Barranquilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barranquilla (homonymie).
Barranquilla
Vue aérienne de Barranquilla
Vue aérienne de Barranquilla
Blason de Barranquilla
Blason
Drapeau
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Département Flag of Atlántico.svg Atlántico
Alcalde Elsa Noguera (CR)
Code DANE 08001
Démographie
Gentilé Barranquillero
Population 1 112 889 hab. (2005[1])
Densité 6 704 hab./km2
Géographie
Coordonnées 10° 57′ 46″ N 74° 48′ 11″ O / 10.962778, -74.803056 ()10° 57′ 46″ Nord 74° 48′ 11″ Ouest / 10.962778, -74.803056 ()  
Superficie 16 600 ha = 166 km2
Localisation
Carte de Barranquilla
Carte de Barranquilla

Géolocalisation sur la carte : Atlántico (relief)

Voir sur la carte Atlántico topographique
City locator 14.svg
Barranquilla

Géolocalisation sur la carte : Colombie (relief)

Voir sur la carte Colombie topographique
City locator 14.svg
Barranquilla
Liens
Site web http://www.barranquilla.gov.co

Barranquilla est une ville du nord de la Colombie et la capitale du département d'Atlántico. Elle se situe sur la rive occidentale du río Magdalena, le fleuve le plus important de Colombie, à 7,5 km de son embouchure sur la mer des Caraïbes, ou mer des Antilles, dépendance de l'océan Atlantique.

Barranquilla possède l'un des ports fluviaux et maritimes les plus importants et actifs de Colombie. Centre administratif, industriel, commercial, culturel et universitaire de la région caribéenne de Colombie, c'est une cité moderne et prospère, dotée de gratte-ciel, de musées et de sites attractifs[2]. Sa population est de 1 206 946 habitants (2011), ce qui en fait la quatrième ville la plus peuplée de Colombie, après Bogota, Medellín et Cali. L'aire métropolitaine de Barranquilla, dont la ville est le cœur, constituée principalement par les municipalités de Soledad, Galapa, Malambo et Puerto Colombia, compte 1 885 500 habitants (2011).

La fondation de Barranquilla remonte à la fin de la deuxième décennie du XVIIe siècle lorsque les secteurs voisins du fleuve Magdalena commencèrent à se peupler grâce aux faveurs octroyées par la Couronne espagnole. Pendant la guerre d'indépendance, Barranquilla se distingua par le soutien de ses habitants à la cause libertaire, ce qui lui valut d'être désignée comme ville en 1813.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Barranquilla fait référence aux barrancas, ravines présentes dans le secteur adjacent au río Magdalena où se situent les premières fondations de la ville. Le suffixe -illa serait une altération d'origine aragonaise.

Le site connut plusieurs appellations avant que son nom définitif soit adopté. Il s'appela Camacho ou Camach, du nom des Indiens Kamash présents à l'arrivée des Espagnols, Sabanitas de Camacho, San Nicolás de la Barranquilla, Barrancas de Camacho, Barrancas de San Nicolás, Barranquilla de Camacho et Barranquilla de San Nicolás.

Surnoms[modifier | modifier le code]

La ville a plusieurs surnoms : La Puerta de Oro de Colombia (la Porte d'or de Colombie)[3] , [2] car, historiquement, Barranquilla est l'un des ports les plus importants de Colombie, mais encore parce que la ville favorisa l'entrée dans le pays de progrès tels que l'aviation, le téléphone (les premiers téléphones furent installés à Barranquilla le )[4] et aussi de sports comme le football et le baseball[5]. D'autres noms lui furent donnés : la Arenosa (la Sablonneuse) à cause des sables fins du fleuve soulevés par la brise en hiver, et Curramba la bella, pour sa musique[6].

Elle est également appelée familièrement "Quilla" par ses habitants, les Barranquilleros, nommés parfois les Curramberos.

