Santa Marta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Santa Marta
Image illustrative de l'article Santa Marta
Blason de Santa Marta
Blason
Drapeau
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Département Flag of Magdalena.svg Magdalena
Alcalde José Francisco Zúñiga Riascos
Code DANE 47001
Démographie
Gentilé Samario
Population 414 387 hab. (2005[1])
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 11° 14′ 28″ N 74° 12′ 22″ O / 11.241, -74.206 ()11° 14′ 28″ Nord 74° 12′ 22″ Ouest / 11.241, -74.206 ()  
Superficie 613 570 ha = 6 135,7 km2
Localisation
Carte de Santa Marta
Carte de Santa Marta

Géolocalisation sur la carte : Magdalena (relief)

Voir sur la carte Magdalena topographique
City locator 14.svg
Santa Marta

Géolocalisation sur la carte : Colombie (relief)

Voir sur la carte Colombie topographique
City locator 14.svg
Santa Marta
Liens
Site web http://santamarta-magdalena.gov.co/

Santa Marta est la capitale du département de Magdalena en Colombie et le troisième grand centre urbain de la Región Caribe après Barranquilla et Carthagène des Indes. Elle fut fondée le 29 juillet 1525 (fête de sainte Marthe) par Rodrigo Galván de las Bastidas. C'est la première ville construite par les Espagnols en Amérique du Sud.

Santa Marta, située dans la baie du même nom, est l'une des principales destinations touristiques des Caraïbes colombiennes. Son emplacement, entre la Sierra Nevada de Santa Marta aux sommets enneigés et la mer des Caraïbes (ou mer des Antilles), ses nombreux lieux historiques et culturels, la faune d'une grande diversité des sites environnants et ses plages réputées en font une ville attractive.

Les activités commerciales de Santa Marta sont réunies principalement dans le centre historique, devenu ainsi le quartier le plus populaire de la ville.

La population de Santa Marta était de 521 482 habitants en 2000. C'est aujourd'hui une importante ville portuaire.

Symboles[modifier | modifier le code]

Drapeau[modifier | modifier le code]

Le drapeau de Santa Marta est constitué de deux couleurs : le blanc et le bleu. Le blanc représente la paix (« présente sans rancune pour cette Terre ») ; le bleu représente le ciel ainsi que l'horizon qui plane au-dessus des montagnes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Héraldique coloniale[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Domination espagnole[modifier | modifier le code]

Les Espagnols, après avoir fondé, en 1510, leur première colonie sur le continent américain, Santa María la Antigua del Darién, voulurent consolider leur présence dans les zones côtières. Santa Marta fut fondée le 29 juillet 1525, le jour de la fête de sainte Marthe[2] d'où son nom, par Rodrigo Galván de las Bastidas. Ce dernier, qui avait affrété trois navires pour se rendre dans la baie de Santa Marta, découverte antérieurement, fit dès son arrivée mettre en œuvre la construction du fort, base de la ville de Santa Marta[3].

Monument à Santa Marta évoquant les Tayronas.
Le vice-amiral anglais John Benbow, blessé, donne ses ordres

Sur le territoire de l'actuel département de Magdalena, les conquistadors découvrirent les Tayronas qui vivaient dans la Región Caribe et avaient une organisation sociopolitique complexe. Guerriers, les Tayronas n'acceptèrent pas la domination espagnole et refusèrent d'abandonner leurs coutumes, leur langue et leurs croyances[4]. Ce peuple fut décimé, mais quelques survivants se retirèrent sur les hauteurs de la Sierra Nevada de Santa Marta.

À partir de 1535, année de la création, pendant la domination espagnole, de la province de Santa Marta - entité de la vice-royauté de Nouvelle-Grenade durant les périodes allant de 1717 à 1723, de 1739 à 1810 et de 1816 à 1819 - Santa Marta en fut la capitale jusqu'à ce que la province de Santa Marta soit dissoute, en 1857.

Batailles et pillages[modifier | modifier le code]

Gonzalo Jiménez de Quesada, initialement avocat en Espagne, fut nommé responsable de la Justice à Santa Marta lorsqu'il débarqua en 1535. Un an plus tard, à la tête d'une expédition destinée à explorer le territoire au sud, il partit de Santa Marta et, suivant le cours du río Magdalena, il arriva à l'emplacement de la future ville de Tamalameque (fondée en 1544, département de Cesar)[5]. Une flotte d'appui partit aussi de Santa Marta avec huit cents hommes. Deux navires seulement parvinrent à Tamalameque et revinrent à Santa Marta avec plus de cinq cents hommes de Gonzalo Jiménez de Quesada.

En juin 1677, le boucanier John Coxon et ses flibustiers pillèrent le port de Santa Marta et firent prisonnier l'évêque pour obtenir une rançon[6].

La bataille de Santa Marta est une bataille navale qui eut lieu du 19 au 25 août 1702 entre une escadre anglaise commandée par le vice-amiral John Benbow (1653 - 1702) et une escadre française commandée par l'officier de marine et administrateur colonial français Jean-Baptiste du Casse (1646 ? - 1715) pendant la guerre de Succession d'Espagne. Le 19 août 1702, les deux escadres se rencontrèrent au large de Santa Marta. Un terme fut mis à la bataille au bout de six jours[7].

