Claye-Souilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claye-Souilly
La mairie
La mairie
Blason de Claye-Souilly
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Canton Canton de Claye-Souilly
Intercommunalité Communauté de communes plaines et monts de France
Maire
Mandat
Yves Albarello
2014-2020
Code postal 77410
Code commune 77118
Démographie
Gentilé Clayois
Population
municipale
11 122 hab. (2011)
Densité 737 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 00″ N 2° 42′ 00″ E / 48.95, 2.7 ()48° 57′ 00″ Nord 2° 42′ 00″ Est / 48.95, 2.7 ()  
Altitude Min. 42 m – Max. 124 m
Superficie 15,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Claye-Souilly

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Claye-Souilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Claye-Souilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Claye-Souilly
Liens
Site web claye-souilly.fr

Claye-Souilly (prononcé [kle su.ˈji]) est une commune française située à 27 kilomètres à l'est de Paris dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Clayois.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est aux portes de l'agglomération parisienne ainsi que des espaces ruraux seine-et-marnais. Le territoire communal s'étend sur plus de 15,07 km², comprenant des bois et des terres labourables. Il est supérieur à la moyenne départementale (11,5 km²). C'est un pays à peu près plat qui fait partie de l'immense plateau s'étendant des hauteurs de Dammartin-en-Goële et Montgé-en-Goële au Nord à celles de Lagny-sur-Marne et Vaujours au Sud. L'altitude moyenne est de 56 mètres[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Claye-Souilly
Mitry-Mory Gressy
Messy
Charny
Villeparisis Claye-Souilly Fresnes-sur-Marne
Le Pin Villevaudé Annet-sur-Marne

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est argilo-calcaire en grande partie et argilo-siliceux, la ville étant situé dans support de calcaire dit « de Saint-Ouen », calcaire grossier comportant des intercalations de marne.

L'ensemble fait partie du bassin parisien, ensemble géologique d'origine sédimentaire relativement homogène. La sismicité de Claye-Souilly est négligeable mais néanmoins non nulle[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'alimentation en eau de la commune est assurée par le syndicat intercommunal de la région Tremblay-en-France/Claye-Souilly à partir de l’usine régionale de production d’eau potable située dans la commune d’Annet-sur-Marne.

Hormis le lotissement de Bois Fleuri, rattaché à la station intercommunale de Villeparisis, le traitement des eaux usées est assuré par les deux stations d’épuration présentes sur le territoire communal :

  • La nouvelle station d'épuration de Voisins nommée « Recycl'eau », inaugurée en 2011, traitant les eaux usées de 14 000 équivalent-habitants, intégrant de nombreuses normes de haute qualité environnementale et utilisant la technologie membranaire Ultrafor. Cette technologie permet d’obtenir une « eau qualité baignade », préservant la Beuvronne dans laquelle les eaux traitées seront rejetées [3].
  • La station d'épuration de Souilly, d’une capacité de 5 200 équivalent-habitants et qui accueille une plateforme de stockage des boues chaulées ; avec un jardin filtrant évitant l’utilisation de produits physico-chimiques, la désodorisation de cet équipement étant totalement biologique [4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Les axes routiers de communication principaux de la ville sont la route départementale 34, la route départementale 212 et la route nationale 3.

La route nationale 3 traverse la ville d'est en ouest. Vers l'est elle traverse la campagne seine-et-marnaise jusqu'à la ville de Meaux et vers l'ouest, elle se dirige vers l'agglomération Parisienne et l'échangeur avec l'A104 au niveau de Villeparisis. Cette route était autrefois un passage obligé pour les voyageurs allant vers l'est ou vers l'Allemagne jusqu'à la construction de l'autoroute A4.

La départementale 212 traverse la zone commerciale et permet d'atteindre l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle en une dizaine de minutes.

La départementale 34 constitue le prolongement de la D212 vers le sud. Elle borde la forêt régionale de Claye-Souilly et continue vers le sud-ouest à travers la commune voisine de Villevaudé.

L'axe de communication majeur qu'est l'autoroute A104 ne se situe pas dans le territoire communal mais le borde à l'ouest. Cet axe permet de relier la commune à de nombreuses destinations majeures comme la ville nouvelle de Marne-la-Vallée au sud ou au parc des expositions de Villepinte au nord-ouest.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La gare la plus proche de Claye-Souilly est la gare de Mitry - Claye (RER)(B) située sur la commune voisine de Mitry-Mory. Elle permet de rejoindre Paris en vingt-huit minutes. Elle est accessible par les lignes de bus 8 et 18(TVF).

La ligne E du réseau de bus Apolo7 permet de rejoindre la gare de Chelles (RER)(E) TransilienLigne P du Transilien.

Plusieurs réseaux de bus traversent et desservent la ville. Le réseau TVF est celui qui comporte le plus de lignes, à savoir 5:

Le réseau PEP'S est présent dans la ville à travers la ligne 15 qui joint la mairie à la gare Gare de Lagny - Thorigny.

La ligne E du réseau STBC relie quant à elle Gare de Chelles - Gournay au centre commercial.

Climat[modifier | modifier le code]

Claye-Souilly, située en Île-de-France, bénéficie d’un climat océanique dégradé. En moyenne annuelle, la température relevée s’établit à 11,9 °C avec une maximale de 18,9 °C et une minimale de 4 °C. La température réelle maximale intervient en juillet avec 24 °C et la minimale en janvier avec 0,9 °C. Elle se distingue de Paris par un écart constant de température négatif de 2 °C, qui s’explique notamment par la différence de densité urbaine entre la capitale et sa banlieue.

Nuvola apps kweather.png  Relevés des températures, des précipitations et de l'ensoleillement à Claye-Souilly (Seine-et-Marne) 1971-2000[5],[6],[Note 1]
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes (°C) 0,9 1,3 2,9 5 8,3 11,2 12,9 12,7 10,6 7,7 3,8 1,7 6,6
Températures moyennes (°C) 4 4,5 7,3 9,7 13,7 16,5 18,9 18,8 15,5 11,5 7 5 11,9
Températures maximales moyennes (°C) 6 7,6 10,8 14,4 18,2 21,5 24 23,8 20,9 16 10,1 6,8 15
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 54.3 46.1 53.5 46.5 63.3 57.8 53.6 51.6 53.8 55.5 55.8 55.6 647.3
Moyennes mensuelles d'ensoleillement (h) 55.6 87.5 129.4 172.8 201.4 218.8 239.1 221.1 173.3 125.8 75.2 50.6 1749.5
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Claye-Souilly 1 749 647 env. 15 env. 19 env. 13
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74


Environnement[modifier | modifier le code]

La qualité de l’air à Claye-Souilly est apparentée à celle de la couronne de la frange de l’agglomération parisienne. Cette qualité est très variable et parfois médiocre. La principale source de pollution atmosphérique et de nuisance sonore émane de la circulation routière et aérienne. Les grandes voies de communication routières comme la RN3 ou l'A104, longeant l'ouest de la commune génèrent certaines nuisances tout en portant atteinte à la qualité de l'air. Les pollutions liés aux activités industrielles sont assez rare, les industries existantes dans la ville n'étant pas éminemment polluante.

La qualité de l'eau et du sol dans la commune sont très bonnes et la Claye-Souilly ne compte sur son territoire de site inventorié comme étant pollué. La situation s'est notablement amélioré pour la Beuvronne, qui a de nombreuses années été considéré comme ayant des eaux de mauvaise qualité, grâce notamment aux rénovations et importants travaux qu'ont connu les stations d'épuration de la commune ces dernières années[7].

La commune valorise le biogaz de la décharge (site de stockage de déchets non dangereux) comme source d'énergie[8]. Le centre de stockage de déchets de Claye-Souilly est le plus grand de France, la production de biogaz est d'environ 17 000 m3 par heure dans ce centre[9].

Le tri sélectif est opérationnel sur la commune depuis 1999[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom « Claye » est celte et viendrait de Cloia, mais une version populaire voudrait qu'il vienne du mot claies, désignant des raquettes en osier tressées dont se servaient les habitants pour se déplacer dans les terrains marécageux qui entouraient la ville.

Les noms successifs de la ville sont : « Cloia, Clayes, Cloye, Cloye-en-France, Claye ».

Le nom de « Souilly » vient de Solliacum ou Soullacium, nom de domaine gallo-romain d'un certain Sollius ou Soullius.

Le 21 février 1840, la commune de Souilly est rattachée à la commune de Claye. La nouvelle commune prend le nom de « Claye-Souilly ».

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Il existe 6 quartiers à Claye-Souilly : Claye, Souilly, Mauperthuis (quartier pavillonnaire), Voisins, Bois-Fleuri (partagé entre Claye-Souilly et Villeparisis) et la zone commerciale qui est le cœur économique de la ville. Seul un tiers de la commune est urbanisé. Le reste du territoire communal est occupé par le bois de Claye, le bois des Meuniers, les Petits Bois et de nombreuses étendues de champs.

Claye et Souilly[modifier | modifier le code]

C'est le quartier principal de la ville. Les deux principales artères de Claye-Souilly (l'avenue Pasteur et la rue Jean Jaurès) y passent. On trouve beaucoup d' infrastructures sportives et culturelles dans ce quartier comme le parc Buffon, la salle André-Malraux, le conservatoire, la Planète Oxygène, la salle polyvalente. On trouve des logements HLM à proximité du collège des Tilleuls, de la rue de la Solidarité et de la rue Victor Hugo.

Petit village de 209 habitant en 1790, ce quartier clayois a très vite évolué, surtout lorsqu’il a été rattaché à Claye en 1839 après beaucoup de discussions et de conflits. Aujourd'hui, c'est un quartier résidentiel relié à Claye par la rue du 8 mai 1945. Souilly n'a ni d'école ni d'église, toutes les deux ont été détruites depuis longtemps.

Mauperthuis[modifier | modifier le code]

Mauperthuis est un quartier résidentiel constitué de maisons individuelles. Il a été créé dans les années 1970. On y trouve une école primaire et une petite zone commerciale.

Voisins et Bois-Fleuri[modifier | modifier le code]

Voisins est l'un des plus vieux quartier de Claye-Souilly. Il est constitué de deux rues principales (la rue Fleury et la rue de Voisins) avec une circulation en sens unique et des trottoirs étroits, et de plusieurs petites rues avec des maisons ayant pour la plupart une cour intérieur. C'est dans ce quartier qu'est né en 1839 Eugène Varlin, dans une maison de la rue Berthe, rue qui aujourd'hui porte son nom.

Bois-Fleuri fut créé en 1929 mais fut déclaré par l'administration zone incurable car trop marécageuse. Des travaux eurent lieu à partir de 1952. Des logements furent irrégulièrement construits mais les permis de construire étaient accordés par pure dérogation. C'est en 1965 que Bois-Fleuri a été classé comme lotissement « d'habitations ». Les travaux se poursuivirent, en 2004 Bois-Fleuri a été au réseau d'eaux usées de l'usine de Villeparisis et en 2005 les trottoirs sont aménagés. Aujourd'hui Bois-Fleuri est un hameau d'habitations près de la nationale 3 et dispose d'une mairie annexe, d'une école primaire et maternelle et d'une maison des associations.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine celtique du nom de Claye indique que le lieu est habité depuis une époque très reculée.

Claye était habité sous les premiers rois francs et sous les mérovingiens on frappait la monnaie à Claye. Des monnaies mérovingiennes ont été trouvées, dont un spécimen agrémentait la collection numismatique du vicomte d'Amécourt.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

On ne trouve pas de trace de Claye dans les manuscrits avant le début du XIIe siècle. Vers 1135 le chapitre de la cathédrale de Meaux y installe des chanoines réguliers. Au XIIe siècle on trouve à Claye un prieuré tenu par deux religieux, deux seigneuries distinctes et un château construit sur la Beuvronne appartenant aux seigneurs de Châtillon.

L'une des seigneuries appartient à la famille des Courtenay. Robert de Courtenay, Grand bouteiller de France, fils de Pierre de France, est en 1177 seigneur de Champignelles et de Claye. Ses fils Jean, archevêque de Reims, et Guillaume lui succèdent.

L'autre seigneurie, comprenant le château fort, appartient aux membres d'une illustre famille: les Châtillon, seigneurs de Montjay-la-Tour.

En 1225, le seigneur de Châtillon fait construire une chapelle dans l'enceinte du château qu'il donne, à perpétuité, à l'abbaye de Chaâge à Meaux. En 1260, le fief de Claye qui était réuni à celui de Montjay-la-Tour en fut séparé, occasionnant les protestations de l'évêque de Paris, Renaud III Mignon de Corbeil, qui recevait une rente de 20 livres de chacun des 2 fiefs.

