Ghana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

7° 41′ 00″ N 0° 59′ 00″ O / 7.68333, -0.983333 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ghana (homonymie).

République du Ghana

Republic of Ghana (en)

Drapeau
Drapeau du Ghana.
Blason
Armoiries du Ghana.
Description de l'image  Ghana (orthographic projection).svg.
Devise nationale Freedom and Justice
Liberté et Justice
Hymne national God Bless Our Homeland Ghana
Administration
Forme de l'État République
Président John Dramani Mahama
Langues officielles Anglais[1]
Capitale Accra

5° 33′ N 0° 15′ O / 5.55, -0.25 ()

Géographie
Plus grande ville Accra
Superficie totale 238 540 km2
(classé 78e)
Superficie en eau 3,5
Fuseau horaire UTC +0
Histoire
Indépendance du Royaume-Uni
date
Démographie
Gentilé Ghanéen, ghanéenne
Population totale (2011) 24 965 816 hab.
(classé 48e)
Densité 105 hab./km2
Économie
Monnaie Cedi (GHS​)
Divers
Code ISO 3166-1 GHA, GH​
Domaine Internet .gh
Indicatif téléphonique +233

Le Ghana, en forme longue la République du Ghana, en anglais Republic of Ghana, est un pays d'Afrique occidentale situé au bord du Golfe de Guinée. Les pays limitrophes du Ghana sont la Côte d'Ivoire à l'ouest, le Burkina Faso au nord et le Togo à l'est. Sa capitale est la ville d'Accra et ses habitants sont les Ghanéens. Le pays fait partie de la CEDEAO.nn6++6+

699

3

tg;n g

La langue officielle est l'anglais[1], la langue d'origine véhiculaire est le twi et la monnaie le cédi. Cependant le Ghana est déjà membre observateur de l’Organisation internationale de la francophonie et accorde lui aussi une place toujours plus importante au français[2].

Le Ghana moderne n'a pas de liens géographiques ou historiques directs avec l'Empire du Ghana. Le premier, ancienne Côte-de-l'Or, a été renommé en hommage au second par Kwame Nkrumah au moment de l'indépendance. Le nom colonial de Côte-de-l'Or vient des très nombreuses mines d'or du pays qui, avant d'être exploitées par les colons britanniques, allydfd emands, hollandais et français, étaient abondamment utilisées par l'ethnie Ashanti, qui garde la tradition de splendides bijoux en or, tradition qui s'est propagée aussi chez l'ethnie voisine Abron.

L'un des principaux hommes politiques du Ghana fut le panafricaniste Kwame Nkrumah. L'ancien président du Ghana, John Agyekum Kufuor, avait été réélu pour un second mandat en décembre 2004. En décembre 2008, l'élection présidentielle, à laquelle ne pouvait se représenter Kufuor, s'est déroulée sans heurts. Très serrée, elle a été remportée par John Atta-Mills, juriste de 64 ans, après que son opposant, Nana Akufo-Addo, eut reconnu sa défaite. La passation de pouvoir entre Kufuor et Atta-Mills a eu lieu le 7 janvier 2009.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Ghana.

L'histoire de la partie de l'Afrique qui deviendra le Ghana d'aujourd'hui est relativement mal connue avant 1500. Les recherches archéologiques ont montré que l'occupation humaine y est très ancienne aussi bien sur la côte qu'à l'intérieur des terres. Des recherches récentes ont mis en évidence, dans la zone forestière, la présence de sites d'habitat entourés de profonds fossés datant d'entre le VIIe et le XIVe siècle de notre ère. Ce type de site, que l'on connaît par ailleurs de la Côte d'Ivoire au Nigeria, témoigne de l'existence d'une civilisation sédentaire maîtrisant la métallurgie du fer, vivant probablement de la culture de l'igname et de l'exploitation du palmier à huile, et particulièrement bien adaptée à l'environnement forestier. Ces sites furent brutalement abandonnés au XIVe siècle. La peste noire et ses conséquences dévastatrices sur la démographie, bien connues en Europe et en Afrique du Nord à la même époque et dont l'étude en Afrique subsaharienne reste à réaliser, pourrait être à l'origine de ces bouleversements à grande échelle.

