Malte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malte (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Malt et MALT.

République de Malte

Repubblika ta' Malta (mt)

Republic of Malta (en)

Drapeau
Drapeau de Malte
Blason
Armoiries de Malte
alt=Description de l'image Location Malta EU Europe.svg.
Hymne national L-Innu Malti (Hymne maltais)
Administration
Forme de l'État République
Président de la République Marie-Louise Coleiro Preca
Premier ministre Joseph Muscat
Langues officielles Maltais (langue nationale)
Anglais
Capitale La Valette

35° 54′ N 14° 31′ E / 35.9, 14.517 ()

Géographie
Ville la plus peuplée Birkirkara
Superficie totale 316 km2
Superficie en eau Négligeable (Chadwick Lakes)
Fuseau horaire UTC +1
Histoire
Indépendance Du Royaume-Uni
Date 21 septembre 1964
République
depuis le 13 décembre 1974
Démographie
Gentilé Maltais, Maltaise
Population totale (2013) 446 547 [1] hab.
(classé 169e)
Densité 1 413 hab./km2
Économie
IDH (2007) en augmentation 0,902 (élevé) (38e)
Monnaie Euro[2] (EUR​)
Divers
Code ISO 3166-1 MLT, MT​
Domaine Internet .mt
Indicatif téléphonique +356

Malte, en forme longue la République de Malte, en maltais Malta ou Repubblika ta' Malta, en anglais Malta ou Republic of Malta, est un État insulaire qui a acquis son indépendance pour la première fois de son histoire le 21 septembre 1964. Membre de l’Union européenne depuis le 1er mai 2004[3], Malte a intégré la zone euro le 1er janvier 2008[4].

C'est le plus petit État de l'Union européenne et c'est aussi, mis à part les cités-États, le pays le plus dense du monde. La République de Malte est un archipel qui se compose de huit îles, dont quatre sont habitées, situé entre la mer Méditerranée orientale et occidentale à 93 kilomètres de la Sicile. Sa localisation stratégique lui a valu les convoitises et l'occupation de nombreuses puissances au cours des âges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de Malte.
Carte politique de Malte

Le territoire maltais est un archipel de 316 km² qui se compose de huit îles, dont quatre sont habitées : Malte (Malta en maltais), Gozo (Għawdex), Comino (Kemmuna) et Manoel ; quatre autres sont inhabitées : Cominotto (Kemmunett), Filfla et les deux îles de Saint-Paul (Gżzejjer ta’ San Pawl).

L’archipel maltais est situé entre mer Méditerranée orientale et occidentale à 93 kilomètres de la Sicile et à 288 kilomètres à l’est de la Tunisie[5], à environ 340 kilomètres au nord de la Libye et 570 km à l’ouest de la Grèce (ou plus précisément de Céphalonie). Sa localisation stratégique au centre de la mer Méditerranée, à la frontière entre la Méditerranée occidentale et la Méditerranée orientale et entre l’Afrique du Nord (cap Bon) et le sud de l’Europe lui a valu les convoitises de nombreuses civilisations au cours des âges. Le percement du canal de Suez va mettre Malte sur la ligne des steamers (« bateaux à vapeur ») pour les colonies du Commonwealth. Après avoir été un centre de maintenance naval avec de vastes chantiers, c'est aujourd'hui, le relais méditerranéen pour le trafic international des conteneurs.

L’île principale de Malte mesure 27 km dans sa plus grande longueur et 14,5 km dans sa plus grande largeur. Son point culminant est le Ta'Dmejrek (253 m).

Géologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géologie de Malte.

