Rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La fleur rouge du coquelicot.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouge (homonymie).

Le rouge est un champ chromatique regroupant les couleurs vives situées sur le cercle chromatique entre l'orange et les pourpres. Lavé de blanc, le rouge devient rose, sombre, il s'appelle brun. Opposé au vert, il forme une des oppositions qui, avec celles entre le bleu et le jaune, et entre le noir et le blanc orientent la perception visuelle. Un rouge, un vert et un bleu suffisent pour la synthèse additive des couleurs. En peinture, différentes nuances de rouge peuvent servir de couleur primaire. Pour la théorie ondulatoire de la lumière, la bande rouge est à l'extrémité de moins d'énergie du spectre visible, à la limite de l'infrarouge.

De nombreuses cultures classent les sensations visuelles entre le sombre, dont le maximum est le noir, le clair, dont le maximum est le blanc, et le coloré, correspondant aux couleurs vives, dont le maximum est le rouge. Toutes les autres couleurs se placent dans ces catégories fondamementales. Même dans la culture occidentale, où la classification des couleurs par celles de l'arc-en-ciel domine, le rouge vif a un statut particulier, dans la signalisation et dans la symbolique.

Colorimétrie et perception des couleurs[modifier | modifier le code]

Le champ chromatique des rouges regroupe des nuances variant du vermillion tirant vers l'orangé au carmin tirant vers le pourpre. Lorsque la couleur de même longueur d'onde dominante est désaturée et claire, c'est-à-dire mêlée de blanc, on parle de rose. Lorsqu'elle est désaturée et sombre, elle se perçoit comme marron (couleur), à moins qu'elle ne tende vers le pourpre, et qu'on parle de couleur bordeaux.

La norme AFNOR X-08-010 « Classification méthodique générale des couleurs » propose des limites physiques à toutes ces catégories de couleurs. La longueur d'onde dominante correspondant aux rouge se situe entre 605 nm côté orange et -499 nm côté pourpres, avec la zone centrale, rouge sans ambiguïté, de 622 nm à -494 nm[1]. Le rouge est la couleur des rayonnements de longueur d'onde la plus longue du spectre visible. Sur le diagramme de chromaticité, la zone du rouge inclut des teintes mêlées de bleu, qui donnent les longueurs d'onde négatives.

Divers auteurs avaient auparavant donné des longueurs d'onde dominantes pour la couleur de l'arc-en-ciel qui représente le mieux le rouge type. Chevreul a choisi le rouge situé entre les raies de Fraunhofer B (687 nanomètres et C (656 nm)[2]. Tous les auteurs plus récents ont choisi des longueurs d'onde plus longues[3].

En synthèse soustractive, qui est le système de restitution des couleurs dans l'imprimerie ou dans les imprimantes couleur, le rouge s'obtient en mélangeant le magenta et le jaune.

Ces classifications et synthèses s'obtiennent à partir du trichromatisme, qui reconstitue l'impression colorée à partir des caractéristiques des trois types de cône de la rétine humaine. Du point de vue de la perception, les réponses de groupes de cônes sont regroupées, dans l'œil même, puis dans le reste de l'appareil visuel, et donnent lieu à trois perceptions de différences, correspondant à celles décrites, au XIXe siècle, par Hering : la différence de réponse entre les cônes S et la somme des cônes M et L situe sur une échelle bleu-jaune ; la différence de réponse entre les cônes M et L situe sur une échelle rouge-vert, et la réponse commune des cônes M et L situe sur une échelle de luminosité, entre noir et blanc[4].

La capacité humaine à différencier des teintes proches du champ chromatique des rouges[5] explique que, pour les artistes, bien qu'ils utilisent, en principe, un procédé soustractif, le rouge soit une couleur primaire. La définition pratique d'une couleur (pigment) primaire, est de ne pouvoir être obtenue en mélangeant d'autres couleurs. Mais le mélange de deux couleurs est toujours moins saturé que ses composantes, et les résultats approchés en mélangeant du jaune et du magenta sont moins vifs que ceux obtenus directement avec le pigment rouge.

La couleur complémentaire dépend de l'illuminant considéré. Les rouges monochromatiques ont une complémentaire monochromatique dans le champ des bleu-verts. Conventionnellement, la couleur complémentaire du rouge primaire de la synthèse additive des couleurs s'appelle le cyan.

Les daltoniens de type III confondent le vert et le rouge.