Près d'un siècle et demi plus tard, c'est donc une société bien différente et sans doute encore marquée par le chaos qui a frappé les générations précédentes, qui accueille les premiers navires portugais. Ceux-ci ont atteint cette partie de la côte pour la première fois en 1471. Ils y ont trouvé de l'or à échanger contre des biens manufacturés provenant d'Europe et ont donc baptisé cette portion de côte, Côte de l'Or (Costa do Ouro) ou Côte de la Mine (Costa da Mina). Pour protéger ce commerce de l'or des marchands interlopes venus d'autres nations européennes, ils construisent en 1482 une forteresse imposante, Saint-George-de-la-Mine (São Jorge da Mina) dans le village d'Edina (Elmina). Cette forteresse demeurera le quartier général des Portugais jusqu'en 1637, date à laquelle les Hollandais les en délogent, s'affirmant ainsi comme la puissance européenne dominante sur la Côte. Ils le demeureront jusque dans les années 1870 lorsqu'ils cèderont leurs possessions aux Anglais. Ces derniers se lanceront alors dans le processus de colonisation de territoires situés à l'intérieur des terres, et notamment de l'Ashanti (Asante).

La présence de marchands puis de soldats et de missionnaires européens sur la Côte de l'Or ne doit pas masquer l'histoire complexe des entités politiques africaines dont ils n'étaient que les hôtes. Du XVIe au XIXe siècle, de nombreuses entités se développent, négocient, s'allient et s'affrontent pour dominer les échanges et assurer leur domination politique. Cette histoire est marquée par une grande diversité et inventivité en termes de constructions sociopolitiques. Le commerce de l'or puis des esclaves qui le dépasse en volume à partir du tournant du XVIIIe siècle jouent un rôle clef pour comprendre les enjeux politiques locaux. Cette histoire a fait l'objet de nombreuses monographies, dont certaines en français.

Le Ghana fut une colonie britannique sous le nom de Gold Coast (Côte de l'Or). Après la Première Guerre mondiale, la Gold Coast s'agrandit d'une partie du Togoland allemand. (L'autre partie fut confiée à la France déjà présente au Dahomey (Bénin), et formera le Togo contemporain). Le Ghana est indépendant depuis le .

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Kwame Nkrumah (1909-1972) fut l'homme politique qui mena le Ghana vers l'indépendance. Afin d'atteindre ce but, il appelle au boycott et à la désobéissance civile, ce qui lui vaut d'être emprisonné par les autorités britanniques jusqu'en 1951. Cette même année, les autorités britanniques organisent des élections législatives qui sont remportées par le CPP[3]. Nkrumah, libéré, est alors nommé Premier ministre et collabore étroitement avec les autorités britanniques[4]. Se basant sur la politique d’« Africanisation de l’administration, de panafricanisme et d’anticommunisme »[4], il décide de développer les infrastructures de son pays grâce aux excédents de l’Office de commercialisation du cacao[4]. Ainsi, le domaine de l’éducation[5] et celui de la santé enregistrent de véritables progrès.

Après les élections législatives de 1956, le CPP remporte les trois quarts des sièges. Nkrumah, fort de son succès, oblige alors le Royaume-Uni à concéder l’indépendance, qui est proclamée le [3]. La Côte-de-l'Or devient ainsi la première colonie à obtenir son indépendance après le Soudan (1956). Le jour même de l’indépendance, Nkrumah décide d’abandonner le nom colonial du pays au profit de l'actuel, en hommage à l'Empire du Ghana [6]. Tout en demeurant dans le Commonwealth, le Ghana devient, le , une république[3] que Nkrumah présidera jusqu'en 1966.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique au Ghana.

Le Ghana fait partie du Commonwealth. Le , au terme d'une élection présidentielle très disputée et unanimement saluée pour son caractère démocratique rarissime sur le continent, c'est John Atta-Mills qui devient le nouveau président du pays. La passation de pouvoir s'est déroulée le . Suite au décès du Président en exercice le , le vice-président John Dramani Mahama lui succède à la tête de l’État[7].

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Subdivisions du Ghana et Districts du Ghana.
Ghana

Le Ghana est divisé en dix régions, elles-mêmes subdivisées en districts (162 au total). Les régions du Ghana sont (chef-lieux entre parenthèses) :

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie du Ghana.
Éléphants dans le parc national Mole.

Le Ghana est situé sur le golfe de Guinée, juste au nord de l'équateur. Il partage des frontières avec la Côte d'Ivoire à l'ouest, le Togo à l'est et le Burkina Faso au nord.

