Andorre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andorre (homonymie).

L'Andorre, en forme longue la Principauté d'Andorre, en catalan Andorra et Principat d’Andorra, est un pays d'Europe du Sud et, selon certaines définitions, de l'Ouest, sans accès à la mer, situé dans les Pyrénées et bordé par l'Espagne et la France. Il s'agit d'une des plus petites nations souveraines d'Europe, avec une superficie de 468 km2 et une population estimée à 85 082 habitants en 2012[3]. Sa capitale, Andorre-la-Vieille, est la plus haute capitale d'Europe, s'élevant à 1 023 mètres au-dessus du niveau de la mer[4]. La langue officielle est le catalan, mais l'espagnol (ainsi que le français, mais plus rarement) y sont également parlés[5],[6].

La principauté, dont la création remonte à 780 sous le règne de Charlemagne, est régie par un système unique, le paréage. Ce contrat de droit féodal concède le trône andorran à deux coprinces, l'évêque catalan d'Urgell et le chef d'État français. Longtemps ignorée mais très attrayante, l'Andorre est sortie de son isolement au XXe siècle, durant lequel elle a profité de son cadre naturel exceptionnel et a utilisé un système fiscal avantageux pour devenir une grande destination touristique, accueillant près de 10 millions de visiteurs chaque année[7]. Si la principauté est réputée aujourd'hui pour ses pistes de ski et ses faibles taxes, elle est aussi souvent considérée comme un paradis fiscal. Elle est membre des Nations unies depuis 1993[8], du Conseil de l'Europe et de la zone euro, mais pas de l'Union européenne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Andorra, attesté dès 839, désignait alors uniquement la paroisse nommée aujourd'hui Andorre-la-Vieille (Andorra la Vella)[9]. Ce toponyme viendrait du basque Ameturra, signifiant « Dix sources », composé des mots hamar (« dix ») et iturri (« sources »), en référence aux dix affluents que la rivière Valira recevait sur le territoire de la paroisse d’Andorre-la-Vieille[10].

D'autres théories suggèrent comme origine andurrial ("terre couverte d'arbustes" en basque-navarrais), ou bien un antique Anorra (basé sur le basque ur, "eau"), ou même l'arabe al-Darra ("la forêt").

On peut voir aussi une relation entre le nom Andorra et celui des tribus d'Andosins ( grec : Andosinoï ) qu'Hannibal, selon le grec Polybe au deuxième siècle avant J-C, aurait soumis dans ces vallées, après avoir franchi l'Èbre[11].

À noter qu'il existe une ville nommée Andorra dans la province de Teruel (Aragon, Espagne).

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Andorre.
L'église Saint-Jean de Caselles, fondée au XIe siècle.

Selon une légende du XIe siècle, Charlemagne aurait accordé une charte aux Andorrans pour les récompenser de leurs combats contre les Maures. « Le grand Charlemagne, mon père, des Arabes me délivra. » C'est par ces mots que débute l'hymne andorran.

Le contrôle du territoire passa aux comtes d'Urgell puis à l’évêque du Diocèse d'Urgell, en partage avec la famille de Caboet, puis l’héritage passa aux vicomtes de Castellbó, puis aux comtes de Foix. Les deux coseigneurs (laïc et ecclésiastique) s’affrontèrent souvent à propos de leurs droits sur les vallées d’Andorre.

En 1278, le conflit fut résolu par la signature d'un traité instaurant la souveraineté partagée (paréage) de l’Andorre entre le comte de Foix et l’évêque d'Urgell, en Catalogne. Ceci donna à la petite principauté son territoire et sa forme politique.

Les années passant, le titre fut transmis aux rois de Navarre puis au roi de France Henri IV. Un édit établit le chef de l'État français et l’évêque d’Urgell comme coprinces de l’Andorre en 1607.

Au cours de la période 1812-1814, l'Empire français annexa la Catalogne espagnole, la divisa en quatre, puis trois départements (Sègre, Ter, Montserrat et Bouches-de-l'Èbre, réunis en 1813 au sein des Bouches-de-l'Èbre-Montserrat). L’Andorre fut aussi annexée et rattachée au district de Puigcerdà (département de Sègre).

Boris Skossyreff, roi autoproclamé d'Andorre en 1934.