Symboles[modifier | modifier le code]

Drapeau[modifier | modifier le code]

Le drapeau de Barranquilla

En 1811, les patriotes, qui gagnèrent l'indépendance de Carthagène des Indes, adoptèrent le drapeau actuel de la ville de Barranquilla[7],[8]. Il est composé de trois rectangles : un de couleur rouge, le plus à l'extérieur, où s'insèrent un rectangle jaune ainsi qu'un vert, au centre. Le rouge symbolise le sang des patriotes, le jaune le soleil de l'espoir et de la liberté, le vert symbolise une maison imposante. Au centre du drapeau se trouve une étoile à huit branches d'argent symbolisant les huit provinces de la confédération[7],[8].

En 1812, le drapeau de Barranquilla fut porté par Simón Bolívar durant la campagne du Magdalena. En 1910, ce drapeau devint officiellement celui de Barranquilla[7],[8]. En 1914, le congrès de Tunja le choisit en tant qu'emblème officiel des Provinces-Unies de Nouvelle-Grenade.

Blason[modifier | modifier le code]

Le blason de Barranquilla

Le sceau de la ville a été mentionné pour la première fois dans un décret de Manuel Rodríguez Torices qui accordait à Barranquilla, en 1813, son statut officiel de ville dans le but d'honorer les patriotes ayant gagné l'indépendance de Carthagène des Indes contre Santa Marta[8].

Hymne[modifier | modifier le code]

Les paroles et la mélodie de l'hymne de Barranquilla ont été choisies par la Sociedad de Mejoras Públicas. L'hymne a été officialisé par le conseil municipal le . Les paroles ont été écrites par le poète Amira de la Rosa et la musique provient du Panama ; elle a été composée par Rafael Simón Urbina (es)[8], homme politique vénézuélien qui, lors d'un exil, résida à Barranquilla.

Autres symboles[modifier | modifier le code]

La Tabebuia rosea et l'hibiscus Rose de Chine sont deux espèces de fleurs utilisées comme symboles de Barranquilla[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque du site des premières habitations de Barranquilla
Port de Barranquilla
Article détaillé : Histoire de Barranquilla.

Barranquilla, contrairement à d'autres villes colombiennes, ne fut pas fondée pendant la période coloniale. Sa fondation date de 1629 et elle fut déclarée ville le par le gouverneur de l'État libre de Carthagène des Indes, Manuel Rodríguez Torices.

L'histoire de Barranquilla est étroitement liée au commerce et au transport sur le fleuve Magdalena. Dès la fin du XVIIIe siècle, le site de San Nicolás de la Barranquilla acquit de l'importance en tant que port fluvial car, grâce à sa situation géographique, il prit une part élevée du volume du commerce au détriment de ports plus petits[9].

Le début du XIXe siècle apporta quelques virevoltes dans la situation historique de la ville : en avril 1905, lors de la création du département d'Atlántico, Barranquilla en devint la capitale. En 1908, le département d'Atlántico fut supprimé et remplacé par le département de Barranquilla. Deux ans plus tard, le département d'Atlántico étant recréé, Barranquilla en redevint la capitale[10].

La seconde moitié du XIXe siècle vit croître l'importance de la ville lorsque débuta la navigation des bateaux à vapeur sur le río Magdalena. La navigation devint alors la principale forme de transport en Colombie. Jusqu'au début du XXe siècle, l'importance des villes situées sur les côtes maritimes ou possédant un port fluvial s'accrut. Les centres urbains restèrent isolés des échanges nationaux et durent attendre la construction des chemins de fer, des routes et des aéroports.

Barranquilla, devenue l'un des principaux ports de Colombie, vit se construire, à la fin du XIXe siècle, le môle de Puerto Colombia.

Dans les années 1930, d'importantes infrastructures furent mises en œuvre dans les principaux centres urbains de la Colombie. Le dragage de l'embouchure du fleuve Magdalena eut lieu. En 1936, le terminal maritime fut construit. Barranquilla reçut le surnom de "la Porte d'or de Colombie" en tant que premier port du pays.

Le , le Congrès de la République de Colombie déclara, par l'acte législatif no 01, Barranquilla district spécial, industriel et portuaire.

Mais l'histoire de Barranquilla n'est peut-être pas intégralement connue car ses archives ont disparu, au début du XIXe siècle, lors de l'incendie provoqué par les Espagnols voulant "aider" le pacificateur Pablo Morillo[11].

