Évangélisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec évangélisme.
Maison d'Église Notre-Dame de Pentecôte à la Défense, près de Paris, l'une des premières églises du IIIe millénaire

L'évangélisation est le fait d'annoncer l'Évangile et donc de faire connaitre la religion chrétienne à des individus et de leur faire adopter.

Évangélisation, vient du terme « évangile » : les premiers récits d'évangélisation ont lieu dans la Bible, avec les récits des Actes des Apôtres ou les pèlerins d'Emmaüs : les pèlerins annoncent aux disciples la « bonne nouvelle » (signification du mot évangile) de la résurrection du Christ. L'évangélisation consiste donc à annoncer la « Bonne Nouvelle ». Le terme a pris le sens générique de partager ou de propager le message de l'évangile, ou de favoriser la croyance au Christ et à son message.

Il s'agit donc de partager / propager le message de l'évangile pour permettre la conversion de la personne.

L'action évangélisatrice[modifier | modifier le code]

L'action de l'Esprit Saint[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Esprit Saint.

L'évangélisation se fait par l'action de l'Esprit Saint envoyé par le Christ aux apôtres à la Pentecôte :

« Le Christ envoyé par le Père a donné à son Église l’Esprit Saint pour la fécondité de l’évangélisation. Sans le Christ uni à son Église, impossible de saisir cette vision trinitaire du mystère de l’évangélisation. Ce point de vue est nettement biblique »[1].

Formes de diffusion[modifier | modifier le code]

L'évangélisation peut prendre différentes formes, comme la lecture de la Bible, la prédication, le prosélytisme, la distribution de tracts, la musique, le cinéma, la lectio divina, les œuvres sociales.

Elle peut suivre diverses méthodes, comme l'inculturation, le témoignage, l'évangélisation de rue, et l'invitation à prendre un engagement personnel. On distingue souvent une évangélisation locale d'une mission à l'étranger.

Elle peut aussi se faire dans les milieux professionnels par l'intermédiaire de maisons d'Églises[2].

Église catholique[modifier | modifier le code]

Chez les catholiques, l'éducation aux sacrements fait partie de l'évangélisation, la messe étant, selon le concile Vatican II, source et sommet de la vie chrétienne.

Les missions[modifier | modifier le code]

En 1622, le pape Grégoire XV centralise la gestion des missions en créant la congrégation pour la propagation de la Foi (Sacra Congregatio de Propaganda Fide) par la bulle « Inscrutabili divinae providentiae ».

On peut parler de cinq grandes périodes de mission :

  1. L'expansion du christianisme du Ve siècle au XVe siècle.
  2. les missions catholiques aux XVIe et XVIIe siècles.
  3. Les missions catholiques de 1622 à la fin du XVIIIe siècle ou missions pontificales (1re partie).
  4. Missions catholiques au XIXe et au XXe siècles.
  5. Histoire des missions protestantes

Evangelii Nuntiandi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Evangelii Nuntiandi.

Le pape Paul VI publie l'exhortation apostolique Evangelii Nuntiandi le 8 décembre 1975 à la suite des travaux du synode des évêques qui a été consacré à ce thème les mois précédents. Par son objectif, le texte se situe dans la continuité du concile Vatican II : « rendre l’Église du XXe siècle encore plus apte à annoncer l’évangile à l’humanité du XXe siècle »[3].

Le texte affirme le rôle de tout chrétien dans la diffusion de l'annonce de l'évangile. À ce titre les laïcs ont un rôle à jouer, complémentaire de celui des prêtres consacrés. Pour Paul VI, « le champ propre de leur activité évangélisatrice, c’est le monde vaste et compliqué de la politique, du social, de l’économie, mais également de la culture, des sciences et des arts, de la vie internationale, des mass media ainsi que certaines autres réalités ouvertes à l’évangélisation comme sont l’amour, la famille, l’éducation des enfants et des adolescents, le travail professionnel, la souffrance. »[4].

Evangelii Nuntiandi souligne l'importance primordiale du témoignage de vie, mais couplée à une annonce explicite : « Il n’y a pas d’évangélisation vraie si le nom, l’enseignement, la vie, les promesses, le Règne, le mystère de Jésus de Nazareth Fils de Dieu ne sont pas annoncés »[5].

Ce texte marque les bases de ce qui deviendra la « nouvelle évangélisation ».

La « nouvelle évangélisation »[modifier | modifier le code]

« Parler de nouvelle évangélisation signifie implicitement reconnaître que la première évangélisation n'a pas été en mesure de transmettre les valeurs chrétiennes de génération en génération. »

— Frédéric Manns dans Qu'est-ce que la nouvelle évangélisation ?[6].

C'est en Amérique latine que la nouvelle évangélisation s'est d'abord diffusée et non pas en réponse à une menace de sécularisation, contrairement à la nouvelle évangélisation diffusée dans les pays européens, mais en signe de fidélité au message chrétien[7].

Énumérant les « méthodes » de cette nouvelle évangélisation, le journal La Croix cite

  • la primauté du spirituel, de la rencontre avec le Christ à travers groupes de louanges ou écoles de prière, mais aussi par le renouveau de pratiques qui ont été délaissées quelque temps : processions, pèlerinages, adoration eucharistique... ;
  • parallèlement, le recours à des temps forts chaleureux et festifs ;
  • une annonce publique de l'évangile, recentrée sur son noyau fondamental, le kérygme ;
  • l'utilisation d'outils de communication et de formation ;
  • la promotion de figures de sainteté contemporaines ;
  • l'attention simultanée aux questions sociales (défense des personnes en difficulté) et éthiques (défense de la vie)[8].

Pour ce qui est de la première annonce, l'évangélisation dans un sens plus restreint, les moyens sont aussi très variés[9], limités uniquement par l'imagination : dans la rue, en porte à porte, à la plage, en autostop, en discothèque, par internet, etc.

Du 7 au 28 octobre 2012 s'est tenu au Vatican le Synode des Évêques sur la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne[10].

Églises protestantes[modifier | modifier le code]

Évangélisation à l'hôpital de la mission chrétienne de Pitoeloengan, situé à Salatiga, Indes orientales néerlandaises.
Crédit photo : Tropenmuseum.

Dans la plupart des églises protestantes toutes confondues, l'évangélisation consiste en premier lieu à distribuer la Bible et propager son message, considéré comme la Parole de Dieu. Elle prend forme dans diverses activités telles que :

  • les aumôneries dans les prisons, les hôpitaux, l'armée, etc. ;
  • la distribution de tracts / bibles dans les lieux publics.

Chez les évangéliques, elle se pratique également de façon plus ou moins « militante » et peut prendre forme au travers des différentes activités de leurs églises locales. Certaines églises évangéliques organisent des campagnes ou rassemblements d'évangélisation, afin d'agir plus massivement.

L'évangélisation par le développement durable[modifier | modifier le code]

Les valeurs du christianisme s'accordent très bien avec les principes du développement durable, qui prône la solidarité entre les générations[11]. Les chrétiens croient en effet en un Dieu créateur, et sont à même de s'engager pour la sauvegarde de la Création (pilier environnemental du développement durable)[12]. Les chrétiens croient aussi en des valeurs de solidarité et d'entraide (pilier social du développement durable).

Pour ce qui est de l'Église catholique romaine, les papes ont été très attentifs, depuis Paul VI, aux questions touchant à l'environnement. L'encyclique Caritas in Veritate de Benoît XVI utilise l'expression « développement humain intégral » pour mieux rappeler que, dans le développement, « tout sur terre doit être ordonné à l’homme comme à son centre et à son sommet »[13]. Cette encyclique rappelle les exigences environnementales et sociales du message chrétien. On retrouve la philosophie du développement durable dans la doctrine sociale de l'Église, notamment dans le principe du bien commun, ou dans le principe de destination universelle des biens qui prône un partage équitable des ressources de la Terre[14].

Organismes d'évangélisation en France[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Initiation à la théologie de la nouvelle évangélisation
  2. Notre-Dame de Pentecôte à la Défense près de Paris, ouverte en 2001 ; un projet de maison d'Église existe également à la Plaine-Saint-Denis
  3. Evangelii Nuntiandi, paragraphe 2
  4. Evangelii Nuntiandi paragraphe 70
  5. Evangelii Nuntiandi paragraphe 21-22
  6. Frédéric Manns. Qu'est-ce que la nouvelle évangélisation ? Montrouge : Bayard, 2012. p. 25.
  7. La nouvelle évangélisation, c'est l'« annonce » du Christ, dans ZENIT le 17/11/2011, [lire en ligne]
  8. Céline Hoyeau, Les nouvelles méthodes de la nouvelle évangélisation, La Croix, 5 novembre 2010
  9. . Jean-Baptiste Maillard en a fait une étude dans le livre Dieu est de retour, aux éditions de l'Œuvre. Il tient aussi un blog consacré à ce sujet
  10. Nouvelle évangélisation : le prochain Synode est sur les rails, dans Radio Vatican le 27/02/2012, [lire en ligne]
  11. L'évangélisation par le développement durable, diocèse de Fréjus
  12. Conférence des Évêques de France, conseil pour les questions familiales et sociales, La Création au risque de l'environnement, Bayard, p. 7
  13. Caritas in Veritate, n° 57
  14. Compendium de la doctrine sociale de l'Eglise, quatrième chapitre

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Frédéric Manns, Qu'est-ce que la nouvelle évangélisation ?, Montrouge, Bayard,‎ 2012, 1e éd. (1re éd. 2012), 188 p. (ISBN 978-2-227-48346-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Philippe Maury, Évangélisation et politique, Genève, Éditions Labor et fides,‎ 1957 (1re éd. 1957), 168 p.
  • Bria, I., et al., Dictionnaire œcuménique de missiologie. Cent mots pour la mission, Paris: Cerf, 2001.
  • Samuel Gance, Anton ou la trajectoire d'un père, L'histoire du père Anton Docher. L'Harmattan, Paris, 2013, 208 p. (ISBN 978-2-336-29016-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :