Frédéric Déhu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric Déhu
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 24 octobre 1972 (42 ans)
Lieu Villeparisis (Seine-et-Marne)
Taille 1,86 m (6 1)
Période pro. 1991-2007
Poste Défenseur central/Milieu défensif
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1991-1999 Drapeau : France RC Lens 281 (21)
1999-2000 Drapeau : Espagne FC Barcelone 023 0(1)
2000-2004 Drapeau : France Paris SG 167 0(8)
2004-2006 Drapeau : France Olympique de Marseille 074 0(3)
2006-2007 Drapeau : Espagne Levante UD 014 0(1)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1998-2000 Drapeau : France France 005 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Frédéric Déhu, né le 24 octobre 1972 à Villeparisis (Seine-et-Marne), est un footballeur international français.

Biographie[modifier | modifier le code]

RC Lens (1991-1999)[modifier | modifier le code]

Natif de Seine-et-Marne et jouant dans la catégorie des cadets nationaux avec son équipe parisienne, Frédéric Déhu est repéré par le RC Lens. Après avoir joué plusieurs fois contre les équipes de Lens, faisant partie de la même poule de championnat que son équipe, le club artois finit par demander à Déhu de venir visiter les installations. Il participe ensuite à un tournoi avec les nordistes, sous la houlette de Patrice Bergues, qui font une proposition à Déhu que celui-ci accepte[1]. Déhu rejoint le centre de formation du RC Lens en 1989, à l’âge de 17 ans[2].

Le 20 octobre 1991, quatre jour avant ses 18 ans, Frédéric Déhu joue son premier match professionnel avec le RC Lens, en deuxième division contre Guingamp (victoire 6-2)[1].

Déhu joue une quinzaine de rencontres pour sa première saison, plus d’un vingtaine pour sa deuxième, et s’installe définitivement comme titulaire chez les Sang et Or ensuite. Milieu de terrain défensif, il ne cesse de progresser de saison en saison et s’affirme comme une valeur sûre du championnat. Lors de la saison 1997-1998, il est l’un des hommes de base de Daniel Leclercq qui emmène les Lensois au titre de Champion de France, dans un poste de « libéro du milieu de terrain ». Il intégre l’équipe de France pour le premier match amical des Bleus après la Coupe du monde[1],[2].

Pour la saison 1998-1999, après le départ de Jean-Guy Wallemme, Déhu devient capitaine. Il participe à la campagne de Ligue des champions, et au match historique du club en battant Arsenal au stade de Wembley. Mais pour le match décisif de poule, Lens reçoit Kiev et Déhu se fait expulser dès la 5e minute, ce qui condamne son équipe. En championnat, Lens ne parvient pas à conserver son titre, mais gagne un nouveau trophée, la Coupe de la Ligue 1999. Après huit années professionnelles dans le nord, Déhu décide de tenter de percer à l’étranger et rejoint le FC Barcelone[1],[2].

Une saison à Barcelone (1999-2000)[modifier | modifier le code]

À l’été 1999, Frédéric Déhu s'envole pour le FC Barcelone. Il commence la saison comme titulaire, les matchs s’enchaînent, mais finit par se blesser. Après un mois et demi de convalescence, Déhu revient à son niveau avant une nouvelle blessure. Lors de son retour, l’entraîneur Louis van Gaal a son équipe type et Déhu n'en fait plus partie[3]. En Ligue des champions, Déhu marque un but du milieu du terrain contre le Hertha Berlin. Il prend sa chance de loin, finalement le ballon est détourné et lobe le gardien[1].

Le Francilien ne reste qu’un an avant de rejoindre le PSG. Au final, le bilan est mitigé mais l'expérience lui permet de côtoyer les Rivaldo, Guardiola, Luís Figo ou encore Kluivert sous le maillot barcelonais[1],[3].

Capitaine du Paris SG (2000-2004)[modifier | modifier le code]

Frédéric Déhu fait alors le choix de revenir en France dans un club ambitieux et qualifié en Ligue des champions. Le dernier jour du mercato, Déhu décide donc de rejoindre le Paris Saint-Germain, l’année où le club fait le choix de recruter plusieurs anciens joueurs formés dans la région parisienne comme Nicolas Anelka et Sylvain Distin[1]. La transaction s'élève à 21 million de francs. Le joueur touche en outre une prime à la signature qui n'est pas révélée, mais est vraisemblablement supérieure à 10 MF[4].

Déhu fait ses débuts pour le déplacement à Troyes, en septembre, et l’entraîneur Philippe Bergeroo ne cache pas ses intentions vis-à-vis du joueur : il veut en faire un défenseur central. Alors qu’il est associé à Rabesandratana, sa première rencontre est un fiasco : Paris encaisse cinq buts. En terme de résultats, la suite est nettement meilleure puisque Paris enchaîne les victoires, et les prestations de Déhu — qui dépanne de temps à autre au milieu de terrain — s’avèrent satisfaisantes, même s’il peine à être le patron tant attendu du secteur défensif. Le jour de ses 28 ans, il provoque un but contre son camp et ouvre le festival parisien contre Rosenborg — victoire 7 buts à 2. Il continue à côtoyer l'équipe de France en participant à un déplacement en Turquie qui marque sa cinquième et dernière sélection[5]. Titulaire lors de la dernière rencontre de Bergeroo à Sedan, il sort sur blessure au bout de dix minutes de jeu, et ne participe finalement que très peu à la déconvenue parisienne[2].

