Grand Prix automobile des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix des États-Unis

Tracé de la course

Drapeau Circuit des Amériques

Données de la course
Nombre de tours 56
Longueur du circuit 5,513 km
Distance de course 308,405 km
Résultats
Vainqueur 2012 Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton,
McLaren-Mercedes,
h 35 min 55 s 269
(vitesse moyenne : 192,912 km/h)
Pole position 2012 Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
min 35 s 657
(vitesse moyenne : 207,479 km/h)
Record du tour en course 2012 Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
min 39 s 347
(vitesse moyenne : 199,773 km/h)

Le Grand Prix automobile des États-Unis est un événement sportif de course automobile de Formule 1 qui a eu lieu aux États-Unis pour la première fois en 1908.

Historique[modifier | modifier le code]

Photo d'un ticket d'entrée du Grand Prix des États-Unis 1973 valable sur trois jours.
Ticket d'entrée au GP de Watkins Glen 1973.

Intégré au championnat du monde de Formule 1 en 1959 lors de l'épreuve disputée sur le Sebring International Raceway en Floride, le GP des États-Unis s'est fixé, après une édition 1960 sur le circuit de Riverside, à partir de 1961 et jusqu'en 1975 sur le tracé routier de Watkins Glen, dans l'État de New-York. De 1976 à 1980, le GP a continué à se tenir à Watkins Glen, mais sous l'appellation Grand Prix des États-Unis Est afin de le distinguer du Grand Prix des États-Unis Ouest, organisé à Long Beach en Californie.

Tout au long des années 1980, de nombreux Grands Prix de Formule 1 (parfois jusqu'à trois par saison) se sont tenus aux États-Unis, mais jamais sous le titre GP des États-Unis. Les appellations officielles étaient alors Grands Prix des États-Unis Est et Ouest, mais également de Las Vegas, Detroit et Dallas. Il a fallu attendre 1989 pour retrouver un Grand Prix des États-Unis, à Phoenix, dans l'Arizona. Mais après 1991, le Grand Prix des États-Unis disparut du calendrier du championnat du monde de Formule 1.

En 2000 et après neuf années d'absence, le GP des États-Unis a élu domicile à l'Indianapolis Motor Speedway, sur un tracé qui reprend pour partie le fameux quadrilatère des 500 miles d'Indianapolis, ainsi qu'un tracé routier spécialement conçu pour la Formule 1 dans la partie intérieure (l'Infield) du circuit.

Le 12 juillet 2007, la FIA annonce l'annulation de l'épreuve d'Indianapolis pour 2008. Le grand argentier de la F1 Bernie Ecclestone déclare le 4 août 2009 dans Motorsport Aktuell que si la Formule 1 devait revenir aux États-Unis cela ne serait pas à Indianapolis, où la dernière édition s'est déroulée en 2007, mais plutôt soit à Las Vegas lieu de la dernière manche du Championnat du monde de Formule 1 en 1981 et en 1982 soit à New York, même si ces projets « ne sont actuellement pas réalisables ».

En mai 2010, la FIA annonce que le Grand Prix des États-Unis fera son retour au calendrier du championnat du monde en 2012 à Austin au Texas, sur un circuit spécialement conçu pour l'occasion. Le 1er septembre 2010, le tracé de ce nouveau circuit a été dévoilé. La construction débute en décembre 2010 et devrait se terminer en juin 2012.