Codes de rouge[modifier | modifier le code]

Red (Couleurs du web)

Composante
RVB (r, v, b) (255, 0, 0)
Triplet hexa. FF0000
CMJN (c, m, j, n) (0 %, 100 %, 100 %, 0 %)
TSL (t, s, l) (0°, 100 %, 50 %)

Dans les couleurs du web, le mot-clé red (rouge) renvoie la couleur primaire rouge à son niveau maximal. Le mot-clé darkRed renvoie la couleur primaire rouge à un niveau un peu supérieur à la moitié (#8B0000 — r=55%, v=0, b=0).


Perception animale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trichromatisme.

La plupart des vertébrés sont très peu sensibles aux couleurs ou alors de façon très rudimentaire, car leurs rétines sont composées majoritairement de bâtonnets, une famille de cellules sensibles à la lumière (photorécepteurs). Or, les bâtonnets contiennent tous le même pigment dont le maximum d'absorption est situé entre le vert et le bleu. Le taureau, la souris ou encore le lapin confondent donc le rouge et le noir.

Colorants[modifier | modifier le code]

Pigments[modifier | modifier le code]

Le rouge comme pigment apparait très tôt dans l'histoire de l'humanité : les hommes du paléolithique utilisaient déjà de l'ocre rouge dans leurs peintures, par exemple dans la grotte Chauvet.

Pigments historiques :

Pigments minéraux de synthèse :

Pigments organiques de synthèse :

Teintures[modifier | modifier le code]

Pour les teinturiers du Moyen Âge, le rouge était une des couleurs les mieux maîtrisées. Elle avait jadis plusieurs origines :


Le rouge dans la nature[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

  • Fruits qui ne sont pas obligatoirement rouges mais dont l'intérieur est rouge : grenade, pastèque.
  • Les sirops de grenadine, de fraise et de framboise.
  • Contrairement à ce qu'indique son nom, le chou rouge est violet. Son nom s'est fixé à une période où la terminologie des couleurs ne distinguait pas cette nuance. En fait, les anthocyanes du chou rouge virent au rouge en présence de vinaigre, et au bleu une fois cuit.
  • Le vin rouge qu'on retrouve dans des expressions comme « boire du rouge », « gros rouge qui tache », « le rouge c'est de la piquette ».

Biologie[modifier | modifier le code]

Minéralogie[modifier | modifier le code]

Symbolique[modifier | modifier le code]

Pommes d'amour rouges

Le rouge est ambivalent dans la symbolique occidentale :

  • L'amour, la passion, le sang, l'érotisme car le rouge est la couleur du sang, des muscles, de la bouche, des lèvres, du sang versé par l'ennemi, du cœur (à la fois muscle et pompe sanguine), ainsi que du feu qui crépite, des braises.
  • Le Saint-Sacrement dans les églises catholiques
  • La régénérescence (le phénix), la chaleur accueillante, l'appétit, la vie, la force vitale, la fête, le spectacle (décoration des théâtres et des opéras rouge et dorée)
  • Le luxe, la richesse, les émotions associées (plaisir et désir mais aussi honte et timidité), la luxure (couleur des maisons closes, des prostituées), l'amour divin.
  • Le diable (dans l'Égypte ancienne Seth, le destructeur, est en rouge), la tentation, le feu, la destruction, la mort (le sang versé), la chaleur cuisante, les émotions associées (« rouge de colère », « voir rouge », l'égoïsme, la haine, l'amour infernal).
  • Peu présente dans la nature et sa rareté en faisant une couleur d'exception, il symbolise la puissance, le pouvoir, la souveraineté (empereur de Rome, cardinaux, robes de magistrats), l'aristocratie (alors que c'est le jaune dans les cultures asiatiques), la noblesse. Dans ce cas, le rouge peut aller jusqu'au pourpre.
  • Dans les textes sacrés des chrétiens, des Égyptiens, des Hébreux et des Arabes, le rouge est associée au feu et à l’amour divin et symbolise la divinité et le culte.
  • Dans la liturgie catholique romaine, la rouge est revêtu par le prêtre pour les offices des fêtes du Christ (dimanche des Rameaux, Vendredi saint, etc), des fêtes de l'Esprit saint (Pentecôte, célébration du sacrement de confirmation, etc), c'est aussi la couleur qu'il porte pour honorer la mémoire des apôtres, des évangélistes et des martyrs.
  • Au niveau psychologique, la vitalité, la vigueur, l’instinct combatif et ses tendances agressives, la pulsion sexuelle, le désir amoureux, la passion, le besoin de conquête…
  • Il symbolise en politique les partis communistes.

