Libre-échange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Libre-échange (homonymie).

Le libre-échange est un principe visant à favoriser le développement du commerce international en supprimant les barrières douanières tarifaires et non tarifaires et les réglementations nationales susceptibles de restreindre l'importation des biens et des services. Au sens strict, la notion ne s'étend pas aux mouvements de travailleurs ou de capitaux[1]. Il s'oppose au protectionnisme et au mercantilisme.

Le fondement de ce système repose dans les théories économiques classiques de la division du travail entre les différentes nations (division internationale du travail) et de l'avantage comparatif. Sa finalité étant en principe d'augmenter la richesse de chacune des nations qui y concourent, elle contribue à augmenter le volume, la puissance et la profitabilité du secteur du commerce et du négoce international par rapport aux secteurs productifs, en particulier locaux et vivriers.

Un porte-conteneurs et son chargement le long des docks de Hambourg.

Historique[modifier | modifier le code]

Place du libre-échange dans le commerce international[modifier | modifier le code]

Historiquement, le libre-échange est une rareté exceptionnelle. Chaque État se définit notamment par ses frontières et l'existence de taxes et toutes sortes de règlements propres concernant l'importation et l'exportation, érigeant autant de barrières. La pensée économique rudimentaire animant les dirigeants des anciens États les conduit à toujours préférer, entre deux biens similaires, celui produit par leur nation à celui d'importation. Forcer les étrangers à ouvrir leur commerce, abaisser leurs barrières et leurs droits de douanes, tout en tâchant de conserver les siennes, est une politique ordinaire des relations internationales, éventuellement appuyée par la menace militaire ou obtenue à l'issue d'une guerre. Du fait de ces pratiques, le commerce international peut consister pour une part notable en contrebande, contournement illégal des règles sur les importations, d'autant plus rentable que ces règles sont plus coûteuses.

Le libre-échange n'est donc en pratique que le fruit rare et limité (ne portant en général que sur certains biens) d'accords internationaux, par lesquels les états acceptent de réduire en tout ou partie les traitements spécifiques qu'ils appliquent aux marchandises étrangères et qui les handicapent sur leur marché.

  • traités inégaux imposés à une nation plus faible par une nation plus forte, forçant la première à admettre les biens produits par la seconde ;
  • traités bilatéraux de réciprocité commerciale entre deux pays amis, pour une quantité plus ou moins étendue de biens ;
  • et, dans le cadre de la mondialisation moderne, des accords multilatéraux négociés au niveau de l'organisme mondial ad hoc : l'OMC ;
  • zones de libre-échange, lorsque le traité de libre échange implique plusieurs pays et s'étend à l'ensemble des biens (avec éventuellement des exceptions pour certains biens).

Cette présentation fait apparaître la protection nationale comme la norme et le libre-échange comme l'exception, ce qui est conforme à la vérité historique. Mais les accords de libre échange ne sont nécessaires que parce que les États ont d'abord érigé des barrières. En ce sens, le libre-échange est au contraire l'état naturel de l'économie, avant toute intervention étatique.

Pour Cordell Hull[2] le ministre de Franklin Delano Roosevelt en très grande partie à l'origine du retour au libre-échange après la Seconde Guerre mondiale, il s'agit du principe de non-discrimination appliqué au commerce de biens et de services.

L'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), signé en 1947, met en place au sortir de la guerre la matrice d'un commerce international conforme au principe du libre-échange. En 1995, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) succède au GATT.

Historique de la théorie[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

La première analyse rigoureuse du libre-échange[3] est due à Henry Martyn dans Considérations sur le commerce avec les Indes orientales (1701) ; dès la préface, il prévient : « la plupart des idées dans ces travaux sont directement opposées aux opinions reçues. » Martyn s'oppose à la fois au monopole de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et aux restrictions sur les importations de biens manufacturés en provenance de l'Inde. Il explique que la liberté de commerce va diminuer la rente des marchands déjà établis, et accroître le volume au bénéfice de la nation tout entière. Martyn est aussi le premier à appliquer le principe de la division du travail au commerce international.

En 1720, Isaac Gervaise écrit Le système ou théorie du commerce du monde (The System or Theory of the Trade of the World), et emploie le principe du coût d'opportunité pour mettre en doute la capacité de l'intervention de l'État à accroître la richesse nationale[4]. Appliqué au commerce international, il conclut que ce principe pousse les manufactures protégées à s'étendre au-delà de leurs capacités naturelles, aux dépens des autres activités.

