Gazoduc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gazoduc en chantier à Chazelles (Charente, France)
Dans le monde, de nombreux gazoducs et oléoducs sont anciens (ici posé vers 1960), mais encore en service
Les gazoducs sont presque toujours enterrés, mais ils peuvent être localement aériens
Exemple de conduite coudée (ici avant pose, lors du doublement du gazoduc de Chazelles, 2008-04-05)
Conduites de gaz abandonnées après la fermeture d'un forage, le gisement une fois épuisé
Station d'injection de mercaptant (le produit qui donne son odeur au gaz, afin de faciliter la détection d'éventuelles fuites)
Différentes sections d'un gazoduc (schéma de principe)
Carte simplifiée du réseau des gazoducs de la région de la Baltique
Terminal gazier de Bacton où le gaz est préparé (UK)

Un gazoduc est une canalisation destinée au transport de matières gazeuses sous pression, la plupart du temps des hydrocarbures, sur de longues distances.

Présentation[modifier | modifier le code]

La majorité des gazoducs acheminent du gaz naturel entre les zones d'extraction et les zones de consommation ou d'exportation. On estime la longueur totale des gazoducs dans le monde à un million de kilomètres, soit plus de 25 fois la circonférence terrestre.

Les gazoducs sont en majorité terrestres, soit enfouis à environ un mètre de profondeur dans les zones habitées, soit posés à même le sol en zone désertique, ou en zone à sol dur (permafrost). Leur diamètre varie entre 50 millimètres (2 pouces) et 1400 millimètres (56 pouces) pour les plus importants. Toutefois, le tarissement des sources de proximité et l'éloignement croissant des zones d'exploitation ont conduit à l'établissement de gazoducs sous-marins.

Selon leur nature d'usage, les gazoducs peuvent être classés en trois familles principales :

  • gazoducs de collecte, ramenant le gaz sorti des gisements ou des stockages souterrains vers des sites de traitement
  • gazoduc de transport ou de transit, acheminant sous haute pression le gaz traité (déshydraté, désulfuré,...) aux portes des zones urbaines ou des sites industriels de consommation.
  • gazoducs de distribution, répartissant le gaz à basse pression au plus près des consommateurs domestiques ou des petites industries.

Construction et exploitation[modifier | modifier le code]

Les gazoducs sont constitués de tubes d'acier soudés bout à bout, recouverts d'un matériau isolant (polyéthylène, polypropylène,..) contribuant à leur protection contre la corrosion. Ils peuvent être également revêtus intérieurement pour améliorer l'écoulement du fluide transporté ou pour prévenir la corrosion interne si le gaz transporté est corrosif.

Selon leur nature d'usage, les gazoducs sont exploités par des industriels de l'exploration production, du transport ou de la distribution. L'exploitation d'un gazoduc consiste à maintenir l'ouvrage en bon état de service dans les conditions optimales de sécurité et de coût.

Transport par gazoduc[modifier | modifier le code]

À partir des sites de traitement des gisements ou des stockages, le gaz est transporté à haute pression, (de 16 jusqu’à plus de 100 bar), dans des réseaux de grand transport dont les gazoducs constituent les principaux maillons. Ces réseaux comprennent en outre :

  • des stations de compression, régulièrement espacées (tous les 80 à 250 km selon les réseaux) qui maintiennent la pression du gaz transporté et assurent sa progression dans les canalisations.
  • des stations d'interconnexion qui constituent des nœuds importants du réseau de transport.
  • des postes de livraison qui assurent la livraison du gaz naturel chez les gros industriels ou dans les réseaux aval de distribution. Ces postes assurent généralement des fonctions de détente, de réchauffage, de filtrage et de mesurage du gaz.

En France, le schéma général des réseaux de transport de gaz naturel comporte plusieurs dorsales principales souvent affublées de noms de baptême toponymiques (Artère des Hauts de France, de Guyenne, des Plateaux du Vexin, des Marches du Nord-Est, du Midi, ...). La desserte des zones montagneuses ou isolées, telles que le Massif central, n'est pas assurée. La proximité des gazoducs est signalée au sol par des bornes ou balises jaunes.

Gazoducs dans le monde[modifier | modifier le code]

Gazoducs aux Etats-unis[modifier | modifier le code]

Le réseau couvre une grande partie du pays et il est resté relativement constant de 1984 à 2005, avec une longueur de 500 000 km environ[1].
S'y ajoute le réseau des gazoducs "offshore" (sous-marin, reliant les plates-formes de forage entre elles et au continent).