Dans les premières décennies de la colonisation espagnole, la ville fut souvent incendiée ou dévalisée par les pirates anglais et français, parfois alliés avec les indiens autochtones Tayronas.

En 1832, la province de Santa Marta fut l'une des seize provinces de la République de Nouvelle-Grenade qui participèrent à la Convention grenadine[8].

Indépendance[modifier | modifier le code]

En 1857, la province de Santa Marta fusionna avec la province de Riohacha pour former l'État fédéral de Magdalena.

C'est à Santa Marta qu'a eu lieu l'une des plus célèbres grèves d'Amérique latine. En 1928, les ouvriers de la United Fruit (devenue Chiquita Brands International) manifestèrent afin d'obtenir de meilleurs logements, l'indemnisation des accidents du travail, mais aussi et avant tout la fin du paiement des salaires en bons échangeables contre des articles de la United Fruit. Le 6 décembre, les ouvriers se réunirent à Ciénaga, à 35 km de Santa Marta, pour entendre l'arbitrage mais se trouvèrent face aux mitrailleuses de l'armée. L'intervention fit des centaines de morts[9].

Climat[modifier | modifier le code]

Santa Marta bénéficie d'une brise constante en provenance de la mer des Caraïbes. La température moyenne est de 28 °C[10].

Relevé météorologique de Santa Marta
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 21,7 22,6 23,7 24,7 25,1 23,6 24 24 23,8 23,6 23,2 26 23,6
Température maximale moyenne (°C) 33 33,5 33,7 33,4 32,6 32,7 32,7 32,4 31,9 31,5 31,7 32,3 32,62
Record de froid (°C) 17,4 18,3 20 20,9 18,8 21,6 20,6 20,3 19 21 19 18,2 17,4
Record de chaleur (°C) 37 38,2 37 37,6 37,4 37,4 37,8 37,4 37,2 36 38,2 36,4 38,2
Ensoleillement (h) 281 251 251,6 226,8 221,8 230,3 226,2 219,8 202,4 204,7 226,4 279,3 2 821,3
Précipitations (mm) 6,9 2,7 1,8 9,1 58,3 58,1 63,2 57,3 81,9 108,4 45,5 11,1 499,3
Nombre de jours avec précipitations 1 1 1 2 7 8 9 12 13 13 7 2 76
Humidité relative (%) 73 72 70 72 76 75 75 77 78 79 77 75 74,9
Source : Cartas Climatológicas - Medias Mensuales, Aéroport international Simón Bolívar
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
33
21,7
6,9
 
 
 
33,5
22,6
2,7
 
 
 
33,7
23,7
1,8
 
 
 
33,4
24,7
9,1
 
 
 
32,6
25,1
58,3
 
 
 
32,7
23,6
58,1
 
 
 
32,7
24
63,2
 
 
 
32,4
24
57,3
 
 
 
31,9
23,8
81,9
 
 
 
31,5
23,6
108,4
 
 
 
31,7
23,2
45,5
 
 
 
32,3
26
11,1
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Vue du port de Santa Marta

Le port de Santa Marta est l'un des plus grands et des plus importants de Colombie, ainsi que l'un des plus sûrs au monde. C'est également le plus profond d'Amérique du Sud. Beaucoup de bateaux de marchandises viennent à Santa Marta, contribuant à l'économie de tout le département de Magdalena.

Soixante entreprises sont à l'origine de la Sociedad Portuaria de Santa Marta, société d'économie mixte qui a commencé à fonctionner en 1993. Le port est divisé en trois grands sous-terminaux[11]. L'organisation responsable du port est l'Autorité du Port de Santa Marta[12].

Depuis 2007, beaucoup de travaux ont été effectués afin de restaurer certains monuments historiques de la ville et plusieurs projets de rénovation sont en cours dans le port afin d'appliquer le Traité de libre-échange Colombie-États-Unis. Ce traité, signé en 2006, a été adopté de façon définitive par le Congrès américain le 12 octobre 2011[13].

Transports[modifier | modifier le code]

Aéroport[modifier | modifier le code]

À 16 kilomètres du centre-ville, se situe l'Aéroport international Simón Bolívar[14] (déclaré Aéroport international depuis décembre 2007), qui reçoit des vols de Bogota, Medellín, Bucaramanga et Cali, assurés par les compagnies Avianca, Copa Airlines, LAN Colombia, EasyFly (en) et VivaColombia (en). L'aéroport a reçu une concession en 2011 ; il va ainsi investir 26 millions de dollars dans la modernisation et la restauration des bâtiments. La piste d'atterrissage a également été agrandie, passant de 1 700 à 2 200 mètres de longueur.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le transport ferroviaire était important pour les échanges avant le grand développement intensif de la région entre 1892 et 1988.