Au XVIIIe siècle, les physiocrates français considèrent qu'une politique visant à réduire le prix des denrées agricoles afin de promouvoir les manufactures — telle que l'envisagent certains mercantilistes — conduirait à la ruine[5].

Adam Smith et le modèle classique[modifier | modifier le code]

Adam Smith fonde les bases de l'analyse économique moderne en 1776 avec sa Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations. Dans le livre IV, il introduit un nouveau critère d'évaluation d'une politique économique : son impact sur le revenu réel du pays (idée que l'on retrouve aujourd'hui sous la forme du produit intérieur brut).

« Par avantage ou gain, je n'entends pas dire un accroissement dans la quantité de l'or et de l'argent du pays, mais un accroissement dans la valeur échangeable du produit annuel de ses terres et de son travail, ou bien un accroissement dans le revenu de ses habitants. »[6]

Avec ce critère, on ne peut plus se contenter d'évaluer l'impact d'une politique protectionniste en se limitant simplement à l'étude de l'emploi et de la production du secteur protégé. Ainsi,

« Il n'y a pas de doute que ce monopole dans le marché intérieur ne donne souvent un grand encouragement à l'espèce particulière d'industrie qui en jouit, et que souvent il ne tourne vers ce genre d'emploi une portion du travail et des capitaux du pays, plus grande que celle qui y aurait été employée sans cela. - Mais ce qui n'est peut-être pas tout à fait aussi évident, c'est de savoir s'il tend à augmenter l'industrie générale de la société, ou à lui donner la direction la plus avantageuse. »

Comment l'optimisation du revenu national se fait-elle ? Smith répond qu'il s'agit du résultat de l'agrégation de décisions individuelles :

« (...) chaque individu qui emploie son capital à faire valoir l'industrie nationale, tâche nécessairement de diriger cette industrie de manière que le produit qu'elle donne ait la plus grande valeur possible. »

La décision de commercer avec l'étranger n'est pas naturelle, et ne vient que des profits attendus :

« (...) chaque individu tâche d'employer son capital aussi près de lui qu'il le peut et, par conséquent, autant qu'il le peut, il tâche de faire valoir l'industrie nationale, pourvu qu'il puisse gagner par là les profits ordinaires que rendent les capitaux, ou guère moins. Ainsi, à égalité de profits ou à peu près, tout marchand en gros préférera naturellement le commerce intérieur au commerce étranger de consommation, et le commerce étranger de consommation au commerce de transport. »

Il conclut, dans l'un des passages les plus célèbres de l'histoire de la pensée économique, qu'une « main invisible » conduit à orienter la recherche de l'intérêt personnel des individus vers l'intérêt général :

« Mais le revenu annuel de toute société est toujours précisément égal à la valeur échangeable de tout le produit annuel de son industrie, ou plutôt c'est précisément la même chose que cette valeur échangeable. Par conséquent, puisque chaque individu tâche, le plus qu'il peut, 1° d'employer son capital à faire valoir l'industrie nationale, et - 2° de diriger cette industrie de manière à lui faire produire la plus grande valeur possible, chaque individu travaille nécessairement à rendre aussi grand que possible le revenu annuel de la société. A la vérité, son intention, en général, n'est pas en cela de servir l'intérêt public, et il ne sait même pas jusqu'à quel point il peut être utile à la société. En préférant le succès de l'industrie nationale à celui de l'industrie étrangère, il ne pense qu'à se donner personnellement une plus grande sûreté ; et en dirigeant cette industrie de manière à ce que son produit ait le plus de valeur possible, il ne pense qu'à son propre gain ; en cela, comme dans beaucoup d'autres cas, il est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n'entre nullement dans ses intentions ; et ce n'est pas toujours ce qu'il y a de plus mal pour la société, que cette fin n'entre pour rien dans ses intentions. Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, il travaille souvent d'une manière bien plus efficace pour l'intérêt de la société, que s'il avait réellement pour but d'y travailler. je n'ai jamais vu que ceux qui aspiraient, dans leurs entreprises de commerce, à travailler pour le bien général, aient fait beaucoup de bonnes choses. Il est vrai que cette belle passion n'est pas très commune parmi les marchands, et qu'il ne faudrait pas de longs discours pour les en guérir. »[7]

Smith envisage deux exceptions au principe de libre-échange :

« Le premier, c'est quand une espèce particulière d'industrie est nécessaire à la défense du pays ».
« Le second cas dans lequel il sera avantageux, en général, de mettre quelque charge sur l'industrie étrangère pour encourager l'industrie nationale, c'est quand le produit de celle-ci est chargé lui-même de quelque impôt dans l'intérieur. Dans ce cas, il paraît raisonnable d'établir un pareil impôt sur le produit du même genre, venu de fabrique étrangère. »

L'avantage comparatif[modifier | modifier le code]

Article détaillé : avantage comparatif.

