Grenouille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grenouille (homonymie).
Grenouille
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « Grenouille » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Des grenouilles : Rana brama, Rana sanguinea,Rana aurea, Hyla faber.
Des grenouilles : Rana brama, Rana sanguinea,
Rana aurea, Hyla faber.
Taxons concernés

Dans l'ordre des Anura :

Espèces : Voir texte

Le terme grenouille est un nom vernaculaire attribué à certains amphibiens, principalement dans le genre Rana. À un de ses stades de développement, la larve de la grenouille est appelée un têtard. Les grenouilles sont des quadrupèdes de l'ordre des anoures, tout comme les rainettes, qui sont en général plus vertes et arboricoles, les crapauds dont la peau est plus granuleuse et les xénopes strictement aquatiques. Tous ces termes usuels correspondent à des apparences extérieures plus qu'à des classements strictement taxinomiques.

En Europe, parmi les espèces de grenouilles les plus connues figurent la Grenouille verte et la Petite grenouille verte, la Grenouille des champs, la Grenouille rousse et, en élevage, la Grenouille rieuse.

Certaines espèces comme la Grenouille-taureau d'Amérique du Nord, la Grenouille Goliath d'Afrique ou Litoria infrafrenata (grenouille géante) sont remarquables pour leur très grande taille.

La grenouille est utilisée par l'homme depuis l'aube des temps[Quoi ?]. Des grenouilles sont élevées pour consommer la chair de leurs cuisses, d'autres servent à l'expérimentation et certaines sont adoptées pour l'agrément. Elles sont souvent évoquées dans les textes anciens et présentes dans les représentations artistiques. La grenouille est aussi un personnage important du folklore populaire ou enfantin sous forme d'animal tantôt répugnant et maléfique ou, au contraire, magique et bénéfique, en particulier à travers le mythe du prince ou de la princesse transformés en grenouille (ou le plus souvent en crapaud).

Étymologie et nomenclature[modifier | modifier le code]

La racine du mot « grenouille » vient du latin rana, voulant dire grenouille, et ranucula ou ranunculus, petite grenouille. Utilisé dès l'époque médiévale sous sa forme ancienne « renoille » ou « grenoille » au XIIIe siècle, le mot « grenouille » est attesté à partir du début du XVIe siècle. Le « g » initial ayant sans doute été ajouté par évocation du cri guttural de ces animaux[1].

Le mot « grenouille » est déjà présent dans les dictionnaires de français anciens en 1606. Dès sa première édition, en 1694, le Dictionnaire de L'Académie française en donne une définition surprenante : « Insecte (sic) qui vit ordinairement dans les marais ». Insecte est corrigé en « petit animal » dans la quatrième édition de 1762 avec comme précision « quadrupède et ovipare » dans sa sixième édition. Il faut attendre la huitième édition de 1932 pour que la grenouille soit mentionnée comme appartenant à « l'ordre des Batraciens » (désormais ordre des amphibiens)[2].

Diderot et d'Alembert, dans l' Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751 à 1772) décrivent d'abord la grenouille comme un « animal qui a quatre piés, qui respire par des poumons, qui n'a qu'un ventricule dans le cœur, & qui est ovipare », en distinguant les grenouilles aquatiques des rainettes arboricoles[3].

La grenouille coasse. Il ne faut pas confondre avec le cri du corbeau qui croasse.

Une grenouillette est une petite grenouille[4].

La larve de la grenouille s'appelle un têtard.

Parmi les amphibiens, on distinguait autrefois spontanément les crapauds des grenouilles, nom donné à d'autres espèces d'anoures, les premiers étaient caractérisés par une peau plus rugueuse, voire pustuleuse, un œil à pupille horizontale, un museau arrondi[5], des pattes plus courtes, une moindre capacité à sauter, une marche plus lente, et le fait qu'ils passent moins de temps dans le milieu aquatique que les grenouilles[6]. Toutes les langues n'utilisent pas des dénominations particulières pour désigner les espèces d'anoures appelées en français sonneur, grenouille, rainette et crapaud. Certaines langues peuvent faire une distinction analogues comme l'anglais avec toad et frog, mais il n'y a pas forcément de correspondance pour une espèce, autrement dit il est abusif de traduire systématiquement frog par grenouille.