Durant la guerre de Cent Ans, Claye et la région sont plusieurs fois dévastées, en particulier en 1358 lors de la guerre des Jacques puis après la paix de Bicêtre, en 1411, lorsque les compagnies d'aventuriers français, espagnols et italiens des capitaines Polifer et Rodrigo s'établissent à Claye. D'après Juvénal des Ursins, après avoir pillé la région on leur donna la chasse, les deux chefs furent capturés ainsi qu'une centaine de leurs hommes. Leurs chefs, Polifer et Rodrigo, furent pendus à Paris avec une trentaine de leurs compagnons. On jeta les autres à l'eau, à l'exception de ceux qui avaient moins de quinze ans, qu'on se contenta de faire fouetter dans les carrefours et de bannir ensuite du royaume.

En 1418, le château fort de Claye appartient à Guillaume vicomte d'Ay, ou d'Acy, seigneur de Mareil, Claye et Souilly. Il passe par alliance à la famille du Drac, originaire de Picardie, à l'occasion du mariage de sa fille Jacquette, vicomtesse d'Ay, avec Jean I du Drac, président au Parlement de Paris. En 1439, Claye appartient aux fils de ce dernier ; Philippe, Gérard et Jean qui devient, en 1459, évêque de Meaux. C'est ce dernier qui fait reconstruire le château.

En 1460, la construction est à peine achevée, quand une inondation subite de la Marne fait grossir la Beuvronne, dont les eaux emportent toutes les maçonneries de la façade. Selon Jean de Troyes, deux tours neuves renfermant des chambres avec des murs couverts de nattes du Levant et richement garnis de meubles, de lits et de tapisseries sont détruites.

À la mort de l'évêque de Meaux, en 1473, le château de Claye passe à son neveu Jacques, conseiller au Parlement de Paris et fils de Gérard du Drac. À sa mort, il est partagé entre ses deux enfants, Pierre et Jacques chanoine de Chartres.

En 1519, la seigneurie appartient à Louis Anjorrant époux de Marguerite du Drac puis la seigneurie se divise encore entre les Anjorrant et les Tyssart[11]. Les Anjorrant en obtiennent un quart mais tous leurs droits féodaux sont attachés au château du Drac. Ils prennent la qualité de seigneur châtelain de Claye ou de co-seigneur de père en fils, alors que les Tissart[11] s'attribuent les mêmes titres et possèdent leur propre château, reste d'un domaine royal engagé plusieurs siècles auparavant.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Lors des guerres de religion Claye est un grand centre de propagation du calvinisme, les Tyssart étant une famille huguenote. Lors du siège de Paris en 1590, le château de Claye est l'enjeu de combats entre les royalistes du roi Henri et les ligueurs du duc de Mayenne. Ces derniers, qui emportent finalement la bataille, s'y retranchent.

En 1591, le chevalier La Noue s'en empare pour le compte du roi de Navarre forçant la garnison du parti de la Ligue, forte de 70 hommes, à se réfugier à Meaux.

Le 6 novembre 1592, le comte de Chailly bat les troupes royales, s'empare du village, le pille puis le brûle ainsi que l'église Saint-Étienne, qui devait servir de temple aux protestants. Le château pris également est démoli.

Vers 1624, Daniel Tissart, devient seigneur des trois-quarts de Claye par héritage de sa mère Jeanne Anjorrant. Celui-ci, calviniste, fixant sa résidence à Claye le culte réformé y est autorisé. À la suite de quelques infractions commises par ce seigneur et par un ministre nommé Billot[12], également calviniste, sur demande de l'évêque de Meaux Dominique de Ligny, un arrêt de 1662 supprime le prêche et interdit l'inhumation des calvinistes dans le cimetière de la commune[1].

En 1706, le prieur-curé de Claye, Gaillardon, écrit sur le registre paroissial « Le 25 janvier 1706 est mort dans la religion prétendue réformée Jacques Rossignol vigneron, lequel a été inhumé dans son jardin par son fils »[1]. Le même registre indique que d'autres étaient inhumés dans un pré situé près de la fabrique d'impressions sur étoffes.

Le prieur cherchait à ramener les protestants dans la religion catholique : « Le 29 janvier 1706, Louis Poupart marchand demeurant dans la paroisse de Claie diocèse de Meaux, étant au lit malade et perclus de la moitié du corps après avoir plusieurs fois visité dans sa maladie par nous curé-prieur de Claie, de son propre mouvement ou plutôt touché par la grâce et la miséricorde de Dieu, nous a fait demander et appeler pour faire une abjuration entre nos mains et vivre et mourir dans l'Église apostolique catholique et romaine, reconnaissant que d'icelle Église, il n'y a point de salut, laquelle abjuration il a fait en présence de Isaac Poupart, son fils, Jacques Darvin, chirurgien et de Marie-Louise Debaix, jurant sur les saints Évangiles qu'il ne voulait point tenir d'autre doctrine que celle que nous enseigne la dite Église catholique apostolique et romaine, dans laquelle il proteste qu'il veut vivre et mourir. Et a promis ledit Louis Poupart de signer le présent acte aussitôt que Dieu lui aura rendu l'usage de ses membres. Ladite Marie-Louise a déclaré ne savoir écrire »[1].

Vers cette époque, il y avait à Claye une communauté de filles charitables qui recueillait les filles pauvres.

Après la révocation de l'édit de Nantes en 1685, les protestants de Claye sont persécutés par Bossuet qui leur fait abjurer leur religion.

Les rois de France s'arrêtent plusieurs fois à Claye :

En 1642, Louis XIII prit son dîner à Claye.

Louis XIV y couche le 29 juin 1659, ainsi que 10 mai 1661. Le 18 juin 1665, il passa en revue ses gardes du corps dans la plaine près de Claye et s'y arrête de nouveau le 6 juin 1687.

Le 25 octobre 1686, la partie de la seigneurie de Claye provenant de Daniel Tissart est achetée à son fils Louis et sa sœur Charlotte par le duc du Nivernais Julien Mazarini-Mancini, neveu du cardinal Mazarin.

Jusqu'en 1711, l'autre portion de la seigneurie de Claye (un tiers environ incluant l'ancien château de Jean du Drac) appartient toujours aux Anjorrant, puis à la famille Ricouart d'Hérouville. En 1730, Jacques Antoine Ricouart d'Hérouville est seigneur de la mairie royale et haut Justicier.