À la suite de Smith, les économistes de l'École classique développent ses idées et renforcent la présomption que le libre-échange permet à un pays d'obtenir une quantité de biens supérieure à ce qu'il pourrait produire par lui-même[8]. Robert Torrens et David Ricardo poursuivent le développement de cette théorie en introduisant la notion d'avantage comparatif entre 1815 et 1817, qui permet de démontrer[9] qu'aucun pays n'a besoin d'être « le meilleur » pour pouvoir obtenir des gains à l'échange. En effet, dans un contexte de libre-échange, chaque pays, s’il se spécialise dans la production pour laquelle il dispose de la productivité la plus forte ou la moins faible, comparativement à ses partenaires, accroîtra sa richesse nationale. Cette production est celle pour laquelle il détient un « avantage comparatif ». Selon Paul Samuelson (prix Nobel d'économie en 1970), il s'agit du meilleur exemple d'un principe économique indéniable mais contraire à l'intuition de personnes intelligentes[10].

Les termes de l'échange[modifier | modifier le code]

Entre 1833 et 1844, Robert Torrens revient peu à peu sur ses positions libre-échangistes, et développe le premier argument « moderne » contre le libre-échange : lorsqu'un pays peut agir sur les termes de l'échange (par exemple, parce qu'il est « gros », ou parce qu'il détient un monopole), il peut alors choisir un niveau de droits de douane optimal, qui maximise les termes de l'échange en sa faveur. Torrens en déduit que la politique la plus souhaitable est alors d'exiger la réciprocité commerciale : en adoptant unilatéralement le libre-échange, un pays s'expose à la « capture » d'une partie des gains à l'échange par ses partenaires. Il provoque une vive polémique, jusqu'à ce que John Stuart Mill tranche en sa faveur[11] en analysant les mécanismes de détermination des termes de l'échange. L'argument de Torrens sera ensuite raffiné, jusqu'à la version publiée par Harry Johnson en 1950[12], qui donne une formule mathématique précise de détermination du niveau optimal des droits de douane en fonction de l'élasticité de la courbe d'offre de l'étranger. À ce jour, l'objection de Torrens reste l'entorse la plus sérieuse au principe de libre-échange[13].

Les industries naissantes[modifier | modifier le code]

Dans son Rapport sur les manufactures (1791), le Secrétaire au Trésor américain Alexander Hamilton détaille une autre objection sérieuse : livrée à elle-même, l'industrie américaine n'est pas en mesure de concurrencer sur son propre territoire l'industrie britannique, en raison de son manque d'expérience et de savoir-faire. Hamilton propose de protéger temporairement les industries naissantes, de préférence via des subventions. En 1834, l'Écossais John Rae approfondit l'analyse de Hamilton, et propose diverses méthodes pour favoriser le transfert de technologie en provenance de l'étranger. Friedrich List, qui a été exilé aux États-Unis de 1825 à 1832 où il a été imprégné de la tradition protectionniste de Alexander Hamilton, James Madison et Andrew Jackson, publie en 1841 Das Nationale System der Politischen Ökonomie (Système national d'économie politique), qui rejette l'analyse classique au profit de l'analyse historique, et popularise le principe de protection des industries naissantes (ou "protection des industries dans l'enfance") par des barrières douanières, qu'il appelle « protectionnisme éducateur ».