Noms vernaculaires et noms scientifiques correspondants[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique des noms vulgaires ou des noms vernaculaires attestés[7] en français.
Note : certaines espèces ont plusieurs noms. L'abréviation « spp. » veut dire « les espèces »
Les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide.

une grenouille de couleur rousse marbrée de brun, aux joues noires
Grenouille rousse (Rana temporaria)
Deux grenouilles vert pâle, de dos, accrochées à une branche
Grenouille volante, ici l'espèce Rhacophorus reinwardtii

Cycle de croissance[modifier | modifier le code]

Cycle de croissance

Le cycle de croissance d'une grenouille peut se décomposer en 9 étapes :

  1. Avant l'éclosion
  2. Larves juste après l'éclosion s'accrochant à des algues
  3. Avec des branchies extérieures
  4. Les branchies extérieures sont recouvertes et sont absorbées
  5. Larves sans membres d'environ un mois avec des branchies internes
  6. Têtard avec jambes arrières, d'environ deux mois
  7. Avec les jambes avant qui paraissent
  8. Avec les quatre jambes libres
  9. Une jeune grenouille d'environ trois mois, montrant une absorption presque totale de la queue ainsi que le changement de la gueule de têtard en celle de grenouille.

Utilisation par l'homme[modifier | modifier le code]

La grenouille d'élevage est principalement produite pour sa chair. La race « Rivan 92 » de la grenouille rieuse est considérée comme domestique en France[10].

Usage culinaire[modifier | modifier le code]

Attention, toutes les grenouilles ne sont pas comestibles. Certaines espèces sont même très toxiques et d'autres sont des espèces menacées de disparition dont les populations sont désormais protégées.

En cuisine française, ce sont les cuisses qui sont consommées. On parle de déguster des cuisses de grenouille. Les Français ont la réputation mondiale d'être des mangeurs de grenouilles, ce qui leur a valu leur surnom anglais de froggies, frog signifiant grenouille en anglais. Ainsi, on appelle « Vallée des grenouilles » un quartier de Londres, peuplé de beaucoup de Français.
En Italie les Français sont parfois appelés les mangiarane, c'est-à-dire les "mangeurs de grenouilles".

Traditionnellement, il s'agissait d'espèces locales, comme les grenouilles rousses (Rana temporaria) et vertes (Rana esculenta) désormais protégées à l'état sauvage en France, mais encore disponibles dans de rares élevages agréés[11]. Elles ont été remplacées par des grenouilles asiatiques : Rana tigrina, Rana crassa et Rana catesbeiana quand elles sont surgelées et Rana ridibunda pour les importations vivantes[11]. D'autres pays d'Europe ou les États-Unis consomment également ces grenouilles d'importation[12].

Les autochtones au Cameroun mangent couramment Trichobatrachus robustus : chassé avec de longues lances, des machettes, et même parfois des armes à feu pour éviter ses griffes rétractiles, il finit alors au menu, rôti (entier)[13]. Dans les Rumpi Hills[14], zone protégée à l'est du Cameroun, les autochtones en mangent les têtards, qui seraient assez gros[15].

Animal de laboratoire[modifier | modifier le code]

La grenouille est l'un des animaux utilisés couramment dans l'enseignement pour étudier par la dissection le système nerveux, l'appareil digestif ou l'appareil uro-génital[16].

Les espèces du genre Xenopus, qui ont pour certaines la rare particularité pour un animal d'être polyploïdes, sont utilisées comme modèle en laboratoire, notamment dans l'étude de l'embryogénèse et génétique du développement.

Animal de compagnie[modifier | modifier le code]

La grenouille fait partie des nouveaux animaux de compagnie (NAC).

On a par ailleurs relevé un cas d'apprivoisement de grenouille sauvage à Meudon au XIXe siècle ; il est détaillé par le naturaliste Louis Eugène Robert[17].

« Je croyais n'avoir rien à signaler en erpétologie ; cependant l'apprivoisement bien constaté d'une grenouille est un fait trop intéressant pour le passer sous silence. Voici un extrait de ce que M. Guérin Méneville, zoologue des plus distingués, a bien voulu me communiquer à ce sujet :
« Nous n'avions jamais entendu dire que la grenouille fût susceptible de s'apprivoiser, de venir à la voix, de se laisser toucher, de prendre de la mie de pain, quoique jouissant toujours de la plus complète liberté dans un grand bassin, en compagnie d'autres grenouilles et de nombreux poissons de la Chine ; c'est cependant ce que j'ai été à même de voir un grand nombre de fois, ainsi que beaucoup d'autres personnes.
« Lorsque madame Panckoucke, dont l'amabilité ne le cède en rien au mérite de l'artiste-peintre, assistait au déjeuner de ses poissons dorés, une belle grenouille verte ne tardait pas à paraître et à se pavaner au milieu d'eux, en cherchant à leur disputer quelques miettes[18]. Madame Ernestine P....... l'appelait-elle doucement, la batracienne venait au bord du bassin, y appuyait ses pattes de devant, et attendait qu'on voulût bien lui donner un peu de mie trempée ; elle se laissait alors toucher et caresser par les dames dans les mains desquelles elle se glissait volontiers ; enfin, on pouvait la sortir de l'eau et la transporter assez loin sans qu'elle parût s'inquiéter ni chercher à fuir. »