Une étude, réalisée par des scientifiques des universités de Munich (Allemagne), de Southampton et de Rochester (Royaume-Uni), d’Innsbruck (Autriche) et de Tianjin (Chine) et parue dans le Journal of Experimental Psychology: General publié par l’American Psychological Association, s'est penchée sur la symbolique du rouge. Un panel de femmes devait noter entre 1 et 9 des photographies d'hommes dont les couleurs de fond ou du tee-shirt variaient. Il s'est avéré que les hommes en rouge étaient jugés plus charmants et plus attirants sexuellement que les autres, alors qu'ils ne paraissent pas plus agréables ou sympathiques que des hommes en vert, bleu ou blanc. Sept expériences ont mis en évidence cet effet, sur des femmes de quatre pays différents ; celui-ci survient que le rouge soit la couleur de fond ou celle du tee-shirt. Il a par ailleurs été établi que le rouge donnait aux femmes le sentiment que l'homme avait un statut social plus élevé[6].

Rois mages

Utilisations[modifier | modifier le code]

Utilisations diverses[modifier | modifier le code]

  • Symbole de l'interdiction, il est la couleur des panneaux d'interdiction (« sens interdit », « stop »). Le feu rouge clignotant est utilisé aux abords d'un passage à niveau et des zones dangereuses de passage d'avion à côté des aéroports. Les feux rouges fixes sont encore plus fréquemment implantés, près de points dangereux de la voie publique.
  • Les feux de position rouges d'un véhicule indiquent l'arrière dudit véhicule. Sur les avions et les bateaux, la lampe rouge indique bâbord, par opposition à la lampe verte qui indique tribord.
  • Il évoque le danger : le téléphone rouge, l'alerte rouge.
  • L'alerte rouge est le troisième et plus haut niveau d'alerte (après alerte jaune et alerte orange) en cas de prévision d'intempérie par Météo France (voir Alerte météorologique). C'est également le plus haut niveau d'alerte du Plan Vigipirate après le niveau "écarlate".
  • Couleur qui attire l'œil, il sert à alerter et prévenir : rouge des camions pompiers,
  • Il sanctionne : carton rouge, stylo rouge du professeur.
  • Il attire l'attention : la Croix-Rouge, les croix des pharmacies en Allemagne ou en Italie.
  • Lampe rouge : utilisée dans de nombreux usages professionnels, notamment au-dessus de la porte d'un studio d'enregistrement pour indiquer qu'une prise de son ou un enregistrement est en cours.
  • Lumière rouge utilisée pour éclairer une chambre noire. Lorsqu'on développe en noir et blanc, les émulsions dites orthochromatiques sont très peu sensibles au rouge, ainsi un éclairage rouge modéré permet de voir ce que l'on fait sans risquer de voiler le papier photo. On dit de cette lumière qu'elle est « inactinique ».
  • Dans le code de couleurs des résistances électriques et des condensateurs, la couleur rouge correspond au chiffre 2, au multiplicateur x100, à une précision de 2 % et à un coefficient de température de 50 ppm. Dans la norme CEI 60757, on le nomme RD (abréviation de red).
  • Avec le jaune, le rouge est une des couleurs les plus communes des boîtes aux lettres dans le monde, comme dans la Belgique et dans le Royaume-Uni.
  • À la roulette, les 18 numéros rouges en opposition aux 18 numéros noirs.
  • Dans les jeux de cartes, la couleur des cœurs et des carreaux, en opposition aux piques et trèfles qui sont noirs.
  • C'est la couleur du bouchon des bouteilles de lait entier (en opposition au bleu pour le lait demi-écrémé).
  • Une petite pastille rouge placée en son milieu indique le robinet d'eau chaude (en opposition au bleu pour l'eau froide). Autrefois réalisée en céramique ou en porcelaine, c'est aujourd'hui une petite capsule en plastique.
  • Il apparaît donc que la couleur rouge a un effet excitant, que ce soit dû à sa symbolique ou à sa visibilité. Cela explique vraisemblablement la couleur rouge de la muleta dans une corrida, leurre qu'utilise le matador au cours de la faena. Le rouge, contrairement à une idée reçue, n'excite pas le taureau, qui ne la voit pas[réf. nécessaire]. L'utilisation de cette couleur permet aussi de limiter aux yeux du public la vision du sang dû aux blessures du taureau.
  • Selon une étude récente, les vêtements rouges augmenteraient les performances dans les sports de combat [7].

