Kogi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'état du Nigéria, voir État de Kogi.

Kogi

Description de cette image, également commentée ci-après

Un Kogi au premier-plan regardant des touristes dans la Sierra Nevada de Santa Marta.

Populations significatives par région
Population totale 9 911 (2004)[1]
Autres
Langues

Kogui

Ethnies liées

tayronas, arhuaco, wiwa

Les Kogis (koʊɡi), ou Koguis, sont un peuple amérindien de Colombie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Indiens kogis vivent depuis plus de 500 ans dans la Sierra Nevada de Santa Marta, dans le nord caraïbe de la Colombie sur une portion de territoire qui va de 0 à 5 770 mètres de hauteur. Ils sont les descendants des Tayronas, que la conquête espagnole a repoussé dans les montagnes.

En 2004, on recense 9 911 kogis en Colombie. Ils sont surtout agriculteurs et possèdent quelques animaux, principalement des porcs et des vaches.

Le peuple Kogi souffre des guérillas en cours en Colombie[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Société[modifier | modifier le code]

Il est à noter que les Kogis donnent la même importance à chaque personne. Il n'y a pas de hiérarchie. Ainsi, celle qui coud a autant d'importance que celle qui écoute ou que celui qui cultive. Une chose importante également, chez les indiens Kogis, toute décision est prise après que tout le monde ce soit exprimé et cela va de l'enfant au vieillard. Pour prendre une décision, les Kogis peuvent prendre beaucoup de temps,cela peut aller jusqu'à trois semaines de discussions. Il faut trouver une décision qui ne lèse personne.[réf. nécessaire]

Spiritualité[modifier | modifier le code]

Leurs rituels et leurs traditions sont caractérisés par un rapport très fort et très sensitif à la Terre. Ils se sentent encore de nos jours « gardiens de la Terre » qu'ils considèrent et traitent comme « sacrée ». Ils sont capables de sentir d'après eux les lieux où la Terre est « vivante » et ceux où elle est morte.

Soutien[modifier | modifier le code]

Une association française, nommée « Tchendukua, Ici et Ailleurs », a été créée à la fin des années 1990 pour racheter les terres volées aux Kogis afin de leur restituer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Reichel-Dolmatoff, Gerardo (1950–1): Los kogi: una tribu de la Sierra Nevada de Santa Marta, 2 vols. Bogotá: Editorial Iqueima (nueva edición 1985, Bogotá: Procultura).
  • Fischer, Manuela y Konrad Th. Preuss (1989): Mitos Kogi. Quito: Abya-Yala.
  • Davis, Wade (2010) El río, Fondo de Cultura Económica/El Ancora editores, 3ª ed. Bogotá. El capítulo II contiene una descripción de la cultura Ika y de la cultura Kogui.
  • Éric Julien, Le chemin des neuf mondes, Albin Michel,‎ 2001 (ISBN 2226128077 et 978-2226128072)
  • Éric Julien et Gentil Cruz, Kogis : Le réveil d'une civilisation précolombienne, Albin Michel,‎ 2004 (ISBN 2226154329 et 978-2226154323)
  • Éric Julien (dir.) et Muriel Fifils (dir.), Les Indiens kogis : La mémoire des possibles, Actes Sud,‎ 2009 (ISBN 978-2-7427-7046-5)
  • Kathy Dauthuille : Tisserand du soleil, réédition revue, corrigée et illustrée, Les Éditions du Puits de Roulle, 2013 (ISBN 978-2-919139-59-0). Conte poétique en hommage aux Kogis qui vivent dans la sierra de Colombie.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Kogis, le message des derniers hommes (2005), film documentaire réalisé par Éric Julien
  • Le chemin des neuf mondes, film documentaire réalisé par Éric Julien
  • Kogis or not Kogis (2010), film documentaire diffusé sur France 2

Liens externes[modifier | modifier le code]