Álvaro Mutis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Álvaro et Mutis.

Álvaro Mutis

Activités Romancier, poète
Naissance 25 août 1923
Bogota (Colombie)
Décès 22 septembre 2013 (à 90 ans)
Mexico (Mexique)
Langue d'écriture Espagnol
Distinctions Prix national des Lettres de Colombie (1974)
Prix Médicis étranger (France) (1989)
Prix Prince des Asturies (Espagne) (1997)
Prix Cervantes (Espagne) (2001)

Œuvres principales

  • Les Tribulations de Maqroll le Gabier (regroupe : La Neige de l'amiral ; Ilona vient avec la pluie ; Un bel morir ; La Dernière Escale du Tramp Steamer ; Écoute-moi, Amirbar ; Abdul Bashur, le rêveur de navires ; Le Rendez-vous de Bergen)

Álvaro Mutis Jaramillo, né le 25 août 1923 à Bogota et mort le 22 septembre 2013[1],[2] à Mexico, est un poète et romancier colombien. Il est aussi l'auteur de nouvelles et d'essais[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

La jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils de Santiago Mutis Dávila, un diplomate colombien, et de Carolina Jaramillo, Alvaro Mutis a deux ans lorsque son père obtient un poste à l'ambassade de Colombie à Bruxelles. Il passe son enfance en Belgique jusqu'à la mort de son père en 1932. Il retourne alors en Colombie, où il vit avec sa mère et son frère cadet Leopoldo dans une hacienda (domaine agricole) à Coello[3].

Après avoir abandonné tôt ses études, et s'être marié à 18 ans[4], Mutis travaille à la radio comme présentateur de journaux et anime une émission littéraire. Au cours des années 1940, il commence une carrière de rédacteur publicitaire et de responsable des relations publiques pour diverses entreprises (assurances, compagnies d'aviation [Lansa], compagnies pétrolières [Standard Oil, ou Esso], studios de cinéma [Columbia Pictures]). Cette vie de représentant de compagnies internationales transparaît dans son œuvre, notamment dans les romans où il se met en scène comme narrateur voyageant pour affaires, colloques ou visites d'exploitations pétrolières.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

En 1948, Mutis publie à un tirage confidentiel sa première œuvre poétique, La Balanza, en collaboration avec Carlos Patiño Roselli. Son amitié avec Gabriel García Márquez débute en 1950.

En 1956, il s'installe à Mexico, car des malversations financières portant sur des fonds de la Standard Oil l'obligent à quitter la Colombie. Ses relations lui ont obtenu des lettres de recommandation, l'une notamment à Sergio E. Velez. Il travaille dans la publicité et dans les milieux de la télévision, tout en nouant des relations avec les milieux littéraires de la capitale mexicaine. Arrêté par Interpol, il est incarcéré quinze mois à la prison de Lecumberri, séjour dont il tirera son premier roman, Diaro de Lecumberri (« Journal de Lecumberri »[5]), publié en 1960.

D'abord poète, Mutis, au cours des années 1970 et 1980, s'affirme comme romancier. Il développe à partir de 1985 une série de sept romans autour d'un personnage, Maqroll el Gaviero (Maqroll le Gabier)[6], aventurier toujours au bord de la misère et marin partout sur le globe, tant sur les mers que sur les fleuves et les rivières, et qui apparaît déjà dans ses poésies à partir du recueil Los elementos del desastre (Les Éléments du désastre) paru en 1953. Il crée autour de ce personnage errant d'autres protagonistes, comme la famille Bashur, des négociants libanais, dont il détaille, roman après roman, les aventures dans le monde trouble des affaires maritimes, des pavillons de complaisance et des cargaisons douteuses, avec un style contemplatif et désenchanté. Ses œuvres ont rencontré un grand succès tant en Amérique latine qu'en Europe.

Prix[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • La Balanza, Talleres Prag, Bogotá, 1948 (en collaboration avec Carlos Patiño Roselli)
  • Los elementos del desastre, Losada, Buenos Aires, 1953
    • trad. en français : Les Éléments du désastre, Grasset, 1993
  • Reseñas de los hospitales de Ultramar, supplément à la revue Mito, Bogotá, 1955
  • Los trabajos perdidos, Era, Mexico, 1965
  • Summa de Maqroll el Gaviero, Barral, Barcelone, 1973
    • trad. en français : Et comme disait Maqroll el Gaviero, trad. Eduardo Garcia Aguilar et François Maspero, Gallimard poésie, 2008
  • Caravansary, FCE, Mexico, 1981
  • Los emisarios, FCE, Mexico, 1984
  • Crónica regia y alabanza del reino, Cátedra, Madrid, 1985
  • Un homenaje y siete nocturnos, El Equilibrista, Mexico, 1986

