Bourron-Marlotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bourron-Marlotte
Mairie de Bourron-Marlotte.
Mairie de Bourron-Marlotte.
Blason de Bourron-Marlotte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Canton Nemours
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Fontainebleau
Maire
Mandat
Jean-Pierre Joubert
2014-2020
Code postal 77780
Code commune 77048
Démographie
Gentilé Bourronais-Marlottins
Population
municipale
2 683 hab. (2011)
Densité 238 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 11″ N 2° 41′ 53″ E / 48.3365, 2.69848° 20′ 11″ Nord 2° 41′ 53″ Est / 48.3365, 2.698  
Altitude 71 m (min. : 70 m) (max. : 123 m)
Superficie 11,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Bourron-Marlotte

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Bourron-Marlotte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourron-Marlotte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourron-Marlotte
Liens
Site web http://bourronmarlotte.free.fr/

Bourron-Marlotte est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Bourronais-Marlottins[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 8,5 km au sud de la ville de Fontainebleau, la commune s'étend entre la Forêt de Fontainebleau au nord et la rivière « le Loing » au sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bourron-Marlotte
Fontainebleau
Recloses Bourron-Marlotte Montigny-sur-Loing
Grez-sur-Loing La Genevraye

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Le Pavé du Roy.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Bourron-Marlotte - Grez sur la ligne Paris - Montargis.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Bourron serait d'origine celtique et viendrait probablement de "Borro", source, fontaine, eau vive. D'autres auteurs disent que Bourron vient de "Bovron", l'une des appellations de la divinité gauloise des eaux. L'origine du nom de Marlotte présente plusieurs hypothèses: "Marlette" = petite mare; "Marle" = pour marne, argile; "Marlot", "Merlot" = petit merle; la plus vraisemblable serait une déformation du bas-latin "materiola" = espace boisé[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site semble avoir été occupé depuis la préhistoire. Des traces de présence humaine telles des gravures rupestres d'hommes et de cervidés ont été découvertes à la Vignette site archéologique situé entre Recloses et Bourron aujourd'hui délaissé. Un outillage de grès taillé, des débris de poteries néolithiques dont le fameux «Vase de Bourron» datant d'environ 4000 ans avant J.-C. sont exposés au Musée de la Préhistoire de Nemours.

Des fondations de murs en briques, des pièces à l'effigie d'empereurs romains, de petits outils de fer ou de bronze, des débris de poteries sigillées, retrouvés dans le périmètre entre le Pavé du Roy, le château, l’église et les bords du Loing indiquent une implantation romaine. Au Moyen Âge, dès le XIIe siècle, Bourron a son église, sa forteresse féodale bâtie par ses seigneurs, les sires de Bourron (ou de Borron]), fidèles serviteurs des rois capétiens.

En 1234, Berruyer de Bourron accueille en sa demeure le roi Louis IX, futur Saint-Louis, qu'il va escorter jusqu’à Sens où le monarque épousera Marguerite, fille du comte de Provence.

Vers la fin du XVIe siècle, François de Sallard projeta le remplacement de la vétuste forteresse médiévale par un château plus confortable et mieux adapté à l’architecture du temps. Il sera achevé vingt ans plus tard et existe toujours.

Marlotte, signalé pour la première fois en 1308, n'était jadis qu'un hameau, un « écart » de Bourron, à l'égal de Saint-Léger, les Tremblots, le Moulin de la Fosse ou le Coq-Chaintreau.

Bourron et Marlotte fusionnèrent en 1919, pour former une seule commune, officialisant ainsi une situation de fait existant depuis longtemps[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1973 1989 André Poirier   apiculteur
1989 2001 Jacques Margerie   Directeur d'entreprise
2001 2008 Colette Parant  
2008 en cours Juliette Vilgrain[3]   Directrice d'entreprise

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 683 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
809 914 921 1 057 1 211 1 257 1 202 1 221 1 282
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 185 1 190 1 234 1 201 1 178 1 280 1 283 1 245 1 275
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 301 1 377 1 372 1 383 1 455 1 484 1 492 1 542 1 941
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 407 2 276 2 417 2 325 2 424 2 737 2 850 2 858 2 712
2011 - - - - - - - -
2 683 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Médias[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitation des « Sablières Sifraco ».
  • Exploitation des « Gazons de Fontainebleau ».
  • 70 artisans et commerçants.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Château de Bourron, vue aérienne

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le Cabaret de la mère Antony à Bourron-Marlotte par Pierre-Auguste Renoir, 1866. National Museum, Stockholm. Alfred Sisley est en arrière plan.

De nombreux artistes et écrivains ont résidé à Bourron-Marlotte aux XIXe et XXe siècles :

Atelier de céramiques d'art[modifier | modifier le code]

En 1902, Aristide-Calixte Bézard (1876-1916) et Émile Mousseux (1866-1941) ancien potier de Georges Delvaux créèrent dans l'ancien local de l'association L'Union artistique de Marlotte ou La Casserole, un atelier de céramiques, le premier décorant les pièces préparées par le second, production semblable à celle de Montigny-sur-Loing ; après la mort prématurée de son associé, Mousseux continua seul à assurer la fabrication jusqu'en 1933, date à laquelle il retourna à Montigny où il ouvrit avec son fils un magasin de cycles et écoula les derniers produits de l'atelier[8].

Héraldique, devise et logotype[modifier | modifier le code]

Armes de Bourron-Marlotte

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'or à la fasce ondée d'azur chargée d'une burelle ondée d'argent, accompagnée en chef de trois losanges accolées, et en pointe d'une clef de sol entravaillée d'un pinceau et d'une plume à écrire passés en sautoir, le tout de gueules.

La fasce ondée burelée est mise pour la rivière Loing et la source Saint-Sévère. Les trois losanges accolés proviennent du blason des seigneurs de Bourron. La clé de sol, la plume et le pinceau font référence aux artistes, musiciens et écrivains venus à Bourron-Marlotte.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_bourron-marlotte_77048.html
  2. a et b Henri Froment : Histoire de Bourron-Marlotte des origines à nos jours, édité par les Amis de Bourron-Marlotte
  3. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en 03/2014).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. « Notice no PA00086828 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Notice no PA00086827 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Olivier Fanica et Gérard Boué, Céramiques impressionnistes et Grès Art Nouveau - Montigny-sur-Loing et Marlotte, 1872-1958 Ch.Massin, 2005, pp. 87 et 88)