Géographie[modifier | modifier le code]

Delta du río Magdalena
Vue satellitaire de Barranquilla

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La ville est située au nord-est du département de l'Atlántico, sur la rive ouest du fleuve Magdalena, à 7,5 km de son embouchure sur la mer des Caraïbes[5].

Aire métropolitaine[modifier | modifier le code]

L'aire métropolitaine de Barranquilla comprend, outre cette ville qui en est le noyau :

  • au nord-ouest de Barranquilla : Puerto Colombia (superficie : 93 km²),
  • au sud-est : Soledad (67 km²),
  • au sud-ouest : Galapa (98 km²),
  • au sud de Soledad et au sud-est de Galapa : Malambo 108 km²).

Barranquilla est bordée au nord par la mer des Caraïbes. À l'est se trouve le département de Magdalena et au sud de Puerto Colombia se situe Tubará[5].

Altitude[modifier | modifier le code]

L'agglomération est construite sur un plan légèrement incliné dont les hauteurs extrêmes sont de 4 m à l'est et de 98 m à l'ouest au-dessus du niveau de la mer[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Naissances, décès et espérance de vie[modifier | modifier le code]

En 2007, il y a eu 29 900 naissances à Barranquilla, ce qui représente une baisse par rapport à 2006 (32 108 naissances). Le nombre de morts dans la ville s'élève à 4 310 en 2007, et à 5 938 en 2006.

L'espérance de vie à Barranquilla est de 72,07 ans pour les hommes, et 77,71 ans pour les femmes (la moyenne du pays étant de 74,0 ans tous sexes confondus)[12].

La mortalité infantile à Barranquilla est de 17,7 ‰, ce qui est largement en dessous de la moyenne nationale (26 ‰). Les objectifs du gouvernement sont de faire baisser la mortalité à 15 ‰ pour les enfants de moins de deux ans, et de passer de 20,7 à 18 ‰ pour les enfants de moins de 15 ans.

Climat[modifier | modifier le code]

Barranquilla, dont tout le territoire est traversé par des alizés rafraîchissant le climat tropical qui règne aux environs du río Magdalena ainsi qu'à son embouchure, jouit d'un climat agréable durant une bonne partie de l'année[2]. Les saisons des pluies se répartissent de mai à juin et d'août à novembre[5].

La température varie entre 27 et 30 °C[2].

Relevé météorologique de Barranquilla
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 24,3 24,7 24,1 24,6 24,8 24,8 24,6 24,5 24,2 23,9 24,1 23,8 24,2
Température maximale moyenne (°C) 31,4 31,7 32,2 32,9 33,3 33,1 32,8 33,1 32,6 32,2 32,1 32,6 32,4
Record de froid (°C) 18 20,6 19,4 20,5 20,6 20,8 19,4 21 20,4 20,8 19,8 20,4 18
Record de chaleur (°C) 35,8 37,6 37,8 38,4 39 39 39,2 39 38 37,7 38,4 37,2 39,2
Ensoleillement (h) 282 245,9 240,7 204,6 183,5 194,2 213,3 203,8 164,4 165,6 189,9 255 2 542,9
Précipitations (mm) 6 0,3 1,4 25,4 115 79,8 73,8 110 150,3 162,6 68,9 20,9 814,4
Nombre de jours avec précipitations 1 1 1 3 8 9 6 9 12 15 8 2 75
Humidité relative (%) 78 77 77 78 80 80 80 81 82 84 82 79 80
Source : (es) Cartas Climatólogicas - Medias Mensuales: Aeropuerto Ernesto Cortissoz (Soledad - Atlántico), Instituto de Hidrologia Meteorologia y Estudios Ambientales.
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
31.4
24.3
6.0
 
 
 
31.7
24.7
0.3
 
 
 
32.2
24.1
1.4
 
 
 
32.9
24.6
25.4
 
 
 
33.3
24.8
115.0
 
 
 
33.1
24.8
79.8
 
 
 
32.8
24.6
73.8
 
 
 
33.1
24.5
110.0
 
 
 
32.6
24.2
150.3
 
 
 