Déhu revient deux semaines plus tard, avec Luis Fernandez pour entraîneur. Celui-ci effectue deux changements qui impactent directement Déhu : ne portant pas Rabesandratana dans son cœur, Luis le destitue du brassard de capitaine, qu’il confie à l’ancien Lensois. Il fait également de ce dernier le libéro de sa nouvelle défense à cinq. Affublé de ces nouvelles responsabilités, Déhu s’affirme enfin dans son nouveau club, et une certaine solidité défensive apparaît. En fin de saison, Fernandez repasse à une défense à quatre éléments, et associe dans l’axe Déhu à Pochettino. Toutefois, le natif de Villeparisis ne se plaît pas si bas sur le terrain et préfère être au cœur du jeu. Luis façonne alors une autre défense et fait de Déhu son milieu défensif, qu’il associe à Arteta pour former une paire complémentaire. Si le PSG n’est, cette saison-là, pas un monstre offensivement, il s’avère être constitué d’un bloc défensif très rigoureux. Ce qui ne l’empêche pas de marquer à plusieurs reprises : cinq buts en tout, dont quatre en championnat. Avec notamment un ciseau dans la surface de réparation qui se loge dans la lucarne de Flavio Roma contre Monaco. Bien plus tard dans la saison, en demi-finale de la Coupe de la Ligue, le PSG reçoit les Girondins de Bordeaux. Déhu est au marquage de Christophe Dugarry. Le match est tendu entre les deux hommes, et en fin de rencontre, Déhu tacle Dugarry les deux pieds décollés — mais sans toucher le joueur. L’arbitre, Gilles Veissière, siffle penalty et la rencontre dégénère. Paris est éliminé, et ne gagne aucun trophée, mais finit quatrième de Ligue 1[2].

À l’intersaison, le brassard de capitaine revient à Mauricio Pochettino. Déhu connaît une saison mitigée avec un seul but inscrit de la tête à Sedan et sa seule expulsion parisienne à Lille[2].

En 2003, Paris change d’entraîneur avec l’arrivée de Vahid Halilhodžić, et le groupe parisien subit de nombreuses modifications. En joueur d’expérience, Déhu accepte de reprendre le brassard de capitaine. Et alors que Paris réalise un très mauvais début de saison, il accepte à contre-cœur de reculer en défense centrale lors de la sixième journée de championnat. À l’époque, il précise bien qu’il ne le fait que pour dépanner. Mais ce repositionnement coïncide avec l’arrivée de résultats probants pour Paris, et notamment une série de cinq victoires consécutives. Le PSG ne perd plus et encaisse peu de buts. L’association de Déhu à Pierre-Fanfan fonctionne à merveille, dans une recette libéro-stoppeur toujours efficace. Déhu marque de la tête un but contre Rennes, capital dans la course à la Ligue des champions. Paris finit par obtenir une belle deuxième place[2].

En tant que capitaine, Déhu est apprécié par les joueurs — Pauleta dira de lui qu’il s’agissait du meilleur capitaine qu’il ait eu —, mais moins de son entraîneur, Vahid Halilhodžić. Selon les journaux de l’époque, l’origine de la brouille date d’une défaite contre Lens, à la suite de laquelle Déhu serait venu demander à son entraîneur d’arrêter de critiquer les joueurs publiquement. En fin de saison, Déhu arrive au terme de son contrat, et l’annonce de sa reconduction tarde à venir. Le capitaine du PSG ne s’entend pas avec son club, qui lui propose un nouveau bail sans hausse de salaire. En attendant, le flou est total et les rumeurs se font insistantes sur une potentielle signature du joueur à l’Olympique de Marseille. Ces bruits ont le malheur de sortir peu de temps avant la finale de Coupe de France que le PSG joue contre La Berrichonne de Châteauroux[2].

Une partie du public parisien ne pardonne pas à son capitaine ce qu’il estime être une trahison. Chose impensable, alors que Paris se bat pour gagner un trophée — ce qui n’était plus arrivé depuis six ans —, Déhu est sifflé à chaque ballon touché. Paris l’emporte quand même, mais le pire est à venir : Déhu, dépité, est presque forcé par ses partenaires à monter en tribune officielle ; et au moment où le capitaine du PSG brandit la sixième Coupe de France du club il est sifflé par les siens. Déhu va se réfugier dans les vestiaires en larmes. Quelques heures plus tard, au beau milieu de la nuit, il soulève à nouveau le trophée à la fenêtre de l’hôtel de ville, et cette fois sous les acclamations des centaines de supporters venus célébrer la victoire[2].

Passage à Marseille (2004-2006)[modifier | modifier le code]

En fin de contrat et malgré une proposition de prolongation entrainant une diminution de salaire de 30%, Frédéric Déhu signe chez le meilleur ennemi, l’Olympique de Marseille[1], pour deux ans[6].