Une autre montre que les voitures rouges sont surreprésentées parmi les accidents. Parmi les Lego Bionicle, sur 6 personnages identiques à la couleur près, le rouge a toujours les meilleures ventes.

  • Le tapis rouge est généralement déployé à l'entrée de bâtiments à connotation luxueuse (hôtels, palaces, festivals). Il sert à marquer l'accueil de personnalités ou de clients « haut de gamme ».
  • Traditionnellement les maisons closes étaient signalées par une lanterne rouge à l'entrée.
  • Le ruban rouge est le symbole international de la solidarité face à la lutte contre le SIDA.
  • Le fil rouge : se dit du lien dramaturgique invisible qui relie les scènes successives d'une pièce de théâtre afin de révéler le sens profond de l'œuvre. C'est en quelque sorte le point de vue de l'auteur et/ou du metteur en scène qui s'exprime ici.
  • Les aiguilles Rouges, massif montagneux.
  • Le rouge de Chine est une couleur de porcelaine découverte par le Père Ly missionnaire en Chine et envoyée à Brongniart à la Manufacture de Sèvres (émaux et Glaçure) : Les Chinois... ont un rouge purpurin originaire du cuivre qui n'a encore été fait sur aucune porcelaine européenne (Brongniart)[8].
  • Vases à figures rouges : type de vase dans la céramique grecque antique [9].
  • Histoire : la rose rouge symbole de la Maison de Lancastre
  • Objets rouges connus : borne d'incendie, extincteur, boîte aux lettres dans certains pays, borne kilométrique (route nationale), borne d'enneigement, le nez du clown, les vêtements du Père Noël, etc.

Utilisations commerciales[modifier | modifier le code]

  • Label rouge : Créé par la loi d'orientation agricole de 1960, le label est une certification qui atteste qu'un produit agricole ou une denrée alimentaire possède un ensemble de caractéristiques préalablement fixées qui établissent un niveau de qualité supérieure.
  • Cordon rouge : classification du champagne de marque Mumm.

Utilisations politiques[modifier | modifier le code]

  • Le « téléphone rouge » était une ligne téléphonique privilégiée établie pendant la guerre froide entre le secrétaire général du parti communiste de l'URSS et le président des États-Unis, à partir de 1963.
  • L'Armée rouge : l'armée soviétique (au sens strict de 1917 à 1946, mais le terme a survécu à cette période, et même à la fin du communisme).
  • Procédant d'une autre tradition que celle d'une Europe associant ou ayant associé à cette couleur les partis de gauche des 1re, 2e, 3e et 4e internationales (dont les militants étaient à l'origine souvent appelés les Rouges), le Parti républicain américain l'a adoptée (cf en:Red states and blue states) dès le tournant du pénultième siècle. De même, en Amérique latine, le drapeau rouge est le symbole des partis libéraux (droite).
  • Colère rouge, c'est un livre en hommage à Marcel Donati, militant et poète ouvrier paru aux Éditions Paroles de Lorrains de Longwy et qui évoque longuement les Evènements de Longwy et la Radio cœur d'acier (en fait Lorraine Cœur d'Acier).
  • En Europe, au Moyen Âge, le rouge est symbole de puissance, au vif de sa teinte. On le retrouve dans l'habit du pape et des cardinaux notamment.

Usages sportifs[modifier | modifier le code]

  • Ceinture rouge : grade le plus élevé dans le judo et le karaté, correspondant aux 9e et 10e dan, avant la ceinture blanche large, grade symbolisant l'accomplissement définitif du combattant. Une ceinture rouge et blanche correspond aux 6e, 7e et 8e dan.
  • Dans le football, les équipes anglaises Manchester United et Liverpool portent le rouge. Elles sont connues comme les "Red Devils" et les "Reds" respectivement.
  • En compétition automobile, le rouge est la couleur de l'Italie.
  • Sur les pistes de ski en Europe, le rouge marque pistes moyennes.