Le 6 juillet 1934, le Russe Boris Skossyreff se proclama roi du gouvernement d’Andorre sous le nom de Boris 1er. Le 14 juillet, un groupe de la guardia civil[12] dirigée par le marquis Silva de Balboa, entra en Andorre, l'arrêta pour l'expédier vers Barcelone, plus tard vers Madrid pour être expulsé vers le Portugal.

Le 25 septembre 1939, l’Andorre signa un traité de paix avec l’Allemagne, car sa non-ratification du Traité de Versailles l’avait laissée légalement en guerre avec ce pays. Ainsi, le petit pays resta neutre pendant la Seconde Guerre mondiale.

Étant donné son relatif isolement, l’Andorre est restée en marge de l’histoire européenne pendant longtemps, cultivant un certain mystère.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Andorre sut préserver sa neutralité, rendue précaire par la proximité de voisins aux régimes autoritaires. Sans que cela ait été une politique délibérée, Andorre servit de lieu de passage et de plaque tournante à un grand nombre de fugitifs et d'évadés. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont probablement transité par la principauté entre 1940 et 1945 : militaires polonais, Français désireux de rejoindre les forces armées des généraux Giraud et De Gaulle en Afrique du Nord, aviateurs alliés abattus (britanniques, canadiens, américains, polonais, etc.) et, enfin, Juifs fuyant les persécutions nazies et du régime de Vichy. En 1945, il s'agira alors de nazis ou de collaborateurs français cherchant refuge en Espagne.

Un grand nombre de passeurs et d'hôteliers andorrans ont contribué à ces transits, malgré la présence d'agents secrets et d'espions de tous les bords (Allemands, Français de Vichy, franquistes). Les réseaux d'évasion britanniques, polonais, français et américains ont pu discrètement mener à bien leurs missions[13].

Dans les années 1950, le pays a commencé à attirer les visiteurs. Depuis, son tourisme prospère, ainsi que le développement de ses moyens d’accès et d’hébergement, qui sortent le pays de son anonymat.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique en Andorre.
La Casa de la Vall, qui abrite le parlement andorran.

La première Constitution d'Andorre a été adoptée par référendum le 14 mars 1993. Cette adoption consacre de fait l'entrée du pays à l'Organisation des Nations unies. Le régime de l’Andorre est la coprincipauté parlementaire, héritage lointain du pareatge (paréage) de 1278 entre l’évêché d’Urgell et le comte de Foix.

D’après la constitution, les coprinces, institution issue des Paréages et de leur évolution historique, sont, à titre personnel et exclusif, l’évêque d’Urgell et le Président de la République française représenté par le Viguier d'Andorre. Leurs pouvoirs sont égaux et procèdent de la Constitution. Chacun d’eux jure ou promet d’exercer ses fonctions conformément à la Constitution.

Sauf dans les cas prévus par la Constitution, les coprinces n’engagent pas leur responsabilité. La responsabilité de leurs actes incombe aux autorités qui les contresignent.


La composition politique du pays se constitue d'un chef du gouvernement, Antoni Martí Petit, d'un coprince espagnol qui est l'évêque d'Urgell, Mgr Joan-Enric Vives i Sicília et d'un coprince français qui est le président de la République française, François Hollande. Le Conseil général (Parlement), qui assure une représentation mixte et paritaire de la population nationale et des sept paroisses, représente le peuple andorran, exerce le pouvoir législatif, approuve le budget de l’État, donne l’impulsion à l’action politique du gouvernement et la contrôle. Le Conseil général se compose d’un minimum de vingt-huit et d’un maximum de quarante deux conseillers généraux. La moitié d’entre eux est élue, en nombre égal, par chacune des sept paroisses et l’autre moitié est élue dans le cadre d'une circonscription nationale unique. Le Chef du gouvernement (Cap de Govern) est issu du Conseil général.

