Neuilly-sur-Marne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuilly.
Neuilly-sur-Marne
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Neuilly-sur-Marne
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-Saint-Denis
Arrondissement Le Raincy
Canton Canton de Neuilly-sur-Marne (chef-lieu)
Intercommunalité Association des collectivités territoriales de l'Est parisien
Maire
Mandat
Jacques Mahéas
20142020
Code postal 93330
Code commune 93050
Démographie
Gentilé Nocéens
Population
municipale
34 005 hab. (2011)
Densité 4 957 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 00″ N 2° 32′ 00″ E / 48.85, 2.5333 ()48° 51′ 00″ Nord 2° 32′ 00″ Est / 48.85, 2.5333 ()  
Altitude Min. 36 m – Max. 80 m
Superficie 6,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuilly-sur-Marne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuilly-sur-Marne
Liens
Site web mairiedeneuillysurmarne.com

Neuilly-sur-Marne est une commune française située dans le département de la Seine-Saint-Denis (précédemment dans celui de Seine-et-Oise) en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Nocéens. Au dernier recensement de 2011, la commune comptait 34 005 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue de la commune de Neuilly-sur-Marne en rouge sur la carte de la « Petite Couronne » d'Île-de-France.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 15 km à l'est de Paris au Sud-Est du département de la Seine-Saint-Denis, sur un territoire de 686 ha bordé au sud par la Marne. Son relief est relativement plat sauf en bordure du plateau d'Avron. Elle se trouve à l'intersection de deux routes nationales, la RN34, est-ouest, qui la relie à Paris par la porte de Vincennes et la RN370 (nord-sud). Elle est également traversée en partie par le canal de Vaires.

Rose des vents Villemonble Gagny Gagny Rose des vents
Neuilly-Plaisance N Gournay-sur-Marne
O    Neuilly-sur-Marne    E
S
Neuilly-Plaisance Noisy-le-Grand Noisy-le-Grand

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseaux routiers[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par six lignes de bus du réseau RATP ; les lignes 113, 114, 127, 203, 214 et 303. Par ailleurs, ces lignes de bus permettent aux Nocéens de rejoindre le RER (A) à la gare de Neuilly-Plaisance, à 12 minutes de Paris (Nation).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Vestiges du paléolithique (outils, silex) de Nobiliacum, terre du gallo-romain Nobiles. Les traces de présence humaine à Neuilly-sur-Marne remontent au Paléolithique Moyen (300 000 avant J.-C.). Des vestiges d'habitats ont été découverts dans le parc départemental. D'autres vestiges attestent aussi de la présence humaine au bord de la Marne, il y a 5 000 ans. Peut-être associée aux occupations, une nécropole de huit tombes du Néolithique Final (002), découverte en 1842 dans la Haute-Île, elle a livrée un abondant mobilier : dans l'une des sépultures a été retrouvé le squelette d'un chien, une autre sépulture a livré deux haches polies en silex, une lame en silex, un poinçon en os, une perle, deux coquilles biforées, un fragment de rostre de bélémite et une hache bipenne en métahornblendite.

Les Gaulois, eux aussi, ont occupé le site et un gué en parfait état a été découvert sur l'ancien bras de la Marne près de la presqu'île. Le nom primitif de Neuilly viendrait d’un terme latin tardif signifiant « terres nouvellement déchiffreés ». En effet, à cette époque, la forêt de Bondy s’étendait jusqu’à la Marne. La première citation du nom de la ville est datée de 998 dans une charte de Robert le Pieux dite « la Charte de Burchard ». Au XIIe siècle, l'abbé de Neuilly-sur-Marne Foulques de Neuilly se fait remarquer par ses remarquables qualités de prêcheur. Sa devise, Diex el volt (« Dieu le veut »). Il se voit confier par le pape Innocent III et saint Bernard, la Quatrième croisade. La construction de l’église Saint-Baudile est entreprise à son initiative en 1118. Les piliers sont taillés sur le modèle de Notre-Dame de Paris. Elle est caractérisée par le mélange des deux styles roman et gothique (ogival). Foulques revint mourir dans sa cure, et fut inhumé dans l'église de Neuilly. En 1194, le domaine de Herardivillam, Ville-Evrard fait partie du domaine royal, puis passe dans diverses successions seigneuriales.

Au XVIIe siècle, Jean-Baptiste Du Hamel, curé de Neuilly, (1624-1706) obtient la destitution des titres de propriété des abbés de Saint-Maur.