C’est sur ce triste épisode que Déhu quitte le club après quatre ans de loyaux services, dont deux et demi de capitanat. Il signe à Marseille, où ses prestations sont suffisamment bonnes pour que son passé parisien soit oublié. Ses diverses retrouvailles avec le Paris SG se passent mal, puisqu’il perd toutes les confrontations. Très vite, il s’impose comme un leader et prend le brassard pour la deuxième saison. Il retrouve le Stade de France en 2006 pour la finale de la Coupe de France, qu’il perd face au PSG[2].

Fin à Levante (2006-2007)[modifier | modifier le code]

Pour finir sa carrière, Frédéric Déhu repart en Espagne, chez le promu Levante UD. Il signe pour un an avec une option pour deux saisons de plus[7]. Mais malgré un beau projet, celui-ci ne sera jamais mis en œuvre[1]. Confronté aux difficultés financières de Levante et au mauvais classement du club en Liga, Déhu résilie son contrat.

En mars 2008, à 35 ans et faute de club, Déhu tire sa révérence[3].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Après avoir raccroché les crampons, Frédéric Déhu monte un institut de beauté et de fitness avec sa femme et aide Futsal-Store, un site de vente d’équipements de futsal, à se faire connaître. Il passe aussi ses diplômes d’entraîneur[1],[3].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Frédéric Déhu est connu pour son sérieux et sa solidité défensive, mais également pour sa fidélité. En effet, à une époque où de nombreux joueurs accumulent les contrats et les clubs, Déhu passe pour un joueur fidèle à son équipe.

Sa qualité d’anticipation et de placement font penser à Laurent Blanc, à qui Déhu est comparé[2],[1].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Frédéric Déhu [8]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B M B M B M B C M B M B M B
1990-1991 Drapeau de la France RC Lens Division 2 3 0 - - - - - - - - - - - 3 0
1991-1992 Drapeau de la France RC Lens Division 1 15 1 2 1 - - - - - - - - - 17 2
1992-1993 Drapeau de la France RC Lens Division 1 22 2 2 0 - - - - - - - - - 24 2
1993-1994 Drapeau de la France RC Lens Division 1 34 4 4 0 - - - - - - - - - 38 4
1994-1995 Drapeau de la France RC Lens Division 1 29 1 2 0 2 1 - - - - - - - 33 2
1995-1996 Drapeau de la France RC Lens Division 1 35 1 1 0 1 0 - - C3 4 1 - - 41 2
1996-1997 Drapeau de la France RC Lens Division 1 30 5 2 0 3 0 - - C3 1 0 - - 36 5
1997-1998 Drapeau de la France RC Lens Division 1 32 1 6 2 4 1 - - - - - - - 42 4
1998-1999 Drapeau de la France RC Lens Division 1 32 0 3 0 5 0 1 0 C1 6 0 1 0 48 0
1999-2000 Drapeau de l'Espagne FC Barcelone Liga 11 0 4 0 - - - - C1 8 1 3 0 26 1
2000-2001 Drapeau de la France Paris SG Division 1 23 0 2 0 1 0 - - C1 10 1 1 0 37 1
2001-2002 Drapeau de la France Paris SG Division 1 29 4 3 0 3 1 - - CI+C3 8+4 0+0 - - 47 5
2002-2003 Drapeau de la France Paris SG Ligue 1 31 1 6 0 - - - - C3 5 0 - - 42 1
2003-2004 Drapeau de la France Paris SG Ligue 1 36 1 5 0 1 0 - - - - - - - 42 1
2004-2005 Drapeau de la France Olympique de Marseille Ligue 1 27 0 1 1 1 0 - - - - - - - 29 1
2005-2006 Drapeau de la France Olympique de Marseille Ligue 1 30 1 5 0 - - - - CI+C3 5+5 0+1 - - 45 2
2006-2007 Drapeau de l'Espagne Levante UD Liga 12 1 2 0 - - - - - - - - - 14 1
Total sur la carrière 431 23 50 4 21 3 1 0 - 56 4 5 0 564 34

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Déhu : « Pas facile de passer de Lens à Barcelone » », sur sofoot.com,‎ 15 avril 2014 (consulté le 25/11/2014)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Portraits d’anciens du PSG : Lionel Letizi, Déhu, Distin », sur psgmag.net,‎ 26 février 2011 (consulté le 25/11/2014)
  3. a, b, c et d « Que deviens-tu Frédéric Déhu ? », sur football-mag.fr,‎ 23 juillet 2014 (consulté le 25/11/2014)
  4. « 21 MF pour Dehu, 16 MF pour Carteron », sur sport.fr,‎ 30 août 2000 (consulté le 25/11/2014)
  5. Fiche de Déhu sur fff.fr
  6. « Déhu officiellement Marseillais », sur sport.fr,‎ 24 juin 2004 (consulté le 25/11/2014)
  7. « Frédéric Déhu part à Levante », sur sport.fr,‎ 5 juillet 2006 (consulté le 25/11/2014)
  8. Statistiques de Frédéric Déhu sur footballdatabase.eu