Les Andorrans sont avant tout fiers de leur liberté et de leur indépendance. Habitués de longue date au régime représentatif, vivant en paix depuis onze siècles, ils n'ont guère modifié leur système administratif. Tous les deux ans, entre le 10 et le 15 décembre, chaque paroisse élit pour quatre ans (au suffrage universel depuis 1947) la moitié des membres du conseil de paroisse et deux conseillers généraux. Ce conseil général, appelé avant 1866 « Conseil de la Terre », tient une session par mois à la Casa de la Vall et choisit tous les trois ans le syndic général ainsi que le vice-syndic.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Paroisses[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Paroisse d'Andorre.
Carte des Paroisses d'Andorre.
Le pays est divisé en sept Paroisses (Parròquies = Régions, Territoires), dans l'ordre protocolaire[14]:
  • Canillo, la plus étendue, limitrophe du département français de l'Ariège ;
  • Encamp, limitrophe des départements français de l'Ariège et des Pyrénées-Orientales, ainsi que de la province espagnole de Lleida ;
  • Ordino, paroisse la plus au nord, limitrophe du département français de l'Ariège par les villages de Auzat, Lercoul, Siguer et Gestiès.
  • La Massana, limitrophe du département français de l'Ariège (Auzat) et de la province espagnole de Lleida ;
  • Andorre-la-Vieille, paroisse la plus peuplée et dont la principale ville (Andorra La Vella) est la capitale, limitrophe de la province espagnole de Lleida ;
  • Sant Julià de Lòria, la plus au sud, limitrophe de la province espagnole de Lleida ;
  • Escaldes-Engordany, la plus récente (création en 1978, de la division de la Parròquia d'Andorra La Vella), limitrophe de la province espagnole de Lleida.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte topographique de l'Andorre
Vue sur le Pas de la Casa au pied du col d'Envalira
Article détaillé : Géographie d'Andorre.

En raison de sa localisation dans le massif des Pyrénées orientales, l'Andorre est constituée principalement de montagnes élevées d'une hauteur moyenne de 1 997 m dont le point le plus élevé est la Coma Pedrosa à 2 942 m. Le territoire est divisé en trois vallées étroites en forme de Y qui se regroupent en une seule suivant le courant principal, la rivière Valira, coulant vers la Catalogne (au point le plus bas de l'Andorre qui est à 870 m). Le pays des vallées d'Andorre entre la France et l'Espagne, sur le versant sud des Pyrénées, est constitué par deux vallées principales : celle du Valira del Orient et celle du Valira del Nord dont les eaux réunies forment le Valira. En territoire espagnol, cette rivière se jette dans le Sègre, affluent de l'Èbre. Une ceinture de hauts sommets, dont l'altitude oscille entre 2 500 et 3 000 mètres, isole l'Andorre de la France. Le col utilisé par la route, le port d'Envalira, est à 2 408 mètres d'altitude et marque la ligne de partage des eaux entre l'océan Atlantique et la Méditerranée. Les communications avec l'Espagne, par la vallée du Sègre, en Cerdagne espagnole, sont beaucoup plus faciles et restent assurées en toutes saisons.

La superficie de l'Andorre est de 468 km2.

Le climat de l'Andorre est similaire au climat tempéré de ses voisins, mais sa haute altitude signifie qu'il y a en moyenne plus de neige en hiver et qu'il fait légèrement plus frais en été.

La route qui mène de la France à Andorre-la-Vieille passe par le port d'Envalira[15] qui est le plus haut col routier des Pyrénées[16]. Ce col est doublé d'un tunnel, ouvert à la circulation depuis le 29 septembre 2002.

L'Andorre abrite cinq stations de ski.

Soixante-deux sommets de plus de deux mille mètres sont sur son territoire.

L'Andorre compte un peu plus d'une trentaine de lacs.

Afin de réaliser un viaduc au-dessus de l'Ariège, un traité entre la France et l'Andorre a permis l'échange d'un hectare et demi de territoire français[17],[18],[19],[20],[21],[22]. Le lieu concerné se situe sur la commune de Porta (Pyrénées-Orientales).

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de l'Andorre.
Le centre thermal Caldea, qui se sert de sources chaudes.

La vie est consacrée en grande partie à l'élevage et à la culture. Le développement des équipements hydro-électriques et touristiques a amené un changement notable dans la vie andorrane.

L'Andorre, bien qu'enclavée entre la France et l’Espagne et bien qu'utilisant comme elles l’euro, ne fait pas partie de l'Union européenne, tout en ayant des relations et certains accords avec elle. Cela étant, les produits y sont vendus avec une taxation moindre.