Le transport par train est le moyen de transport le plus sûr et le plus efficace au nord de la Colombie. Compte tenu de l'importance de la ligne ferroviaire entre la ville de Chiriguaná et le port de Santa Marta pour la compétitivité du pays dans la mondialisation, l'État colombien a décidé d'améliorer cette ligne ferroviaire.

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Le port santamartien (en espagnol : samario) possède une longue jetée dans la mer, facilitant ainsi le transport maritime dans la baie de Santa Marta. L'activité portuaire y est très intense. C'est l'un des seuls ports colombiens situés sur la côte atlantique où l'on décharge directement les marchandises sur le quai.

Démographie[modifier | modifier le code]

Population de la ville de Santa Marta selon le DANE
(recensement de 2005)[15]
Chef-lieu Reste Total
Hommes 215 432 11 476 226 908
Femmes 218 308 9 644 227 952

Le chiffre de la population de Santa Marta est très discuté et varie selon les sources. Celui que l'on rencontre le plus souvent s'élève à 398 368 habitants. Selon le recensement effectué par le DANE en 2005, la population totale de Santa Marta est de 454 860 habitants (voir le tableau)[15]. Selon le Plan de Développement samario, environ 23 000 personnes vivaient dans la ville en 2003. Le tourisme induit le développement de nouvelles constructions, l'accroissement de l'immobilier touristique et des équipements hôteliers ainsi qu'une augmentation de la population de la ville[16].

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Santa Marta est basée sur le tourisme, la bourse, les activités portuaires, la pêche et l'agriculture. Le département de Magdalena produit 16 053 tonnes de produits agricoles cultivés sur une surface totale de 44 051 hectares. Les principaux produits sont les bananes, le café, le cacao ansi que différents fruits et du manioc.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Coucher de soleil vu depuis un hôtel de Santa Marta. Le port de la ville est visible au loin.
Une plage à Rodadero, un quartier de Santa Marta.

Depuis que l'organisation de l'économie de la ville est axée sur le tourisme, plusieurs voyagistes proposent des visites de la ville. Santa Marta est parfois surnommée La Perle de l'Amérique, un nom en hommage à Julián Antonio, l'un des « pères » de la ville au XVIIIe siècle.

Sites touristiques[modifier | modifier le code]

Vue de la Ciudad Perdida.
Vue de la Santa Marta Beach.

Édifices[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La ville de Santa Marta possède un club de football : l'Unión Magdalena, parfois surnommée El ciclón bananero (Le cyclone de bananes).

Santa Marta est également le lieu de naissance des célèbres footballeurs colombiens Carlos Valderrama et Radamel Falcao, ainsi que de l'international helvético-colombien Johan Vonlanthen.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Santa Marta est jumelée avec les villes suivantes :

Drapeau des États-Unis Miami Beach (Floride), États-Unis[20]
Drapeau de la Colombie Bucaramanga, Colombie
Drapeau de la Colombie Riohacha, Colombie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Censo 2005 — Santa Marta[PDF], DANE
  2. (fr) « Marthe. Disciple du Christ, sœur de Lazare (1er s.) », sur Nominis
  3. (es) « Rodrigo de Bastidas », sur Biografías y Vidas
  4. (es) « Tayrona Culture Columbian », sur todacolombia.com
  5. (es) José Eduardo Rueda Enciso, « Jiménez de Quesada, Gonzalo »,‎ 1952
  6. (en) David F. Marley, Pirates of the Americas, vol. 1, ABC-CLIO,‎ 2010, 883 p. (ISBN 1598842013, lire en ligne), p. 89
  7. (en) David Marley, Wars of the Americas: A Chronology of Armed Conflict in the New World, 1492 to the Present, ABC-CLIO,‎ 1998, 722 p. (ISBN 0874368375, lire en ligne), p. 222
  8. (es) Agustin Codazzi, Manuel María Paz et Felipe Pérez, « Atlas Geográfico e Histórico de la Républica de Colombia (Antigua Nueva Granada) », Paris,‎ 1890
  9. (fr) « United Fruit, la mère des républiques bananières », sur LesEchos.fr,‎ 28 juillet 2009
  10. (fr) « Santa Marta », sur abc-latina.com
  11. (en) « Santa Marta Port: as green and clean as can be », sur worldfolio.co.uk
  12. (en) « Port of Santa Marta (Colombia) », sur Sea-Rates.com
  13. (fr) Aline Timbert, « Colombie : l'Accord de libre-échange avec les États-Unis a été adopté par le Congrès (les enjeux) », sur actulatino.com,‎ 19 octobre 2011
  14. (en) « Airport Simon Bolivar », sur ColombiaInfo.org
  15. a et b (es) Censo General 2005, DANE
  16. (es) « Impacto socio-económico del turismo inmobiliario turístico emergente », sur monografias.com
  17. a, b et c (fr) « Santa Marta: Guide touristique », sur colombia.travel
  18. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Colombie,‎ 2009 (ISBN 2746925362, lire en ligne), p. 22
  19. a, b, c et d Simon Couteau et Nelson Martinez, La Colombie, Jean-Paul Gisserot,‎ 2000, 126 p. (ISBN 2877475166, lire en ligne)
  20. (en)Miami Beach Sister Cities Programs