Vers le milieu du XVIIIe siècle, Claye appartient à Antoine Ricouart d'Hérouville marquis d'Hérouville lieutenant général des armées du Roi[13] et aux Mazarini-Nivernais qui se succèdent à Claye, jusqu'au 16 décembre 1738, au cours duquel une de leurs héritières, Adélaïde Mancini-Mazarini[14] apporte le château de Claye en mariage à Louis Melchior, que l'on trouve également sous le nom de Louis-Héracle-Armand XXI de Polignac, marquis de Polignac et d'Alençon et baron de Lavoûte[15],[16],[17] puis se rendent peu à peu acquéreurs du village de Souilly, d'une ferme dite de Nantouillet sise sur le territoire et d'autres terres à Claye, Voisins et l'Arsilière.

Au milieu du XVIIIe siècle, on comptait à Claye près de 200 feux comptant et 700 à 800 habitants.

Souilly comptait alors 50 feux et 150 à 200 habitants.

Le fief de Claye, qui dépendait de la généralité de Paris, contenait 2 bailliages :

  • Celui de Claye, qui dépendait de la prévôté du Châtelet de Paris
  • Celui de Souilly, qui comprenait les terres de Voisins et l'Arzillières, dépendait de la prévôté de Montjay.

Les deux seigneurs étaient chefs de la mairie royale et avaient droit de haute, moyenne et basse justice

En 1739, la nouvelle route d'Allemagne est créée et passe par Claye. Toutes les habitations de la rue principale [18] doivent être élargies. Un arrêt du conseil du roi de Louis XV du 17 juin 1721 prescrit diverses dispositions concernant l'élargissement et l'alignement des routes royales, la loi est mise en application et plusieurs maisons de la rue principale[18] doivent être reculées. Les travaux commencés en 1754 se prolongent jusqu'en 1804. La plupart des maisons sont abattues puis reconstruites dans le bon alignement. Seul le duc de Polignac obtient par ordonnance royale du 9 janvier 1768 que les bâtiments qu'il a fait construire devant son château, et qui remplacent l'ancienne porte du château des Anjorrant, ne soient pas détruits.

Gabrielle de Polastron épouse de Jules de Polignac dernier seigneur de Claye et de Souilly

En 1782, à la mort du lieutenant général Antoine d'Hérouville, le vicomte Jules de Polignac devient propriétaire des trois châteaux de Claye. Ce sera le dernier seigneur de Claye. Il épouse le 7 juillet 1767, Gabrielle de Polastron. C'est une des beautés de la cour de Louis XVI. Elle n'a que 18 ans, et devient très vite une amie intime de Marie-Antoinette, sa confidente. Elle se voit confier l'éducation des enfants de France. Le vicomte Jules de Polignac devient duc héréditaire en 1780, directeur général des Postes et des haras, et premier écuyer de la Reine. Pour son rôle important auprès de la Reine, la duchesse touche des rentes et des pensions considérables, qui lui permettent de dépenser sans compter.

Le duc de Polignac fait raser les trois châteaux, ne laissant du troisième que les communs, une masure et un vieux colombier.

En 1787, il commence la construction d'un nouveau château, à l'emplacement de la maison bourgeoise des Hérouville. Ce château ne sera jamais terminé puisque sur ordre du roi et de la reine, le duc et la duchesse de Polignac quittent la France le 17 juillet 1789, après la prise de la Bastille, et partent pour Vienne où la duchesse meurt en 1793 à 44 ans, à l'annonce des malheurs de la famille royale. Le duc se retire alors en Russie où il reçoit de Catherine II de Russie une terre en Ukraine. Il meurt en Russie après un court séjour en France pendant la Restauration.

Toutefois, on y occupe beaucoup d'ouvriers, en 1788 et 1789. Lorsque la Révolution les interrompt, les gros murs sont établis, ainsi que la charpente et la couverture en ardoise, mais rien n'est véritablement achevé.

En 1793, tous les biens des Polignac sont confisqués, et le château est vendu en 1797 comme bien national à Marc Messier, fils d'un régisseur du château.

Pendant les guerres de la Révolution française les communes de Claye et de Souilly participent activement aux efforts de guerre. Les 2 communes offrent à Convention nationale « 4 habits complets et 17 paires de souliers pour les défenseurs de la Patrie ».

Le 11 septembre 1792, la municipalité de Souilly arrête que le contingent fourni pour la défense de la Patrie serait de 11 hommes. Le 15 septembre, le conseil vote le don de 110 livres[19] pour « leur aider à à subsister à la défense de la Patrie ».

Sous la première Restauration, Jules de Polignac rentre en France et par jugement du 12 juillet 1814, il retrouve ses biens qui avaient été confisqués à la Révolution.

Le 28 mars 1814, lors de la campagne de France de 1814, Claye fut l'enjeu d'un combat entre les troupes Française du général Compans et l'avant-garde de l'armée de Silésie du Général von Katzler[20].

En 1815, pendant les Cent-Jours, Claye eut à souffrir du passage des troupes alliées vainqueurs à Waterloo, qui avançaient vers Paris.

Après la seconde Restauration, l'un de ses fils, Jules, seigneur de Claye, fut ministre sous Charles X, un autre, Melchior sera gouverneur du château de Fontainebleau.

Souilly, ancien bourg avec une paroisse, est rattachée à Claye par une loi le 25 juillet 1839, malgré l'hostilité de ses habitants.

Lors de la guerre de 1870, Claye-Souilly les Allemands occupèrent le village et la région durant tout le temps que dura le siège de Paris. Ils pillèrent la plupart des maisons et en brûlèrent les portes et les fenêtres.

Annexion de Souilly à Claye[modifier | modifier le code]

En 1833, le conseil municipal de Claye demande l'annexion de la commune de Souilly. Commence alors une lutte entre les deux agglomérations qui va durer plusieurs années.

Par la loi du 25 juillet de 1839 qui devient effectif le 21 février 1840, la commune de Souilly est rattachée à la commune de Claye. La nouvelle commune prend le nom de Claye-Souilly et comprend plusieurs dépendances ou maisons isolées (Gros-Bois, la Rosée, Voisins).