L'Andorre est considérée par certains pays comme un paradis fiscal, parce qu'elle ne lève pas d'impôt sur le revenu ou sur la fortune, qu'elle a seulement 2 % de fonctionnaires et qu’elle pratique une fiscalité légère, l’essentiel des ressources de l'État provenant d'un impôt sur les importations (impost de mercaderies indirecte).. Néanmoins, plusieurs taxations modérées sont depuis peu en vigueur ou en projet. La TVA est de 4.5 % depuis le 1er janvier 2013[23]. Depuis 2011, il existe un impôt sur les activités économiques (impôts sur le bénéfices) de 10 % [24] et un impôt sur les bénéfices obtenues par les sociétés[25]. Les non-résidents fiscaux sont aussi taxés[26].

La station de ski d'Arcalis.

L'économie repose principalement sur deux formes de tourisme : le tourisme de passage qui profite des prix plus bas qu'en Espagne ou en France (tabac et alcool 2,5 fois moins chers qu'en France) et le tourisme blanc, qui tout en profitant de ces quelques avantages tarifaires, vient surtout pour l'offre des sports d'hiver. Ces derniers y sont pratiqués dans quatre stations de ski alpin : Pas De La Casa-Grau Roig et Soldeu-El Tarter (aujourd'hui deux domaines skiables réunis sous la marque Grand Valira), Pal-Arinsal et Ordino-Arcalis (deux domaines réunis sous la marque Vallnord) et une station de ski de fond : La Rabassa.

Par ailleurs, le patrimoine architectural, religieux notamment, est remarquable et est une des autres motivations touristiques. De nombreuses petites églises aux belles peintures d'inspiration romane (Sant Joan de Caselles, La Cortinada, Sant Roma de Les Bons…) parsèment le pays. Elles témoignent de la ferveur traditionnelle et de l'attachement de la population à ses différents terroirs. La relance récente du thermalisme aux Escaldes avec Caldea complète une offre riche en loisirs et découvertes variés (gastronomie entre autres).

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie d'Andorre.

Le pays d'Andorre a connu ces dernières décennies une importante hausse de la démographie qui a conduit à une urbanisation sans précédent.

1950 1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990
6 176 6 189 8 392 13 583 19 545 26 558 35 460 44 596 54 507
1995 2000 2005 2010 - - - - -
63 859 65 844 78 549 85 015 - - - - -
(Sources : Département des Statistiques d'Andorre[27])


Les données suivantes, sauf mention contraire, sont des estimations datant de 2004 :

  • Population : 72 413 habitants (2008), dont 29 535 nationaux andorrans, 26 638 nationaux espagnols, 12 789 nationaux portugais, 5 104 nationaux français.
    • 0-14 ans : 15,1 % (hommes : 6 177 ; femmes : 5 655) (statistiques au 31/12/2005)
    • 15-64 ans : 73,1 % (hommes : 30 207 ; femmes : 27 234)
    • + 65 ans : 11,8 % (hommes : 4 590 ; femmes : 4 686)
  • Espérance de vie : 83 ans (hommes : 79 ans ; femmes : 85 ans)[28]. Selon le site Nationmaster[29], l'Andorre est en première position mondiale concernant la longévité de ses habitants (2008), devant Macao.
  • Taux de croissance : 0,9 %
  • Taux de natalité : 8,71 ‰ (2006)
  • Taux de mortalité : 6,25 ‰ (2006)
  • Taux de mortalité infantile : 4,04 ‰ (2006)
  • Taux de fécondité : 1,3 enfant par femme (2006)
  • Taux de migration : 6,47 ‰ (2006)

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de l'Andorre.

Fêtes calendaires[modifier | modifier le code]

Fêtes et jours fériés
Date Nom Remarques
7 janvier la 'Saint-Julien' à Sant Julià de Lòria
17 janvier la « Saint-Antoine », plus particulièrement à La Massana
14 mars Dia de la Constitució (Jour de la Constitution) Les administrations et magasins sont fermés
8 mai fête de Sant Miquel d'Engolasters - Escaldes-Engordany
27 mai fête de Canòlich - Sant Julià de Lòria
18 juin Festa Major (fête de la Paroisse) d'Escaldes-Engordany
29 juin la « Saint-Pierre » (à Ordino et au Pas de la Casa)
3 et 4 juillet fête du rosaire d'Ordino
15, 16 et 17 juillet Festa Major (fête de la Paroisse) de Canillo
du 24 au 27 juillet Festa Major (fête de la Paroisse) d'Escaldes-Engordany
dernier week-end de juillet Festa Major (fête de la Paroisse) de Sant Julià de Lòria
5, 6 et 7 août Festa Major (fête de la Paroisse) d'Andorra la Vella
du 14 au 17 août Festa Major (fête de la Paroisse) d'Encamp et de La Massana
8 septembre Festa Nacional (Fête Nationale) de la Verge (Vierge) de Meritxell Les administrations et magasins sont fermés
16 septembre Festa Major (fête de la Paroisse) d'Ordino
25 décembre Dia de Nadal (Jour de Noël) Les administrations et magasins sont fermés
1er janvier Any Nou (Nouvel An) Les administrations et magasins sont fermés

