Orge commune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orge.

L’orge commune (Hordeum vulgare) est une céréale à paille, plante herbacée annuelle de la famille des poacées. Elle est la plus ancienne céréale cultivée.[réf. nécessaire] Bien adaptée au climat méditerranéen du fait de sa rusticité, elle constituait ainsi la principale céréale cultivée dans l'Antiquité grecque et était consommée sous forme de galette ou de bouillie (maza). L'orge pousse aussi bien sous les tropiques qu’à 4 500 m d’altitude au Tibet.

À noter que le mot « orge » s'emploie au féminin, sauf lorsque l'on parle d'orge mondé ou d'orge perlé.

L'orge est caractérisée par ses épis aux longues barbes ; c'est également l'une des plantes qualifiées d' « herbe à chat » par le langage populaire.

Variétés[modifier | modifier le code]

Parmi les variétés cultivées, on distingue :

  • les orges d’hiver, résistantes au froid environ jusqu'à −15 °C, qui peuvent avoir des épis plats à deux rangs de grains ou des épis cylindriques à six rangs de grains. Les variétés d'orge d'hiver à six rangs portent le nom d’escourgeon. Elles se sèment fin septembre - début octobre, ayant besoin d’être bien installées avant l’hiver ;
  • les orges de printemps, sensibles au gel, au cycle végétatif plus court, qui se sèment en février - mars.

Les grains arrondis et marqués d'un trait dans la longueur sont présentés « mondés » (complets) ou « perlés » (polis et raffinés).

Production[modifier | modifier le code]

En 2004, la production mondiale d’orge s'est élevée à 155 millions de tonnes pour une surface emblavée de 57 millions d’hectares, soit un rendement moyen de 27,2 quintaux/ha (source FAO). Seize pays réalisent 80 % de cette production :

Principaux pays producteurs (données de 2004)
Pays Surface Cultivée
(Mha)
Rendement
(quintaux/ha)
Production
(Mt)
Russie 9,30 19,36 18,00
Canada 4,16 31,33 13,04
Allemagne 2,24 58,00 12,97
Ukraine 4,49 24,70 11,08
France 1,63 67,65 11,00
Espagne 3,18 33,31 10,58
Turquie 3,50 25,71 9,00
Australie 3,76 20,72 7,79
États-Unis 1,63 37,38 6,10
Royaume-Uni 1,01 58,251 5,86
Danemark 0,71 52,72 3,73
Pologne 1,09 31,90 3,48
Chine 0,85 37,65 3,20
Maroc 2,31 11,95 2,76
Iran 1,60 16,88 2,70
Tchéquie 0,47 48,74 2,29
Total 41,93 N/A 123,58
Moyenne 2,62 36,01 7,72

Utilisation[modifier | modifier le code]

Orge, grains entiers
Valeur nutritionnelle moyenne
pour 100 g
Apport énergétique
Joules 1331 kJ
(Calories) (314 kcal)
Principaux composants
Glucides 63,30 g
- Amidon 61,59 g
- Sucres 1,71 g
- Fibres alimentaires 9,80 g
Protéines 11,20 g
Lipides 2,10 g
- Saturés 530 mg
- Oméga-3 110 mg
- Oméga-6 1150 mg
- Oméga-9 230 mg
Eau 12,20 g
Cendres totales 2,25 g
Minéraux & Oligo-éléments
Bore 0,458 mg
Calcium 38 mg
Chlore 23 mg
Chrome 0,013 mg
Cobalt 0,0068 mg
Cuivre 0,427 mg
Fer 2,8 mg
Fluor 0,120 mg
Iode 0,0074 mg
Magnésium 114 mg
Manganèse 1,4 mg
Nickel 0,027 mg
Phosphore 342 mg
Potassium 444 mg
Sélénium 0,0070 mg
Sodium 18 mg
Zinc 2,8 mg
Vitamines
Provitamine A 0,0010 mg
Vitamine B1 0,430 mg
Vitamine B2 0,180 mg
Vitamine B3 (ou PP) 4,8 mg
Vitamine B5 0,680 mg
Vitamine B6 0,560 mg
Vitamine B9 0,065 mg
Vitamine E 0,674 mg
Acides aminés
Acide aspartique 719 mg
Acide glutamique 3031 mg
Alanine 548 mg
Arginine 535 mg
Cystine 176 mg
Glycine 532 mg
Histidine 229 mg
Isoleucine 449 mg
Leucine 795 mg
Lysine 390 mg
Méthionine 243 mg
Phénylalanine 602 mg
Proline 1392 mg
Sérine 488 mg
Thréonine 405 mg
Tryptophane 150 mg
Tyrosine 341 mg
Valine 597 mg
Acides gras
Acide myristique 40 mg
Acide palmitique 450 mg
Acide stéarique 40 mg
Acide palmitoléique 20 mg
Acide oléique 230 mg
Acide linoléique 1150 mg
Acide alpha-linolénique 110 mg

Source : Souci, Fachmann, Kraut : La composition des aliments. Tableaux des valeurs nutritives, 7e édition, 2008, MedPharm Scientific Publishers / Taylor & Francis, ISBN 978-3-8047-5038-8

L’orge est réputée pour favoriser une bonne digestion et pour son apport en fibres, vitamines du groupe B, sélénium, phosphore, fer, zinc, cuivre et magnésium. Elle contient huit acides aminés essentiels et a une action favorable sur le taux de sucre dans le sang, le cholestérol et la flore intestinale[1].

