Montceaux-lès-Meaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montceaux (homonymie).
Montceaux-lès-Meaux
La mairie et son petit clocheton.
La mairie et son petit clocheton.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Meaux-Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays de Meaux
Maire
Mandat
Michel Belin
2014-2020
Code postal 77470
Code commune 77300
Démographie
Gentilé Monticellois
Population
municipale
607 hab. (2011)
Densité 135 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 28″ N 2° 59′ 08″ E / 48.9412197, 2.985534748° 56′ 28″ Nord 2° 59′ 08″ Est / 48.9412197, 2.9855347  
Altitude Min. 90 m – Max. 171 m
Superficie 4,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Montceaux-lès-Meaux

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Montceaux-lès-Meaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montceaux-lès-Meaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montceaux-lès-Meaux
Liens
Site web montceaux-les meaux.eu

Montceaux-lès-Meaux est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Monticellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le village situé en hauteur à cent-soixante mètres d'altitude est à 10 km à l'est de Meaux.

Communes limitrophes de Montceaux-lès-Meaux
Trilport Armentières-en-Brie Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux
Fublaines Montceaux-lès-Meaux
Villemareuil

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aqueduc de la Dhuis.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau de bus Marne et Morin ligne 20 (Gare de Meaux - Trilport - Fublaines - Montceaux-lès-Meaux).

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune doit une grande partie de son renom au château qu'elle abrita. Le Château de Montceaux, acquis au XVIe siècle par Catherine de Médicis, fut ensuite racheté par Henri IV qui l'offrit à Gabrielle d'Estrées, qu'il fit marquise de Montceaux. À la mort de cette dernière, le roi de France le donna à Marie de Médicis à l'occasion de la naissance de Louis XIII.

Plusieurs grands architectes, comme Jacques Androuet du Cerceau, Philibert de l'Orme, le Primatice ou Salomon de Brosse sont intervenus à Montceaux. C'est Claude Mollet qui en a dessiné les jardins à la Française. Passé ensuite au prince de Conti, le château fut démoli à la Révolution.

Il ne reste que d'imposantes ruines, un pavillon, une chapelle, les bâtiments de l'avant cour transformés en maison bourgeoise et les communs du château.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 mars 2014 Monique Lambinet    
mars 2014 en cours Michel Belin [1]   professeur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 607 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
512 532 493 503 537 518 480 472 482
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
456 453 424 402 396 372 347 346 319
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
361 339 334 304 317 323 319 345 366
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
324 361 408 435 532 574 613 618 607
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Spectacles culturels et artistiques organisés dans le parc du château.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Montceaux.
  • L'aqueduc de la Dhuis parcouru par le sentiers de grande randonnée GR 14A.
  • L'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption construite au XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en 05/2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. « Notice no PA00087113 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Le guide du patrimoine Île-de-France, pp. 442-448, Hachette, Paris, 1992 (ISBN 2-01-016811-9)
  6. Jean-Pierre Babelon, Château de France au siècle de la Renaissance, pp. 691-695, Flammarion/Picard, Paris, 1989 (ISBN 2-08-012062-X) (ISBN 2-7084-0387-7)