La Celle-sur-Morin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morin.
La Celle-sur-Morin
Panneau indicateur de La Celle-sur-Morin
Panneau indicateur de La Celle-sur-Morin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Coulommiers
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Coulommiers
Maire
Mandat
Jacqueline Schaufler
2014-2020
Code postal 77515
Code commune 77063
Démographie
Gentilé Cellois
Population
municipale
1 269 hab. (2011)
Densité 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 14″ N 2° 58′ 04″ E / 48.8038888889, 2.9677777777848° 48′ 14″ Nord 2° 58′ 04″ Est / 48.8038888889, 2.96777777778  
Altitude Min. 51 m – Max. 134 m
Superficie 7,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Celle-sur-Morin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Celle-sur-Morin

La Celle-sur-Morin (prononcé [la ˈsɛl syʁ mɔ.ˈʁɛ̃ ]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Cellois. Au dernier recensement de 2011, la commune comptait 1 269 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La Celle-sur-Morin est situé à 56 km, à l'est de Paris[1].

Voies de communications[modifier | modifier le code]

La RN 34 (rebaptisée D934) est accessible via la D15 depuis La Villeneuve. Depuis la national, les villes de Crécy-la-Chapelle (à l'ouest) est accessible en 10 minutes et celle de Coulommiers (à l'est) est accessible en 15 minutes. Elle mène à l'autoroute A4 (Dir. Paris ; 13 km) et à la ville nouvelle de Marne-la-Vallée (Disneyland Paris, Val d'Europe) (Direction Lagny-sur-Marne). Au sud de la municipalité, au niveau de "la Celle en haut", est tracé la D216, qui relie Mouroux à Tournan-en-Brie, en passant par Faremoutiers et Mortcerf.

La commune est desservie par la gare (Guérard - La Celle-sur-Morin) de la ligne Paris - Coulommiers (TransilienLigne P du Transilien). Le Grand Morin parcourt le village au niveau de "La Celle en Bas". L'Yerres prend sa source à Courbon, dans le territoire sud de la commune.

Les villages et hameaux incluent : Courbon, La Celle en Haut, La Celle en Bas, La Huette (Lotissement), La Villeneuve, Le Mesnil et Monlevont. Ancien Hameaux : Monsavot. Les communes limitrophes incluent Guérard, Faremoutiers, Pommeuse, Hautefeuille.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les "celles" sont d'abord des cellules d'ermites, lesquelles deviennent souvent de petits monastères[2].


Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de La Celle, mot qui provient du latin cella, signifiant « petite chambre » indique que se fixa très tôt en ce lieu une communauté monastique, ce qui est confirmé par l'histoire. Une abbaye bénédictine fut fondée vers le VIIe siècle, sur le tombeau de Saint-Blandin[3]. Elle s'élevait sur l'île du Grand Morin à La Celle en Bas. Il y aurait eu à l'origine une petite chapelle dédiée à Saint-Pierre, par l'ermite qui s'y était retiré. Le renom de celui-ci ayant attiré des pèlerins à l'oratoire, une église remplaça le premier édifice[3].

À cette église succéda une véritable abbaye dont la fondation doit être attribuée aux Comtes de Dammartin. L'abbaye fut cédée en 1802 à l'abbé de Marmoutiers (près de Tours) pour y réformer les religieux et faire de la maison un prieuré. Dans la seconde moitié du VIIIe siècle, le prieur Gauthier fit refaire le dortoir, le cloître, le chapitre, le réfectoire et le chœur de l'église[3]. L'abbé de Rebais, Jean III, exhuma en 1473 le corps de Saint-Blandin et en distribua les reliques aux paroisses voisines. Des bénédictins anglais, réfugiés en France, devinrent concessionnaires de l'abbaye de La Celle, suite à un accord avec l'abbé et les moines de Marmoutiers[3]. En 1702 et 1703, des bulles pontificales et des lettres patentes du roi attribuèrent la mense prieurale au Séminaire des Missions Étrangères à Paris. Définitivement fermés à la Révolution, comme tous les bâtiments monastiques, les bâtiments disparurent au cours du XIXe siècle et dès 1885, on ne signalait plus que des ruines[3]. L'église de La Celle date du XIIe siècle. Bien qu'elle ait été restaurée au XVIe siècle, cette église conserve les caractéristiques d'une église romane, à l'extérieur[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1965 Léa Vion Sans Etiquette Ancienne résistante
1995 1997 Pierre Roy Sans Etiquette Retraité
juillet 1997 en cours Jacqueline Schaufler Sans Etiquette PDG de société

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 269 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
992 975 1 042 1 020 1 134 1 108 1 072 1 009 997
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
959 962 929 881 814 716 754 667 667
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
698 670 621 562 560 519 528 535 594
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
539 513 568 742 951 1 106 1 183 1 183 1 267
2011 - - - - - - - -
1 269 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

École municipale : L'école des arches. 6 classes, de la petite section au CM2.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église de La Celle-en-Bas : vaisseau à chevet plat, encadré de bas-côtés ; châsse-reliquaire de saint Fiacre[3].
  • Prieuré de la Celle : Un prieuré s'élevait autrefois sur l'une des îles du Grand Morin. Il en reste aujourd'hui un pilier de la nef gothique de la chapelle du prieuré. Situé sur un domaine privé, ce vestige n'est pas visible[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Cinématographie[modifier | modifier le code]

La Celle-sur-Morin a servi de lieu de tournage à :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche signalétique de La Celle Sur Morin », sur Atome 77 (consulté le 3 septembre 2012)
  2. – Marianne Mulon –Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)
  3. a, b, c, d, e, f, g et h « Le Patrimoine », sur La Celle-sur-Morin, site officiel (consulté le 3 septembre 2012)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011