Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux
La mairie
La mairie
Blason de Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton La Ferté-sous-Jouarre
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Fertois
Maire
Mandat
Claude Specque
2014-2020
Code postal 77660
Code commune 77415
Démographie
Gentilé Saint-Jeannais
Population
municipale
1 098 hab. (2011)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 04″ N 3° 01′ 06″ E / 48.9511, 3.018348° 57′ 04″ Nord 3° 01′ 06″ Est / 48.9511, 3.0183  
Altitude Min. 48 m – Max. 173 m
Superficie 13,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux

Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés sont appelés les Saint-Jeannais(es)).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 8,5 km à l'ouest de La Ferté-sous-Jouarre sur la rive gauche de la la Marne face à la commune de Changis-sur-Marne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux
Armentières-en-Brie Changis-sur-Marne Ussy-sur-Marne
Montceaux-lès-Meaux Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux Sammeron
Villemareuil Pierre-Levée Signy-Signets

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Les-Deux-Jumeaux, Arpentigny, Montretout.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire communal a un aspect essentiellement rural, les exploitations de grande culture couvrent la majeure partie du territoire où se succèdent du sud au nord trois types de paysages : les doux vallonnements du plateau ponctués de bois et de bosquets, le coteau souvent abrupt, échancré par les rus d'Arpentigny et des Ambroises, enfin, la plaine alluviale que limite la Marne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière la Marne marque la limite nord de la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Changis - Saint-Jean de la ligne Paris - Château-Thierry (TransilienLigne P du Transilien).

L'autoroute A4 traverse la commune du nord au sud.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le poste de commandement du Général d'armée aérienne Joseph Vuillemin, commandant en chef des forces aériennes de septembre 1939 à l'Armistice de juin 1940, s'installe dans cette commune, PC d'où il dirige, avec son état-major, les opérations aériennes contre l'Allemagne et l'Italie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 en cours Claude Specque [1]   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 098 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
715 716 699 781 818 791 802 847 737
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
684 678 663 570 565 545 562 557 603
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
686 657 712 716 753 803 845 891 732
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
645 672 773 918 1 152 1 227 1 193 1 202 1 107
2011 - - - - - - - -
1 098 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Week-end Musical en mars. Vendredi, concert musique actuelle école de musique du pays fertois. Samedi, concert chanson française et dimanche, brocante musicale.
  • Les Estivales de Sait-Jean en juin. Expositions - Concert - spectacle
  • Festival du cheval : où se déroule dans la commune tous les ans (octobre).
  • Les Grognard de la marne: Les batailles de Saint-jean-les-deux-jumeaux et de Trilport. Reconstitution en avril 2013. Bal des officiers en tenue d'époques-marché paysan-concerts-etc...

(site officiel http://www.lesgrognardsdelamarne.com/)

  • Brocante: généralement en juillet.
  • Festival des Belles Histoires.
  • Concert classique église.

Santé[modifier | modifier le code]

L'ancien séminaire construit en 1927 par le père Paul Mary, un temps maison de retraite est devenu depuis 2012 un Foyer d’Accueil Médicalisé géré par l'association AEDE[4].

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • Chant chorale :Les Dames de Chœur
  • Théâtre : Les Choutes
  • Atelier art plastique : Crazy Art

Sports[modifier | modifier le code]

Les sports incluent judo, football, tennis, tennis de table, gymnastique enfants, danse rythme/modern'jazz.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Petite zone industrielle.
  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste
Chapelle de l'ancien séminaire

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste (XIIIe siècle-XXe siècle).
  • Chapelle de l'ancien séminaire construite par le père Paul Mary et inaugurée en 1926.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • le père Paul Mary (1863-1949), curé de campagne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

de gueules aux trois pal de vair, au chef ondé d’or chargé à dextre d’une merlette de sable et à senestre d’une croix aux pieds pattés du champ, chargée, en abîme d’un carreau en losange aussi d’or surchargé d’une croix aux pieds pattés aussi de sable, à la divise ondée d’argent brochant sur le trois du chef.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en 03/2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. AEDE - Domaine Saint-Jean