Freedom of the Press Foundation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Freedom of the Press Foundation
Création 17 décembre 2012
Type ONGI à but non lucratif
Personnes clés Daniel Ellsberg,
John Perry Barlow,
Glenn Greenwald,
Laura Poitras,
John Cusack
Affiliation Electronic Frontier Foundation
Site web pressfreedomfoundation.org

La Freedom of the Press Foundation est une organisation non gouvernementale internationale à but non lucratif, fondée en 2012 aux États-Unis. Son objectif est de soutenir et financer des actions d'intérêt public axées sur la liberté d'expression et la liberté de la presse[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Le 17 décembre 2012, un groupe de journalistes et de militants de la liberté de la presse a créé la Freedom of the Press Foundation (littéralement « Fondation pour la liberté de la presse »), une association visant à soutenir et financer des organisations ou journalistes indépendants qui dénoncent la corruption des gouvernements et défendent la transparence[2],[3]

Son conseil d'administration est dirigé par un des plus célèbres lanceurs d'alerte américains, Daniel Ellsberg, qui est à l'origine de la divulgation au New York Times des Pentagon Papers en 1971 concernant la guerre du Viêt Nam[4].

La fondation soutient des organisations comme WikiLeaks, MuckRock News, National Security Archive (archives déclassifiées de la CIA), The UpTake (en), le Bureau of Investigative Journalism, le Center for Public Integrity (CPI) (littéralement « Centre pour l'intégrité publique »), Truthout (en)[5],[6].

Le 14 janvier 2014, la fondation annonce qu'Edward Snowden sera membre de son conseil d'administration à compter de février 2014[7],[8].

Soutien de Bradley Manning[modifier | modifier le code]

Cette organisation a levé des fonds pour retranscrire l'intégralité du procès de Bradley Manning, le soldat américain accusé d'avoir transmis 250 000 câbles diplomatiques américains et 500 000 rapports de l'armée américaine concernant la seconde guerre de l'histoire contemporaine de l'Afghanistan et de la guerre d'Irak à Wikileaks; l'armée américaine ayant refusée de publier les transcriptions[9].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Membres de l'association :

Autres

Interview[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Freedom of the Press Foundation - Organisations soutenues - Juillet 2013
  2. Michael Calderone, « Freedom Of The Press Foundation Launches To Support WikiLeaks, Increase Transparency », huffingtonpost.com,‎ 17 décembre 2012 (consulté le 28 juillet 2013)
  3. (en) Nicolas Mendoza, « The crisis of global journalism and the Freedom of the Press Foundation », aljazeera.com,‎ 21 décembre 2012 (consulté le 28 juillet 2013)
  4. (en) Matthew Mosk, James Gordon Meek, Lee Ferran, « Edward Snowden, NSA Contractor, Claims to Be Source of Surveillance Program Leaks », ABC News,‎ 9 juin 2013 (consulté le 28 juillet 2013)
  5. (en) John Cusack, « Freedom of the Press Foundation - Updates From Our Front », huffingtonpost.com,‎ 6 février 2013
  6. « Organizations Featured in the Current Bundle », pressfreedomfoundation.org (consulté le 28 juillet 2013)
  7. (en) Charlie Savage, « Snowden to Join Board of the Freedom of the Press Foundation », NY Times,‎ 14 janvier 2014
  8. Pressfreedomfoundation - Communiqué de presse de la nomination d'Edward Snowden- le 14 janvier 2014
  9. The Freedom of the Press Foundation - Procès de Bradley Manning

Liens externes[modifier | modifier le code]