole position au Kansas avant d'être disqualifié pour pare-chocs non conforme.

2009-2013 : Nascar chez Earnhardt Ganassi Racing[modifier | modifier le code]

Montoya poursuit, en 2009, au sein du Earnhardt Ganassi Racing né de la fusion entre l'écurie de Chip Ganassi et de la Dale Earnhardt, Inc.. Il réalise sa première pole position sur le Talladega Superspeedway, entre souvent dans le top 10, avec pour objectif de rentrer dans le chase. Il y parvient après la course de Sonoma où il s'adjuge la douzième place provisoire du classement général. Il réalise sa meilleure course de l'année à Pocono où il termine deuxième. À l'issue de la course de Watkins Glen il est septième du championnat et, pour la première fois de sa carrière se qualifie pour le chase à l'issue de la vingt-sixième course du championnat. Il y fait un bon début en terminant les quatre premières courses dans le top 5 et atteint la troisième place provisoire du championnat. Des accidents lors de trois des quatre courses suivantes à Charlotte, Talladega et au Texas mettent fin à ses espoirs de titre ; il termine huitième du championnat.

En 2010, Montoya est plusieurs fois impliqué dans des accidents ou victime de soucis techniques et, malgré six top dix, pointe à la vingtième place du classement provisoire après le Coca-Cola 600, à la moitié de la saison régulière. En seconde moitié de saison, bien que régulièrement aux avant-postes avec quelques bons résultats, il alterne les top 10 et les abandons, ce qui le place loin du chase. Néanmoins, il remporte sa seconde victoire dans la discipline, le 8 août 2010, sur le circuit routier de Watkins Glen International et devient ainsi le premier non-américain à remporter plusieurs victoires en Nascar. Non-qualifié pour le chase, il se classe dix-septième du championnat.

En 2011, il se classe quatre fois dans le top-10 et deux fois dans le top-5 en six courses ; la suite de la saison s'avère catastrophique : lors des trente courses restantes, il ne fait pas mieux que septième et termine la saison vingtième du championnat. La saison 2012 est pire avec deux huitièmes places, à Bristol et au Michigan, comme meilleurs résultats. Il finit vingt-deuxième du classement général.

En 2013, il remporte une troisième fois les 24 Heures de Daytona. En Nascar, son début de saison est dans la lignée des pauvres résultats de la saison précédente mais après quelques courses, il se bat à nouveau régulièrement aux avants-postes : il finit quatrième à Richmond et deuxième à Dover, son meilleur résultat depuis 2010, en étant passé très près de la victoire lors de ces courses, puisqu'en tête à trois tours de l'arrivée à chaque fois.

2014 : Indycar Series chez Penske Racing[modifier | modifier le code]

Les 9 et 11 décembre 2013, il effectue des tests en IndyCar Series pour le Team Penske Dallara/Chevrolet sur le Phoenix International Raceway et l'Auto Club Speedway. Il s'engage en IndyCar à l'occasion du Grand Prix de St. Petersburg, le 30 mars 2014 et gagne sa première course à Pocono le 6 juillet 2014. Il réalise à cette occasion la vitesse moyenne la plus élevée de l’histoire sur une course de 500 miles (805 km) avec 325,73 km/h[5].

Palmarès et statistiques[modifier | modifier le code]

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole positions Victoires Meilleurs tours Podiums Points inscrits Classement
2001 BMW Williams F1 Team FW23 BMW V10 Michelin 17 3 1 3 4 31 6e
2002 BMW Williams F1 Team FW24 BMW V10 Michelin 17 7 0 3 7 50 3e
2003 BMW Williams F1 Team FW25 BMW V10 Michelin 16 1 2 3 9 82 3e
2004 BMW Williams F1 Team FW26 BMW V10 Michelin 18 0 1 2 3 58 5e
2005 Team McLaren Mercedes MP4/20 Mercedes V10 Michelin 17 2 3 1 5 60 4e
2006 Team McLaren Mercedes MP4/21 Mercedes V8 Michelin 10 0 0 0 2 26 8e

Victoires en Championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

# Année Manche Grand Prix Circuit Écurie Voiture
1 2001 15/17 Italie Monza Williams-BMW FW23
2 2003 07/16 Monaco Monaco Williams-BMW FW25
3 2003 12/16 Allemagne Hockenheim Williams-BMW FW25
4 2004 18/18 Brésil Interlagos Williams-BMW FW26
5 2005 11/19 Grande-Bretagne Silverstone McLaren-Mercedes MP4-20
6 2005 15/19 Italie Monza McLaren-Mercedes MP4-20
7 2005 17/19 Brésil Interlagos McLaren-Mercedes MP4-20

Résultats en Nascar[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Constructeur Départs Victoires Top 5 Top 10 Pole
positions
Classement
2006 Chip Ganassi Racing Dodge 1 0 0 0 0 69e
2007 Chip Ganassi Racing Dodge 36 1 3 6 0 20e
2008 Chip Ganassi Racing Dodge 36 0 2 3 0 25e
2009 Earnhardt Ganassi Racing Chevrolet 36 0 7 18 2 8e
2010 Earnhardt Ganassi Racing Chevrolet 36 1 6 14 3 17e
2011 Earnhardt Ganassi Racing Chevrolet 36 0 2 8 2 21e
2012 Earnhardt Ganassi Racing Chevrolet 36 0 0 2 2 22e
2013 Earnhardt Ganassi Racing Chevrolet 36 0 4 3 0 21e
Totaux 253 2 24 54 9

Résultats en Indycar Series[modifier | modifier le code]

Saison Écurie GP disputés Pole Victoires Podiums Meilleur tour Points inscrits Classement
2014 Team Penske 14 1 1 1 1 428 5e

Palmarès[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Juan Pablo Montoya est marié à Connie. Ensemble, ils ont eu un fils (Sebastian) et une fille (Paulina).
  • Federico Montoya, le frère cadet de Juan Pablo, s'est également lancé dans le sport automobile. Mais après des expériences décevantes en Europe en Formule BMW et en Formule Renault, il est retourné en Amérique du Nord, où il mène une belle carrière en karting.
  • Juan Pablo Montoya détient le record de vitesse sur circuit au volant d'une Formule 1, avec une pointe à 372,6 km/h. Ce record a été enregistré par son équipe, McLaren-Mercedes, lors d'essais privés le 25 août 2005 sur la piste de Monza, en Italie. Il détient également le record du tour de F1 le plus rapide de l'histoire de ce sport avec un tour du circuit de Monza en min 19 s 525 à 262,242 km/h de moyenne en 2004. Le précédent record de tour le plus rapide datait de 2002 sur ce même circuit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le palmarès du grand prix de Pau : Génération F3000 - grandprixhistorique.com (voir archive)
  2. (en) Row 'triggered Montoya move' - BBC Sport, 12 février 2004
  3. (en) McLaren grab Montoya - BBC Sport, 17 novembre 2003
  4. Montoya se blesse à l'épaule - Radio-Canada, 27 mars 2005
  5. Les anciens de la F1 : Montoya, l'homme le plus rapide de l'ouest - Mikaël Le Corre, Fan-F1, 8 juillet 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]