Grotte de la Cocalière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grotte de la Cocalière
Image illustrative de l'article Grotte de la Cocalière
Grotte de la Cocalière.
Coordonnées 44° 18′ 37″ nord, 4° 10′ 06″ est
Pays Drapeau de la France France
Région française Languedoc-Roussillon
Localité voisine Courry
Longueur connue 14 km 500 m
Période de formation 35 millions d'années
Température 14°
Occupation humaine Moustérien, âge du Fer

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grotte de la Cocalière

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Grotte de la Cocalière

La grotte de la Cocalière est située sur la commune de Courry (Gard), entre Alès et Aubenas en Ardèche. Elle s'ouvre aux pieds du Parc National des Cévennes, réserve mondiale de biosphère dont la mission principale est de protéger toutes les formes du patrimoine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La grotte de la Cocalière a vu le jour il y a 35 millions d'années et continue de se transformer au fil de l'eau et du temps, pour le plus grand plaisir des nombreux spéléologues qui ne cessent d'explorer l'immensité de cette grotte encore mystérieuse.

L'exploration de ce réseau a débuté vers le milieu du XIXe siècle, par des membres de la Société de Spéléologie et Préhistoire Gard Ardèche (SSPGA) dont Christian Bouquet (co-redécouvreur et co-aménageur de la Grotte de la Cocalière en 1952)[1]. L'inventeur et premier explorateur dont on possède les écrits en 1854 est Jules de Malbos (1782-1867), savant géologue et spéléologue ardéchois[2].Le site a révélé une occupation humaine très dense allant du Moustérien (45 000 ans av. J.-C.) à l'âge du Fer (400 ans av. J.-C.).

Description[modifier | modifier le code]

La grotte de la Cocalière est l'une des plus belles grottes visitables de France (depuis 1967)[3]. Elle a été surnommée la grotte aux diamants tant elle est riche en merveilles naturelles, des concrétions de calcite, stalagmites et stalactites de tailles et formes diverses mais aussi disques, perles, bassins de cristal, fines draperies[4]. Le réseau souterrain dépasse les 14 km[5], dont 1 km accessible au public[3]. La température y est constante vers 14°.

Sont visibles la « salle des Congrès », qui peut accueillir 250 personnes assises, une perle de caverne, la cascade de gours et la salle du Chaos. Près de la sortie se trouve la représentation d'un chantier de fouilles préhistoriques[6].

Le retour des visites s'effectue en petit train à travers le site naturel protégé. Autour de la grotte et au cœur de la garrigue, un sentier découverte traverse un karst méditerranéen. À proximité se trouvent le Bois de Païolive, paysage karstique, et les gorges de l'Ardèche et du Chassezac.

Avec plus de 120 000 visiteurs par an, c'est le site naturel le plus visité du Gard.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cévennes : 20 000 lieues sous les terres par Pierre Carcenac, Midi-Libre, le 11 août 2014
  2. Jules de Malbos a observé en 5 ans plus de 150 grottes, dont (j'ai) il a découvert le plus grand nombre dont la Grotte de la Cocalière Mémoire sur les grottes du Vivarais in Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, Mémoires de l'Académie royale des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse : Mémoire sur les grottes du Vivarais par Jules de Malbos, t. IV, Toulouse, Imprimerie de Jean-Mathieu Douladoure, (lire en ligne)
  3. a et b grottes en France
  4. description de la grotte
  5. « Les grandes cavités », sur Comité départemental de spéléologie de l'Ardèche, .
  6. Visite guidée

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]