— Louis Eugène Robert, Histoire et description naturelle de la commune de Meudon, 1843

Les grenouilles dans la culture[modifier | modifier le code]

Mythes[modifier | modifier le code]

Beatus de Ferdinand Ier de Castille et Leon et la reine Sancha : les grenouilles sortent de la gueule de la Bête, du Dragon et de la bouche du Faux Prophète. Apoc. XVI, Enluminure sur parchemin, 1047, Bibliothèque nationale d'Espagne.
Beatus d'Osma : les grenouilles (Apocalypse), enluminure sur parchemin, 1086. Cathédrale de El Burgo de Osma.

Les grenouilles sont parfois présentes dans d'étranges phénomènes : les pluies d'animaux.

Dans la Bible, la deuxième des dix plaies d'Égypte est l'invasion des terres par des milliers de ces batraciens. D'après les scientifiques qui se sont penchés sur cet évènement, le phénomène pourrait s'expliquer par une sécheresse ou par l'empoisonnement des eaux du Nil. En effet, dans des situations de stress, ces animaux sont capables d'accélérer leur développement pour fuir plus vite leur milieu, d'où une explosion de leur nombre.

De ce fait, on peut lire dans la bible de nombreuses références négatives sur les grenouilles.

Exode[modifier | modifier le code]

  • 7 - 27 : Si tu refuses, toi, de le laisser partir, moi je vais infester de grenouilles tout ton territoire.
  • 7 - 28 : Le Fleuve grouillera de grenouilles, elles monteront et entreront dans ta maison, dans la chambre où tu couches, sur ton lit, dans les maisons de tes serviteurs et de ton peuple, dans tes fours et dans tes huches.
  • 7 - 29 : Les grenouilles grimperont même sur toi, sur ton peuple et sur tous tes serviteurs.
  • 8 - 1 : Yahvé dit à Moïse : Dis à Aaron : Étends ta main avec ton bâton sur les fleuves, les canaux et les marais, et fais monter les grenouilles sur la terre d'Égypte.
  • 8 - 2 : Aaron étendit la main sur les eaux d'Égypte, les grenouilles montèrent et recouvrirent la terre d'Égypte.
  • 8 - 3 : Mais les magiciens avec leurs sortilèges en firent autant, et firent monter les grenouilles sur la terre d'Égypte.
  • 8 - 4 : Pharaon appela Moïse et Aaron et dit : Priez Yahvé de détourner les grenouilles de moi et de mon peuple, et je m'engage à laisser partir le peuple pour qu'il sacrifie à Yahvé.
  • 8 - 5 : Moïse dit à Pharaon : À toi l'avantage! Pour quand dois-je prier pour toi, pour tes serviteurs et pour ton peuple, afin que les grenouilles soient supprimées de chez toi et de vos maisons pour ne rester que dans le Fleuve?
  • 8 - 7 : Les grenouilles s'éloigneront de toi, de tes maisons, de tes serviteurs, de ton peuple, et il n'en restera plus que dans le Fleuve.
  • 8 - 8 : Moïse et Aaron sortirent de chez Pharaon, et Moïse cria vers Yahvé au sujet des grenouilles qu'il avait infligées à Pharaon.
  • 8 - 9 : Yahvé fit ce que demandait Moïse, et les grenouilles crevèrent dans les maisons, dans les cours et dans les champs.

Psaumes[modifier | modifier le code]

  • 78 - 45 : Il leur envoya des taons qui dévoraient, des grenouilles qui les infestaient.
  • 105 - 30 : Leur pays grouilla de grenouilles jusque dans les chambres des rois.

Sagesse[modifier | modifier le code]

  • 19 - 10 : Ils se souvenaient encore des événements de leur exil, comment la terre, et non des animaux, avait produit des moustiques, et comment le Fleuve, et non des êtres aquatiques, avait vomi une multitude de grenouilles.