Signalisation routière[modifier | modifier le code]

  • Signal triangulaire à bordure rouge : signal de danger.
  • Signal rond à bordure rouge : signal d'interdiction.
  • Feux tricolores : le feu rouge indique que les véhicules doivent s'arrêter.
  • La couleur rouge est également utilisée comme fond dans le signal octogonal "Stop".

Culture : Littérature, cinéma, peinture, musique[modifier | modifier le code]

Croix rouge

Expressions et proverbes[modifier | modifier le code]

Lumière d'urgence
  • Lanterne rouge : se dit du dernier d'une classe, d'un classement, d'un peloton, d'une compétition. En référence à la lanterne rouge que l'on accrochait autrefois au dernier wagon d'une rame de train. Autrefois, on signalait les maisons closes d’une lanterne rouge.
  • La viande rouge désigne généralement la viande de bœuf. On a aussi la viande blanche et la viande noire.
  • Fruits rouges : locution usitée dans l'industrie alimentaire pour catégoriser un type de saveur : bonbons, yaourt, glace ou nectar aux fruits rouges. Il s'agit généralement d'un mélange en proportions variées de groseilles, fraises, framboises, airelles et cassis.
  • Peau rouge est une expression familière, parfois méprisante, pour désigner les tribus indiennes d' Amérique du Nord et du Sud et relative à la couleur de leur peau.
  • La Ville Rouge est une expression pour désigner Marrakech au Maroc en raison de cette couleur omniprésente dans la ville (façade des maisons, épices).
  • De même l'expression « voir rouge », « Rouge de colère ». Désigne aussi d'autres sentiments comme : la honte, la timidité, l'émotion etc..

Radiotélégraphie[modifier | modifier le code]

Périodes de silence radio de 3 minutes en Temps universel coordonné.
Secteurs de couleur rouge
  • Dans le monde, depuis 1999. Les radiocommunications doivent cesser dans la bande comprise entre 495 kHz à 505 kHz durant la période des secteurs de couleur rouge [10].
  • L’appel de routine, de sécurité et d’urgence est autorisé aux heures de h + 18 à h + 44 et de h + 48 à h + 14 avec un dégagement sur une fréquence de travail.

Drapeaux[modifier | modifier le code]

Le rouge est l'une des couleurs les plus utilisées sur les drapeaux nationaux à travers le monde. L'utilisation de la couleur rouge a des connotations similaires de pays à pays : le sang, le sacrifice et le courage de ceux qui ont défendu leur pays ; le soleil, l'espoir et la chaleur qu'il a apporté, l'amour pour le Suriname et le sacrifice du sang du Christ (dans certains pays traditionnellement chrétiens) sont quelques exemples. Le rouge est la couleur des drapeaux de plusieurs pays qui ont appartenu à l'ancien Empire britannique. Le drapeau britannique porte les couleurs rouge, bleu et blanc, et est la réunion de trois drapeaux[11]. Les anciennes colonies de l'Espagne, comme la Colombie, l'Équateur et le Venezuela, ont des drapeaux arborant la couleur rouge, l'une des couleurs du drapeau espagnol et de la Belgique. Le rouge, le bleu et le blanc sont aussi les couleurs panslaves, tandis que le rouge, le blanc et le noir sont les couleurs panarabes, et sont utilisés par de nombreux pays arabes[12]. Le rouge, la couleur or, le vert et le noir sont les couleurs panafricaines. Elles sont empruntées au drapeau de l'Éthiopie, l'un des plus anciens pays africains indépendants[13],[12].

Galerie[modifier | modifier le code]

Dans la nature[modifier | modifier le code]

Objets fabriqués[modifier | modifier le code]

Quelques drapeaux et pavillons[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Étymologies[modifier | modifier le code]

  • Les hébreux : le mot Adom est synonyme d'Adam, qui vient d'Adamus, fait de terre rouge.
  • Les grecs avaient eux aussi plusieurs mots pour désigner la couleur rouge. Dans les Evangiles (texte grec) on trouve les couleurs porphyros (rouge de la couleur de la pierre de Porphyre (roche)) et kokkinos (rouge écarlate), de kokkos, la cochenille et la teinture écarlate qui en est tirée. Il y a aussi le mot Erythros qui a donné Érythrée.
  • Les latins avaient plusieurs mots pour signifier la couleur rouge, dont rubeus, roux, rougêatre qui a donné rubéole par exemple et ruber, d'où rubicond [15] et robus. Ce mot signifie « de couleur rouge » et « comme roux », ainsi que les paysans nomment le bœuf.
  • Un autre mot, apparenté à celui de ruber, rouge, est robur, -oris, neutre, qui désigne le chêne dont le bois est veiné de rouge, appelé aussi rouvre. Par la suite, tout bois de même couleur a porté ce nom. Un adjectif latin, robustus, dérivé de robur, signifiait « de chêne », d'abord, puis, dans un deuxième temps, « robuste, fort, résistant, solide », comme le chêne.

