Villeparisis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villeparisis
Mairie
Mairie
Image illustrative de l'article Villeparisis
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Canton Canton de Claye-Souilly
Intercommunalité Communauté de communes Plaines et Monts de France
Maire
Mandat
Hervé Touguet
2014-2020
Code postal 77270
Code commune 77514
Démographie
Gentilé Villeparisiens
Population
municipale
24 525 hab. (2011)
Densité 2 955 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 01″ N 2° 36′ 09″ E / 48.9502777778, 2.602548° 57′ 01″ Nord 2° 36′ 09″ Est / 48.9502777778, 2.6025  
Altitude Min. 53 m – Max. 133 m
Superficie 8,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeparisis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeparisis
Liens
Site web villeparisis.fr

Villeparisis est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France limitrophe du département de la Seine-Saint-Denis.

Les habitants sont appelés les Villeparisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Villeparisis est située au nord-ouest de la Seine-et-Marne, sur l'ancien tracé (désormais dévié) de la RN3 reliant Paris à Meaux. Le canal de l'Ourcq passe non-loin de la place du marché.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Le château de Morfondé, entre Villeparisis et Claye-Souilly, centre d'apprentissage de l'Armée du salut.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villeparisis
Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) Mitry-Mory
Villeparisis Claye-Souilly
Vaujours (Seine-Saint-Denis) Courtry Le Pin

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

Train : Le RER B dessert la ville en gare de Villeparisis / Mitry-le-Neuf.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Bus : Les Courriers de l'Île-de-France, TVF et Apolo7 desservent la commune :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans des textes latins datant des XIIe siècle mais aussi du XIIIe siècle, le lieu est quelquefois désigné simplement Parisis, sans le faire précéder du mot Ville[1]. Durant la Révolution, on trouve Ville-Parisis.

Les différents noms de la ville
  • En 1000 : Parisio
  • En 1096 : Parirsia
  • En 1276 : Parrochia De Parisiaca
  • En 1337 : Ville Parysie
  • En 1449 : Villeparisie
  • En 1545 : Villeparisy
  • En 1593 : Villeparisiz
  • En 1660 : Vileparisis
  • En 1789 : Villeparisis ou Ville-Parisis

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Villeparisis vient de la tribu gauloise de Parisii. Le site de Villeparisis semble toujours avoir été situé sur une importante voie de communication, il se trouvait a la jonction des tribus des Parisii et des Meldes.
En 1884, dans un lieu appelé alors le vieux cimetière situé dans les carrières de Montzaigle ont été mis au jour des sarcophages de pierre datant de l'époque gallo-romaine. On peut donc en déduire que Villeparisis existait au Ve siècle

Le nom de la ville est mentionné pour la première fois au XIIe siècle.

Au XXe siècle, Villeparisis était renommé Villepatauge parce que la ville était non loin d'un marais et la terre revenait dans les rues et les salissait.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Historique des maires de Villeparisis
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1983 Paulin Torras PCF Médecin généraliste
1983 1990 Claude Duchemin RPR Ingénieur des Travaux Publics
1990 1995 Jean Bouige RPR Biologiste médical
1995   José Hennequin PS Enseignant
2014 en cours Hervé Touguet DVD Directeur Général des Services

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 24 525 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
537 487 559 525 606 701 685 737 620
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
564 733 902 849 898 886 853 856 858
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
881 907 910 996 3 011 4 989 5 585 5 610 7 525
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
10 926 13 470 14 817 16 659 18 790 21 296 23 302 24 525 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, le quartier du vieux pays est en rénovation totale. L'opération de rénovation du quartier historique s'étend sur un périmètre de 11 400 m2 compris entre la rue de Ruzé, la rue de la République et la Ruelle au Vin. À terme, lorsque la dernière opération immobilière aura été réalisée, plus de 300 logements auront été construits[réf. nécessaire], permettant de satisfaire aux trois objectifs de la ville en matière d'habitat et de politique de logement.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Notre-Dame de la Paix : construite en 1955 (pose de la première pierre le 30 janvier), sur une architecture moderne du XXe siècle par l'architecte Maurice Novarina. Le clocher, détaché de l'église, a été construit en fin de siècle sur le modèle architectural de l'église elle-même.
  • Saint-Martin : petite église du XIIe siècle (légèrement penchée)

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Le Centre Culturel Jaques Prévert a la particularité d'avoir la même sonorité que l'Olympia dit-on, ce qui explique que bon nombre d'artistes font passer leurs tournées par Villeparisis.

Le musée de l'Histoire Locale est situé à l'entrée du parc Balzac, créé et géré par l'association d'histoire locale Villeparisis et son Passé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Honoré de Balzac y a vécu dans sa jeunesse. Un parc porte son nom.
  • On dit que c'est dans une auberge de Villeparisis que le roi Louis XVI aurait été reconnu grâce à (ou à cause d') un Louis d'or sur lequel figurait son effigie lors de sa fuite à Varennes à la Révolution.
  • Denis Bergeret (1846-1910), peintre né à Villeparisis
  • L'ancien footballeur Frédéric Déhu est né à Villeparisis en 1972.

= Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Monographie communale
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011