L’orge, céréale secondaire, est une importante ressource énergétique en alimentation animale (orge de mouture) mais pauvre en protéines et demande à être complétée.

La bière est produite à partir de grains d'orge
Verre de café d'orge

En alimentation humaine, son principal débouché est la brasserie. L’orge, après avoir subi l'opération de maltage donne le malt, dont le produit de fermentation est la bière. Les malteurs sont exigeants en termes de calibrage et de teneur en protéines. L'orge de qualité optimale doit avoir une humidité inférieure à 14,5 %, un taux de protéines compris entre 9,5 % et 11,5 %, une énergie germinative supérieure à 95 %, ainsi qu'un calibrage (grains dont la taille est supérieure à 2,5 mm) supérieur à 90 %. Ce sont les variétés de printemps qui ont leurs préférences.

Le sirop d'orge malté, un concentré édulcorant, est produit à partir des grains d'orge malté.

Orge perlé - orge mondé  : sous forme de grains, on retrouve notamment l’orge mondé, dont la première enveloppe extérieure a été retirée, mais qui conserve le son et le germe. On retrouve aussi l’orge perlé, dont les grains ont subi de multiples abrasions (on l’a poli pour lui donner l’apparence d’une perle), et perdu le germe ainsi qu’une plus grande couche extérieure, et avec lequel on peut faire des farines. L’orge mondé est plus nutritif, car il a conservé la plus grande partie de ses nutriments.

L'orge perlé peut être utilisé en salades composées, avec des légumes, ou ajouté dans les potages.

Dans l'Antiquité, l'orge était l'aliment de base des Grecs qui la consommaient sous la forme d'une galette appelée maza. Celle-ci se confectionnait chez soi et se mangeait en tous lieux. Thucydide (III, 49) évoque ainsi les marins d'Athènes à Mytilène qui s'en nourrissent « sans quitter le banc des rameurs ».

Les Tibétains ont fait de la farine d'orge grillée, appelée tsampa, leur aliment traditionnel de base[2].

En Afrique du Nord, on fabrique de la semoule d'orge.

L'orge est également l'une des plantes qualifiées d' « herbe à chat » par le langage populaire, en raison de l'attirance qu'ont les chats pour ses jeunes pousses. Ce sont le plus souvent d'ailleurs des grains d'orge germés ou non (et souvent mélangés avec des graine de sorgho) qui sont vendus sous le nom d'herbe à chat[3], en profitant parfois d'une confusion avec les véritables herbes-aux-chats.

La jaunisse nanisante de l'orge[modifier | modifier le code]

La jaunisse nanisante de l'orge (JNO) est une maladie due à un virus transmis par les pucerons d'automne (Rhopalosiphum padi). C’est au cours du prélèvement de la sève sur une plante contaminée par des virus que les pucerons acquièrent eux-mêmes les virus, ensuite ils contamineront d'autres plants d'orge lors de leur prise de nourriture.

Le premier symptôme de la jaunisse est le rabougrissement du plant accompagné de la coloration jaune, rouge ou violacée de la pointe des feuilles. Les plants infectés par ce virus se trouvent par plaques de 1-2 m de diamètre, mais peuvent aussi être distribuées uniformément à la grandeur du champ si les pucerons y pullulent partout. Les pertes de rendement sont étroitement liées au stade de la culture où se produit l'infection. En général, les pertes sont plus importantes lorsque l'infection se propage aux jeunes plantules à l'automne (> 30 %) plutôt qu'au printemps.

Malheureusement lorsque les symptômes de jaunissement ou de rougissement apparaissent, il est trop tard pour agir. Le virus de la JNO se multiplie dans le phloème. La présence du virus dans la plante empêche la migration correcte des substances élaborées, ce qui explique un système racinaire moins développé, des grains petits, ridés et de mauvaise qualité. Cependant, les grains d’un champ virosé ne transmettent pas la jaunisse, car il n’y a pas passage du virus dans les grains.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain, l'Orge était le nom attribué au 29e jour du mois de vendémiaire[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Liu F, Sun GL, Salomon B, von Bothmer R (2002) Characterization of genetic diversity in core collection accessions of wild barley, Hordeum vulgare ssp. spontaneum . Hereditas 136:67–73
  • Lund B, Ortiz R, Skovgaard IM, Waugh RW, Anderson SB (2003) Analysis of potential duplicates in barley gene bank collections using re-sampling of microsatellite data. Theor Appl Genet 106:1129–1138
  • Matus IA, Hayes PM (2002) Genetic diversity in three groups of barley germplasm assessed by simple sequence repeats. Genome 45:1095–1106
  • Russel JR, Ellis RP, Thomas WTB, Waugh R, Provan J, Booth A, Fuller J, Lawrence P, Young G, Powell W (2000) A retrospective analysis of spring barley germplasm development from ‘foundation genotypes’ to currently successful cultivars. Mol Breed 6:553–568