Le Parisien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Parisien - Aujourd'hui en France
Image illustrative de l'article Le Parisien

Pays France
Langue français
Périodicité quotidienne
Format tabloïd
Genre généraliste - faits divers
Prix au numéro Le Parisien : 1,10 €
Aujourd'hui en France : 1,00 €
Diffusion 470 583 ex. (2013)
Date de fondation 1944
Éditeur Le Parisien Libéré SAS
Ville d’édition 25, avenue Michelet Saint-Ouen

Propriétaire Groupe Amaury
ISSN 0767-3558
OCLC 436625044
Site web leparisien.fr
Supplément

Le Parisien (en Île-de-France, et Aujourd'hui en France pour l'édition dans le reste de la France), intitulé Le Parisien libéré jusqu'en 1986, est un journal quotidien régional français détenu par le groupe Amaury. Le siège et l'imprimerie sont situés à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

Le Parisien constitue, avec son édition nationale Aujourd'hui en France, le premier quotidien national d'information générale en France avec une diffusion couplée d'environ 500 000 exemplaires. Grâce à ses dix éditions départementales, il est également le premier quotidien à Paris et en Île-de-France.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Parisien libéré voit le jour le 22 août 1944[1]. Le premier titre barrant la une est : « La victoire de Paris est en marche ! » (la ville sera effectivement libérée trois jours plus tard). Fondé notamment par Émilien Amaury et Claude Bellanger, membres éminents de la Résistance, le journal prend la place du Petit Parisien, interdit pour avoir continué à paraître pendant l'Occupation. En 1947, le journal crée un prix littéraire, le grand prix Vérité, qui récompense un récit vécu ou un reportage[2].

Le fondateur, Émilien Amaury, dirige le journal jusqu'à sa mort en 1977. La crise de 1970 est dramatique pour le quotidien qui perd la moitié de son lectorat. Une grève de plusieurs mois du Syndicat du livre CGT empêche toute publication du Parisien libéré. Malgré d'autres conflits syndicaux, notamment entre 1975 et 1977, le titre regagne ensuite, année après année, son lectorat.[réf. souhaitée]

Les locaux du Parisien, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) en mars 2007.

Au décès d'Émilien Amaury, un conflit juridique opposant ses enfants ayant droit dura six ans. Finalement, en 1983 sa fille Francine Amaury reprend les magazines Marie-France et Point de Vue tandis que le journal est repris par son fils Philippe Amaury[3].

Logo d'Aujourd'hui en France jusqu'en novembre 2012.

Sous son impulsion, Le Parisien libéré est rebaptisé Le Parisien le 25 janvier 1986, avec le lancement d'une nouvelle formule[4], imprimée en partie en couleurs[5]. En 1994, une édition nationale, baptisée Aujourd'hui en France, est lancée[5]. Le journal paraît également le dimanche à partir de 1999 pour Le Parisien et 2004 pour Aujourd'hui en France[5].

En mai 2006, au décès de Philippe Amaury, sa veuve, Marie-Odile Amaury, prend sa succession à la présidence du groupe.

À partir de 2008, un supplément intitulé « La Parisienne » parait le premier samedi de chaque mois.

En novembre 2009, un plan social prévoyant le départ volontaire de vingt-cinq journalistes de l'édition nationale et dix postes administratifs est annoncé[6]. Après deux jours de grève, le plan est repoussé sine die et la Société des journalistes du quotidien, en sommeil depuis douze ans, est relancée[7].

En janvier 2010, Le Parisien inaugure une nouvelle formule, toute en couleur. Avec un prix de vente relevé de 0,95 à 1 euro pour Le Parisien et maintenu à 0,90 euro pour Aujourd'hui en France, le quotidien est désormais divisé en trois séquences : « L'actu » (informations générales), « Le sport », et « L'air du temps » (société, culture, médias)[8]. Le prix de vente du Parisien passe à 1,05 euro en janvier 2012[9].

