Córdoba (département colombien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Córdoba.
Córdoba
Blason
Blason
Drapeau
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Capitale Montería
Gouverneur Alejandro Lyons Muskus
Démographie
Population 1 462 909 hab.[1] (2005)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Superficie 2 502 000 ha = 25 020 km2
Divers
Devise Omnia per ipsum facta sunt.
Localisation
Image illustrative de l'article Córdoba (département colombien)

Le département de Córdoba est un des 32 départements de la Colombie. Il est situé au nord du pays et est riverain de la mer des Caraïbes. Il a été créé en 1951 et sa capitale est la ville de Montería.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du département est un hommage au général José María Córdova, militaire colombien qui servit sous les ordres de José Antonio Páez, Simón Bolívar et Antonio José de Sucre et prit part aux guerres d'indépendance de la Colombie et du Pérou.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période précolombienne[modifier | modifier le code]

Le territoire de ce qui deviendra le département de Córdoba était habité par les indiens Zenú. Leur nation était divisée en trois zones géographiques[2] :

  • Finzenú, qui comprenait la vallée du río Sinú et la région de Tolú. Il s'agissait de la région tournée vers la religion;
  • Panzenú, entre la vallée du río San Jorge et le bassin inférieur du río Cauca. Il s'agissait d'une zone de production agricole et artisanale;
  • Zenúfana, dans le centre de l'actuel département d'Antioquia, qui était le centre de gouvernement et où se trouvaient les principales ressources aurifères.

Période coloniale[modifier | modifier le code]

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

La région est historiquement rattachée à la province de Carthagène. Celle-ci perdure après l'indépendance au sein de la Grande Colombie, puis de la République de Nouvelle-Grenade (bien qu'ayant perdu la partie de son territoire englobant la serranía de Los Motilones au profit de la province de Mompós).

Le 11 juin 1857, le Congrès crée l'État fédéral de Bolívar, entité semi-indépendante intégrée à la Confédération grenadine en 1858. En 1863, après l’avènement des États-Unis de Colombie, l’État devient l'État souverain de Bolívar.

En 1886, une nouvelle constitution abolit les États souverains et réorganise le territoire colombien en 26 départements.

Partie intégrante du département de Bolívar, la région s'en désolidarise progressivement tout au long de la première moitié du XXe siècle et acquiert finalement le statut de département le 18 décembre 1951[3]via la loi 9 de 1951[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Carte topographique de Córdoba.

Le département de Córdoba est situé au nord de la Colombie. Il est bordé au nord par la mer des Caraïbes. À l'est se trouve le département de Sucre tandis qu'au sud et à l'ouest se trouve le département d'Antioquia.

Le relief est caractérisé par trois chaînes montagneuses, extensions les plus septentrionales de la cordillère Occidentale des Andes colombiennes, qui sont d'ouest en est les serranías d'Abibe, de San Jerónimo et d'Ayapel. La serranía d'Abibe marque la frontière ouest avec l'Antioquia. La serranía de San Jerónimo occupe le centre du département, dont il sépare la partie méridionale en deux vallées, celles du río Sinú et du río San Jorge. Enfin, la serranía d'Ayapel marque la frontière sud-est avec l'Antioquia. A l'extrême sud du département, ces trois chaînes se rejoignent pour former le nœud de Paramillo, zone montagneuse débordant su l'Antioquia et protégée par le parc national naturel de Paramillo.

Les deux fleuves principaux sont les ríos Sinú et San Jorge, dont les vallées séparent les trois serranías. Au nord du département, la plaine côtière qui borde le río Sinú est constellées de lacs peu profonds et de marécages (ou ciénagas).

Climat[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Municipalités de Córdoba.

Le département de Córdoba compte 29 municipalités. Sa capitale est Montería.

Municipalité Superficie (km2) Population (2005) Densité (hab./km2)
Ayapel 2 098 42 629 20,3
Buenavista 847 19 076 22,5
Canalete 394 14 466 36,7
Cereté 359 83 978 233,9
Chimá 335 13 642 40,7
Chinú 624 43 331 69,4
Ciénaga de Oro 644 53 403 82,9
Cotorra 90 15 037 167,1
La Apartada 87,46 12 728 145,5
Los Córdobas 430 18 197 42,3
Momil 152 14 160 93,2
Moñitos 206 23 653 114,8
Montelíbano 1 899 69 277 36,5
Montería 3 141 381 284 121,4
Planeta Rica 1 188 61 570 51,8
Pueblo Nuevo 715 31 754 44,4
Puerto Escondido 417 22 331 53,6
Puerto Libertador 2 062 33 966 16,5
Purísima 122 14 655 120,1
Sahagún 992 86 189 86,9
San Andrés de Sotavento 318 63 453 199,5
San Antero 191 26 462 138,5
San Bernardo del Viento 318 31 455 98,9
San Carlos 505 23 762 47,1
San Pelayo 481 39 259 81,6
Santa Cruz de Lorica 1 110 109 974 99,1
Tierralta 4 728 78 564 16,6
Tuchín[note 1] 32
Valencia 914 34 654 37,9

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population du département de Córdoba
(Source : DANE[5])
1985 1990 1995 2000 2005 -
1 056 182 1 155 831 1 255 380 1 361 934 1 467 929 -


Ethnographie[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de 2005, 10,4 % de la population du département de Córdoba se reconnait comme étant "indigène", c'est-à-dire descendant d'ethnies amérindiennes et 13,2 % se définit comme afro-colombiennne[1],[6].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Municipalité créée en 2008

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) Censo General 2005 — Córdoba [PDF], DANE.
  2. (es) Breve Historia de Córdoba, sur www.cordoba.gov.co
  3. (es) Creación de Córdoba, sur www.cordoba.gov.co
  4. (es) Ley 9 de 1951[PDF], sur www.cordoba.gov.co
  5. (es) Resultados[PDF], Département administratif national de la statistique
  6. (es) Censo General 2005 — La visibilidad estadística de los grupos étnicos[PDF], p. 29-30 sur le site du DANE

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :