La Ferté-Gaucher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Ferté (homonymie).
La Ferté-Gaucher
Église Saint-Romain
Église Saint-Romain
Blason de La Ferté-Gaucher
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton La Ferté-Gaucher
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur de la Brie
Maire
Mandat
Yves Jaunaux
2014-2020
Code postal 77320
Code commune 77182
Démographie
Gentilé Fertois
Population
municipale
4 557 hab. (2011)
Densité 263 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 03″ N 3° 18′ 29″ E / 48.784219, 3.30804348° 47′ 03″ Nord 3° 18′ 29″ Est / 48.784219, 3.308043  
Altitude Min. 107 m – Max. 188 m
Superficie 17,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Ferté-Gaucher

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Ferté-Gaucher
Liens
Site web la-ferte-gaucher.org

La Ferté-Gaucher (prononcé [la fɛʁ.ˈe gɔ.ˈʃe ]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Fertois[1]. Au dernier recensement de 2011, la commune comptait 4 557 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

D'une superficie de 1 732 hectares[1], la commune se situe en Brie dans la vallée du Grand Morin, à 80 km à l'est de Paris, à 20 km de Coulommiers et 30 km de Provins. Elle est traversée par la départementale 934 (ex route nationale 34). Une gare sur une ligne de chemin de fer la reliait à Coulommiers, puis Paris (gare de Paris-Est) via Tournan. Cette ligne n'est plus desservie et est désormais à l'état d'abandon.

Depuis La Ferté-Gaucher, il est possible de voir les fumées des réacteurs de la centrale nucléaire de Nogent, qui se situe à environ 45 kilomètres au sud-est de la ville.

Rose des vents Saint-Léger Bellot Saint-Barthélémy Rose des vents
Jouy-sur-Morin N Saint-Martin-des-Champs
O    La Ferté-Gaucher    E
S
Chartronges Saint-Mars-Vieux-Maisons

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de La Ferté-sur-Morin[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un seigneur de la Cour, nommé Gaucher, devenu possesseur de grands domaines, fait bâtir une ville au milieu de ses terres et l'appelle Fort de Gaucher, actuellement La Ferté-Gaucher. La localité est aussi mentionnée par le nom de Firmitas Galcherii. Ce nom de Firmitas (du latin Firmitis) se traduit par solidité, fermeté (en français, ce dernier remplace ferté qui restera limité aux noms de villes).

Devenu, de par son acquisition, voisin du comte de Champagne, Gaucher se lie d'amitié avec ce puissant seigneur et épouse l'une de ses filles. Cette dernière apporte en dot la terre de Montmirail avec comme condition expresse que le premier fils né de ce mariage en porte le nom et lui rende foi et hommage. C'est pourquoi, durant plusieurs siècles, les seigneurs de La Ferté-Gaucher furent également seigneurs de Montmirail.

Seigneurs de La Ferté-Gaucher[modifier | modifier le code]

Jean (ou Jehan) de Montmirail (1165 - 29 septembre 1217) était baron de Montmirail, comte de La Ferté-Gaucher, seigneur de Oisy, de La Ferté-sous-Jouarre, de Tresmes (aujourd'hui Crouy-sur-Ourcq), de Crèvecœur, de Bellonne, de Bandelues, de Condé-en-Brie, de La Fère, de Saint-Gobain et de La Chapelle-en-Brie, vicomte de Meaux et châtelain de Cambrai.

Connétable de France, il sauva la vie de Philippe-Auguste à Gisors et participa à la quatrième croisade. Il se retira comme moine à l'abbaye de Longpont.

Il était le fils d'André de Montmirail et d'Hildiarde d'Oisy (†1177), vicomtesse de Meaux, Dame d'Oisy et de Crèvecoeur.

