Sécurité démocratique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La sécurité démocratique est la politique menée par le président colombien Álvaro Uribe durant ses deux mandats, de 2002 à 2010. Elle se caractérise par une augmentation massive des effectifs de la force publique (qui passent de 313 406 éléments en 2002 à 441 828 en 2010), une politique intransigeante vis-à-vis des guérillas (FARC, et ELN en particulier), avec le soutien des États-Unis au travers du Plan Colombie. Une autre composante de cette politique est la conciliation avec les paramilitaires des AUC, aboutissant à un accord de paix prévoyant leur désarmement (accord de Santa Fe de Ralito, le 15 juin 2003).

Cette politique connaît de nombreux succès, en particulier dans le domaine de la lutte contre les guérillas : deux membres du secrétariat des FARC (Raúl Reyes et Iván Ríos) sont tués au combat, le gouvernement reprend le contrôle de la plupart des routes et voies de communication importantes du pays, l'étau de la guerrilla est rompu autour des grandes villes comme Bogota ou Medellín (six fronts des FARC étaient actifs autour de la capitale en 2002, plus aucun ne l'est en 2010).

Le bilan de la démobilisation des AUC est contrasté : plus de 30 000 combattants des AUC rendent les armes dans le cadre de processus dit «Justice et paix», associé à une amnistie partielle, mais 4 500 reprennent les armes dans de nouveaux groupes paramilitaires ou liés au narcotrafic dit «bandes émergentes», dont les Águilas Negras, qui recrutent également 6 000 nouveaux combattants[1], tandis que les liens entre paramilitaires et forces gouvernementales persistent, aboutissant en particulier à des scandales comme le scandale de la parapolitique, qui révèle les liens de nombreux députés favorables à Álvaro Uribe avec les paramilitaires, et le scandale des faux positifs, qui éclate fin 2008 avec la révélation de nombreux assassinats de civils par l'armée, avec pour objectif de les faire passer pour des guérilleros morts au combat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Balance de la seguridad democrática de Uribe, a ocho días de entregar el poder, Lapatria.com, août 2010