Équipements majeurs[modifier | modifier le code]

Il existe un Auditorium National de grande qualité sonore situé à Ordino où a lieu chaque année le Festival international de jazz Narciso Yepes ainsi que des concerts du Chœur National des Petits Chanteurs d'Andorre et autres.

Médias (service public)[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Langue[modifier | modifier le code]

La langue officielle est, selon l'article 2 de la constitution de 1993, le catalan. Le Conseil général a adopté le 16 décembre 1999 une loi réglementant l'usage de la langue officielle[30], qui se donne pour objectif de préserver l'identité linguistique d'Andorre. Constatant que la proximité du français et du castillan (espagnol), la place de l'enseignement dans ces deux langues en Andorre, l'importance de l'immigration et du tourisme pouvaient représenter une menace pour la vitalité du catalan, les autorités andorranes, avant cette loi au cours du XXe siècle et depuis 1999, ont multiplié les réglementations visant à protéger la place du catalan dans tous les aspects de la vie sociale[31].

La variété du catalan parlée en Andorre est le catalan nord-occidental.
Andorre est le seul État souverain au monde dont la langue officielle est le catalan.

Andorre est aussi membre de l'Organisation internationale de la francophonie. L'association des communes d'Andorre fait partie de l'Association internationale des maires francophones.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

On consomme traditionnellement l'escudella le 17 janvier.

Éducation[modifier | modifier le code]

La loi fondamentale sur l'éducation reconnaît l'existence de trois systèmes éducatifs : le système français, le système andorran et le système espagnol, auxquels s'ajoute un système "congrégationnel" (en langue catalane).

Le système français est aujourd'hui le second système en nombre d'élèves, après avoir été le premier. Il est actuellement régi par la convention franco-andorrane du 24 septembre 1993 et comprend quatorze écoles maternelles et primaires et le lycée (et collège) Comte de Foix. Il prépare aux examens français, mais comporte à tous les niveaux un enseignement spécifique de la langue catalane, ainsi que de l'histoire, des institutions et de la géographie de l'Andorre. L'enseignement primaire existe depuis le début du XXe siècle, le premier cycle du secondaire depuis 1962, le second cycle depuis 1979.

Le système andorran a été établi en 1982. L'enseignement y est donné en catalan, mais le français y est enseigné en parallèle pour tous.

Le système espagnol est régi par une convention de 2003. Le système éducatif espagnol y est appliqué, mais il comporte aussi un enseignement spécifique de la langue catalane, ainsi que de l'histoire, des institutions et de la géographie de l'Andorre.

Religion[modifier | modifier le code]

La population de l'Andorre est majoritairement catholique[32]. La sainte patronne est Notre Dame de Meritxell.

Statistiques[modifier | modifier le code]

La gare de Latour-de-Carol, en territoire français, est l'une des gares les plus proches de la principauté. Elle permet notamment de rejoindre Toulouse.
  • Surface : 468 km2
  • Frontières terrestres : Espagne 64 km ; France 56 km
  • Lignes de téléphone fixe : 59 700 (janvier 2009)
  • Téléphones portables : 79 050 (janvier 2009)
  • Postes de radio : 21 300 (janvier 2009)
  • Postes de télévision : 87 000 (janvier 2009)
  • Utilisateurs d'Internet : 85 067 (janvier 2010)
  • Nombre de fournisseurs d'accès Internet : 1 (2010) : Andorra Telecom (ex-STA)
  • Routes : 348 km (dont 279 km goudronnés) (janvier 2010)
  • Voies ferrées : km, mais la gare la plus proche est celle d'Andorre - L'Hospitalet. L'Andorre possède un important parc de remontées mécaniques, dont les téléphériques totalisent plus de 12 km de longueur.
  • Voies navigables : km
  • Nombre d'aéroports : 0 (l'aéroport de la Seu d'Urgell se situe à une vingtaine de kilomètres d'Andorre-la-Vieille)

Formalités d'entrée[modifier | modifier le code]

« Pour les ressortissants de l'UE, bien que l'Andorre ne fasse pas partie de l'espace Schengen, une carte d'identité en cours de validité ou un passeport suffisent pour passer la frontière. Pour les autres, il faudra se munir des visas requis par les pays limitrophes (en fonction du pays, France ou Espagne, par lequel la personne transite obligatoirement pour entrer en Andorre). »[33]

Sport[modifier | modifier le code]

Andorre n'a jamais remporté de médailles olympiques. Son Comité national olympique a été créé en 1971 et est reconnu par le CIO depuis 1975.

