Saint-Germain-sur-Morin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain et Morin.
Saint-Germain-sur-Morin
Blason de Saint-Germain-sur-Morin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Crécy-la-Chapelle
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Créçois
Maire
Mandat
Alain Gaillard
avr. 2010-2014
Code postal 77860
Code commune 77413
Démographie
Gentilé Saint-Germinois
Population
municipale
3 553 hab. (2011)
Densité 739 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 56″ N 2° 51′ 03″ E / 48.8822, 2.8508 ()48° 52′ 56″ Nord 2° 51′ 03″ Est / 48.8822, 2.8508 ()  
Altitude Min. 45 m – Max. 141 m
Superficie 4,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-sur-Morin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-sur-Morin

Saint-Germain-sur-Morin est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France..

Les habitants sont appelés les Saint-Germinois et Saint-Germinoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par une gare de la ligne Transilien Esbly - Crécy-la-Chapelle.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune possède un hameau : Montguillon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont : Coutevroult, Montry, Couilly-Pont-aux-Dames, Villiers-sur-Morin, Magny-le-Hongre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2005, la commune a reçu le label « Ville Internet @ »[1].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 2010 en cours Alain Gaillard    
juin 1995 2010 Patrick Geremia DVG puis PG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 553 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
568 621 624 575 627 568 564 584 533
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
513 522 510 528 474 480 517 510 527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
628 538 509 570 632 714 614 637 746
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
703 676 2 067 2 124 2 356 2 755 3 281 3 362 3 553
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Un grand nombre d'entreprises y ont fleuri :

  • Société ALFYMA INDUSTRIE
  • Société INTERACTIF COGESE (interactif FUSION )
  • COS Artisan
  • MANYOO (Graphisme - Sites internet - Photos - Vidéos - Conseil - Formation et location de projets)
  • Centre d'affaires St germain
  • Chambres d'Hôtes "La Rose des Vents"

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Grand Morin prend à Saint-Germain les allures d'une paisible rivière, ce qui fait de la balade au fil de l'eau l'un des principaux attraits non seulement de ce village mais aussi de toute la vallée. Il reste la bâtisse (privée) d'un moulin à eau sur un bras du Morin. Le moulin n'a plus sa roue, mais le bras passe toujours sous l'ancienne maison du meunier.
Cependant, des crues occasionnelles sont redoutées par leur rapidité et leur importance, ce qui a valu à cette rivière le surnom de petit Nil.

Festivités et événements[modifier | modifier le code]

  • Fête au bord de l'eau : la fête au bord de l'eau a été créée dans les années 1970 par les nouveaux habitants du village (en 1973 la population a triplé avec la construction d'une zone pavillonnaire de 230 logements). C'était à l'époque une "Fête 1900" pour laquelle les habitants se déguisaient en costumes d'époque. Abandonné dans les années 1990, le thème de la fête 1900 a été repris en 2006.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bien communs informationnels[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Germain-sur-Morin a initié en 2002 un mouvement très actif d'équipement informatique basé sur les logiciels libres. En collaboration avec l'association des parents d'élèves et les enseignants, avec un financement de la Région Ile-de-France, l'école élémentaire a été équipée d'un réseau informatique comprenant une salle informatique et des ordinateurs en fond de classe (notamment des terminaux X) reliés à un serveur AbulÉdu.

Les parents d'élèves qui ont participé bénévolement au câblage et à l'équipement de l'école ainsi qu'une trentaine d'autres habitants ont par la même occasion équipé un local fourni par la Mairie et créé l'Espace public informatique, Internet et multimédia, le premier espace public libre recensé en France. L'espace public a été également équipé d'un serveur AbulEdu ainsi que de 10 terminaux X.

Dans le même temps le personnel municipal et les élus ont été formés par leurs pairs disposant de quelques compétences à l'utilisation d'Internet (utilisation de l'e-mail, du navigateur). Dès 2002 une liste de discussion entre élus a permis des échanges de préparations de dossiers, de débats internes, de coordination. Un intranet sous forme de wiki (utilisant TWiki sur un serveur Debian) a été mis en place fin 2002. C'est le 21 octobre 2004 que la ville s'est dotée d'un site web.

En 2004, la Mairie, en collaboration avec l'association @rrobe a édité un CD de logiciels libres, comprenant une vingtaine de logiciels, distribué aux adhérents de l'association, aux conseillers municipaux et aux habitants qui en ont fait la demande à l'association ou lors de la Fête au Bord de l'Eau qui a lieu le troisième samedi de juin. Le même CD a été distribué à tous les enfants de l'école élémentaire pour Noël 2004. Ce CD comportait la version Windows des logiciels dont disposaient déjà les enfants sous Linux à l'école.

Fin 2004, à la demande de l'équipe enseignante, un réseau informatique équipé d'un serveur AbulÉdu a été mis en place à l'école maternelle. Ce fut l'occasion pour l'entreprise prestataire de mettre en place la gestion du son sur les terminaux X, fonction qui n'existait pas auparavant sur le serveur AbulÉdu.

En 2005, ce fut le tour de la bibliothèque d'être équipée avec un serveur informatique et le logiciel libre Koha qui lui permet notamment de mettre en ligne le catalogue de la bibliothèque.

Depuis mai 2006, le bulletin municipal est réalisé avec Scribus pour la mise en page et The Gimp pour le traitement des images.

La ville de Saint-Germain-sur-Morin est adhérente à l'association Scideralle qui assure la promotion des logiciels libres dans l'éducation.

Un espace public "libre" fonctionne, depuis 2002, comme une auberge espagnole pour favoriser l'accès de tous à l'informatique, à Internet et au multimédia. "Libre" parce que les logiciels qui y sont déployés sur le serveur et les postes mis à disposition des adhérents de l'association gestionnaire (l'association @rrobe) sont principalement équipés avec Linux. "Auberge espagnole" parce que le principe est qu'on n'y trouve que ce que chacun apporte et chacun y apporte à la fois ses envies, ses besoins et ses compétences : l'ensemble fonctionne grâce aux échanges de connaissances.

Sports[modifier | modifier le code]

La Randonnée cyclisme du Grand Morin est organisée par le club cyclotourisme de Saint Germain sur Morin "la roue libre" tous les ans le premier week-end du mois de juin.

Le club de basket-ball de la ville, Saint-Germain Basket Club, a fusionné avec le voisin des communes de Bailly-Romainvilliers, Magny-le-Hongre et Chessy, ainsi que le club de Crécy-la-Chapelle, en 2005, formant ainsi le Val d'Europe Pays Créçois Basket Club[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Palmarès 2005 des villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 01/10/2009.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. Jean-Claude Lecointre, « Historique », sur vepc-basket77.fr (consulté le 15 avril 2014)