32.2
23.9
162.6
 
 
 
32.1
24.1
68.9
 
 
 
32.6
23.8
20.9
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Flore[modifier | modifier le code]

Selon l'institut géographique Agustín Codazzi, Barranquilla a une végétation tropicale ; parmi les plantes, arbustes et arbres les plus communs que l'on peut voir dans la ville, dans ses espaces verts et ses alentours, figurent : Cacti, Opuntia elatior, Acanthocereus, Prosopis juliflora, Divi-divi, Tabebuia rosea (en), Cordia alba, Leucaena leucocephala et des variétés d'acacia comme le Flamboyant. Dans les environs de Barranquilla existent également des marais à mangroves avec leurs formations végétales impénétrables.

Dans les zones humides et fertiles, alimentées par la rivière Magdalena, l'on peut trouver des espèces comme Eichhornia azurea, Typha angustifolia, Heliconia, Eichhornia crassipes, Bactris minor, Anacardium excelsum, Ficus radula, et Lecythis minor.

Dans l'aire urbaine, on rencontre des espèces comme Gliricidia sepium, Cassia nodosa, Bursera simaruba, Terminalia catappa, Casuarina equisetifolia, et des variétés de Ceiba comme Ceiba pentandra, Hura crepitans et Bombax septenatum, Ficus elastica, Ochroma pyramidale, Erythroxylum cartagenensis, Licania tomentosa, Ficus religiosa, Ficus benghalensis, Spathodea campanulata, Enterolobium cyclocarpum, Samanea saman, Capparis odoratissima, Tabebuia coralibe, Gmelina arborea, Ficus nitida, Cordia sebestena (en), Tabebuia chrysantha, Pithecellobium lanceolatum, Kigelia pinnata, Swietenia macrophylla (en), Thespesia populnea, Sterculia apetala (en), Calophyllum mariae, Platymiscium pinnatum, Cordia bidentata, Cocos nucifera, Ficus benjamina, Guazuma ulmifolia (en), Albizia guachapele, Erythrina variegata (en), Crescentia cujete, Cassia fistula, Zyzygium cuminil, Azadirachta indica, Sapindus saponaria ainsi que des variétés de palmiers comme Roystonea regia et Phoenix roebelenii.

Il y a également des arbres fruitiers à Barranquilla, comme Mangifera indica, Manilkara zapota, Melicoccus bijugatus, Psidium littorale, Coccoloba uvifera, Zizyphus vulgaris, Annona squamosa, Tamarindus indica, Spondias purpurea, Anacardium occidentale, Guanábana, Citrus xlimon et Swingla ornata.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Subdivisions politico-administratives[modifier | modifier le code]

Carte des arrondissements Plan
Localidades de Barranquilla.png Barranquilla rural urbana.png
Arrondissements :
1. Riomar 2. Norte-Centro Histórico 3. Sur Occidente 4. Metropolitana 5. Sur Oriente.
Corregimientos:
1. La Playa (Eduardo Santos) 2. Juan Mina.

Entre la fin du XVIIe siècle et le milieu du XIXe siècle le développement de Barranquilla fut progressif. Aux quartiers originels correspond l'actuel centre historique où s'est constitué le centre commercial.

L'Acte législatif no 1 de 1993 déclare que Las Flores, le village de La Playa et Bocas de Ceniza (es) ainsi que le village de Juan Mina (es) font partie de Barranquilla.

En 2002, la ville de Barranquilla est politiquement et administrativement divisée en cinq arrondissements : Riomar, Norte-Centro Histórico (en français : Centre-Nord historique), Sur Occidente (Sud-Ouest), Metropolitana et Sur Oriente (Sud-Est)[13]. Chaque arrondissement est cogéré par le maire général et les maires locaux (ces derniers sont nommés par le maire général). Les décisions locales sont régulées par l'Administration Locale.

Ces arrondissements sont divisés en quartiers (en espagnol : barrios). Barranquilla en regroupe au total 188 et environ 7 611 « blocks » (sous-divisions du quartier)[14].