Même si la loi du 25 juillet de 1839 semble définitive et sans appel, en 1848 Souilly demande à son tour la séparation des deux communes. Cependant, le conseil doit s'incliner devant une décision prise à l'unanimité. En effet, la plupart des propriétés composant le territoire de Souilly appartiennent à Messieurs Hédouin, Leduc et Tartier, demeurant tous à Claye. Avec les années, la tension entre les deux localités ne cesse pas, le moindre incident servant de prétexte à une réclamation de la part de la commune annexée contre son gré.

Le 5 avril 1848, le conseil de Claye, bien décidé à en finir, s'exprime sur ce sujet et prend les décisions qui, pense-t-il, mettront fin à tous les problèmes. En cas de partition, Souilly devra supporter seule les conséquences de cette séparation, soit tous les frais concernant le plan d'alignement et la mise à jour de la matrice cadastrale, ainsi que tous les aménagements indispensables au développement et à l'évolution de la commune. Après cette délibération, il ne fut plus question pour Souilly de reprendre son indépendance.

Chronologie de Claye-Souilly au XXe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1936 : construction de la salle André-Malraux.
  • 1959 : ouverture d'une salle polyvalente et d'un plateau d'évolution dans le parc Buffon.
  • 1964 : inauguration de la Poste.
  • 1968 : construction d'un CES et d'un gymnase.
  • 1971 : construction de l'école de Bois-Fleuri.
  • 1972 : inauguration du centre commercial Carrefour.
  • 1977 : ouverture de la piscine.
  • 1974 : les premiers habitants arrivent à Mauperthuis.
  • 1979 : le collège des Tilleuls ouvre ses portes.
  • 1979 : La bibliothèque municipale s'installe dans l'ancienne orangerie du château des Tourelles.
  • 1979 : le centre de loisirs "les Lutins" ouvre ses portes.
  • 1982 : ouverture du Conservatoire de Musique, de Chant et de Danse.
  • 1984 : création du lycée professionnel de Claye.
  • 1991 : la maison de retraite du parc de Claye devient la résidence AGOS.
  • 1992 : aménagement du parking de l'Abreuvoir.
  • 1993 : inauguration de la médiathèque de l'Orangerie.
  • 1996 : ouverture de la discothèque de la médiathèque de l'Orangerie.
  • 1999 : jumelage avec la ville italienne de Soave.
  • 2011 : inauguration du dojo, dans le parc Buffon, par David Douillet alors ministre des sports.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1835 1852 Jules Botot    
mars 1856 avril 1859 François Dufraigne républicain  
11 mars 1900 23 mai 1907 Eugène Adrien Pelletier Radical socialiste  
19 mai 1912 11 novembre 1921 Victor Wavrin    
1921 1932  ? Delabarre    
1932 1935  ? Eschalier    
1925 1937  ? Benech    
1937 1944 Clément Petit    
1944 1959 André Benoît    
1959 1985 André Darfeuille    
1985 1989  ? Letellier    
mars 1989 en cours Yves Albarello[21] UMP Député

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 22 mai 2013, Claye-Souilly est jumelée avec[34] :

Il s'agit d'une cité médiévale de 6 562 habitants en octobre 2001[35], située entre Venise et Vérone au Nord de l’Italie. Les deux villes ont fêté les dix ans de jumelage les 30, 31 mai et le 1er juin 2009. Ce jumelage a favorisé des échanges culturels franco-italiens. Dès le début de 2003, des contacts et des correspondances ont été entrepris entre les jeunes de l'Instituto Comprensivo de Soave et des élèves de troisième du collège des Tilleuls. Ces échanges scolaires se sont concrétisés par la venue d'Italiens à Claye-Souilly au mois d'avril 2003 et par le départ d'élèves Clayois pour Soave au mois de mai 2003.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie et évolution de la population[modifier | modifier le code]

La population (11 751 habitants) est supérieure à la moyenne départementale (2 508 habitants) mais Claye-Souilly ne se classe qu'à la 29e place des villes les plus peuplées de Seine-et-Marne. La densité, (746 habitant/km²) est beaucoup plus élevée que celle du département (218 habitant/km²).

La population communale n'a cessé d'augmenter depuis plus d'un demi-siècle[36], profitant d'une situation exceptionnelle et cette situation ne devrait pas s'arrêter, notamment grâce aux nouveaux programmes de logements collectifs ou individuels à l'étude ou en construction.

C'est surtout durant les années 1970 aux années 1990 que Claye-Souilly a le plus vu sa population augmenter. Durant ces années, le taux d'augmentation annuelle de la population dépassait les 5 %. L'augmentation de la population est essentiellement dû à un apport migratoire favorisé programmes de construction d’habitations individuelles jusque dans les années 1990, années où les élus ont souhaité une pause qui a provoqué une diminution des flux migratoires[7].

Alors qu’en 1975, les deux tiers de la population communale étaient âgés de moins de 40 ans, progressivement les personnes âgées de 40 à 60 ans ont vu leur nombre considérablement augmenter. Cette donnée confrontée à un taux notoire de renouvellement, laisse supposer qu’une part de la population qui reste à Claye est arrivée jeune ménage et a conservé son logement certes, mais surtout d’autre part, qu’en cas de renouvellement sur ces logements, ce ne sont pas des jeunes ménages qui arrivent mais au contraire des gens d’environ 40 ans.

En 2011, la commune comptait 11 122 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
810 878 941 976 1 108 1 132 1 499 1 495 1 449
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 487 1 607 1 752 1 684 1 667 1 902 1 880 1 936 1 939
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 851 1 828 1 919 1 826 1 994 2 129 2 030 2 043 2 456
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 220 4 363 5 735 8 152 9 740 10 152 11 086 11 122 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2004[38].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

L’analyse de la pyramide des âges de Claye-Souilly comparée à celle du département de la Seine-et-Marne montre une similarité dans la répartition de la population par classes d’âges, avec cependant une tendance dans la commune à une représentation plus importante des quatre catégories les plus âgées, induisant une représentation statistiquement plus faible des habitants âgés de quinze à quarante-quatre ans.