Au XVIIIe siècle, les abords du bourg sont dédiés aux cultures maraîchères. Autour des châteaux (Ville-Evrard, le château d’Avron, Maison-Blanche à Gagny), le territoire de la commune est constitué de prairies. Sur les coteaux les lieux-dits d’Avron, des Cahouettes, la Plâtrière et les Chanoux sont plantés des vignes[1]. En 1789, la communauté villageoise tient ses réunions sous le porche de l’église. Le nom du premier Maire élu est connu : Jean-Pierre Hercend, chirurgien et notaire, Maire de 1790 à 1791 et de novembre 1792 à 1795. En 1792, le village compte 620 habitants. Le château de « ville Évrard », confisqué comme bien national, fut acquis par l'agriculteur exploitant du domaine. De 1790 à 1843, le général Donzelot né en 1764, décédé à Neuilly en 1843, acheta le château en 1801 et prend sa retraite à Ville-Evrard. De 1804 à 1825, il reconstitue le domaine. Il y reçoit entre autres ses amis Alfred de Vigny et Jean Gigoux. Sa tombe, évoquant l’Égypte où il avait participé (1798 à 1802) à la campagne de Bonaparte, se trouve au cimetière de la ville.

De 1849 à 1869, percement du canal de Chelles (ou canal de Neuilly-sur-Marne à Vaires)[2]. Le domaine de Ville-Evrard est racheté en 1863 par le département de la Seine pour y installer un « asile d'aliénés » qui ouvre en 1868[2]. Camille Claudel, Antonin Artaud entre autres y furent internés. En octobre 1944, lors de l'épuration, Louis Renault y fut détenu et « passé à tabac ». En 1870, lors du siège de Paris, combats sur le plateau d'Avron et dans le parc même de Ville-Evrard. De 1884 à 1889, la construction du premier pont sur la Marne. Auparavant, la traversée d’une rive à l’autre était possible grâce à un bac. En 1887, l'ouverture de la ligne de tramways « Vincennes — Ville-Evrard » des Chemins de fer nogentais avec traction à air comprimé, puis électrique à partir de 1900. En 1934, un réseau d'autobus prendra le relais.

Neuilly-sur-Marne - La rue Villebois-Mareuil vers 1900.

Le 13 avril 1892, la commune de Neuilly-Plaisance est créée par décret à partir d'un tiers environ du territoire de Neuilly-sur-Marne[2]. En 1894, construction de l’usine de la Compagnie des Eaux. En 1895, inauguration de la 1ère école : l’école du Centre (baptisée Louis-Amiard en 1935). Jusqu'à cette date, les classes de filles et de garçons partageaient les locaux de la mairie. En 1898, à partir de 1896, est construit un deuxième asile en face du précédent, réservé aux femmes, qui recevra ses premiers malades en 1900. Il fut reconverti pendant la Première Guerre mondiale en hôpital militaire.

Au XXe siècle, l'extension des lotissements prend de l'ampleur. Ils se développent autour du bourg et de la route nationale n° 34 : les 24 Arpents, la Maltournée, l’Épi d'or, le Pré fleuri, les Verdoyants, la Guette, ainsi qu'au nord, aux lieux-dits les Fauvettes (le long du tracé de l'ancienne avenue de Maison Blanche, aujourd'hui rue Gaston-Navailhes) et les Enfers. Les inondations de 1910 provoquèrent d'importants dégâts jusque sur la place de l'Église.

Dans les années 1930 est construite la gare de chemin de fer par la Compagnie du Nord, elle dessert la ligne qui double celle de la Grande Ceinture. Le service voyageurs ne fonctionne que quelques années, dès 1939 la gare est réservée au trafic marchandises. En 1930, à l'est de la commune, en bordure de Gagny, est créé le lotissement de l'Avenir, qui sera équipé d'une école.

Fin 2005, des émeutes ont lieu. Depuis 2005 un projet d'aménagement des bords de Marne (proche des hôpitaux et sur les terrains des hôpitaux psychiatriques) est en cours ; à terme, des espaces verts et des espaces urbains devraient voir le jour. Au cours de la rénovation de l'église Sainte-Baudile courant 2006, découverte d'un sarcophage mérovingien.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Six maires se sont succédé à Neuilly-sur-Marne depuis 1944 :

Liste des maires successifs de Neuilly-sur-Marne[3],[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1977 en cours Jacques Mahéas PS (jusqu’en 2011[5]) Enseignant
1974 1977 André Kremser DVD Ingénieur
1965 1974 Raymond Chassagne DVD Notaire
1953 1965 Raymond Bilbor PCF Retraité
1944 1953 Théophile Gaubert PCF Infirmier
1944 1944 Raymond Bilbor PCF Cheminot

Population et société[modifier | modifier le code]

Neuilly-sur-Marne est membre de l'Association des collectivités territoriales de l'Est parisien.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les chiffres antérieurs à 1892 incluent la population de Neuilly-Plaisance.