Andorre accueille certaines étapes de la Pirena (une compétition de chiens de traîneau). Andorre a aussi été de nombreuses fois le théâtre de plusieurs grands rendez-vous de la saison cycliste comme le Tour de France ou la Vuelta où ses cols comme la Collada de la Gallina sont fortement appréciés.

Codes[modifier | modifier le code]

Andorre a pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Departament d'estadística d'Andorra
  2. Avant 1999, l'Andorre utilisait le franc français et la peseta espagnole.
  3. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées cia.
  4. « Maps, Weather, and Airports for Andorra la Vella, Andorra », Fallingrain.com (consulté le 26 août 2012)
  5. « Background Note: Andorra »
  6. « Andorra – CIA – The World Factbook »
  7. «  » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-07-19, Departament d'Estadística, Govern d'Andorra. Modèle:Ca icon
  8. United Nations Member States
  9. http://www.andorramania.com/histoire-de-l-andorre.php
  10. Dictionnaire des noms de lieux – Louis Deroy et Marianne Mulon (Le Robert, 1994) (ISBN 978-2-85036-195-1)
  11. http://publicacions.iec.cat/repository/pdf/00000114%5C00000034.pdf
  12. la Police Militaire espagnole
  13. Passeurs, Fugitifs et Espions, l'Andorre dans la 2e Guerre mondiale Claude Benet, éd. Le Pas d'Oiseau, Toulouse 2010, ISBN 978-2-917971-11-6, édition originale en catalan chez Editorial Andorra, oct. 2009
  14. Constitution article 1.5
  15. Altitude de 2 409 m
  16. mais aussi le plus haut d'Europe maintenu ouvert toute l'année
  17. 15 595 m2
  18. Traité entre la République française et la Principauté d'Andorre signé à Andorre-la-Vieille le 12 septembre 2000 (annexé au projet de loi française)
  19. Loi française no 2001-590 du 6 juillet 2001 autorisant la ratification du traité entre la République française et la Principauté d'Andorre portant rectification de la frontière
  20. « Ratification d'un traité entre la France et l'Andorre à l'Assemblée nationale, 28 juin 2001 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-07-19
  21. Décret français no 2001-761 du 28 août 2001 portant publication du traité entre la République française et la Principauté d'Andorre portant rectification de la frontière, fait à Andorre-la-Vieille le 12 septembre 2000
  22. CE 8 juillet 2002, no 239366; Pascal Jan, « Sus à l'écran législatif ! », LPA, 20 février 2003, no 37, p. 20
  23. (en) « Andorra crea un IVA con un tipo general del 4,5% y uno reducido del 1% », La Vanguardia,‎ 4 juillet 2010 (lire en ligne)
  24. « http://www.impostos.ad/index.php?option=com_content&view=article&id=8&Itemid=3 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-07-19 Impost sobre la renda de les activitats econòmiques
  25. http://www.impostos.ad/index.php?option=com_content&view=article&id=7&Itemid=4 Impost sobre les societats
  26. « http://www.impostos.ad/index.php?option=com_content&view=article&id=9&Itemid=5 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-07-19 Impost sobre la renda dels no-residents fiscals a Andorra
  27. « (ca) Population totale » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Departament d'Estadística d'Andorra. Consulté le 12 août 2011
  28. OMS | Andorre
  29. nationmaster.com
  30. Cf. « Texte de la loi et traduction en français tlfq.ulaval.ca » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-07-19.
  31. « tlfq.ulaval.ca » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-07-19.
  32. (en) CIA - The World Fact Book -- Andorra
  33. http://www.routard.com/guide/andorre/1450/avant_le_depart.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Organisations internationales[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. (en) CIA World Fact Book, consulté le 1er janvier 2009.