Pyramide des âges à Claye-Souilly en 2006 en pourcentage[39].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
1,1 
2,9 
75 à 89 ans
5,5 
9,9 
60 à 74 ans
10,9 
22,9 
45 à 59 ans
24,2 
22,6 
30 à 44 ans
23,1 
21,9 
15 à 29 ans
17,3 
19,6 
0 à 14 ans
17,9 
Pyramide des âges en Seine-et-Marne en 2006 en pourcentage[40].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
3,6 
75 à 89 ans
5,8 
9,6 
60 à 74 ans
10,0 
20,9 
45 à 59 ans
20,3 
22,6 
30 à 44 ans
22,6 
20,9 
15 à 29 ans
19,9 
22,2 
0 à 14 ans
20,5 

Niveau d'études[modifier | modifier le code]

Le niveau d'éducation à Claye-Souilly[41] est plus élevé que dans le reste du département de la Seine-et-Marne[42]. En effet, il apparaît que seulement 16,6 % de la population n'est titulaire d'aucun diplôme, chiffre moins important que sur l'ensemble du département (18,5 %). À l'inverse, la part dans la population totale des titulaires de diplômes de niveau Bac+2 ou supérieur est, dans la commune, de 24,1 % contre 22,9 % dans le département.

Diplôme le plus élevé de la population non scolarisée de 15 ans ou plus selon le sexe en 2007.
  Ensemble Homme Femme
Population non scolarisée de 15 ans ou plus 8064 3888 4176
Part des titulaires en %
- d'aucun diplôme 16,6 16,1 17,0
- du certificat d'études primaires 9,8 7,4 12,0
- du BEPC, brevet des collèges 7,2 6,2 8,2
- d'un CAP ou d'un BEP 23,3 27,3 19,5
- d'un baccalauréat ou d'un brevet professionnel 19,0 19,8 18,3
- d'un diplôme de niveau bac + 2 13,4 12,3 14,4
- d'un diplôme de niveau supérieur à bac + 2 10,7 11,0 10,4

Enseignement[modifier | modifier le code]

Claye-Souilly est rattachée à l'académie de Créteil. Les établissements scolaires suivants se trouvent à Claye-Souilly :

  • 6 écoles maternelles ou primaires :
    • École maternelle Grandchamp
    • Groupe scolaire Maryse Bastié (maternelle et élémentaire),
    • Groupe scolaire Mauperthuis (maternelle et élémentaire),
    • École Eugène-Varlin
    • École de Bois-Fleuri,
    • École maternelle du Centre.
  • 2 collèges :
    • Collège des Tilleuls,
    • Collège du Parc des Tourelles.
  • 1 lycée professionnel
    • Lycée du Champ de Claye.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas d’établissement de santé sur son territoire mais deux hôpitaux et une clinique privée sont à proximité à Lagny-sur-Marne, Mitry-Mory et Brou-sur-Chantereine. Dix-neuf médecins et sept chirurgiens-dentistes exercent sur la commune, et quatre pharmacies sont implantées sur son territoire.

Services publics[modifier | modifier le code]

En dehors des services et infrastructures dépendants de la mairie, la ville dispose d’un bureau de Poste, d'un centre de tri postal, d'une caserne de pompiers et d'une gendarmerie[43].

Sports[modifier | modifier le code]

Il existe des activités sportives très diverses à Claye-Souilly[44] : le handball, le basket-ball, le tennis, le judo, le karaté, le tir à l'arc, le badminton, la boxe thailandaise, la natation, l'équitation, le Viet Vo Dao, la pétanque, la gymnastique etc.

Le club de football communal a été créé en 1931. C'est surtout dans les années 1960 que le club a évolué grâce à la municipalité conduite par le docteur Darfeuille, qui a fait agrandir le stade, construire une tribune de 300 places avec douches et vestiaires, ce qui a permis d'accueillir un plus grand nombre de joueur. Sur le plan sportif, la saison 1965-1966 fut une saison particulièrement brillante pour le club clayois qui remporta la coupe de Seine-et-Marne. La même année, il remporte le championnat de Paris de toute la première division, soit 96 équipes sur le terrain de Neuilly-sur-Seine et accède ainsi à la promotion d'honneur en 1967. En 1998, Christophe Tallis succède à Bruno Albarello, qui est resté 36 ans au poste de président. Le club remporte la coupe de Seine-et-Marne Nord lors de la saison 2001-2002 et il remporte le championnat d'excellence départemental nord lors de la saison 2003-2004. Le club compte actuellement[Quand ?] environ 500 licenciés et 25 équipes. La première équipe évolue en promotion d'honneur pendant la saison 2011/2012.

En 2008, le Claye-Souilly Judo 77 (CSJ77) a fêté ses 40 ans d'existence. Ce club fut créé en décembre 1968 par Gaston Villeneuve (professeur de mathématiques au collège des Tourelles) au sein du célèbre CSSS Claye-Souilly Sauter Sportif. En 1996, une section sport adapté vit le jour, le CSJ 77 fut le premier de la ville à ouvrir ses portes à un public présentant des troubles cognitifs et physiques. Le 18 novembre 2011, en donnant son nom à la salle polyvalente David Douillet ministre des Sports quadruple champion du monde et double médaillé olympique a accepté la demande du Député-Maire Yves Albarello et exaucé le vœu du président du club.

Le Full Sambo Evolution de Claye-Souilly est actuellement[Quand ?] le club de sambo le plus performant en France. Il a été créé en 1999 par Bruno Schmitt, un membre de l'équipe de France. En 2013, lors des championnats de France de cette discipline, organisés à Claye-Souilly, le Full Sambo Evolution rafle 17 médailles d'or et permet à la région Ile-de-France de se classer 1ère région de France.

La ville possède de nombreuses installations sportives : le stade Clément-Petit, trois gymnases (le gymnase des Tourelles, le gymnase des Tilleuls, le gymnase Henri-Loison), la piscine intercommunale et le boulodrome.

Parmi les sportifs clayois, l'on peut citer Frédéric Déhu, footballeur professionnel de 1992 à 2005 (RC Lens, FC Barcelone, Paris SG, O. de Marseille et Levante (Espagne)), également appelé en équipe de France entre 1998 et 2002 (5 sélections) et Lionel Mathis, footballeur professionnel depuis 2000 (AJ Auxerre, FC Sochaux et aujourd'hui EA Guingamp).

En 1998 les arbitres de la Coupe du Monde de football se sont entraînés dans le stade Clément-Petit. Ils étaient 67 au total, représentant 52 nations.

Économie[modifier | modifier le code]

Claye-Souilly est intégrée par l’Insee au bassin d'emploi de Saint-Denis[45] qui regroupait en 2007 plus d' 1 196 246 habitants, les Clayois représentant 0,9 % du total. Le budget de la ville s'élevait à 23 152 948 € en 2010. Plus de 400 entreprises sont installées à Claye-Souilly.

Parallèlement à sa croissance démographique, la commune a su conduire un développement économique moderne lui permettant de passer du bourg rural du XIXe siècle à une ville du XXIe.

Au niveau local, la ville est perçue comme le premier centre urbain après l'agglomération parisienne. Les nombreuses routes départementales permettent aux villages voisins d'être reliés à cette ville particulièrement bien nantie en matière de commerces, services, emplois.

Entreprises et services[modifier | modifier le code]

Le nombre total d'établissements est d'environ 555 (en décembre 2004). Le nombre de créations d'entreprises est de 67, plaçant Claye-Souilly au 735e rang national[46]. Les établissements de l'industrie agricole et alimentaire représentent 1,4 % du nombre total d'entreprises avec un nombre de huit établissements, les industries des biens de consommation représentent 2,5 % avec quatorze établissements, les industries automobiles comptent une seule entreprise, les industries des biens d'équipement représentent une part de 1,6 % avec neuf entreprises. L'industrie des biens intermédiaires comporte vingt-et-une entreprises soit 3,8 %, l'énergie s'élève à 0,4 % avec deux entreprises, la construction avec ses cinquante-sept entreprises représente 10,3 %, le commerce ne représente pas moins de 35,9 % du nombre total d'entreprises avec cent quatre-vingt-dix-neuf établissements, le transport comprend trente établissements soit 5,4 %.

Les activités immobilières totalisent dix-huit entreprises soit 3,2 %, les services aux entreprises représentent 13,3 % avec centre soixante-quatorze établissements, les services aux particuliers comprennent soixante-sept entreprises soit 12,1 % et enfin pour ce qui touche au dernier type d'établissement à savoir l'éducation, la santé et l'action sociale on dénombre cinquante-cinq entreprises soit 9,9 % du nombre d'établissements total.

La disparition progressive des commerces de bouche au profit de commerces et d'activités de service (optique, agences immobilières...) est une question périodiquement soulevée.

Le centre commercial « Les Sentiers de Claye-Souilly » : mur végétal.

La zone commerciale de Claye-Souilly comprend le centre commercial et des dizaines d'autres magasins. C'est la deuxième zone commerciale de l'Est parisien. Elle couvre une zone de chalandise de 600 000 habitants et accueille 9 millions de visiteurs annuellement. On y trouve aussi un centre de tri postal.

Le centre commercial Claye-Souilly a ouvert ses portes en 1972 avec de près de 80 enseignes, il dispose d'un des plus puissants hypermarché Carrefour de France. Il appartient au groupe Klépierre Ségécé. Le centre commercial est en extension en 2012, cette opération de rénovation et de modernisation a créé une nouvelle allée commerciale soit 13 000 m² de surface supplémentaire et une cinquantaine de nouvelles boutiques.

Revenus de la population[modifier | modifier le code]

Le revenu moyen net par ménage est de 3 464 euros par mois. Claye-Souilly se place à la 1 774e place (sur 36 717) au niveau national[47].

Emplois et activité économique clayoise[modifier | modifier le code]

Forte d'environ 400 entreprises, Claye-Souilly offre un nombre élevé d'emploi par rapport à sa population (environ 5 000 pour un peu plus de 11 000 habitants). Ces emplois se caractérisent par leur grande variété.

Le pôle commercial au nord-ouest de la ville est le plus grand pourvoyeur d'emploi. Le centre carrefour emploi à lui seul environ 700 personnes, auxquelles il faut ajouter 700 autres personnes travaillant dans la galerie du centre commercial. Les autres grands centres du pôle, comme Castorama, Décathlon ou Boulanger offrent 400 emplois sans compter le nombre considérables de petites enseignes (de 150 à 200) qui emploient chacune 3 à 10 personnes.

Outre la zone commerciale, Claye-Souilly offre de nombreux emplois communaux ou d'emplois dans la fonction publiques dus notamment aux nombre élevé d'administrations présentes dans la ville, ce qui constitue un gisement important d'emploi qui, même s’il est peu ouvert, participe à l’économie locale indirecte.

Emploi des habitants[modifier | modifier le code]

En 2007, la population active comptait 7824 personnes soit un taux d'activité de 79,1 %. Parmi celles-ci, 5 692 avaient un emploi, soit un taux d'emploi de 72,7 % et 497 étaient en chômage, soit un taux de chômage de 8,0 %, légèrement inférieur au taux national (8,3 %). Parmi les personnes ayant un emploi, près de la moitié (53,08 %) travaillaient dans un autre département francilien et seulement 22,9 % dans la commune et 22,9 % également dans une autre commune de Seine-et-Marne[48].

Répartition des emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2007.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,

chefs d’entreprise

Cadres et professions

intellectuelles supérieures

Professions

intermédiaires

Employés Ouvriers
Claye-Souilly 0,1 % 3,8 % 9,5 % 23,8 % 37,5 % 25,2 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteur d'activité en 2007.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Administration publique, enseignement, santé.
Claye-Souilly 0,2 % 16,2 % 3,8 % 58,6 % 21,2 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 %
Chômage des 15-64 ans en 1999 et en 2007.
  2007 1999
Nombre de chômeurs 497 399
Taux de chômage en % 8,0 7,5
Taux de chômage des hommes en % 7,6 6,9
Taux de chômage des femmes en % 8,5 8,2
Part des femmes parmi les chômeurs en % 50,4 50,1

Logement[modifier | modifier le code]

En 2007, 4 489 logements étaient recensés à Claye-Souilly, dont 4274 résidences principales soit 91,7 % du total. Les logements clayois se caractérisent par leur grandeur puisque 45,6 % d'entre eux possèdent 5 pièces ou plus. La plupart de ces logements sont des maisons (64,3 %), contre seulement 35,3 % d'appartement. Une grande partie des Clayois sont propriétaires de leur logement (67,1 %), seul 30,1 % sont locataires[49].