L’archipel maltais, situé sur la plaque africaine est né de la rencontre tectonique de cette plaque avec la plaque eurasienne provoquant la surrection au début du Pliocène des dépôts sédimentaires marins du Miocène[6].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Si le relief maltais est le résultat d'une érosion hydraulique, aujourd'hui les cours d'eau sont réduits à l'état de wied (oued). L'eau douce est présente sous forme d'une nappe phréatique flottant sur une nappe d'eau de mer. En surface, l'eau douce est présente toute l'année dans quelques rares étendues d'eau, généralement canalisée dont la plus étendue est les Chadwick Lakes. L'eau douce, pour la consommation humaine, est obtenue par dessalement de l'eau de mer par un procédé d'osmose inverse (en anglais reverse osmosis donnant lieu au jeu de mots le plus connu à Malte : la plus grande rivière de Malte est la River of Moses).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type méditerranéen, avec des hivers doux et pluvieux et des étés chauds et secs. On y compte en moyenne 60 jours de pluie par an[7]

Écosystème[modifier | modifier le code]

Lagune entre Comino et l'île Cominotto à Malte

Faune[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Malte.

L'histoire de Malte est dès le Néolithique liée à celle de la Sicile. L'archipel maltais, de par sa position privilégiée entre Méditerranée orientale et occidentale, sera toujours occupé par une puissance maritime dominante jusqu'à son indépendance du Royaume-Uni en 1964.

Préhistoire (5400 à 725 av. J.-C.)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Préhistoire de Malte.

Malte n'est peuplée que vers 5400-5200 av. J.-C. par des groupes néolithiques d'agriculteurs-éleveurs-pêcheurs venant de Sicile[8]. Ils mettent en place une civilisation préhistorique importante qui est à l'origine des plus anciens monuments, les temples mégalithiques, encore existants, ce sont les plus anciennes constructions monumentales de l'histoire de l'humanité (26 sites de temples cyclopéens)[9].

Antiquité (725 av. J.-C. à 455)[modifier | modifier le code]

Mosaïques romaines à Rabat, Malte
Article détaillé : Antiquité de Malte.

Par sa position au centre de la Méditerranée l'archipel maltais est un relais évident, compte tenu de ses ports naturels. Les Phéniciens, grands navigateurs, utilisent Malte à partir du Xe siècle av. J.-C. Ils installent une colonie dans les îles de l'archipel vers 725 av. J.-C[10]. Des Grecs s’installent également du VIIe au Ve siècle av. J.-C. et partagent apparemment pacifiquement les îles avec les Phéniciens[11]. Avec le déclin de la Phénicie, l’île passe sous le contrôle de Carthage en 480 av. J.-C. C'est une colonie précieuse dans la lutte que les Carthaginois mènent contre les Grecs et ensuite contre les Romains. À la faveur des guerres puniques, l’île passe sous le contrôle des Romains en 218 av. J.-C. jusqu'au démantèlement de l'empire romain en 395[12].

Moyen Âge (455 à 1530)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Moyen Âge à Malte.

Probablement vers 455, l'île de Malte subit l'occupation des Vandales et vers la fin du Ve siècle, celle des Ostrogoths[13]. Elle passe ensuite sous le contrôle de l'Empire romain d'Orient également dénommé Empire byzantin. La présence byzantine demeure dans l'archipel jusqu'à la conquête de Malte par les Arabes.

En 870 les Aghlabides s'emparent de l'archipel lors de la conquête de la Sicile. Il est envisagé, dans les dernières études historiques, que l'archipel a été complètement vidé de sa population envoyée en esclavage. L'île de Malte aurait ensuite été repeuplée avec des colons arabo-berbères musulmans et des esclaves chrétiens pour mieux défendre l'archipel.

En 1090, les Normands, maîtres de la Sicile, menés par le comte Roger de Hauteville, s’emparent de Malte. En 1127, l’île passe sous domination sicilienne. Finalement, entre 1240 et 1250, Frédéric II du Saint-Empire expulse les musulmans, même si beaucoup se convertissent pour rester dans les îles. Pendant cette période, les Maltais se rechristianisent mais conservent leur langue l'arabe maltais proche de l’arabe ifriqiyen, tout en empruntant massivement une partie de leur vocabulaire au sicilien et à l’italien. L'archipel accueille des familles juives chassées d'Espagne en 1492.

Lorsque Charles Quint se rend une première fois en Italie en 1529 pour se faire couronner empereur par le pape Clément VII, ce dernier intercéda en faveur de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem[14], un ordre hospitalier et militaire consacré en son temps à la défense du Royaume latin de Jérusalem, pour que celui-ci retrouve une souveraineté après avoir été chassé de Rhodes par les Ottomans. C’est à Bologne, le 24 mars 1530, que Charles Quint signe le diplôme concédant à l’Ordre « en fief perpétuel, noble et franc, les villes, châteaux et îles de Tripoli, Malte et Gozo avec tous leurs territoires et juridictions » ensemble hérité des possessions de Naples et de Sicile[15],[16].

Chevaliers de Saint-Jean (1530 à 1798)[modifier | modifier le code]

Saint Paul, cathédrale baroque à Mdina

Délaissant Mdina, ancienne capitale de l’île, l’Ordre installe son couvent dans le port de Birgu où le grand maître Philippe de Villiers de L'Isle-Adam fit édifier plusieurs fortifications en vue de mettre l’île en état de défense contre une éventuelle attaque des Ottomans.

Article détaillé : Grand Siège de Malte.

Le Grand Siège intervient le 19 mai 1565 quand Mustapha Pacha et Uluç Ali Paşa font débarquer à Marsaxlokk un premier contingent de 40 000 soldats. Le grand maître Jean Parisot de La Valette ne peut opposer qu’environ 9 000 hommes dont 592 chevaliers. Le grand siège de Malte se termine le 13 septembre, après l’arrivée des renforts siciliens du vice-roi Don Garcia de Tolède, par la défaite des Ottomans qui perdent plus de 12 000 hommes, dont le corsaire Dragut. Les pertes maltaises s’élèvent à environ 9 000 personnes dont des femmes, des enfants et des vieillards qui n'avaient pu être évacués en Sicile, et 313 chevaliers[17],[18]. La victoire est célébrée avec éclat et reste une des plus grandes victoires de la chrétienté sur l'empire ottoman[19].

En 1675 puis de nouveau en 1676, une épidémie de peste frappe l'île faisant 11 300 victimes sur une population estimée à 60 000 habitants.

Malte dans l'Empire britannique (1800 à 1964)[modifier | modifier le code]

La domination de l'Ordre prend fin en 1798 avec la prise de l’île par Napoléon Bonaparte lors de sa campagne d’Égypte dont Malte constitue une base[20]. En 1800, les Maltais appellent les Britanniques à l’aide sous prétexte du pillage des biens de l’Église par les troupes napoléoniennes, plusieurs lois impopulaires promulguées par Bonaparte et l'attitude peu respectueuse des Français renforçant l'état d'esprit anti-Français. En 1802, le traité d'Amiens décide le rétablissement de la souveraineté de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem sur l'île mais rencontre l'opposition du Congrès national. Les Britanniques refusent alors de rendre l’archipel aux Hospitaliers et l’annexent officiellement à l’Empire britannique en 1816 après la signature du traité de Paris de 1814. Toutefois les Britanniques ne sont pas mieux acceptés que les Français : ils imposent unilatéralement leur langue, en interdisant la langue italienne. Ils s'emparent du pouvoir politique et économique. Cette situation d’exploitation coloniale provoque en retour la montée de revendications nationalistes et les Britanniques doivent concéder une nouvelle constitution augmentant le nombre d’élus maltais au Conseil législatif puis reconnaître la langue maltaise (1934), mais pas l'italien comme les nationalistes le demandaient[21].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, Malte joue un rôle important en raison de sa position stratégique qui gêne considérablement le ravitaillement des armées de l’Axe en Afrique du Nord dans leur tentative de s’emparer du canal de Suez. Cela lui vaut la George cross pour sa résistance héroïque face au blocus et aux bombardements incessants (16 000 tonnes de bombes faisant 2 000 victimes), croix qui figure aujourd’hui sur le drapeau national. Pendant la guerre, un certain nombre de jeunes maltais, généralement des étudiants en Italie avant la déclaration de la guerre, qui se considéraient proches de l'Italie, se battent dans l'armée italienne pour rattacher leurs îles au Royaume ; l'un d'entre eux, Carmelo Borg Pisani, pro italien, nationaliste maltais et fasciste, après avoir participé à la campagne de Grèce avec l'armée italienne, est envoyé à Malte pour espionner l'archipel. Capturé, condamné par le Conseil de guerre, il est exécuté par les Britanniques, pour conspiration le 28 novembre 1942[22].