En 2011, la commune comptait 34 005 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
581 621 624 749 935 945 974 973 1 021
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 105 1 205 2 051 2 560 3 646 4 794 6 097 6 374 3 118
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 118 4 432 5 621 6 271 8 654 10 415 11 224 10 541 12 798
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
15 082 22 543 30 168 31 195 31 461 32 754 33 352 34 005 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Neuilly-sur-Marne dépend de l'académie de Créteil et les écoles primaires de la commune dépendent de l'Inspection académique de la Seine-Saint-Denis. Pour le calendrier des vacances scolaires, Neuilly-sur-Marne est en zone C.
La ville compte au total 3 collèges (Albert Camus, Honoré de Balzac et Georges Braque), 10 écoles élémentaires, 12 écoles maternelles, un lycée général / technologique ainsi qu'un lycée professionnel[8].

Sports[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Baudile
  • L'église Saint-Baudile inspira Maurice Utrillo.
  • Hôpitaux psychiatriques de Ville-Évrard et de Maison Blanche.
  • Parc départemental de la Haute-Île
  • Le camping de la Haute île sur les bords de la Marne.
  • Les bords de la Marne et du canal de Chelles avec le bar de la Marine (ancienne guinguette), construite vers 1880.La Maison de l'éclusier,a l'entrée du canal et construite lors du percement de celui-ci, élément indissociable de la vie et du fonctionnement de la voie d'eau. L'écluse est désormais automatique.
  • Le « bar de la Marine » en bord de Marne. Édifice modeste mais intéressant pour son histoire. C'est une ancienne guinguette, construite vers 1880.
  • Le Parc des 33 Hectares, très grand parc où l'on peut traverser 33 hectares de verdure et où l'on peut pratiquer des sports (vélo,courses...) et laisser ses enfants jouer sur différentes attractions.
  • La communauté Emmaüs de Neuilly-sur-Marne est une des premières communautés Emmaüs après sa voisine de Neuilly-Plaisance, créée en 1949 par l'abbé Pierre.
  • La Cité-jardin, édifiée en 1934 par Julien Hirsch pour l'OPHBMSO, l'office public d'habitation à bon marché de la Seine-et-Oise 79 rue Paul-et Camille-Thomoux, 60 rue du 11-Novembre.
  • Immeubles Art déco, au 123 avenue du Maréchal-Leclerc (RN34),de l'architecte Delgorges. Il abrita pendant des décennies l'hôtel du Cheval blanc sur l'emplacement de l'auberge du même nom, un des relais de poste les plus anciens de la commune. Un autre immeuble à l'ornementation proche de l'Art déco, 6 rue du Général-Schmitz.
  • "Les maisons Turin", construites par les architectes Albert et Maurice Turin pour la Société d'habitations à bon marché entre autres dans le quartier pavillonnaire du Pré fleuri rue du Général-Donzelot, rue Abel-Tuffier (n° 19 et 22) et rue Fromentin et rue du Colonel-Moll sur le côté impair (numéros 9, 11, 15 à 39), et rue de la Paix, sur les deux côtés.
  • L'ancienne mairie au 95 rue Émile-Cossonneau construite en 1850 sur l'emplacement d'un relais de poste "Au puits de Jacob" par l'architecte M. Bourgeois. De style classique, elle est surplombée par un fronton qui lui apporte toute la prestance due à sa fonction.
  • L'Oasis, ancienne propriété Amiard rue Pierre-Brossolette.
  • Le château Guérin (Conservatoire de musique) 39, avenue du Général-de-Gaulle, ou le commissariat de police) de style néo-Louis XIII.
  • Immeubles Les Croisés 1 à 6 allée Guynemer et rue Marx-Dormoy, construits par l'architecte Henri-Pierre Maillard, basé sur le " Modèle innovation Maillard sae ", le système constructif inventé par l'architecte et communément appelé « tabouret Maillard ».
  • Les pompes Farcot, datent de 1903 désormais exposées dans le jardin de l'eau en bordure de l'avenue Marx-Dormoy.
  • La chapelle Sainte-Marie et le centre culturel laïc, complexe Marcel-Pagnol, abrités dans le même bâtiment, ont été mis en œuvre par l'architecte Gilles Louis en 1973, esplanade Saint-Germain et rue du Berry.
  • Le groupe scolaire Jean-Jaurès, place Maximilien-Robespierre Situé dans le quartier de l'Avenir, il a été construit en plusieurs fois à partir du premier projet des architectes Drouet et Disse en 1928.
  • Gare SNCF, place de la Gare, construite en 1936 par la Compagnie du Nord pour compléter la desserte de la ligne de Grande Ceinture.
  • La maison des notaires 56, rue Théophile-Gaubert. Bâtiment de la fin du XVIIe siècle.
  • Maison bourgeoise. XIXe siècle 48, rue Théophile-Gaubert construite pour Frédéric Flaxland, peintre, compositeur et musicien fut un rendez-vous littéraire et musical qui accueillit au XIXe siècle nombre de personnalités célèbres notables, dont Franz Liszt, Frédéric Chopin, Henri Heine, George Sand.