Le pays est constitué de denses forêts tropicales au sud et de savane au nord. Le climat tropical est pluvieux, essentiellement en mai-juin (grande saison des pluies ou hivernage). La Volta noire, la Volta blanche ainsi que les rivières Oti et Daka se rencontrent au Ghana pour former le lac Volta. Le Barrage d'Akosombo, situé au sud du lac, produit beaucoup d'énergie pour le pays.

Environnement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie du Ghana.
Un Penny du Ghana de 1958

Comme nombre de pays africains, le Ghana est riche en matières premières, notamment en minerais et en pétrole. Son économie demeure cependant essentiellement basée sur l'agriculture. Le Ghana a longtemps été le premier producteur mondial de cacao (plus de 1,6 millions d'hectares de plantations villageoises) avant d'être largement dépassé par son voisin la Côte d'Ivoire. L'industrie y est plus développée que dans le reste des pays de l'Afrique de l'Ouest. Par ailleurs, le Ghana va devenir dans les années à venir un pays producteur de pétrole grâce à la découverte en 2007 de ressources pétrolières offshore non négligeables.

Monnaie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cédi.

La monnaie officielle du Ghana est le cédi depuis 1965.Un cédi est lui-même décomposé en 100 pesewas.
Le 3 juillet 2007, le Ghana change de monnaie.Le nouveau cédi ghanéen vaut alors 10 000 anciens cédis.
Juste après ce changement, il fallait 1,4 cédis pour équivaloir à un euro. En 2012, environ 2,4 cédis sont équivalents à un euro.

Éducation[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

D'après le recensement de 2010, la population du Ghana est estimée à 24 658 823 habitants[8]. Environ 51 % de la population réside en milieu urbain[8].

Les principaux groupes ethniques sont les Akans (47,5 %), les Mole-Dagbani (16,6 %), les Ewes (13,9 %) et les Ga-Dangme (7,4 %)[8].

  • Espérance de vie des hommes : 58 ans (en 2001)
  • Espérance de vie des femmes : 62 ans (en 2007)
  • Taux de croissance de la population : 2,5 % par an (2000-2010)
  • Taux de natalité : 28,95 ‰ (en 2001)
  • Taux de mortalité : 10,26 ‰ (en 2001)
  • Taux de mortalité infantile : 56,64 ‰ (en 2001)
  • Taux de fécondité : 4,3 enfants/femme (en 2011)
  • Taux de migration : - 0,83 ‰ (en 2001)

Religions[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de 2010, les chrétiens représentent 71,2 % de la population tandis que les musulmans représentent 17,6 % et les religions traditionnelles 5,2 %. Les personnes n'ayant pas de religion représentent 5,3 % de la population[8].

Si ce consensus autour de la foi semble unir le pays, l’idée d’athéisme semble, elle, difficilement acceptable et même concevable[9].

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture du Ghana.
L'atelier Kane Kwei
mise en scène Guy Hersant le 10 janvier 2010
Ataa Oko et Kudjoe Affutu avec Oko's coq rouge, 2009

L'une des contributions culturelles les plus visibles (et des plus vendable) du Ghana moderne est le kente, largement reconnu et apprécié pour ses couleurs et son symbolisme. Le kente est fait par les tisserands ghanéens consommés, et les centres de tissage importants à Kumasi et autour (Bonwire est connu comme l’endroit où l’on fabrique le vrai kente, bien que des secteurs de Région de la Volta prétendent aussi à l’appellation) abondent en tisserands qui lancent ici et là leurs navettes en fabriquant de longues bandes de kente. Ces bandes peuvent être alors cousues ensemble pour former de grandes pièces qui sont portées par quelques Ghanéens (les chefs surtout) et achetées par les touristes à Accra et à Kumasi. Les couleurs et les modèles du kente sont soigneusement choisis par le tisserand et celui qui le portera. Chaque symbole tissé dans le tissu a un sens spécial dans la culture ghanéenne.

Le kente est un des symboles du système hiérarchisé du Ghana, qui reste fort dans le sud et les régions centrales du pays, particulièrement dans les zones peuplées par les membres de la tribu Ashanti, culturellement et politiquement dominante. Son roi, l’Asantehene, est peut-être la personne la plus révérée dans la partie centrale du pays. Comme les autres chefs ghanéens, il porte un kente éclatant de couleurs, des bracelets en or, des anneaux et des gris-gris, et il se fait toujours accompagner de nombreux parapluies très ornés (qui sont également un symbole du titre de chef). Le symbole le plus sacré des gens de Ashanti est le trône royal Ashanti, le « tabouret doré », où résident les esprits des ancêtres selon les croyances animistes locales. Il est soigneusement gardé à Kumasi, capitale culturelle des gens d’Ashanti et siège du palais de l’Asantehene. Bien que le titre de chef à travers le Ghana ait été affaibli par des allégations de corruption et de coopération avec l'oppression coloniale, il reste une institution très vivante au Ghana.