L'Apocalypse[modifier | modifier le code]

  • 16 - 13 : Puis, de la gueule du Dragon, et de la gueule de la Bête, et de la gueule du faux prophète, je vis surgir trois esprits impurs, comme des grenouilles.


Allégorie[modifier | modifier le code]

L'allégorie de la grenouille utilise une prétendue observation du XIXe siècle sur le comportement d'une grenouille placée dans de l'eau chauffée doucement pour illustrer un phénomène d'accoutumance progressive conduisant à ne pas réagir à une situation grave. En pratique, les expériences montrent que la grenouille cherche au contraire à s'échapper alors que si elle est plongée directement dans l'eau très chaude elle meurt.

Latone et les paysans lyciens[modifier | modifier le code]

Latone (Leto), mère d’Apollon et de Diane, poursuivie par la colère de Junon en raison de ses relations illicites avec Jupiter, s’est retrouvée assoiffée sur les marges d’un fleuve en Lycie. Les paysans de ce pays voulant l’empêcher de s’abreuver, elle les a transformés en grenouilles. (Ovide, Métamorphoses, VI, 340-380.

Héraldique : blasons et armoiries[modifier | modifier le code]

Les grenouilles sont très présentes dans l'art héraldique de plusieurs pays, dont la France.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Arts[modifier | modifier le code]

Grenouille. Chlorite. L'époque de Nagada, vers 4000 - 3100 avant J.-C. - Musée du Louvre : Sully ; 1er étage ; Antiquités égyptiennes ; Salle 20

Littérature[modifier | modifier le code]

Contes[modifier | modifier le code]

L'école des grenouilles, imagerie populaire vietnamienne

Dans les contes, un prince ou une princesse ou une magicienne bienfaisante, transformés en grenouille (ou crapaud) par le sortilège d'un magicien ou d'une fée attendent qu'on les délivre de leur sort, en général par un baiser. Exemples : La Princesse-Grenouille, le Roi Grenouillet, etc.[réf. souhaitée]

Jean-Pierre Brisset a démontré par des calembours en français que l'homme descendait de la grenouille (coa = quoi ?)[réf. souhaitée].

Fables[modifier | modifier le code]

La Fontaine
Fable : la Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf

Fables de Jean de La Fontaine :

  • La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf (Livre I, fable III),
  • Les deux Taureaux et une Grenouille (Livre II, fable IV)
  • Le Lièvre et les Grenouilles (Livre II, fable XIV)
  • Les Grenouilles qui demandent un Roi (Livre III, fable IV)
  • La Grenouille et le Rat (Livre IV, Fable XI)
  • Le Soleil et les Grenouilles (Livre VI, fable XII)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grenouille dans le TLFi, issu du Trésor de la Langue Française (1971-1994). Sur le portail cnrtl, consulté en juin 2010.
  2. Grenouille dans les Dictionnaires d'autrefois, des XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles, sur Atilf, consulté en juin 2010.
  3. Grenouille sur Atilf, consulté en juin 2010.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa et ab Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  5. Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris Alain Dubois, « Comment on fait la différence entre un crapaud et une grenouille ? », émission Les p'tits bareaux, 24 juillet 2011
  6. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Crapaud » du TLFi, sur le site du CNRTL.
  7. Attention aux appellations et traductions fantaisistes circulant sur l'Internet
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y Nom vernaculaire français d'après Dictionary of Common (Vernacular) Names sur Nomen.at
  9. a, b, c et d Jonathan Crowe - mcwetboy.com sur www.mcwetboy.com
  10. « ESPÈCES, RACES ET VARIÉTÉS D'ANIMAUX DOMESTIQUES. », sur animaux-fr.com, ANIMALERIE BOURGOGNE FRANCHE-COMTE
  11. a et b La grenouille sur le site Restaucours, consulté en juillet 2013
  12. Les cuisses de grenouilles sur le site de la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF), consulté le 20 juin 2013
  13. article dans ScienceDaily, 23 juin 2008 : When Threatened, A Few African Frogs Can Morph Toes Into Claws.
  14. Coordonnées des Rumpi Hills : +4° 52' 4.59", +9° 10' 19.14".
  15. « Trichobatrachus robustus », sur amphibiaweb
  16. Dissection de la grenouille sur le site de SVT de l'Académie de Rennes.
  17. Histoire d'apprivoisement d'une grenouille à Meudon
  18. J'ai été moi-même témoin d'un fait exactement semblable dans la propriété de M. Joly, aux Capucins.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]