Il épousa Helvide de Dampierre et de Bourbon et eut pour descendants :

  • Guillaume, qui mourut avant son père et qui n’a laissé aucun souvenir,
  • Jean II de Montmirail, seigneur de Montmirail et d'Oisy,
  • Mathieu de Montmirail, seigneur de Montmirail et d'Oisy,
  • Élisabeth, religieuse,
  • Félicie, mariée à Hellin, seigneur de Wavrin et Sénéchal de Flandre,
  • Marie de Montmirail, mariée à Enguerrand III de Coucy,
  • Renaud de Montmirail, mort en croisade.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1893 1908 Ernest Delbet   Médecin
       
  juin 1995 Henri Forgeard UDF  
juin 1995 en cours Yves Jaunaux DVD Médecin
Conseiller général

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1990, La Ferté-Gaucher est jumelée avec la communauté de communes de Drapeau de l'Allemagne Bedburg-Hau dans l'arrondissement de Clèves (Kreis Kleve).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 557 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 924 1 783 1 895 1 860 1 930 2 114 2 109 2 195 2 097
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 132 2 547 2 251 2 203 2 128 2 287 2 349 2 136 2 189
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 244 2 228 2 294 1 936 2 049 2 090 2 112 2 176 2 019
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 585 3 258 3 821 3 871 3 924 4 150 4 057 4 557 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Plusieurs événements sont dénombrés dans la commune. La « fête du chien d'août » a lieu au mois d'août. L'étymologie du nom n'a pas de rapport direct avec les chiens, c'est une expression briarde pour dire « fête des moissons » ; traditionnellement, une fête et une foire se tenaient au centre du village. Lors du week-end de la mi-août briarde, se succèdent dans le centre-ville sur deux jours : repas de quartier, expositions et reconstitutions agricoles, feu d'artifice, présentations d'animaux, animations (records alimentaires), concert, stands de vie associative, dégustations de produits du terroir. La manifestation reçoit en moyenne 6 000 visiteurs, soit plus que la population résidente.

La brocante de La Ferté-Gaucher propose 80 stands en plein centre-ville ainsi que de multiples animations (fête foraine, balades en poney, défilé de majorettes, bonimenteurs). Elle a lieu tous les ans, le 4e dimanche du mois d'avril.

Il existe également dans la commune un certain nombre d'animations touristiques : le petit train touristique et le vélo-rail. Le vélo-rail est une activité unique en Ile-de-France (à une heure de Paris) au cœur de l’Espace Naturel Sensible Départemental. Ce site donne l’occasion à toute la famille de découvrir, de façon ludique, les richesses de la faune et de la flore locales ainsi que l’arrière-pays fertois. Les touristes peuvent pédaler dans un univers verdoyant sur une ancienne voie ferrée (celle qui reliait autrefois Paris à Sézanne) sur 6,5 km (13 km aller-retour). Un train touristique les achemine vers la gare de départ du Vélo-Rail situé sur la commune de Lescherolles parcourant ainsi près de 4 km à travers la campagne briarde. Une balade de 4 km permet également de découvrir tout au long de la « Coulée Verte » plusieurs points d’intérêts tels que la Commanderie de Coutran et le Verger conservatoire de Saint-Martin-des-Champs planté par des écoliers. En gare de départ, les touristes y découvrent des expositions thématiques sur la nature, la vie du rail ou le sport et profitent d’une vente de produits de terroir[4].

Sports[modifier | modifier le code]

Les sports incluent basket-ball (JSFG),handball,

course d'orientation (JSFG), cyclisme (JSFG), gymnastique - aquagym (JSFG), judo (JSFG), karaté (JSFG), pétanque (JSFG), randonnée pédestre (JSFG), tennis (JSFG), tennis de table (JSFG), viet-vo-dao (JSFG), yoga, football (EBE) et majorette.

Médias[modifier | modifier le code]

  • Le Pays Briard, bi-hebdomadaire du groupe Publi-Hebdos paraissant le mardi et le vendredi.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Ancienne église du prieuré Saint-Martin

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de l'ancienne église du prieuré Saint-Martin, XIIe siècle inscrite en 2004 au titre des monuments historiques[5]. L'édifice sert de grange depuis le XIXe siècle.
  • Église paroissiale Saint-Romain.
  • Halle aux Veaux du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fiche signalétique de La Ferté Gaucher », sur Atome 77 (consulté le 27 février 2012)
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. (fr) Vélo-rail du Haut-Morin. Consulté le 23 août 2010.
  5. « Notice no PA77000021 », base Mérimée, ministère français de la Culture