Indépendance (depuis 1964)[modifier | modifier le code]

L’indépendance du pays est reconnue le 21 septembre 1964, mais Malte conserve la reine Élisabeth II à sa tête comme de nombreux pays du Commonwealth. Ce n’est que 10 ans plus tard, le 13 décembre 1974, sous l’impulsion du Premier ministre Dom Mintoff, que Malte proclame la république et élit un président à sa tête. En 1984 se déroulent d'importantes manifestations contre des mesures de restriction de l'enseignement religieux et des biens du clergé. Cette même année, le pays signe des accords avec la Libye et l'URSS.

L’adhésion de Malte à l’Union européenne devient effective le 1er mai 2004, 11 ans après le début des premières négociations. Malte fait partie de la zone euro depuis le 1er janvier 2008.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique à Malte.

Le président de la République est élu par la Chambre des députés (Kamra tar-Deputati) et nomme comme Premier ministre le chef du parti vainqueur des élections. Le président nomme également, sur recommandation du Premier ministre, les différents ministres du gouvernement choisis parmi les députés élus.

La Chambre des députés est composée d'au moins 65 députés élus selon un système proportionnel. Les élections législatives ont lieu tous les 5 ans. Les dernières ont eu lieu en 2013.

Les deux partis de l'archipel sont le Parti travailliste (LP) et le Parti nationaliste (PN). Le Premier ministre est, depuis le 11 mars 2013, le travailliste Joseph Muscat.

Relations avec l’Union européenne[modifier | modifier le code]

  • Le 16 juillet 1990, Malte présente sa demande d'adhésion à l’Union européenne.
  • Le 10 décembre 1999, Malte ouvre les négociations d'adhésion (terminées le 13 décembre 2002).
  • Le 8 mars 2003, 53,6 % des Maltais approuvent l'adhésion par référendum.
  • Le 14 avril 2003, le Conseil européen approuve l'adhésion de Malte en même temps que neuf autres pays[23].
  • Le 16 avril 2003, Malte signe le traité d'adhésion (en vigueur au 1er mai 2004).
  • Le 27 février 2007, Malte demande que soit examinée sa subordination aux critères de convergence.
  • Le 16 mai 2007, la Banque centrale européenne[24] et la Commission européenne[25] publient leurs rapports sur le respect des critères de convergence par Malte.
  • Le 21 juin 2007, le Conseil européen autorise l'adoption de l'euro, après la décision des chefs d'État ou de gouvernement, les ministres de l'Économie et des Finances (Ecofin) le 10 juillet 2007, abrogent la dérogation dont Malte jouit[26] et fixent le taux irrévocable de conversion à 1 euro = 0,429300 livre maltaise[27].
  • Le 21 décembre 2007, Malte intègre l'Espace Schengen mettant Malte aux avant-postes de l'émigration africaine avec l'île italienne de Pantelleria.
  • Le 1er janvier 2008, Malte intègre la Zone euro.

Administration[modifier | modifier le code]

Divisions territoriales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Division territoriale de Malte.
Ancienne division administrative en kunsilli lokali (conseils locaux ou localités)
La Valette.

Depuis 1993, Malte est subdivisée en 68 Kunsilli Lokali (conseils locaux) également appelés localités, regroupées depuis 2009 en 5 Reġjuni (Région) : il existe 54 localités sur l'île de Malte et 14 sur l'île de Gozo.

Localités[modifier | modifier le code]

Les localités maltaises ont été renommées par la loi sur les kunsilli lokali du 6 octobre 2009.

Localités de l’île de Malte
Localités de l’île de Gozo

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de Malte.