Gazoducs en Europe[modifier | modifier le code]

Le réseau gazier européen terrestre (onshore) haute-pression comportait en 2003 environ 203 185 km (à comparer aux 40 000 km environ d'oléoducs européens en 2004[1]). Le réseau gazier était encore en croissance au début des années 2000 (il était de 180 000 km en 1996[1]).

En 2003, il était réparti comme suit[2] :

Pays Gazoducs
longueur en km (en 2003)
Allemagne 73600
France 35751
Italie 30120
Suisse 19103[3]
Royaume-Uni 19000
Pays-Bas 11600
Espagne 7666
Slovaquie 6196
Hongrie 5270
Belgique 3730
Tchéquie 3637
Autriche 2488
Grèce 970
Danemark 85

S'y ajoute le réseau offshore et un réseau d'environ 10000 km consacré au transport d'autres gaz que le gaz naturel (plus de 150 produits dangereux peuvent y circuler dont[1] :

etc.

La consommation de gaz a été en 2004 d'environ 458,3 milliards de m3 (augmentation de 3.3 % par rapport à 2003[1]. Un règlement européen de 2013 fait une priorité de l’interconnexion transfrontalière des réseaux énergétiques européens, dont le réseau gazier.

Gazoducs en France[modifier | modifier le code]

Les gazoducs permettent en France la gestion de contrats d'acheminement souscrits par des expéditeurs auprès d'opérateurs de transport et de distribution. Le transport est principalement assuré par les entreprises TIGF (Transport et Infrastructures Gaz France, filiale de Total SA) et GRTgaz (filiale de GDF Suez). La distribution est principalement assurée par GrDF, autre filiale de GDF Suez et par une vingtaine de sociétés plus petites.

En France, l’accès des tiers aux réseaux de transport et de distribution du gaz a été garanti par la loi en 2003, la CRE a été chargée de la régulation de l’ouverture à la concurrence du secteur de l’énergie.

La fourniture de gaz est assurée par une quarantaine de fournisseurs (expéditeurs ou traders). L'ouverture totale des marchés est effective en France depuis 1er juillet 2007.

Autres modes de transport du gaz[modifier | modifier le code]

Le caractère stratégique des gazoducs les rend vulnérables aux actes de sabotage dans les zones de conflit. Cette vulnérabilité ainsi que les grandes distances entre gisements et zones de consommation ont conduit à développer une forme alternative de transport sous forme liquide. Ainsi, le gaz naturel liquéfié (GNL), est transporté vers -162° à la pression atmosphérique, par navires méthaniers.

Accidents[modifier | modifier le code]

Sous l'effet de la pression très élevée du gaz, une petite perforation ou une faiblesse du métal peut entrainer une fuite et une explosion, même en l'absence de corrosion (ici dans un gazoduc russe)

Selon la base de données EGIG (incident database) qui répertorie les accidents ou incidents ayant occasionné des fuites de gaz, il y a eu environ 1,100 incidents avec rejets non intentionnels de gaz dans l'atmosphère ou le sol de 1970 à 2005[1] et toutes choses égales par ailleurs, c'est en Europe qu'a été déclaré le taux d'accident le plus bas rapporté à la longueur de tuyaux (6 fois moins qu'aux Etats-Unis), avec une exception notable en termes de gravité, qui a été l'accident de Ghislenghien (2004-07-30) à en Belgique (130 blessés, dont 33 sévèrement brûlés et 100 millions € de dommages)[1].

Les accidents sont dus à une cause externe dans la moitié environ des cas[1].

Si les accidents sont assez rares, à cause de la pression du gaz dans les grandes conduites, quand ils concernent un pipe-line gazier (et moindrement pétrolier), ils sont généralement grave ou "majeurs" ; d'une gravité qui dépasse celle d'un accident majeur moyen tel que défini par la directive Seveso II (96/82/EC) en Europe selon une étude ayant analysé les bases de données disponibles pour les acccidents sur gazoducs et pipelines[1]. Plus le gazoduc est grand, plus le nombre de tués ou blessés risque d'être élevé[1]. Le nombre d'accidents déclarés par an n'a pas significativement diminué depuis 1971[1].

En 2005, les réseaux gaziers de quelques pays européens ne disposaient pas encore de système de gestion du risque spécifique pour les gazoducs, de procédure de déclaration systématique d'incident, de dispositif obligatoire d'information du public, de plan d'urgence ou d'un plan de prévention des dommages aux tiers[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l GA Papadakis (2005), Overview of pipelines in Europe–advantages and disadvantages ; UN/ECE Workshop on the Prevention of Water Pollution due to Pipe line Accidents unece.org
  2. Marcogaz (Technical Association of the European Natural Gas Industry www.marcogaz.org
  3. En Suisse, un dense réseau de transport du gaz naturel, gaz-naturel.ch, consulté le 11 mars 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]