La Genevraye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec La Genevraie.
La Genevraye
La mairie
La mairie
Blason de La Genevraye
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Arrondissement de Fontainebleau
(Fontainebleau)
Canton canton de Nemours
Intercommunalité Communauté de communes Moret Seine et Loing
Maire
Mandat
Marie-Claire Perini
2008-2014
Code postal 77690
Code commune 77202
Démographie
Gentilé Genevriens
Population
municipale
622 hab. (2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 15″ N 2° 44′ 59″ E / 48.3208, 2.7498 ()48° 19′ 15″ Nord 2° 44′ 59″ Est / 48.3208, 2.7498 ()  
Altitude Min. 51 m – Max. 79 m
Superficie 13,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Genevraye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Genevraye
Liens
Site web http://lagenevraye.fr

La Genevraye est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Les habitants sont appelés les Genevrien(ne)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 13 km au sud de la ville de Fontainebleau et à 8,5 km au nord-est de la ville de Nemours, la commune s'étend le long de la rive droite de la rivière le Loing et de son canal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Genevraye
Bourron-Marlotte Montigny-sur-Loing Épisy
Grez-sur-Loing La Genevraye
Montcourt-Fromonville Nonville Villemer

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Hameau de Cugny, dont la population compte pour moitié de celle de La Genevraye, situé à 1 km. Anciennement, site d'une usine d'explosifs, créée en 1887 et fermée en 1987, entourée d'une cité ouvrière construite vers 1926-1927.
  • Pleignes, les Genévriers.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Rivière le Loing, le Canal du Loing et le Lunain en bordure est de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Qualité
novembre 2006 Marie-Claire Perini [1] Sans profession
mars 2001 Elisabeth Grosshans Agricultrice
mars 1989 Jean-Pierre Aunier
juin 1986 Albert Bude
juillet 1980 Christiane Josien
mars 1977 Gérard Xavier
décembre 1956 Suzanne Burnod
novembre 1946 Jean Astruc
mai 1945 Arthur Cloez
mai 1935 François Hyronimus
mai 1925 Emile Depresles
juillet 1922 Armand Vilain
Xavier Bender
en 1876 Germain Trébuchet Propriétaire

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 622 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
168 141 151 195 175 206 225 237 242
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
270 262 271 216 270 244 255 331 383
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
386 401 397 403 533 540 576 592 630
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
581 541 507 507 528 579 639 632 619
2011 - - - - - - - -
622 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Entreprise la plus importante : Adisco-Daugeron et Fils.
  • Sablières (inexploitées), horticulture, pisciculture (à Grattereau).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Château de la Tour
  • Château de Berville
  • Cité ouvrière de Cugny construite entre 1926 et 1927 par l'architecte Georges-Henri Pingusson pour le compte de la Société française des explosifs.
  • Canal du Loing (canal à petit gabarit)

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin est isolée sur une butte.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Rives du Loing, rives du Canal du Loing (écluses de Berville et de Bordes), Bois des Bauges, étangs et les marais.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Tadeusz Kościuszko (1746–1817), général polonais et américain.
  • Achille de La Genevraye (1787-1814), officier, inspirateur du personnage de Nez-de-Cuir.
  • Lucien Cahen-Michel (1888-1980), peintre.
  • Maurice Martin (1894-1978), peintre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

parti :au 1) mi parti de gueules à l’aigle d’argent armée et lampassée d’or, au 2) d’argent à la croix pattée au pied fiché de gueules et à la champagne d’azur chargée de trois fasces ondée du champ.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en 03/2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. « Notice no PA00087009 », base Mérimée, ministère français de la Culture