Aire urbaine[modifier | modifier le code]

Municipalité Aire
km²
Population
(hab)
Densité
(hab/km²)
Altitude
m
Distance à
Barranquilla (km)
Carte
Barranquilla 154 1.148.506 7.458 4 0
border      Aire urbaine     Aire métropolitaine de Barranquilla
Soledad 67 503.477 7.514,58 5 3
Malambo 108 105.957 981,08 10 12
Puerto Colombia 93 28.565 307,15 5 13
Galapa 98 35.012 357,26 83 8
Total 520 1.821.517 3.502,91
Recensement 2005[15],[16],[17],[18]

Institutions publiques[modifier | modifier le code]

À Barranquilla se trouvent plusieurs sièges d'institutions ayant pour objectif de développer des programmes stratégiques sous les ordres de l'État. À part la Cour judiciaire supérieure de Barranquilla, se situent dans la ville le Ministère de la sécurité administrative, le Service national d'Entraînement, le Registre civil, la Police nationale, l'armée, l'Intendance des services publics, el Instituto de Seguros Sociales (ISS), el Instituto Colombiano de Bienestar Familiar, le Bureau national des Statistiques, la Chambre de commerce, la Banque de la République de Colombie (Banco de la República), la Force aérienne colombienne, ainsi que le Conseil suprême juridique.

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Les principaux secteurs d'activités de Barranquilla comprennent les transports, les services, les commerces ainsi que les productions industrielles, métallurgiques, chimiques, alimentaires et vestimentaires. La capitale du département d'Atlántico possède des parcs industriels modernes, lieux stratégiques pour le développement du commerce international[5].

Éducation[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de l'Université du Nord à Barranquilla

Barranquilla compte des universités publiques :

ainsi que des universités privées :

parmi les plus importantes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Barranquilla

Les rues de Barranquilla sont toutes numérotées : les carreras, qui sont les rues dans l'axe nord-sud, le sont par ordre croissant d'ouest en est, soit croissant en direction du fleuve. Les calles sont numérotées par ordre croissant du sud vers le nord. Certaines rues (carreras ou calles) portent le même numéro et, pour les différencier, ce numéro est suivi d'une lettre. Il existe donc les Carrera 51, Carrera 51B, Carrera 51C, etc. (La Carrera 51A pourrait exister, mais ce n'est pas le cas).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Les transports en commun sont gérés par une quinzaine de compagnies de bus.

En 2001, l'administration du district commença à développer Transmetro, réseau métropolitain de transport public fonctionnant avec un système de bus articulés[21]. Deux lignes traversent la ville[22].

Aéroport[modifier | modifier le code]

À Barranquilla se trouve l'aéroport international Ernesto Cortissoz (code AITA : BAQ) du nom du pionnier de l'aviation commerciale en Colombie et en Amérique latine, Ernesto Cortissoz (es) (Barranquilla 1884 - 1924)[23].

Architecture[modifier | modifier le code]

Maison de l'époque républicaine (style néoclassique), quartier El Prado

L'histoire de l'architecture de Barranquilla commence principalement au XXe siècle. On ne trouve pas d'immeubles de l'époque coloniale ni des premières décennies de la nation indépendante et en formation, mais la profusion de styles nés dès la fin du XIXe siècle donne à la ville une ambiance cosmopolite et sui generis en Colombie. Cette splendeur architecturale, référence obligée pour les studieux de l'architecture en Colombie, répond à la condition de ville portuaire et point d'entrée dans le pays, pendant une grande partie des XIXe et XXe siècles, du progrès et des immigrants d'Amérique du Nord, Europe, Asie et du Moyen-Orient, dont beaucoup se sont installés à Barranquilla et ont importé les styles architectoniques que l'on peut apprécier dans la ville.

Culture[modifier | modifier le code]

Faculté des Beaux-Arts de l'Université de l'Atlantique.