Les atouts économiques de Malte sont le calcaire, un bon emplacement géographique et une main-d’œuvre productive. Cependant, Malte ne produit qu’environ 20 % de ses besoins alimentaires, possède des ressources en eau limitées et n’a pas de sources d’énergie qui lui sont propres. L’économie est dépendante du commerce extérieur (particulièrement en tant que point de transbordement du fret maritime), du tourisme et de l’industrie (notamment électronique et textile). Malte répond aux standards internationaux en matière de transparence et d’échange d’information, et n’a jamais été inscrite sur la liste noire de l'OCDE, liste publiée pour la première fois en juin 2000 (Publication officielle de l’OCDE – Paris, 19 juin 2000) qui recensait les pays refusant la coopération en ces domaines[28].

En 2006, Malte a conclu un accord avec la Commission européenne, qui dans les faits permet à Malte de conserver son compétitif régime d’imposition des sociétés. Cet accord a été conclu avec la Commission européenne chargée de la concurrence au nom de la solidarité entre États membres et dans le respect du Code de conduite de la fiscalité des entreprises.[réf. nécessaire]

En septembre 2007, la 24e session plénière du Comité restreint d’experts pour l’évaluation des mesures anti-blanchiment d’argent (MONEYVAL) pour le Conseil de l’Europe a adopté le rapport d’évaluation de Malte. L’évaluation s’est fondée sur les 40 recommandations du GAFI et les 9 recommandations spéciales en matière de lutte contre le financement du terrorisme. Le cadre réglementaire dont Malte s’est dotée a été évalué comme étant d’un haut niveau général, et en conformité avec la plupart des recommandations évoquées.[réf. nécessaire]

Malte a privatisé plusieurs entreprises publiques afin de préparer son entrée dans l’Union européenne en 2004. Malte et la Tunisie sont en discussions pour l’exploitation commerciale du plateau continental qu’ils partagent, particulièrement en ce qui concerne la prospection pétrolière.[réf. nécessaire]

À partir du 29 avril 2005, la lire maltaise a fait partie du mécanisme de taux de change européen, dit MCE II, en vue de l’adoption de l’euro, devenu la monnaie légale depuis le 1er janvier 2008.

Les résidents de nationalité britannique ne paient pas d’impôts.[réf. nécessaire]

Activités primaires[modifier | modifier le code]

Activités secondaires[modifier | modifier le code]

Activités tertiaires[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme à Malte.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Malte.

Malte est l’un des pays les plus densément peuplés du monde avec une densité de population d’environ 1 250 habitants par kilomètre carré. En 1569, la population était de seulement 10 000 habitants. Une forte communauté d’étrangers, principalement des Britanniques, est implantée à Sliema et aux alentours. De plus, une population maghrébine (2250 en 2001) de plus en plus importante s’installe sur l’île.

Il existe une importante diaspora maltaise, le dernier recensement, réalisé en 1988, dénombrait 800 000 expatriés.

La religion d’État est le catholicisme romain mais chacun est libre d’exercer la religion de son choix car la liberté de conscience est garantie par la constitution.

Il y a 97 % de catholiques, 1 % de chrétiens non-catholiques (orthodoxes et protestants), 1 % de musulmans et 1 % sans religion.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de Malte.

Langues[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Maltais et Alphabet maltais.

La république de Malte reconnaît une langue nationale, le maltais et deux langues officielles, le maltais et l’anglais[29]. L’administration, les tribunaux emploient normalement le maltais, mais ils peuvent employer l’anglais s’ils le jugent nécessaire.

L'origine de la langue est l'arabe ifriqiyen relexifié à partir de superstrats italien, sicilien, dans une moindre mesure français et plus récemment anglais[30]. En raison de son origine siculo-arabe, le maltais est classé comme langue sémitique[31]. C'est aussi la seule langue vivante représentative de la famille des dialectes siculo-arabes écrite en alphabet latin complété.