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Diario de Lecumberri, Université de Veracruz, 1960
  • La mansión de Araucaíma, Sudamericana, 1973
  • La Nieve del Almirante, 1986
  • La verdadera historia del flautista de Hammelin, Penélope, 1982
  • Ilona llega con la lluvia, Oveja Negra, 1987
    • trad. en français : Ilona vient avec la pluie, Sylvie Messinger, Paris, 1989, puis Grasset, 1992
  • Un bel morir, Oveja Negra; Mondadori, 1989
    • trad. en français : Un bel morir, Grasset, 1991
  • La última escala del Tramp Steamer, El Equilibrista, Mexico, 1989
    • trad. en français : La Dernière Escale du Tramp Steamer, Grasset, 1992
  • La muerte del estratega, FCE, Mexico, 1990
  • El último rostro, 1990
    • trad. en français : Le Dernier Visage (nouvelles), Grasset, 1991
  • Amirbar, Norma, Siruela, 1990
    • trad. en français : Écoute-moi, Amirbar, Grasset, 1992
  • Abdul Bashur, soñador de navíos, Norma, Siruela, 1991
    • trad. en français : Abdul Bashur, rêveur de navires, Grasset, 1994
  • Tríptico de mar y tierra, Norma, 1993
    • trad. en français : Le rendez-vous de Bergen, Grasset, 1995, rééd. 2012

Essais[modifier | modifier le code]

  • Celebraciones y otros fantasmas, 1993
    • trad. en français : Souvenirs et autres fantasmes : entretiens avec Eduardo Garcia, éd. Folle Avoine, 1999
  • Contextos para Maqroll, Igitur-Cilcultura, 1997
  • De lecturas y algo del mundo, Seix Barral, 1999
  • Caminos y encuentros de Maqroll el Gaviero, Áltera, 2001

Anthologies[modifier | modifier le code]

  • Poesía y prosa, Institut colombien de la culture, 1982
  • Antología poética, sélection et notes de José Balza, Monte Avila
  • Summa de Maqroll el Gaviero, poésies 1948-1988, Visor, 1992
  • Poesía completa, Arango, 1993
  • Empresas y tribulaciones de Maqroll el Gaviero, Siruela, 1993 (2 volumes) et Editorial Santillana, 1995
    • trad. en français : Les Tribulations de Maqroll le Gabier, Grasset, 2003
  • Summa de Maqroll el Gaviero, poésie 1948-1997, Université de Salamanque-Patrimonio Nacional, 1997
  • Antología, sélection de Enrique Turpin, Plaza y Janés, 2000

Citations[modifier | modifier le code]

(Extraites de La Neige de l’amiral.)

« Au krak des chevaliers de Rhodes, dont les ruines s’élèvent sur une hauteur près de Tripoli, une tombe anonyme porte cette inscription : "Ce n’était pas ici." Il n’y a pas de jour que je ne médite ces mots. Ils sont si évidents et en même temps contiennent tout le mystère qu’il nous est donné de souffrir. »

« Apprendre, par-dessus tout, à se méfier de la mémoire. Ce que nous croyons évoquer est tout à fait étranger et différent de ce qui nous est vraiment arrivé. Combien de moments pénibles, irritants, ennuyeux, la mémoire nous renvoie-t-elle, des années plus tard, comme des instants de bonheur éclatant. La nostalgie est le mensonge grâce auquel nous nous approchons plus vite de la mort. Vivre sans souvenirs, c’est peut-être là le secret des dieux. »

« Lorsque je raconte mes transhumances, mes échecs, mes délires innocents et mes orgies secrètes, je le fais dans le seul but d’arrêter, presque en l’air, deux ou trois cris féroces, deux ou trois grognements déchirants et caverneux qui pourraient certainement mieux exprimer ce que je sens et ce que je suis. »

« Garde ce caillou poli. A l’heure de ta mort tu pourras le caresser dans la paume de ta main et mettre ainsi en fuite la présence de ces lamentables erreurs dont la somme ôte tout sens possible à ta vaine existence. »

« Suis les navires. Suis les routes que sillonnent les embarcations vieilles et tristes. Ne t’arrête pas. Évite jusqu'au plus humble des mouillages. Remonte les fleuves. Descends-les. Confonds-toi avec les pluies qui inondent les savanes. Refuse tout rivage. »

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Deux de ses romans, La mansión de Araucaíma et Ilona vient avec la pluie, ont été adaptés au cinéma par les réalisateurs colombiens Carlos Mayolo (1986) et Sergio Cabrera (1996)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir sur elmundo.es.
  2. a et b Voir le blog América Latina (VO) de Paulo A. Paranagua sur le site du Monde.
  3. a et b (fr) « Le poète Álvaro Mutis Jaramillo est décédé », sur actualitte.com,‎ 23 septembre 2013 (consulté le 2 décembre 2013)
  4. Mutis se marie en 1941 avec Mireya Durán Solano, avec qui il a trois enfants : María Cristina, Santiago et Jorge Manuel. Il se marie une deuxième fois, en 1954, avec Maria Luz Montané, dont il a une fille, Maria Teresa, et une troisième fois, en 1966, avec Carmen Miracle Feliú.
  5. Non traduit en français.
  6. a et b (fr) « Décès de l'écrivain colombien Alvaro Mutis », sur lapresse.ca,‎ 23 septembre 2013 (consulté le 2 décembre 2013)
  7. a, b, c et d (fr)« Personnes illustres et célèbres nées à Bogota. Écrivains, poètes et intellectuels »

Liens externes[modifier | modifier le code]