Si List connaît un grand succès populaire, son analyse, entièrement fondée sur des précédents historiques et sans la moindre avancée théorique[14], ne convainc pas les économistes. C'est encore John Stuart Mill qui légitime la « doctrine des industries naissantes » dans ses Principes d'économie politique (1848). Sa caution rencontre une franche opposition pendant les décennies suivantes (Alfred Marshall parle de « son seul manquement regrettable aux sains principes de la rectitude économique»[15]), Mill lui-même regrette que les protectionnistes exagèrent fortement la portée de sa doctrine, et finit par la renier partiellement en 1871. La doctrine devient toutefois généralement acceptée au début du XXe siècle comme une exception théorique légitime au principe de libre-échange, malgré le flou de ses hypothèses, et la difficulté à la transposer en une politique industrielle concrète. L'analyse moderne de la doctrine de Mill repose sur l'étude des défaillances du marché afin de déterminer quel type d'intervention publique serait le plus efficace. Ainsi, James Meade conclut que l'intervention douanière n'est pas justifiée : si une entreprise est capable à terme de devenir rentable, il se trouvera toujours des investisseurs pour lui fournir les fonds nécessaires, à condition que les marchés des capitaux soient efficients. Et, s'ils ne le sont pas, la méthode d'intervention préférable consisterait à corriger cette défaillance précise, plutôt que d'imposer des restrictions sur le commerce[16]. Si elle n'a pas disparu, la doctrine des industries naissantes a perdu une grande partie de son cachet, et n'est plus considérée comme un pur problème de commerce international.

Les rendements croissants[modifier | modifier le code]

En 1923, Frank Graham s'attaque à un autre cas[17], qui lui pourrait justifier une protection permanente, celui des rendements croissants. Il utilise l'exemple de deux pays qui produisent des montres et du blé. Si la production industrielle (les montres) est sujette à des rendements croissants tandis que la production agricole (le blé) est soumise à des rendements décroissants, un pays qui se spécialise dans l'agriculture s'expose à une érosion inéluctable des termes de l'échange, et des barrières douanières permanentes sur les importations industrielles deviennent alors préférables au libre-échange.

L'année suivante, Frank Knight décèle une faille majeure dans le raisonnement de Graham : il n'explique pas l'origine des économies d'échelle, et en particulier il ne fait pas de différence entre économies internes ou externes à la firme. Or, s'il s'agit d'économies internes, elles sont par nature incompatibles avec l'équilibre concurrentiel, puisque dans ce cas une seule firme finit par tout produire et devient un monopole.

En 1937, Jacob Viner approfondit l'étude du cas des économies externes. Il montre que l'intérêt de la protection dépend de si celles-ci proviennent de la taille de l'industrie mondiale ou de l'industrie nationale. Il prend l'exemple des rendements croissants dans l'industrie des montres, et suppose que ceux-ci dépendent des outils de fabrication : si le libre-échange existe pour ces outils, alors les producteurs de montres bénéficient des rendements croissants procurés par les outils, même s'ils sont de moins en moins nombreux à l'intérieur du pays. Il n'y a pas alors lieu de les protéger. Il introduit également la distinction entre économies d'échelle « technologiques » (la fonction de production de chaque firme est affectée directement par la production de l'industrie) et « pécuniaires » (elle est affectée par des producteurs en amont ou en aval). Le cas des économies d'échelles pécuniaires est, lui aussi, incompatible avec l'équilibre concurrentiel. Les hypothèses de Graham s'en retrouvent très réduites, Viner conclut que le modèle de Graham ne vaut « pas mieux qu'une curiosité technique ».

Débats contemporains sur le libre-échange et le protectionnisme[modifier | modifier le code]

Selon ses défenseurs, les effets du libre-échange sont semblables à ceux du progrès technique : il favorise à long terme le développement économique général et permet d'obtenir une meilleure efficacité en accélérant l'utilisation optimale des facteurs de production par la spécialisation géographique de chaque pays (voir avantage comparatif). Comme le progrès technique, le libre-échange peut provoquer la disparition de certains emplois, mais les bénéfices qu'il procure permettent de compenser ses victimes, de sorte que le résultat global peut être gagnant-gagnant.

Pour ses détracteurs, prônant l'interventionnisme ou le protectionnisme, le libre-échange provoque des coûts d'ajustement (en termes d'emplois, d'activités, etc.) aux chocs créés par l'ouverture sur le marché extérieur. Il entraîne aussi l'apparition d'une contrainte exogène sur les politiques économiques nationales, qui deviennent plus difficiles à mener afin de rechercher à réduire le chômage. Enfin, certaines catégories sociales peuvent être défavorisées par une libéralisation des échanges.