Le 15 novembre 2011, Susan Combs, contrôleuse générale des finances du Texas, annonce que la subvention de 25 millions pour le Grand Prix ne sera pas versée d'avance tant que la première course n'aura pas eu lieu, surtout depuis l'annonce de l'organisation d'un Grand Prix à New York dès 2013. Le circuit des Amériques annonce dans un communiqué officiel l'arrêt du chantier tant qu'un contrat avec Bernie Ecclestone n'est pas conclu[1]. Le 16 novembre 2011, Bernie Ecclestone affirme dans une interview à Press Association que le Grand Prix des USA d'Austin est sur le point de perdre sa date au calendrier 2012 : « Nous avions un accord avec Full Throttle Productions. Tout avait été signé et gravé dans le marbre mais ensuite la COTA (les promoteurs du chantier du circuit) est venue dire qu'elle voulait gérer les choses elle-même, car elle avait des problèmes avec Tavo Hellmund, le patron de Full Throttle Productions. Ils m'ont dit qu'ils avaient le circuit et qu'ils voulaient donc trouver un accord avec moi. Je leur ai donc dit qu'ils devaient trouver un accord avec Tavo Hellmund et ils m'ont répondu que c'est ce qu'ils allaient faire mais ce n'est plus possible car nous avons annulé le contrat de Tavo qui ne l'avait pas respecté en ne fournissant pas toutes les garanties demandées. »[2] Le lendemain 17 novembre, Bernie Ecclestone annonce que, faute de garanties bancaires de la part de l'état du Texas et d'un contrat valide avec les organisateurs du Grand Prix d'une part et les promoteurs du circuit d'autre part, il est fort probable que le conseil mondial de la FIA décide, lors de la réunion du 7 décembre, d'annuler l'édition 2012 du Grand Prix[3].

Le 7 décembre 2011, Red McCombs, le principal investisseur annonce qu'un accord est conclu entre la COTA et Bernie Ecclestone : « Monsieur Ecclestone a reçu son chèque aujourd'hui pour le Grand Prix des Etats-Unis. Nous tenons à remercier les fans qui nous soutiennent, les autorités locales et les entreprises qui nous ont encouragé, l'État du Texas, le staff du Circuit des Amériques et Bernie lui-même. » Bobby Epstein, le patron du circuit déclare également : « Nos investisseurs ont cru depuis le début à ce projet qui représente un bénéfice énorme pour notre région et offre un puissant moteur économique pour l'avenir. Nous restons déterminés à atteindre notre objectif d'être des partenaires précieux pour notre communauté grâce à notre plateforme pour les sports et le divertissement. Les équipes d'ingénierie et de construction qui travaillaient sur le circuit vont reprendre immédiatement le travail pour que le circuit soit terminé à temps pour la date de la course. » Le Grand Prix des États-Unis figure donc au calendrier définitif de la saison 2012 de Formule 1[4].

Les différents circuits utilisés[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Faits marquants[modifier | modifier le code]

  • GP des États-Unis 2005 : sur l'Indianapolis Motor Speedway se tient une course historique avec six voitures seulement au départ. À la suite de l'accident de Ralf Schumacher causé par la défaillance d'un pneu lors de la première journée d'essais et à la suite de l'interdiction faite à Michelin de proposer des options différentes, toutes les équipes utilisant les pneumatiques Michelin se retirent à l'issue du tour de formation et seules les voitures utilisant des Bridgestone participent à la course, provoquant la fureur des spectateurs.

Palmarès du Grand Prix des États-Unis[modifier | modifier le code]