Les Barranquilleros, jusqu'aux années 1940, avaient peu d'accès à la vie culturelle dans cette cité industrielle et commerciale. Puis des rencontres littéraires et artistiques, se tenant parfois dans la salle d'un café ou d'un restaurant, virent le jour. Ces réunions culturelles, fréquentées par des personnalités telles que l'écrivain Gabriel García Márquez, le journaliste, écrivain et réalisateur Álvaro Cepeda Samudio et le peintre Alejandro Obregón, attiraient particulièrement les intellectuels de la ville[11]. Le groupe de Barranquilla était né. Il fut fondé en 1940 par José Félix Fuenmayor[23], écrivain, poète, journaliste et homme politique, né et mort à Barranquilla (1885 - 1966) et Ramon Vinyes, écrivain espagnol (1882 - 1952).

En 1957 fut créé le "Concert du Mois" (espagnol : Concierto del Mes), espace pour la diffusion de la musique classique.

Barranquilla est désormais le foyer de nombreux évènements culturels tels que des expositions d'art, des ateliers de littérature, des journées de poésie, des conférences sur des thèmes philosophiques, des danses, des concerts, comme le "Festival des Orchestres", dans le cadre du Carnaval, et du Barranquijazz (es), festival de jazz qui se déroule dans la ville, au mois de septembre, depuis 1997[24].

La culture est promue par l'Institut de culture et de tourisme du district de Barranquilla, sous l'égide de l'alcaldía (français : mairie). Participent à la promotion de la culture : le centre culturel Cayena de l'Université du Nord, la Faculté des Beaux-Arts de l'Université de l'Atlantique, le centre culturel de Comfamiliar, la Fondation du Carnaval de Barranquilla, la Banque de la République de Colombie, l'Alliance franco-colombienne, ainsi que les universités, collèges et associations culturelles de la ville[25].

Carnaval de Barranquilla[modifier | modifier le code]

Le Carnaval de Barranquilla est la fête culturelle et folklorique la plus importante de la ville et de toute la Colombie[5]. C'est le troisième carnaval au niveau mondial après ceux de Rio de Janeiro et Venise[22]. Il a lieu pendant les premières journées du mois de février et dure cinq jours et quatre nuits[22]. Toute la cité participe à la préparation des festivités[11].

Le Carnaval de Barranquilla a été proclamé, en 2003, chef-d'œuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité, puis inscrit, en 2008, au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO. Depuis sa consécration, le Carnaval de Barranquilla s'est doté du slogan : « Quien lo vive es quien lo goza » (français : Celui qui le vit est celui qui en jouit)[22].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Ragoût de pigeon accompagné de viande salée et de riz

Barranquilla a une gastronomie très variée, venant des quatre coins du monde. Des restaurants créoles, libanais (à cause de l'immigration de Palestiniens en Colombie), chinois, japonais, brésiliens, péruviens, italiens, thaïs et espagnols présentent toute la variété de leurs cartes et menus.

Le plat typique de la région de Barranquilla est le pain blanc, généralement servi avec des morceaux de manioc. Le ragoût de pois et de pigeon est également très prisé dans la région. Ce plat peut s'accompagner de viande salée, porc, bœuf, poulet, saucisse, de fromage, de riz, de l'arepa. La carimañola (es) ou caribañola, viande frite hachée mélangée à de la pâte de manioc, est un plat typique de la côte caraïbe colombienne. Les boissons les plus appréciées à Barranquilla sont le raspao, l'eau sucrée et la sapote[26],[27].

Sports[modifier | modifier le code]

Les activités sportives sont régies et promues au niveau gouvernemental par le Secrétariat des loisirs et des sports de Baranquilla district spécial[5].

Depuis le début du XXe siècle, les sports les plus pratiqués sont le football, le baseball et la boxe. Diverses autres disciplines sportives attirent les Barranquilleros telles que le basket-ball, l'athlétisme, la natation, l'haltérophilie, le cyclisme, le tennis, le surf, le patinage, le tir, le parapente, ainsi que des arts martiaux : le karaté et le taekwondo.

Football[modifier | modifier le code]

Barranquilla a accueilli l'Équipe de Colombie de football durant les éliminatoires des coupes du monde d'Italie (1990), des États-Unis (1994), de France (1998) et d'Allemagne (2006).

Baseball[modifier | modifier le code]

Les Caimanes de Barranquilla évoluent en championnat de Colombie de baseball, la principale compétition de baseball en Colombie. Les Caimanes disputent leurs matches à domicile dans le stade Tomás Arrieta de Barranquilla.