Résidences principales selon le nombres de pièces en 1999 et en 2007.
  2007 % 1999 %
Ensemble 4274 100 3613 100
1 pièce 237 5.5 216 6.0
2 pièces 495 11.6 329 9.1
3 pièces 669 15.7 561 15.5
4 pièces 924 21.6 899 24.9
5 pièces ou plus 1948 45.6 1608 44.5
Types de logements en 1999 et en 2007.
  2007 % 1999 %
Maisons 2889 64,3 2722 69.1
Appartements 1585 35.3 1131 28.7
Résidences principales selon le statut d'occupation
  Nombre % Nombre de personnes
Ensemble 4274 100 10944
Propriétaire 2868 67.1 7785
Locataire 1287 30.1 2869
Logé gratuitement 118 2.8 289

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château des Tourelles, qui est l'actuelle[Quand ?] mairie de Claye-Souilly, a été construit vers 1850 dans une partie du parc des Polignac. En effet, la propriété de la Duchesse Melchior de Polignac est fractionnée et vendue vers 1830. Une partie est achetée par Jules Botot (maire et conseiller général de 1833 à 1848, désigné par le roi Louis Philippe et non pas élu). Après la Révolution de 1848, la propriété est de nouveau morcelée. Philéas Bernard achète une partie de cette propriété.

Le château appartient ensuite vers 1900 à P. F. Languet, ensuite Mmes Dedobourg et Baron et en 1920 aux héritiers Verhnes (café liqueurs en gros de Paris). Au début du XXe siècle, un grand nombre de domestiques est employé à l'entretien du château, car ce dernier est très bien agencé et les dépendances demandent un soin constant.

Pendant la Première Guerre mondiale, le château des Tourelles a servi de quartier général au général Maunoury, commandant de la 6e Armée lors de la bataille de la Marne du 6 au 10 septembre 1914. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le château est réquisitionné dès le début de l'invasion des troupes allemandes. Il est rendu au gouvernement de Vichy. À la fin de la guerre, il devient un des sièges du Secours national. Des enfants de Paris y seront abrités afin d'échapper aux bombardements. En 1955, la déviation de la Nationale 3 coupe la propriété en deux. Le château est transformé de 1957 à 1961 en cours complémentaire avant de devenir l'actuel hôtel de ville de Claye-Souilly.

L'église et le canal de l'Ourcq
  • L'église Saint-Étienne fut reconstruite au XVIIe siècle. Elle reste le plus important vestige du passé de Claye-Souilly. Elle présente une seule nef, à voûtes légères, en berceau, avec des poutres apparentes (autrefois colorées de de vert et de rouge), les fenêtres sont en plein centre. Un retable, aux colonnes corinthiennes, entoure le maître-autel, que domine un tableau représentant la Sainte Famille d'après le tableau du peintre Raphaël conservé au Louvre. Le nef est entièrement revêtue de boiseries sobres ; dans l'entrée, la chaire où Bossuet est en chêne sculpté, elle est dotée de rayons dorés, marque de la dépendance de l'église vis-à-vis de l'abbaye de Chaage-de-Meaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

L'espace André-Malraux, doté de 300 places, accueille divers représentations (représentations théâtrales, soirées concerts, conférences, variétés…). Il est parrainé par l'humoriste Guy Montagné et il a déjà reçu des artistes de renom tels que Serge Lama, Édouard Baer, Olivia Ruiz, Clarika, Berry, Jean-Luc Lemoine, Stéphane Guillon ou encore Rose[50].

Films tournés à Claye-Souilly[modifier | modifier le code]

En 1952, certaines pièces du célèbre film Casque d'or, de Jacques Becker, ont été tournés au château de Claye, aujourd'hui détruit.

Ville fleurie[modifier | modifier le code]

Claye-Souilly a obtenu en 2013 sa 4e fleur au concours des villes et villages fleuris[51].

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’azur aux trois lys de jardin d’or tigés et feuillés de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les valeurs d'insolation sur la période 1961/1990 (héliographes Jordan puis Campbell-Stokes) présentent des écarts de mesure avec celles relevées depuis l'implantation des héliographes à fibre optique Cimel.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Monographie communale de Claye-Souilly aux archives départementales de Seine et Marne
  2. http://www.annuaire-mairie.fr/ville-claye-souilly.html
  3. [1]
  4. [2]
  5. « Climatologie : Le BOurget - Températures moyennes depuis 1781 », sur lameteo.org (consulté le 18 novembre 2010)
  6. « Le Bourget (Seine-Saint-Denis)- 52 m [1961-1990 »], sur infoclimat.fr (consulté le 12 février 2011)
  7. a et b http://www.claye-souilly.fr/mairie/ppad/rapport-presentation.pdf
  8. [<http://www.lettreducadre.fr/PAR_TPL_IDENTIFIANT/33386/TPL_CODE/TPL_ACTURES_FICHE/PAG_TITLE/Claye-Souilly+(77)+:+le+biogaz+de+centre+de+stockage+en+carburant/2109-fiche-article-de-newsletter.htm]
  9. [3]
  10. [4]]
  11. a et b Ecrit Tyssart et Tissart
  12. Billot ou Billet
  13. http://cyberato.pu-pm.univ-fcomte.fr/eratosthene/files/Sottiau_memoire_2007.pdf
  14. Encore appelée Marie-Zéphérine Mancini-Mazarini
  15. Louis-Melchior-Armand de Polignac
  16. La Dynastie de Polignac
  17. Louis-Héracle-Armand XXI de POLIGNAC sur Généanet.org
  18. a et b les futures rues de Paris et Jean-Jaurès
  19. Soit 10 livres par homme
  20. Général Andreas Georg Friedrich von Katzler (1764-1834) qui fut par la suite commandant de Danzig
  21. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en 03/2014).
  22. [5]
  23. [6]
  24. [7]
  25. [8]
  26. [9]
  27. [10]
  28. [11]
  29. [12]
  30. [13]
  31. [14]
  32. [15]
  33. [16]
  34. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 22 mai 2013).
  35. Office italien des statistiques, province de Vérone, tableau 2.1, p. 90, 21 octobre 2001, [lire en ligne]
  36. http://www.annuaire-mairie.fr/statistique-claye-souilly.html#population
  37. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  39. Pyramide des âges à Claye-Souilly en 2006 sur le site de l'Insee. Consulté le 15/01/2011.
  40. Pyramide des âges de Seine-et-Marne en 2006 sur le site de l'Insee. Consulté le 07/03/2010.
  41. [17]
  42. [18]
  43. [19]
  44. [20]
  45. [21]
  46. [22]
  47. [23]
  48. [24]
  49. [25]
  50. http://www.claye-souilly.fr/malraux.php?id=5
  51. [26]