Palmarès du Grand Prix des États-Unis
Sur fond rose, les courses hors-championnat
Année Vainqueur Écurie Circuit Résultats
1908 Drapeau : France Louis Wagner Drapeau : Italie Fiat Savannah Résumé
1909 Non couru
1910 États-Unis David Bruce-Brown Drapeau : Empire allemand Benz Savannah Résumé
1911 États-Unis David Bruce-Brown Drapeau : Italie Fiat Savannah Résumé
1912 États-Unis Caleb Bragg Drapeau : Italie Fiat Milwaukee Résumé
1913 Non couru
1914 États-Unis Eddie Pullen États-Unis Mercer Santa Monica Résumé
1915 Drapeau : Royaume-Uni Dario Resta Drapeau : France Peugeot San Francisco Résumé
1916 États-Unis Howdy Wilcox
États-Unis Johnny Aitken
Drapeau : France Peugeot Santa Monica Résumé
1917-1957 Non couru
1958 États-Unis Chuck Daigh États-Unis Scarab-Chevrolet Riverside Résumé
1959 Drapeau : Nouvelle-Zélande Bruce McLaren Drapeau : Royaume-Uni Cooper-Climax Sebring Résumé
1960 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Drapeau : Royaume-Uni Lotus-Climax Riverside Résumé
1961 Drapeau : Royaume-Uni Innes Ireland Drapeau : Royaume-Uni Lotus-Climax Watkins Glen Résumé
1962 Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Lotus-Climax Watkins Glen Résumé
1963 Drapeau : Royaume-Uni Graham Hill Drapeau : Royaume-Uni BRM Watkins Glen Résumé
1964 Drapeau : Royaume-Uni Graham Hill Drapeau : Royaume-Uni BRM Watkins Glen Résumé
1965 Drapeau : Royaume-Uni Graham Hill Drapeau : Royaume-Uni BRM Watkins Glen Résumé
1966 Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Lotus-BRM Watkins Glen Résumé
1967 Drapeau : Royaume-Uni Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Lotus-Ford Watkins Glen Résumé
1968 Drapeau : Royaume-Uni Jackie Stewart Drapeau : France Matra-Ford Watkins Glen Résumé
1969 Drapeau : Autriche Jochen Rindt Drapeau : Royaume-Uni Lotus-Ford Watkins Glen Résumé
1970 Drapeau : Brésil Emerson Fittipaldi Drapeau : Royaume-Uni Lotus-Ford Watkins Glen Résumé
1971 Drapeau : France François Cevert Drapeau : Royaume-Uni Tyrrell-Ford Watkins Glen Résumé
1972 Drapeau : Royaume-Uni Jackie Stewart Drapeau : Royaume-Uni Tyrrell-Ford Watkins Glen Résumé
1973 Drapeau : Suède Ronnie Peterson Drapeau : Royaume-Uni Lotus-Ford Watkins Glen Résumé
1974 Drapeau : Argentine Carlos Reutemann Drapeau : Royaume-Uni Brabham-Ford Watkins Glen Résumé
1975 Drapeau : Autriche Niki Lauda Drapeau : Italie Ferrari Watkins Glen Résumé
1976-1988 Non couru
1989 Drapeau : France Alain Prost Drapeau : Royaume-Uni McLaren-Honda Phoenix Résumé
1990 Drapeau : Brésil Ayrton Senna Drapeau : Royaume-Uni McLaren-Honda Phoenix Résumé
1991 Drapeau : Brésil Ayrton Senna Drapeau : Royaume-Uni McLaren-Honda Phoenix Résumé
1992-1999 Non couru
2000 Drapeau : Allemagne Michael Schumacher Drapeau : Italie Ferrari Indianapolis Résumé
2001 Drapeau : Finlande Mika Häkkinen Drapeau : Royaume-Uni McLaren-Mercedes Indianapolis Résumé
2002 Drapeau : Brésil Rubens Barrichello Drapeau : Italie Ferrari Indianapolis Résumé
2003 Drapeau : Allemagne Michael Schumacher Drapeau : Italie Ferrari Indianapolis Résumé
2004 Drapeau : Allemagne Michael Schumacher Drapeau : Italie Ferrari Indianapolis Résumé
2005 Drapeau : Allemagne Michael Schumacher Drapeau : Italie Ferrari Indianapolis Résumé
2006 Drapeau : Allemagne Michael Schumacher Drapeau : Italie Ferrari Indianapolis Résumé
2007 Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau : Royaume-Uni McLaren-Mercedes Indianapolis Résumé
2008-2011 Non couru
2012 Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau : Royaume-Uni McLaren-Mercedes Austin Résumé
2013 Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel Drapeau : Autriche Red Bull-Renault Austin Résumé

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Ferret, « Officiel : Austin stoppe ses travaux jusqu'à nouvel ordre ! », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 15 novembre 2011 (consulté le 17 novembre 2011)
  2. Olivier Ferret, « Ecclestone : Austin risque de passer à la trappe », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 16 novembre 2011 (consulté le 17 novembre 2011)
  3. Olivier Ferret, « Ecclestone propose un report à 2013 pour Austin », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 17 novembre 2011 (consulté le 17 novembre 2011)
  4. Jean-Michel Setbon, « Le circuit d'Austin a payé Ecclestone », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ 7 décembre 2011 (consulté le 7 décembre 2011)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres courses disputées aux États-Unis et ayant compté pour le championnat du monde de Formule 1