Le libre-échange est-il historiquement un facteur de croissance ?[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Selon Paul Bairoch (Mythes et paradoxes de l’histoire économique, 1994), le libre-échange a constitué une exception dans l’histoire économique du XIXe siècle, la règle restant le protectionnisme. Si la pensée économique s’est clairement orientée vers le libre-échangisme tout au long du siècle, le monde industrialisé de 1913 est semblable à celui de 1815 : « un océan de protectionnisme cernant quelques îlots libéraux. », à l’exception notable du Royaume-Uni, et d’une courte parenthèse libre-échangiste en Europe entre 1860 et 1870. En revanche, « le tiers-monde était un océan de libéralisme sans îlot protectionniste », les pays occidentaux imposant aux pays colonisés et même à ceux politiquement indépendants des traités dits « inégaux » contraignant à l’abaissement des barrières douanières.

Finalement seul le Royaume-Uni aurait profité du libre-échange car il disposait d’une avance technologique antérieurement acquise qui lui permettait de s’imposer sur les marchés mondiaux. Au contraire, le reste de l’Europe a vu la Grande Dépression (1873-1896) éclater au moment même où les droits de douanes étaient au plus bas, puis le retour au protectionnisme aurait entraîné un retour de la prospérité.

On peut ainsi distinguer deux exemples opposés. Les États-Unis qui ont pratiqué un protectionnisme sans concessions ont connu des taux de croissance parmi les plus élevés au monde après la guerre de Sécession (qui oppose d’ailleurs un Sud libre-échangiste au Nord protectionniste). À l’opposé le tiers-monde n’a pu se développer et certains pays ont souffert du libre-échangisme imposé par les puissances occidentales. L’Inde par exemple, colonie britannique, a vu disparaître un artisanat textile très développé à cause du commerce imposé par la Grande-Bretagne qui avait renoncé à certaines de ses cultures en faveur du développement de l’industrie cotonnière.

On peut toutefois faire plusieurs objections à cette analyse :

  • Les pays protectionnistes ont pour la plupart tenté d’accroître le plus possible la taille de leur marché, ce qui revient finalement à agrandir les espaces géographiques où les produits voyagent sans entraves. L’Allemagne s’est constituée sur la base d’une union douanière, le Zollverein, mise en place en 1834, tandis que les États-Unis n’ont cessé d’agrandir leur territoire tout au long du XIXe siècle.
  • Le Royaume-Uni aurait été le seul à profiter du libre-échange, mais il est aussi le seul à l’avoir réellement pratiqué sur une longue période.
  • Le Japon a connu un développement économique précoce et rapide après que les occidentaux lui ont imposé l'ouverture aux échanges. Mais, contrairement aux pays colonisés, il restait un pays autonome, capable de gérer sa politique et notamment d'importer les techniques modernes.

De plus, la description du monde par Paul Bairoch ci-dessus, même si elle est très fortement partagée par l'opinion publique française, semble marquée par le désir de voir le libéralisme partout, notamment là où il n'y a que du protectionnisme. On peut par exemple remarquer que des barrières douanières caractérisent le protectionnisme : elles n'existent pas dans un océan de libéralisme mais bien dans un océan de protectionnisme. De même le commerce imposé n'est pas une forme de libre-échange, le libre-échange étant caractérisé par le libre consentement des parties.

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Tant dans le cadre des différentes organisations supranationales que dans leurs relations bilatérales, les États s'efforcent, lorsqu'ils souhaitent dynamiser les échanges, de supprimer les barrières douanières (à travers des unions douanières et des accords de libre-échange) mais aussi les barrières non douanières. Celles-ci comprennent les obstacles techniques (aussi appelés entraves techniques). Dans ce domaine, l'Union européenne applique deux méthodes : la reconnaissance mutuelle (principe « Cassis de Dijon ») et l’harmonisation européenne[18].

Certains acteurs économiques et politiques considèrent cependant que le libre-échange tel qu'il est pratiqué au début du XXIe siècle nuit à l'économie nationale et souhaitent réintroduire un certain degré de protectionnisme[19].