Les cercueils personnalisés, inventés dans les années 1950, sont également ambassadeurs de la culture ghanéenne contemporaine. Eric Adjetey Anang, qui dirige à Teshie l'atelier Kane Kwei (du nom de son grand-père qui le premier présenta ces œuvres en dehors du pays) fait partie des artistes ghanéens les plus reconnus à l'étranger. Des autres ecponats internationaux sont par exemple le cercueil poule, réalisé par Ataa Oko 2006 dans la Collection du Kunstmuseum Berne, ou le cercueil en forme de Centre Pompidou par Kudjoe Affutu 2010 dans la collection de Saâdane Afif, et un en forme de frigo pour l'exposition La carte d'après nature, NMNM de Monte Carlo dans la collection de Thomas Demand[10].

Un cinéma ghanéen se développe après l'indépendance avec des réalisateurs comme Kwaw Ansah (dont le premier succès est Love Brewed in the African Pot, 1980) ou John Akomfrak[11].

Sport[modifier | modifier le code]

Le quart de finale Ghana-Uruguay à la coupe du monde de football 2010

En football le Ghana a fait une très belle performance lors de la Coupe du monde de football de 2010 en se hissant jusqu'en quart de finale. Le match de quart de finale qui l'oppose à l'Uruguay se finit avec un suspense haletant : les deux équipes sont à égalité avec 1-1 et dans les dernières minutes des prolongations le joueur Ghanéen Asamoah Gyan manque de peu le penalty qui aurait pu qualifier son équipe en demi-finale (penalty du à une main du joueur uruguayen Luis Suárez sur une frappe de Kwadwo Asamoah). Finalement l'Uruguay se qualifie aux tirs au but.

Le catcheur de la WWE, Kofi Kingston, est originaire du Ghana et non de la Jamaïque comme il a pu etre annoncé[Par qui ?].

Fêtes et jours fériés[modifier | modifier le code]

Date Nom français Nom local Remarques
25 décembre Noël Bronya


Divers[modifier | modifier le code]

  • Frontières terrestres : 2 093 km,
  • Littoral : 539 km
  • Extrémités d'altitude : du niveau de la mer jusqu'à 880 m
  • Indépendance : (ancienne colonie britannique)
  • Lignes de téléphone : 376 500 (en 2007)
  • Téléphones portables : 30 000 (en 1998)
  • Postes de radio : 4,4 millions (en 1997)
  • Postes de télévision : 1,7 million (en 1997)
  • Utilisateurs d'Internet : 650 000 (en 2007)
  • Nombre de fournisseurs d'accès Internet : aucun (en 2010)
  • Routes : 39 409 km (dont 11 653 km goudronnés) (en 2008)
  • Passage conduite à droite: 4 août 1974
  • Voies ferrées : 953 km (en 2006)
  • Voies navigables : 1 293 km
  • Nombre d'aéroports : 12 (dont 7 avec des pistes goudronnées) (en 2007)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/gh.html
  2. « Quand le français séduit les anglophones d’Afrique », sur InfoSud
  3. a, b et c Ghana. In Encyclopédie Universelle Larousse. Édition 2005.
  4. a, b et c AMIN Samir. Ghana. In Encyclopédie Universalis. Édition 1999.
  5. VERLET M. Langue et pouvoir au Ghana sous Nkrumah p.2
  6. Le Ghana devient indépendant
  7. « Ghana : Atta Mills en indivision », sur jeuneafrique.com,‎ 08 août 2012 (consulté le 24 août 2012)
  8. a, b, c et d (en)2010 Population and Housing Census
  9. (fr) « "God bless Ghana" », Jérôme Perrot, Le Journal International, 22 octobre 2013
  10. 2011. Les trésors enterrés des Ga. L’art des cercueils au Ghana. Regula Tschumi. Berne. Benteli. ISBN 978-3-7165-1663-8
  11. History of cinema in Ghana, sur le site Film Birth. Page consultée le 11 juillet 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Cappelaere, Ghana: les chemins de la démocratie, Paris, L'Harmattan 2007.
  • Kwame Nkrumah, L'Afrique doit s'unir, Présence africaine, Paris, Dakar.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]