Robur, chêne, et rubeus, robus, rouge sont des mots apparentés puisqu'ils se rattachent à la même racine indo-européenne qui contient cette idée de rouge. Mais cette idée de « robuste, fort, résistant » n'est pourtant pas liée au sémantisme de rouge, mais se rattache aux qualités de ce chêne rouge, ou rouvre. Roboratif, adjectif français, signifie donc qui rend « robuste », c'est-à-dire vaillant, fort, mais non qui redonne de belles couleurs rouges ! Tous les objets faits en bois de chêne avaient aussi, par métonymie, le nom latin robur. En particulier ces cages de bois, ou carcan, dans lesquelles on serrait les prisonniers. Le nom s'est étendu à la prison dans laquelle on soumettait les malheureux à ce supplice, un supplice qui provoquait de terribles crampes, d'où le nom latin de roboratus. On appelle encore dans une prison robus le lieu où l'on précipite cette espèce de malfaiteurs qu'antérieurement on enfermait dans des cages de chêne[16].

  • En nahuatl chīchīltic : Rouge-chili d'où chichiltzintli : Enfant qui tête, tlālli chīchīltic, terre rouge, chîlpahtic, rouge piment, etc[17]...

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Si le logo sans effet de 2002 a bel et bien disparu de l'antenne en 2008, il reste le logo officiel en "print", c'est-à-dire sur toutes les surfaces imprimées[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Sève, Sience de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ 2009, p. 246-251.
  2. Michel-Eugène Chevreul, « Moyen de nommer et de définir les couleurs », Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France, t. 33,‎ 1861, p. 37, 39 (lire en ligne)
  3. Maurice Déribéré, La couleur, Paris, PUF, coll. « Que Sais-Je » (no 220),‎ 2014, 12e éd. (1re éd. 1964), p. 5
  4. Sève 2009, p. 23-25
  5. Sève 2009, p. 129
  6. Claire Peltier, « Le père Noël est-il sexy ? », Futura-Sciences,‎ 2010 (consulté le 29 décembre 2010)
  7. (en) Russell A. Hill and Robert A. Barton, « Psychology: Red enhances human performance in contests », dans Nature, vol. 435, no 7040, 19 mai 2005.
  8. Jean Girel, céramiste, Les rouges de cuivre, Le rouge de Chine[lire en ligne]
  9. Vases à figures rouges [1] et [2]
  10. IUT Appendice S13 section 3 A-500 KHz 2 A
  11. Brabazon, Tara. Tracking the Jack. Sydney: UNSW Press, 2000. ISBN 0-86840-699-6 pg. 10
  12. a et b Colors as Symbols in Flags: EnchantedLearning.com
  13. Murrell, Nathaniel et.al. Chanting down Babylon. Philadelphia: Temple University Press, 1998. ISBN 1-56639-584-4 pg. 135
  14. Charte Graphique de France Télévisions, Gédéon, Septembre 2009 (Page 11)
  15. de rubicundus, qui est le participe du verbe rubico
  16. Dictionnaire étymologique de la langue latine, histoire des mots, A. Ernout et E. Meillet, édité chez Klincksieck, dernière édition revue et corrigée.
  17. .[3] = Dictionnaire de Nahuatl

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annie Mollard-Desfour, Dictionnaire des mots et expressions de couleur. Le Rouge, Paris, CNRS Éditions, 2000. [Préface de S. Rykiel]
  • Annie Mollard-Desfour, Le Rouge. Mots et expressions d'aujourd'hui. XXe-XXIe siècles, Paris, CNRS Éditions, 2009. [Préface de S. Rykiel]
  • Michel Pastoureau, Dominique Simonnet, Le petit livre des couleurs, Paris, Seuil, Collection "Point Histoire", 2007.
  • Il est intéressant de consulter les livres de couleurs (Le Rouge, Le Bleu, Le Noir…) publiés par CNRS Éditions.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]