En septembre 2012, Le Parisien Magazine est lancé : diffusé chaque vendredi pour un euro de plus avec Le Parisien et Aujourd'hui en France. Présenté comme le « prolongement éditorial naturel » du quotidien en « respectant [les mêmes] valeurs de rigueur, d'équilibre et d'objectivité », il entend proposer « un traitement plus approfondi de l'information [avec] une large place accordée aux sujets culture et divertissement » et de nombreuses photos[10].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Directeurs[modifier | modifier le code]

Directeurs des rédactions[modifier | modifier le code]

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

« Le Parisien-Aujourd'hui en France est un grand quotidien populaire et généraliste de qualité. [Il a un] caractère à la fois national et régional, qui fait sa force et sa particularité. Sa ligne éditoriale est faite de neutralité politique et de proximité avec son lectorat. À cet égard, il ne doit pas servir les intérêts d'un homme, d'un parti politique, d'un clan ou d'une entreprise. »

— Société des journalistes du quotidien Le Parisien en octobre 2010[21].

L'imprimerie du Parisien, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) en mars 2007.

Dès sa création en 1944 Le Parisien libéré se présente comme un « journal populaire de qualité ». Du temps d’Émilien Amaury, jusqu'au milieu des années 1970, Le Parisien est marqué à droite et gaulliste[22].

Devenu Le Parisien en 1986, le journal est transformé par Philippe Amaury, qui se base sur les méthodes du marketing. Les articles doivent être courts mais bien écrits, avec des mots simples, afin que le lecteur comprenne tout et ne se lasse pas. Les illustrations, en particulier les photographies accompagnant le texte, devront occuper en moyenne un tiers de chaque page rédactionnelle.[réf. nécessaire]

Pour se défaire de son passé gaulliste[22] et se différencier des journaux d'opinion, le journal Le Parisien supprime son éditorial en affirmant ne plus vouloir défendre ses idées, mais celles de ses lecteurs. Les sujets sur la vie quotidienne et les préoccupations de se lecteurs mais surtout sur les faits divers constituant le cœur du Parisien, prennent l'avantage sur les pages internationales.

Critiques de la ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Certains détracteurs du journal[réf. souhaitée] le trouvent trop orienté sur les faits divers. Pour sa part, la rédaction du Parisien est très attachée au principe de protection des sources d'information des journalistes.

Selon le journaliste Edwy Plenel, Le Parisien relève « d’une presse populaire plus exigeante qui n’exclut ni la rigueur ni le sérieux »[23]. Pour Gloria Awad, Le Parisien adopte plutôt une approche « rigoureusement factuelle, jusqu'à l'élémentaire »[24].

Indépendance financière[modifier | modifier le code]

En 2007, Le Parisien reste le seul quotidien national appartenant à un éditeur traditionnel, le groupe Amaury, et non à un industriel[25].

Éditions locales[modifier | modifier le code]

En 1985, quatre éditions départementales sont lancées, notamment à Paris[5].

En 2012, Le Parisien propose dix éditions locales, de 8 à 12 pages en cahier central, pour chacun des départements de la région Île-de-France (avec deux éditions pour la Seine-et-Marne) et celui de l'Oise[26] :

L'édition nationale, Aujourd'hui en France, est diffusée sur le reste du territoire et à l'étranger.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Toutes éditions confondues (Aujourd'hui en France inclus), le titre frise en 2009 les 500 000 exemplaires quotidiens en semaine et les 350 000 exemplaires le dimanche. Dans le secteur de la presse payante grand public, il s'impose ainsi comme le premier quotidien national d'information générale, et le premier quotidien parisien[27].

En 2012, Le Parisien revendique une diffusion de 460 000 exemplaires, soit 2,4 millions de lecteurs chaque jour[10].

Comme la plupart des titres de presse français, le journal Aujourd’hui en France-Le Parisien touche de fortes subventions de l’État. Ainsi, il a perçu 3,16 millions d’euros d’aide du fonds d'aide à la modernisation de la presse de 2003 à 2010[28].