La grande majorité des insulaires (95 %) parle le maltais. Cependant, en raison de la longue colonisation britannique, l’anglais joue également un rôle important. Même si seules 6 200 personnes sont de langue maternelle anglaise, la place de l’anglais est importante sur le plan socio-politique, car il demeure l’une des deux langues officielles de la République de Malte. Le secteur du séjour linguistique, avec plus de 40 écoles à Malte, utilise la présence de cette communauté anglophone et la place de l’anglais comme langue officielle pour proposer des cours d’anglais dans une ambiance très méditerranéenne.

Parmi les langues utilisées à Malte l'italien est pratiqué par environ 2 % de la population (8 500 locuteurs). L'italien, qui était une des langues officielles de Malte jusqu’aux années 1930, est en tout cas compris et parlé par environ 100 000 à 120 000 Maltais.

Par ailleurs, le droit maltais ne définit pas la notion de minorité nationale : il n’existe donc aucun groupe de population reconnu comme tel. C’est pourquoi aucun instrument juridique n’a été adopté et la nécessité de lois particulières dans le domaine des langues ne s’est pas fait sentir. Il n’existe donc aucune loi visant à assimiler les minorités nationales ou à mettre en œuvre une politique générale d’intégration ou de protection. Le gouvernement de Malte déclare qu’il n’existe sur son territoire aucune minorité nationale au sens de la convention-cadre pour la protection des minorités nationales. Toutefois, Malte considère la ratification (10 février 1998) de la convention-cadre comme un acte de solidarité par rapport aux objectifs de la convention[32].

Fêtes et jours fériés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fêtes et jours fériés à Malte.
Date Nom français Nom local Remarques
1er janvier Jour de l'an L-Ewwel tas-Sena
10 février Fête du naufrage de saint Paul Il-Festa tan-Nawfraġju ta’ San Pawl
19 mars Fête de saint Joseph Il-Festa ta’ San Ġużepp
31 mars Jour de la liberté Jum il-Helsien Fête nationale
14 avril Vendredi saint Il-Ġimgħa l-Kbira
1er mai Fête du Travail Jum il-Ħaddiem
7 juin 7 juin Is-Sette Giugno Fête nationale
29 juin Fête de saint Pierre et saint Paul Il-Festa ta' San Pietru u San Pawl (L-Imnarja)
15 août Assomption Il-Festa ta' Santa Marija Assunta
8 septembre Fête de la Victoire Jum il-Vittorja Fête nationale
21 septembre Jour de l'Indépendance Jum l-Indipendenza Fête nationale
8 décembre Fête de l’Immaculée conception Il-Festa ta' l-Immakulata Kuncizzjoni
13 décembre Jour de la République Jum ir-Repubblika Fête nationale
25 décembre Jour de Noël Jum il-Milied

Littérature[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine maltaise.

Sport[modifier | modifier le code]

Bocci[modifier | modifier le code]

Regatta[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Regatta.

La Regatta est une compétition d'aviron qui se court à Malte dans le Grand Harbour depuis la fin du XVIe siècle. La Regatta Jum il-Vittorja (la régate du jour de la Victoire) se court le 8 septembre de chaque année, depuis 1822 et officiellement depuis 1965 avec la participation de sept clubs d'aviron. La Regatta Jum il-Ħelsien (Régate du jour de la Liberté) sert de régate d'entrainement et se court dans les mêmes conditions le 31 mars de chaque année.

Water polo[modifier | modifier le code]

Snooker[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Rugby[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Malte aux Jeux olympiques.

Jeux du Commonwealth[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Malte aux Jeux du Commonwealth.

Étant l'un des trois États européens membres du Commonwealth des Nations, Malte participe aux Jeux du Commonwealth. À ce jour, le pays y a remporté une médaille d'argent et trois de bronze, trois de ces médailles provenant des épreuves de tir sportif.