Effets du commerce international sur l'environnement[modifier | modifier le code]

Une cause de chômage ?[modifier | modifier le code]

voir aussi l'article Dumping social

Aspect théorique[modifier | modifier le code]

Dans la première moitié du XXe siècle, loin de cette préoccupation du « dumping social », trois économistes – Eli Heckscher, Bertil Ohlin, et Paul Samuelson – ont associé leurs noms à l’élaboration d’une théorie du commerce international dit « Théorème H.O.S. ». Selon ce théorème, dans le cadre du libre-échange, les nations ont tendance à se spécialiser dans le secteur qui requiert les facteurs de production les plus abondants sur leur territoire. Ainsi, les nations fortement dotées en main-d’œuvre se spécialiseront dans les industries de main-d’œuvre, inversement les pays fortement dotés en capital se spécialiseront dans les secteurs qui requièrent une importante concentration capitalistique. On peut bien sûr effectuer des distinctions plus subtiles : entre travailleurs qualifiés et travailleurs peu qualifiés dans le cas qui nous intéresse.

Quelle conséquence[20] pour les pays s’ouvrant au commerce international ? Les pays du Sud se spécialiseront évidemment dans les productions manufacturières les plus triviales demandant un nombre important de travailleurs faiblement rémunérés. Inversement les pays riches concentreront les activités qui exigent de lourds investissement ou de la main-d’œuvre qualifiée. De fait, l’activité mondiale tend par exemple à voir les activités de conceptions s’effectuer au Nord et celle de production au Sud.

Quel impact sur les inégalités ? Dans un article de 1941, Paul Samuelson et Wolfgang Stolper déduisirent que cette dynamique de spécialisation conduirait à la réduction des inégalités et qu’il était donc nécessaire de renoncer aux politiques protectionnistes[21]. En effet, si on considère deux facteurs distincts A et B, si A est très abondant sur le sol national comparativement à B, il s’ensuivra naturellement que les loi de l’offre et de la demande favoriseront injustement le facteur rare A au détriment du facteur B. Par contre si le pays commerce avec une autre nation ayant une situation inverse, l’inégalité tendra à disparaître sous l’effet de la spécialisation. Autre effet logique, la rémunération d’un facteur tendra, à long terme, à devenir similaire dans les deux pays : pour une même qualification, les salaires des ouvriers chinois et américains seront comparables.

Effets sur les travailleurs peu qualifiés[modifier | modifier le code]

En conséquence, il est communément admis que l'ouverture totale au commerce international entraînerait une convergence des salaires des travailleurs peu qualifiés du Nord et du Sud.

Selon les opposants au libre-échange, le niveau vers lequel convergeraient les salaires serait intermédiaire entre le salaire actuel des salariés peu qualifiés du sud et celui des salariés peu qualifiés du nord, si bien que les salariés peu qualifiés du nord auraient intérêt à la fermeture des frontières.

Selon les partisans du libre-échange, le niveau vers lequel convergeraient les salaires serait supérieur à l'actuel salaire des salariés peu qualifiés du nord, si bien que même les salariés peu qualifiés du nord auraient intérêt à l'ouverture des frontières.

David Ricardo avait avancé dans ses Principes de l'économie politique et de l'impôt que l'importation de produits étrangers moins onéreux permettait une baisse des prix favorable au pouvoir d'achat. Dès lors les entreprises pouvaient diminuer les salaires nominaux (sans réduire le salaire réel) et donc rendre le travail plus compétitif, favorisant l'essor de l'industrie résidente et donc en définif l'emploi.

Études empiriques[modifier | modifier le code]

Selon une étude publiée par l’INSEE[22], le commerce français avec les pays en voie de développement aurait provoqué au maximum une perte de 330 000 emplois, chiffre relativement faible au vu du chômage du pays. Mais ces calculs sont contestés. Ainsi pour l’économiste américain A. Wood[23], les échanges aurait provoqué la perte de 9 millions d’emplois dans les pays développés et en aurait créés 22 millions dans les pays en développement. On note donc que même les statistiques démontrant l’existence du phénomène dit de « dumping social » soulignent qu’il est à l’échelle globale largement créateur d’emplois, mais ce gain quantitatif est relativisé par les caractères qualitativement différents entre emploi perdus et créés.

Perception présente[modifier | modifier le code]

Le libre-échange apparait peu populaire en 2011 dans les enquêtes d'opinion. Près de 65 % des Français, Italiens, Espagnols, Allemands sont favorables à un certain protectionnisme (relèvement des taxes douanières vers les pays tels que la Chine et l'Inde) selon des sondage IFOP de 2011 commandés par une association[24].