En 2002, les hommes représentent 57 % du lectorat pour Le Parisien, les femmes 43 % (40 % pour Aujourd’hui en France), soit une répartition proche de la moyenne de la presse quotidienne nationale (62 % de lecteurs et 38 % de lectrices)[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Julien Mielcarek, « "Le Parisien" fête son 20.000ème numéro », sur Ozap.com,‎ 25 décembre 2008
  2. Éliane Tonnet-Lacroix, La littérature française et francophone de 1945 à l'an 2000, Harmattan, coll. « Espaces Littéraires »,‎ février 2003 (ISBN 978-2-296-31271-5, lire en ligne), p. 66
  3. (fr) Éric Lecluyse, « Philippe Amaury est mort », sur L'Express,‎ 24 mai 2006
  4. (fr) [PDF] « Le Parisien/Aujourd’hui en France », sur panorama.alliance-journalistes.net (consulté le 13 mai 2012)
  5. a, b, c, d et e (fr) « La passion de la presse quotidienne », sur Le Parisien,‎ 25 mai 2006
  6. (fr) Matthieu Amaré, « Plan social et grève au "Parisien" », sur Le Journal du dimanche,‎ 27 novembre 2009
  7. (fr) « Relance de la Société des journalistes du "Parisien" », sur telesatellite.com,‎ 13 novembre 2009
  8. (fr) Julien Lalande, « Découvrez la nouvelle formule du "Parisien" (photos) », sur Ozap.com,‎ 25 janvier 2010
  9. (fr) Agence France-Presse, « Le Parisien coûte désormais 1,05€ », sur lefigaro.fr,‎ 4 janvier 2012
  10. a et b (fr) « Le Parisien Magazine dans les kiosques », sur lexpress.fr,‎ 21 septembre 2012
  11. (fr) Presse News, « La nouvelle formule du Parisien paraît aujourd’hui », sur Presse News/strategies.fr,‎ 27 novembre 2012
  12. (fr) Syndicat professionnel de la presse magazine et d'opinion (SPPMO), « Émilien Amaury L’initiateur », sur sppmo.org (consulté le 13 mai 2012)
  13. (fr) Renaud Revel, « La patronne du groupe Amaury pique sa crise », sur L'Express,‎ 30 octobre 2009
  14. (fr) « Noël Couedel », sur Stratégies,‎ 9 janvier 1998
  15. (fr) Renaud Revel, « Le Breton qui change de port », sur L'Express,‎ 17 décembre 1998
  16. (fr) Olivier Costemalle et Catherine Mallaval, « «Le Parisien» inquiet pour sa ligne », Libération,‎ 18 mars 2005 (lire en ligne)
  17. a et b (fr) « Vincent Regnier, directeur des rédactions du Parisien et d'Aujourd'hui en France », sur Stratégies,‎ 8 février 2007
  18. a et b (fr) « Dominique de Montvalon et Thierry Borsa, nouveau duo à la tête de la rédaction du Parisien-Aujourd'hui », sur Stratégies,‎ 10 mars 2009
  19. (fr) Julien Lalande, « "Le Parisien" : La direction de l'info licenciée », sur Ozap.com,‎ 23 septembre 2009
  20. (fr) « Thierry Borsa, directeur des rédactions du "Parisien" », sur Stratégies,‎ 18 janvier 2010
  21. (fr) « La rédaction du Parisien cherche à garantir son indépendance », sur nouvelobs.com,‎ 8 octobre 2010
  22. a et b (fr) Vincent Truffy, « Le Parisien" : le nouveau mirage de Serge Dassault », sur Mediapart,‎ 25 septembre 2010
  23. (fr) « Entretien avec Edwy Plenel : Le Tour du monde en 27 question », Médias, no 3,‎ décembre 2004 (lire en ligne)
  24. (fr) Gloria Awad, Du sensationnel - Place de l'événementiel dans le journalisme de masse, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales »,‎ 3 mai 2000, 284 p. (ISBN 978-2738439444), p. 99
  25. (fr) Emmanuelle Duverger et Robert Ménard, « Entretien avec Emmanuel Schwartzenberg : Syndicat du livre : au cœur de la forteresse », Médias, no 15,‎ décembre 2007 (lire en ligne)
  26. (fr) [PDF] Groupe Amaury, « Le Parisien - Éditions départementales », sur amaurymedias.fr (consulté le 13 mai 2012)
  27. (fr) OJD, « Book 2009 - Presse payante grand public », sur ojd.com,‎ 2 mars 2010 p. 4-6
  28. (fr) Owni.fr, « L’heure des fuites sur les subventions à la presse ? », sur Rue89,‎ 11 août 2010
  29. (fr) Patrick Eveno, « Les médias sont-ils sexués ? », Le Temps des médias, no 1,‎ décembre 2003, p. 162-173 (DOI 10.3917/tdm.001.0162., lire en ligne)

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]