Merengue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes ; voir : Méringue (danse) et Meringue.

Merengue

Origines culturelles République dominicaine
Instruments typiques Güira, tambora (en), saxophone, trombone, piano, synthétiseur, basse, accordéon, bandurria, marimba
Scènes régionales République dominicaine, Porto Rico
Voir aussi Meringue haïtien

Genres dérivés

Merenhouse

Genres associés

Meringue haïtien, bachata, salsa, zouk

Le merengue est un genre musical et une danse ayant émergé en République dominicaine (région de Cibao) vers 1850, et également interprété par des artistes portoricains. Le genre est l'un des plus populaires en Amérique latine et dans de nombreuses villes aux États-Unis[1]. Une des hypothèses serait qu'il viendrait d'une danse appelée la upa habanera qui comportait un pas de danse appelé « merengue » mais en fait il est né d'un rythme appelé la mangulina[réf. nécessaire].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le merengue folklorique (merengue típico ou perico ripiao), utilise un accordéon, une güira, une tambora (en) et un petit tambour à double tête, parfois un marimba, ainsi que le bandurria qui est supplanté par l'accordéon. Le merengue reste une danse de la campagne, critiquée par la bourgeoisie qui préférait la tumba[Laquelle ?] jusqu'à ce que le dictateur Rafael Leonidas Trujillo Molina ne le déclare « danse nationale officielle ». Dans les années 1970, le merengue se modernise et, sous l'influence de la salsa, les groupes incorporent le piano, des cuivres (trombone) et des bois (saxophone), puis le synthétiseur et basse électrique.

Histoire[modifier | modifier le code]

En France, Patrick Sébastien permet la découverte du merengue par sa reprise du titre El Venao qu'il a adapté en français sous le nom La Fiesta. Juan Luis Guerra fait connaître internationalement le merengue en 1990 avec Ojalá que llueva Café. Suavemente du portoricain Elvis Crespo est un des plus grands succès.

En 2004, Papi Sánchez, en mélangeant le merengue avec le rap, a connu un succès international avec son titre Enamorame. Depuis 2009, on voit aussi apparaître un nouveau genre appelé merengue electronico, fusion de merengue et d'electro, le pionnier est Omega avec Que Tengo Que Hacer (repris par Daddy Yankee), et parmi les succès on compte Shakira et ses hits Loca (2010) puis Rabiosa (2011), Juan Magan et Bailando por ahi (2011); plusieurs tubes sont aussi remixés de cette façon comme Party Rock Anthem de LMFAO, Danza Kuduro de Don Omar et Lucenzo, et Tonight I'm Loving You d'Enrique Iglesias.

Artistes représentatifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hutchinson, Sydney, A tres bandas. Mestizaje, sincretismo e hibridación en el espacio sonoro hispanoamericano (s. XVI-s. XX)., Madrid, Sociedad Estatal para la Acción Cultural Exterior (SEACEX), 81–88 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]