Othis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Othis
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Dammartin-en-Goële
Intercommunalité Communauté de communes Plaines et Monts de France
Maire
Mandat
Bernard Corneille
2014-2020
Code postal 77280
Code commune 77349
Démographie
Gentilé Othissois
Population
municipale
6 458 hab. (2011)
Densité 495 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 27″ N 2° 40′ 30″ E / 49.0740908, 2.674999249° 04′ 27″ Nord 2° 40′ 30″ Est / 49.0740908, 2.6749992  
Altitude Min. 94 m – Max. 155 m
Superficie 13,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Othis

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Othis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Othis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Othis
Liens
Site web othis.fr

Othis est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Othissois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à l'extrémité nord-ouest du département de Seine-et-Marne à 3,5 km au nord-ouest de Dammartin-en-Goële et à 49 km au nord-est de Paris.

Othis se situe entre la Plaine de France à l'ouest, couverte par d’immenses cultures, et le plateau du Valois présentant un paysage de plateau doucement vallonné.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Othis[1]
Mortefontaine (Oise) Ver-sur-Launette (Oise) Ève (Oise)
Moussy-le-Neuf Othis[1]
Moussy-le-Vieux Longperrier Dammartin-en-Goële

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Beaumarchais, Guincourt, Beaupré, la Jalaise, les Huants.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le CD 13 traverse le bourg principal et relie la commune vers le sud de Dammartin-en-Goële à la RN2 vers le Nord et à la RN 330 en direction de Senlis. Elle est à la fois proche de Roissy et de la forêt d’Ermenonville ; ce qui lui confère une position stratégique pour accueillir la population.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin « hostis », exploitation rurale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village relève à l’origine de l’évêque de Senlis qui en dote son chapitre. Le terroir a comporté de nombreux fiefs et possessions religieuses. Ancien monastère, le fief de Guincourt appartient en 1185 à Albéric de Guincourt. En 1205, les moines de Saint-Vincent de Senlis cèdent en échange le prieuré de Saint-Laurent à Guillaume Cluingnet, chevalier, seigneur de la « grande maison » fief d’Othis. Cette famille dont une fille, Aline, fut abbesse de Chelles (1311), se maintient jusqu’au XIVe siècle. Bien national, la seigneurie et ses fiefs sont adjugés au banquier Joseph Duruey qui meurt sur l’échafaud. Très longtemps vouée à la grande culture, pour ce qui est du territoire d’Othis, ou à l’arboriculture fruitière et à l’élevage, à Beaumarchais, la commune n’a guère connu d’évolution avant que ne s’améliorent les liaisons avec les gares de Saint-Mard, Paris et Senlis. Dans les années 1960, un remembrement foncier pourtant destiné à améliorer l’exploitation des terres provoque un important mouvement spéculatif favorisant une urbanisation pavillonnaire très rapide. La commune est actuellement composée de deux agglomérations, Othis et Beaumarchais.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[2].
Période Identité Étiquette Qualité
1929 1934 Louis Margotteau    
1934 1935 Roger Hilare    
1935 1937 Georges Coulon    
1938 1940 Victor Cotelle    
1940 1942 Florent Gatté   Adjoint au maire Cotelle ; assure l'intérim.
1943 1945 Victor Cotelle    
1945 1964 Mauricia Coquiot    
1964 1977 Charles Borelli    
mars 1977 mars 2008 Alain Romandel DVG Conseiller général du canton de Dammartin-en-Goële

(1982-1994)

mars 2008 en cours Bernard Corneille [3] PG puis DVG Conseiller général du canton de Dammartin-en-Goële depuis 2008

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 458 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
332 290 341 331 311 341 335 317 323
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
335 312 256 224 230 239 256 273 261
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
265 276 264 208 281 265 241 258 227
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
269 260 3 343 5 099 5 591 6 479 6 501 6 458 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (10,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (15,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,4 %, 15 à 29 ans = 19 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 10,5 %) ;
  • 51 % de femmes (0 à 14 ans = 22,4 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 26,1 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 10,9 %).
Pyramide des âges à Othis en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,2 
1,4 
75 à 89 ans
2,3 
9,1 
60 à 74 ans
8,4 
22,1 
45 à 59 ans
22,1 
23,0 
30 à 44 ans
26,1 
19,0 
15 à 29 ans
18,5 
25,4 
0 à 14 ans
22,4 
Pyramide des âges du département de la Seine-et-Marne en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
3,7 
75 à 89 ans
6,0 
9,9 
60 à 74 ans
10,2 
20,7 
45 à 59 ans
20,3 
22,4 
30 à 44 ans
22,4 
20,8 
15 à 29 ans
19,8 
22,2 
0 à 14 ans
20,5 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Tous commerces et grandes surfaces, services et artisanat.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de la Nativité de la Vierge, plus communément appelé église Notre-Dame, rue Gérard-de-Nerval (classée monument historique depuis 1875[8] ) : Sa construction a commencé vers la fin du XIVe siècle, encore sous l'influence de l'architecture médiévale. En témoigne surtout son gros clocher briard, muni de huit contreforts et couvert d'un toit en bâtière, perpendiculaire au toit de la nef. Il est aujourd'hui incliné vers le nord. Une tour d'escalier y est accolée. Au rez-de-chaussée, le clocher est intégré dans le bas-côté sud. À l'étage supérieur, il présente deux baies gémelles de chaque côté. La nef aveugle à deux bas-côtés ne comporte que trois travées en dehors du chœur à pans coupés : l'église est à peine plus longue que large. Grâce à sa façade d'apparat autour du portail, à l'ouest, l'église d'Othis illustre exemplairement le renouvellement des arts au XVIe siècle et la transition vers l'architecture Renaissance. Cette façade, attribuée au sculpteur Jean Goujon et construit entre 1555 et 1573, en est un chef-d'œuvre. Le portail, encadrée par deux colonnes et au fronton surmonté par des sculptures ; la rosace ; les cinq niches destinées à accueillir des statues de saints ; et les frises ornant ces éléments ainsi que les corniches et le contrefort de droite sont d'une finesse exceptionnelle. Le contrefort de gauche n'est curieusement pas sculpté. - Bien que terminée en 1573, l'église n'a été consacrée que le 9 mai 1599 par l'évêque de Senlis, Guillaume IV Rose. Son intérieur renferme plusieurs objets inscrits ou classés au titre des objets : cinq dalles funéraires[9] des XVIe et XVIIe siècles (dont deux de 1652 et 1584)[10]; un lutrin en fer forgé du XVIIIe siècle[11]; un autel en bois taillé peint de la même époque[12]; et un retable en bois[13]. - L'église a été restaurée de 1984 à 1988[14].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Othis dans la littérature[modifier | modifier le code]

Ils ont dit d'Othis :

« Othis : tableau gracieux et champêtre d’un troupeau de moutons paissant sur les bords d’un ruisselet bordé de saules avec profil sur la colline de Dammartin — Séjour d’abondance et de paix »

— Honoré de Balzac, Notes de voyage

« Nous n’avions plus qu’un bout de plaine à traverser pour gagner Othys. Le clocher du village pointait sur les coteaux bleuâtres qui vont de Montbéliant à Dammartin. La Thève bruissait de nouveau parmi les grès et les cailloux, s’amincissant au voisinage de sa source, où elle se repose dans les prés, formant un petit lac au milieu des glaïeuls et des iris. Bientôt nous gagnâmes les premières maisons. La tante de Sylvie habitait une petite chaumière bâtie en pierres de grès inégales que revêtaient des treillages de houblon et de vigne vierge : elle vivait seule de quelques carrés de terre que les gens du village cultivaient pour elle depuis la mort de son mari. »

— Gérard de Nerval, Sylvie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Corvisier, Dammartin-en-Goële et environs, Vol. I : Longperrier - Othis - Rouvres, Coll. Mémoire En Images, Éd. Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire 2001, (ISBN 2-84253-592-8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes d'Othis sur Géoportail.
  2. « Les maires d'Othis », sur Othis (site officiel) (consulté le 12 juillet 2011)
  3. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en 03/2014).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Othis en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 novembre 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population de la Seine-et-Marne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 novembre 2010)
  8. « Notice no PA00087185 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Dont celles de Louise Lerouet, dame d’Honneur de la Reine, décédée en 1587, et de David Le Roy, seigneur d’Othis, de Beaupré et de Guincourt, conseiller et secrétaire du Roi, décédé en 1642.
  10. « PM77001317 », base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « Notice no PM77001320 », base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « Notice no PM77001319 », base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « Notice no PM77001318 », base Palissy, ministère français de la Culture
  14. Cf. « L’Eglise Notre Dame : un monument historique », sur Othis (site officiel) (consulté le 12 juillet 2011).