Codes[modifier | modifier le code]

La République de Malte a pour code :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. au 31 mars 2013,Gazzetta tal-Gvern ta' Malta du 31 mai 2013
  2. Avant 2008 : la lire maltaise
  3. Décision de l'EU du 23.9.2003
  4. Décision de l'UE du 18.7.2007)
  5. Direction de l'Information consulté le 22/05/2008
  6. Martyn Pedley, Michael Hughes Clarke et Pauline Galea (2002) p. 17
  7. http://www.holidaycheck.fr/climate-wetter_Malte-ebene_rid-id_257.html
  8. J.S. Tagliaferro (2000) p. 12
  9. R. Joussaume (2003)
  10. J. Godechot (1970) p. 12
  11. J. Godechot (1970) p. 13
  12. J. Godechot (1970) p. 14
  13. A. Bonanno (2005) p. 258
  14. Clément VII avait une obligation personnelle envers l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dont il était membre en tant qu’ancien prieur de Capoue. Simon Mercieca (2005) p. 23
  15. Jacques Godechot (1970) p. 38
  16. Simon Mercieca (2005) p. 23
  17. Joseph Ellul (1992)
  18. Simon Mercieca (2005) p. 35-59
  19. Jacques Godechot (1970) p. 48
  20. L'écrivain maltais Frans Sammut analyse les deux ans de l'occupation française dans Bonaparte à Malte (2008), après qu'il a envoyé deux espions relever les défenses et prendre contact avec les chevaliers français de l'Ordre.
  21. Daniel Rondeau, « L'île de Malte », émission La Marche de l'Histoire sur France Inter, 5 juin 2012
  22. Ministère de la défense italien fiche concernant Carmelo Borg Pisani consulté le 8 janvier 2009
  23. Décision du Conseil de l'Union européenne du 14 avril 2003 relative à l'admission de la République tchèque, de la République d'Estonie, de la République de Chypre, de la République de Lettonie, de la République de Lituanie, de la République de Hongrie, de la République de Malte, de la République de Pologne, de la République de Slovénie et de la République slovaque à l'Union européenne ([PDF] GU EU L 236 du 23.9.2003)
  24. Rapport sur la convergence mai 2007 PDF)
  25. COM (2007) 0258 Rapport de la Commission - Rapport de convergence 2006 relatif à Malte (élaboré conformément à l'article 122, paragraphe 2, du traité, à la demande de Malte) SEC(2007) 621) PDF
  26. 2007/504/CE Décision de Conseil, du 10 juillet 2007, aux termes de articule 122, le paragraphe 2, du traité CE pour l'adoption de la part de Malte de la monnaie unique le 1er janvier 2008 ([PDF] GU EU L 196 du 18.7.2007)
  27. Règlement (CE) n. 1134 du Conseil du 10 juillet 2007 modifiant le règlement (CE) no 2866/98 en ce qui concerne le taux de conversion à l’euro pour Malte ([PDF] GU EU L 256 du 2.10.2007)
  28. [1] sur Paradis-Fiscal. Consulté le 4 novembre 2011
  29. Constitution of Malta, I.5.(1)
  30. Brincat, Joseph M. (2005), Maltese-an unusual formula, MED Magazine
  31. Martine Vanhove, « À Malte, une langue inscrite dans l’histoire » dans Le Monde diplomatique, octobre 2007
  32. Université de Laval, Canada, « Malte », sur ulaval.ca

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Blondy Malte, (2e édition), Paris, Arthaud, 1996, 278 p.
  • Alain Blondy, Malte, 7000 ans d'histoire, Paris, Bouchène, 2011.(ISBN 978-2-35676-023-4)
  • Jacques Godechot, Histoire de Malte, Col. Que sais-je, Presse Universitaire de France, Paris (1970).
  • Shirley J. Johnston, Malte, Citadelles et Mazenod, 2001
  • Simon Mercieca, Les chevaliers de Saint-Jean à Malte, Casa Editrice Bonechi, Florence (2005), Miller Distributors Limited, Malta (ISBN 88-476-1681-6).
  • (en) Martyn Pedley, Michael Hughes Clarke et Pauline Galea, Limestone Isles in a Crystal Sea: the Geology of the Maltese Islands, PEG Publications, 2002, Malta
  • Anne Brogini, Malte, frontière de chrétienté (1530-1670), Publications de l’École française de Rome (2005) disponible sur OpenEdition

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]