Stades et infrastructures sportives[modifier | modifier le code]

Le stade Tomás Arrieta, lors d'un match de baseball

La ville a développé et construit beaucoup de bâtiments dédiés aux sports, dans le but d'accueillir des évènements sportifs d'envergure nationale et internationale.

Le stade Metropolitano Roberto Meléndez a été ouvert le 11 mai 1986 et a une capacité de 49 612 spectateurs. Il comprend un terrain de football et une piste d'athlétisme consacrée à la course de fond. C'était le stade domicile de l'équipe nationale colombienne de football durant les qualifications de la Coupe du monde 1990, 1994, 1998 et 2006.

Le stade Romelio Martínez a été construit en 1935 pour l'équipe nationale olympique et a une capacité de 20 000 places.

Le stade Tomás Arrieta a été construit en 1946 pour les Jeux caribéens ; s'y jouent les matches de la Ligue majeure de baseball. Sa capacité est de 8 000 places.

Le stade Baloncesto Elías Chegwin a été ouvert en 1992 ; sa capacité est de 4 000 places. Le Vélodrome Rafael Vásquez a été ouvert la même année pour les Jeux nationaux.

Barranquilla a également une piscine olympique (qui est une réplique de celle de Berlin), une rampe de skateboard, un terrain de hockey sur glace, des courts de tennis, une piste de BMX, ainsi qu'un bowling réservé aux professionnels.

Médias[modifier | modifier le code]

Tour de télécommunication

Télévision[modifier | modifier le code]

Depuis 1986, la région Caraïbe de la Colombie reçoit la chaîne de télévision locale Telecaribe (es), dont le siège social se trouve à Barranquilla[28]. La ville diffuse d'autres chaînes locales comme TB3 ou Channel 23, ainsi que cinq chaînes nationales : RCN Televisión, Caracol TV, Canal Uno, Señal Colombia et Señal Institucional. La chaîne privée Canal Universitario Nacional Jerusalem TV est également retransmise de Barranquilla.

Radio[modifier | modifier le code]

Barranquilla diffuse des stations AM et FM locales et nationales, musicales ou d'information. La plus écoutée dans la ville est Radio Libertad[29] , [30].

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Les deux journaux les plus lus à Barranquilla sont El Heraldo et La Libertad[31] , [32]. D'autres quotidiens colombiens y sont diffusés, comme El Tiempo, rédigé à Bogota[33].

Monuments nationaux[modifier | modifier le code]

Centre historique de Barranquilla.
Théâtre Amira de la Rosa.

Au , dix-sept monuments nationaux étaient recensés à Barranquilla[34], dont :

Musées et lieux attractifs[modifier | modifier le code]

Sites environnants[modifier | modifier le code]

Bocas de Ceniza

La ville est entourée de sites attractifs[5] :

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Personnalités natives de Barranquilla[modifier | modifier le code]

Gabriel Silva Luján, homme politique
Ernesto McCausland, journaliste, écrivain et réalisateur

Barranquilla est le berceau de personnages éminents de la vie culturelle, artistique, sportive et politique[5]. En voici une liste non exhaustive :

Autres personnalités liées à Barranquilla[modifier | modifier le code]

Archevêché[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Barranquilla est jumelée avec les villes suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Barranquilla » (voir la liste des auteurs)

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Historia de Barranquilla » (voir la liste des auteurs)