Erreurs courantes au sujet du libre-échange[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, s'il existe un fort consensus entre de nombreux économistes de différentes tendances en faveur du libre-échange, le grand public est en général méfiant, voire hostile, envers cette notion[25]. L'économiste John Kay estime[26] que les personnes ont tendance à s'estimer capable de raisonnements économiques sans en avoir les compétences. Ce type de considérations n'est pas du tout partagé, par exemple, par les syndicats, qui voient dans le libre-échange une course au « moins-disant social », des risques de dumping social, et une guerre économique accrue entre les travailleurs du monde entier.

Conception de l'échange comme un jeu à somme nulle[modifier | modifier le code]

La première croyance est que, s'il y a un gagnant à l'échange, il y a forcément aussi un perdant. Conjuguée au « fétichisme monétaire », cela conduit à penser que les exportations sont « bonnes » tandis que les importations sont « mauvaises ». La théorie de l'avantage comparatif de David Ricardo (1817) tente d'invalider ce raisonnement[27].

On retrouve la même croyance dans le domaine du travail : c'est le sophisme d'une masse fixe de travail. Appliqué au commerce international, il pousse à croire que les importations détruiraient du travail, et seraient donc néfastes. On retrouve encore cette croyance comme un des moteurs du commerce équitable, reposant implicitement sur l'idée que le commerce ordinaire ne serait pas "équitable", qu'il ne profiterait qu'à un des partenaires commerciaux.

Le « fétichisme monétaire »[modifier | modifier le code]

C'est l'idée, popularisée par les mercantilistes, que la richesse correspond à la quantité de monnaie accumulée. Le terme même a été inventé par Karl Marx. En important, un pays perdrait donc une quantité d'argent présente sur son territoire, tandis qu'il en gagnerait en exportant. Depuis Adam Smith, les économistes s'accordent sur le fait que la richesse correspond à la quantité de biens et services disponibles à la population, la monnaie n'étant utile qu'en tant qu'instrument. Les importations permettent d'obtenir plus de biens, ou des biens différents, et ce sont donc elles qui enrichissent. Les exportations sont nécessaires car il faut bien payer les importations, et elles sont le signe d'une capacité productive, mais en elles-mêmes elles constituent une perte.

On peut toutefois noter que si on considère que la monnaie n'est pas seulement utile en tant qu'instrument de l'échange, mais que son abondance peut aussi avoir des répercussions sur la production (dans la théorie keynésienne par exemple), alors la théorie mercantiliste n’est que partiellement fausse. Bien qu’il soit une erreur de considérer que les exportations soient sources de richesse (ce sont en vérité les importations), elles peuvent selon certaines théories stimuler l’activité économique d’un pays en accroissant la masse monétaire, les importations ayant l’effet inverse.

Difficultés de perception des coûts et bénéfices[modifier | modifier le code]

En général, les coûts associés au libre-échange sont concentrés et très visibles : délocalisations, licenciements. Les gains, eux, sont diffus et peu visibles : en améliorant la productivité de l'économie, le libre échange permet d'augmenter le pouvoir d'achat de la population entière, et entraîne des embauches dans les secteurs gagnants. L'aversion au risque explique l'attention excessive portée aux pertes, et le sophisme de la vitre brisée de Frédéric Bastiat illustre la difficulté à appréhender les effets multiples d'une même cause. Toutefois, le problème d'indemnisation des perdants (plus généralement, de la répartition des gains du libre échange) est bien réel.

Confusion court terme et long terme[modifier | modifier le code]

Les ajustements imposés par le libre-échange sont immédiatement visibles, en particulier les pertes brutes d'emplois. La tendance est d'extrapoler ces ajustements à l'infini, et de conclure que presque tout le travail va disparaître. En fait, l'analyse économique montre que la réallocation des facteurs de production ne survient qu'une seule fois (jusqu'au nouvel équilibre), tandis que les gains d'efficacité sont, eux, permanents. Ainsi, l'augmentation de la demande globale rendue possible par l'augmentation du pouvoir d'achat peut entraîner des embauches dans tous les secteurs en développement de l'économie. Toufefois, le problème des coûts d'ajustement est lui aussi bien réel, et si le « contexte institutionnel » est trop défavorable, ces coûts peuvent absorber une bonne partie des gains à l'échange.

Le « sophisme d'agrégation »[modifier | modifier le code]

L'économiste Jagdish Bhagwati a résumé sous l'expression « sophisme d'agrégation »[28] ce qu'il pense de la perception supposée des militants antimondialistes (altermondialistes), perception qui voudrait que la mondialisation soit une sorte de gigantesque amalgame dont les idées sont indissociables, et que le soutien au libre-échange implique nécessairement le soutien aux mouvements de capitaux à court terme, à l'investissement direct à l'étranger, à l'immigration sans restriction, etc.

Le libre-échange comme facteur de paix[modifier | modifier le code]

Une autre erreur est de considérer le libre-échange comme automatiquement facteur de paix (à l'inverse du protectionnisme). En réalité, les exemples de conflit au nom du libre-échange ne manquent pas : ainsi la guerre de l’opium dans les années 1830-1840 liée à une volonté britannique d'ouvrir le marché chinois par la force alors même que la Chine se suffisait, à l'époque, en grande partie à elle-même en matière économique[29],[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir par exemple cette définition du libre-échange par le gouvernement du Canada.
  2. « Hull, preacher by temperament, was a passionate advocate of non-discrimination, which is what he really meants by free trade » Robert Skidelsky, John Maynard Keynes, Volume trois Fighting For Britain 1937-1946, p. 188
  3. Douglas A Irwin, Against the Tide: an Intellectual History of Free Trade, Princeton University Press, 1996, ISBN 0691058962, p. 57
  4. Irwin, ibid., p. 59-60
  5. François Quesnay, Tableau économique, 1758
  6. Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776, Livre IV, Chapitre 2
  7. Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, livre IV, chapitre 2, GF-Flammarion, tome 2, p. 42-43
  8. Irwin, ibid., p. 87
  9. Précisément, les hypothèses de l'avantage comparatif établissent une condition suffisante pour obtenir des gains à l'échange.
  10. Cité dans Krugman et Obstfeld, International Economics - Theory and Policy, 5e édition, 2000, ISBN 0-321-03387-6, page 11
  11. John Stuart Mill, Essays on Some Unsettled Questions of Political Economy, 1844
  12. Harry Johnson, Optimum Welfare and Maximum Revenue Tariffs, 1950
  13. Irwin, ibid., p. 101
  14. Irwin, ibid., p. 128
  15. Alfred Marshall, Some Aspects of Competition, 1890
  16. Irwin, ibid., pp. 135-136
  17. Frank Graham, Some aspects of protection further considered, Quarterly Journal of Economics 37 (février 1923), pp. 199-227
  18. Représentation permanente de la France auprès de l’Union Européenne, La libre circulation des marchandises
  19. Site Pour un protectionnisme européen
  20. Pierre du Bois de Dunilac, «Le libre-échange en Europe de 1945 à 1960», dans, Olivier Jacot-Guillarmod (dir), Pierre Pescatore (rapporteur général), L'avenir du libre-échange en Europe : vers un Espace économique européen?, Zürich, Schulthess Polygraphischer Verlag : Bern, Stämpfli, 1990, p. 3-15.
  21. Paul Samuelson et Wolfgang Stolper, « Protection and Real Wages », 1941.
  22. « Le contenu en emplois des échanges industriels de la France avec les pays en développement », Économie et Statistiques, 1994, n°279-280
  23. North-South trade, employment and inequality
  24. http://www.ifop.fr/?option=com_publication&type=poll&id=1535 et http://www.ifop.com/?option=com_publication&type=poll&id=1616
  25. Blendon et al., Bridging the Gap Between the Public's and Economists' Views of the Economy, The Journal of Economic Perspectives, 11:3 (Été 1997), [lire en lignehttp://links.jstor.org/sici?sici=0895-3309%28199722%2911%3A3%3C105%3ABTGBTP%3E2.0.CO%3B2-0] (JSTOR)
  26. Pour une discussion plus générale de ce phénomène, voir John Kay, Galileo and the Lure of Amateur Economics, Financial Times, 22 octobre 2003
  27. Pour une présentation du principe de l'avantage comparatif qui utilise le vocabulaire de la théorie des jeux, voir : (en) ce cours d'économie internationale de Robert Schenk
  28. Jagdish Bhagwati, Free Trade Today, Princeton University Press, 2002, ISBN 0691091560, p. 10
  29. [Petite histoire de la Chine, Xavier Walter, éditions Eyrolles,2007]
  30. [article "deux guerres pour l'opium" dans La Chine 2000 ans d'empire, L'Histoire (magazine), no 300,page 67, juillet-août 2005]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]