Évènement[modifier | modifier le code]

Tous les mois de juin, lors du festival de l'Oh, la ville se transforme en une immense base de loisirs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Foulques de Neuilly, personnage de la quatrième croisade et célèbre prédicateur, abbé de Neuilly-sur-Marne en 1191.
  • François-Xavier Donzelot (né le 7 janvier 1764 à Mamirolle, Doubs - mort en 1843 à Neuilly-sur-Marne).
  • Franz Liszt qui parmi nombre de musiciens célèbres rendait visite au compositeur et musicien Frédéric Flaxland au 48 rue Théophile Gaubert.
  • Isidore-Pierre Schmitz est né le 21 juillet 1820 à Neuilly-sur-Marne, général de division, grand croix de la légion d'honneur, major général des armées de Paris (1870-71). Une rue du centre ville porte son nom.
  • Jean-Baptiste Du Hamel, oratorien, curé de Neuilly-sur-Marne de 1653 à 1663, chancelier de l'église de Bayeux, secrétaire de l'Académie des sciences, né à Vire en 1624, mort le 6 août 1706.
  • Jules Lamant et ses fils, Albert Adrien Lamant, Louis Roger Lamant (né le 13.8.1925 à Neuilly-sur-Marne)[9],[10] : volontaires FFI de Neuilly-sur-Marne, membres des Corps francs du groupe Hildevert. Ils furent tués le 26 août 1944 à Oissery (77). Ils demeuraient 6 boulevard Carnot.
  • Louis Amiard (1872 - 1935) Maire de la commune de 1904 à 1935, Député de Seine-et-Oise de 1909 à 1919, sénateur de Seine-et-Oise de 1927 à 1935, initiateur en France des chèques postaux (1916)[11]. Un groupe scolaire proche de la poste centrale porte son nom.
  • Georges Foulon (médaillé militaire 14/18) agent de la SNCF membre des Corps francs du groupe Hildevert
  • Le peintre Raphy est né à Neuilly-sur-Marne le 9 novembre 1926
  • Nicolas Pousset, joueur de hockey professionnel
  • Sylvain Wiltord, footballer international, champion d'Europe 2000, vice-champion du monde 2006, est né et a grandi à Neuilly-sur-Marne.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Le symbolique du logo a été créé en 1992[12]. Le blason rappelle la personnalité de l’abbé Foulques qui prêcha la 4e croisade au XIIe siècle. Les croissants, pointes en bas, anticipent la défaite des infidèles devant les croisés. La bande bleue sinueuse figure la mer à traverser pour atteindre la Terre Sainte. « Diex el volt » est la devise de Foulques signifiant « Dieu le veut »[12].

Blason de Neuilly-sur-Marne

Les armes de la commune de Neuilly-sur-Marne se blasonnent ainsi :
D'argent à la fasce ondée d'azur accompagnée en chef d'une croix de calvaire de gueules accostée de deux croissants versés de sinople et en pointe d'un rateau en bande et d'une bèche en barre passés en sautoir, le tout de gueules.

Logotype de Neuilly-sur-Marne

La commune s’est en outre dotée d’un logotype[13].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La cité jusqu'au XVIIIe siècle », sur Site officiel de Neuilly-sur-Marne (consulté le 8 septembre 2011)
  2. a, b et c « La cité du XIXe siècle à 1935 », sur Site officiel de Neuilly-sur-Marne (consulté le 8 septembre 2011)
  3. Liste des maires de Neuilly-sur-Marne sur www.francegenweb.org
  4. « Liste des maires », sur Site officiel de Neuilly-sur-Marne (consulté le 8 septembre 2011)
  5. « Le sénateur Jacques Mahéas condamné pour agressions sexuelles démissionne du PS », sur RFI,‎ 9 juillet 2011 (consulté le 9 juillet 2011)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. « Liste des établissements scolaires », sur Annuaire Mairie (consulté le 8 septembre 2011)
  9. Les Volontaires de Neuilly-sur-Marne du groupe Hildevert et le réseau Armand Spiritualist 1944 de Jacques Cumont Editions Amattéïs 1991
  10. Résistantes et Résistants de Seine-Saint-Denis de Monique Houssin Editions de l'Atelier 2004
  11. « Louis, Eugène AMIARD (1872 - 1935) », sur Assemblée nationale
  12. a et b « La ville à travers les âges », sur Ville de Neuilly-Sur-Marne (consulté le 8 septembre 2011)
  13. Description du logo de la ville de Neuilly-sur-Marne sur le site internet de la commune. Consulté le 7/9/2012.