  1. (es) Censo 2005 — Barranquilla[PDF], DANE
  2. a, b, c, d et e (fr) « Atlántico, Colombie - Amérique du Sud » (consulté le 19 septembre 2013)
  3. a et b (es) Gabriel Molano Rojas, « Barranquilla, la puerta de oro de Colombia » (consulté le 15 septembre 2013)
  4. (es) « Telefono » (consulté le 21 septembre 2013)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (es) « Barranquilla Ciudad Sostenible (P.O.T.) », sur Alcaldía de Barranquilla, Distrito Especial, Industrial y Portuario,‎ 27 septembre 2010 (consulté le 18 septembre 2013)
  6. (es) Carlos Alberto Suárez, Bernardo Rengifo, Ania Martí et Verónica Cárdenas, Colombia Andina, Editorial Norma,‎ 2002, 248 p. (ISBN 9580468060, lire en ligne), p. 60
  7. a, b et c (es) [http://www.alcaldiabarranquilla.gov.co/barranquilla_simbolos.asp Conoce a Barranquilla. Símbolos
  8. a, b, c, d, e et f (es) Símbolos patrios. Concejo Distrital de Barranquilla
  9. (es) Luis Eduardo Cruz, « Comercio, transporte y sociedad en Barranquilla, en la primera mitad del siglo XIX », sur Biblioteca Luis Ángel Arango,‎ 1989 (consulté le 21 septembre 2013)
  10. (es) « Gobernación del Atlántico. Historia », sur www.atlantico.gov.co
  11. a, b et c (fr) Simon Couteau et Nelson Martinez, La Colombie, Jean-Paul Gisserot,‎ 2000 (ISBN 2877475166, lire en ligne), p. 68
  12. (es) Estado actual de salud – Barranquilla – Atlántico. [PDF] Centro de Estudios e Investigación en Salud. Fundación Santa Fe de Bogotá
  13. (es) Acuerdo No. 006 del 10 de agosto de 2006. Concejo Distrital de Barranquilla
  14. (es) Plan de Salud Territorial del distrito de Barranquilla 2008–2011, Alcaldía de Barranquilla. Secretaría de Salud Pública Distrital.
  15. « Información general », Alcaldía de Galapa (consulté le April 20, 2011)
  16. « Información general », Alcaldía de Malambo (consulté le 20 avril 2011)
  17. « Información general », Alcaldía de Puerto Colombia (consulté le April 20, 2011)
  18. « Información general », Alcaldía de Soledad (consulté le 20 avril 2011)
  19. (es) « Universidad Simón Bolívar, Barranquilla - Colombia » (consulté le 15 septembre 2013)
  20. (es) « Universidad San Martin en Barranquilla, Atlántico » (consulté le 15 septembre 2013)
  21. (es) « Transmetro. Te une a Barranquilla » (consulté le 21 septembre 2013)
  22. a, b, c et d (fr) Jean-Paul Labourdette, « Colombie », Petit Futé,‎ 2011 (ISBN 27469552882, consulté le 24 septembre 2013), p. 285
  23. a et b (es) « Ernesto Cortissoz. Economy, Colombia », sur EnCaribe Enciclopedia de historia y cultura del Caribe (consulté le 15 septembre 2013)
  24. (es) « Barranquijazz Festival. El Festival de Jazz más importante de Colombia y el Caribe », sur Barranquijazz
  25. (es) « Repúblicade Colombia, Barranquilla D.E.I.P. », sur idc.gov.co
  26. (es) Crisina Galván, La cocina criolla. Recetas de Córdoba y regiones de la costa Caribe., Domus Libri,‎ 1996
  27. (es) Román de Zurek, Cartagena de Indias en la Olla, Bogotá, Ediciones Gamma,‎ 2006
  28. (en) Peter Wade, [Race, and Nation: Música Tropical in Colombia], University of Chicago Press,‎ 2000 (ISBN 9780226868448), p. 46
  29. (es) Instituto Colombiano de Bienestar Familiar (ICBF)
  30. (es) « Radio Libertad 600 AM Barranquilla (Atlántico) - Colombia », sur Colombia.com
  31. (en) The West Indies & Caribbean year book: Anuario comercial de las Antillas y países del Caribe, 1973
  32. (fr) « La Libertad - Barranquilla », sur kiosko.net
  33. (es) Llega ADN, primer diario gratuito de circulación masiva en Colombia, El Tiempo
  34. (es) « Bienes de Interés Cultural del Ámbito Nacional », Ministère de la Culture,‎ 23 août 2013
  35. (es) « Hans Federico Neuman »
  36. (es) « Santuario de Flora y Fauna Ciénaga Grande de Santa Marta », sur parquesnacionales.gov
  37. (en) Tampa Sister Cities, sur le site officiel de la ville de Tampa

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :