Ciudad Perdida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ciudad Perdida
Vue du site
Vue du site
Localisation
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Coordonnées 11° 02′ 17″ N 73° 55′ 31″ O / 11.037997, -73.92519211° 02′ 17″ Nord 73° 55′ 31″ Ouest / 11.037997, -73.925192  

Géolocalisation sur la carte : Colombie (administrative)

(Voir situation sur carte : Colombie (administrative))
Ciudad Perdida
Ciudad Perdida

Ciudad Perdida (en français "Cité perdue") est le site archéologique d'une ancienne cité de la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie. Elle est supposée avoir été fondée vers 800 ap. JC, soit 650 ans plus tôt que Machu Picchu. Ce lieu est également connu sous le nom de Buritaca tandis que les indiens l'appellent Teyuna.

Description[modifier | modifier le code]

Ciudad Perdida fut découverte en 1972, lorsqu'un groupe de chasseurs de trésors local trouva une série de marches en pierre grimpant le long de la montagne et les suivirent jusqu'à une cité abandonnée. Lorsque des figurines en or et des urnes en céramique provenant de la cité commencèrent à apparaître au marché noir local, les autorités dévoilèrent le site, en 1975.

Des membres de tribus locales (les Arhuaco (en), les Kogi et les Asario (en)) indiquèrent qu'ils visitaient le site régulièrement avant qu'il ne soit découvert mais qu'ils avaient gardé le silence quant à son existence. Ils appellent la cité Teyuna et pensent qu'elle était le centre d'un réseau de villages habités par les Tayronas. Ciudad Perdida était probablement le centre politique et économique de la région du Río Buritaca et abritaient de 2 000 à 8 000 personnes. Elle fut apparemment abandonnée durant la colonisation espagnole.

Ciudad Perdida consiste en une série de 169 terrasses creusées à flanc de montagnes, un réseau de routes étroites et de nombreuses petites places circulaires. L'entrée ne peut être atteinte qu'après la montée d'environ 1 200 marches de pierre à travers une jungle dense.

La zone fut à un moment affectée par le conflit armé colombien entre l'armée colombienne, les paramilitaires d'extrême droite et les groupes de guerilla d'extrême gauche (FARC ou ELN). Le 15 septembre 2003, l'ELN kidnappa 8 touristes étrangers qui visitaient Ciudad Perdida, demandant au gouvernement des investigations sur des violations des droits de l'homme en échange des otages. L'ELN relâchera le dernier otage trois mois plus tard. Le groupe paramilitaire AUC s'auto-proclama protecteur de la région. L'Institut Colombien d'Anthropologie abandonna la zone après ces kidnappings et l'accès aux touristes fut restreint[réf. nécessaire].

En 2005, les parcours touristiques devinrent à nouveau possibles. L'armée colombienne patrouille activement la zone qui est à présent considérée comme sûre pour les visiteurs et où il n'y a pas eu d'autres enlèvements.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :