Dagny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dagny
Vue générale.
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton La Ferté-Gaucher
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Coulommiers
Maire
Mandat
Bernard Delavaux
2014-2020
Code postal 77320
Code commune 77151
Démographie
Population
municipale
337 hab. (2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 00″ N 3° 10′ 00″ E / 48.7167015, 3.1666701 ()48° 43′ 00″ Nord 3° 10′ 00″ Est / 48.7167015, 3.1666701 ()  
Altitude Min. 112 m – Max. 159 m
Superficie 7,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dagny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dagny

Dagny (prononcé [a.ˈɲi ]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Les habitants n'ont pas de dénomination officielle, une consultation sera faite prochainement par la mairie[Quand ?]. Au dernier recensement de 2011, la commune comptait 337 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dagny est situé dans l'arrondissement de Provins et dans le canton de la Ferté-Gaucher en Seine-et-Marne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mentionné au XIIIe siècle, sous le nom de Daignis. Paroisse sous le patronage de saint Géroche, vivant au VIIe siècle, à la collation des évêques de Meaux. Du latin Dagnianum, la paroisse est placée sous le patronage de saint Géroche qui vécut au VIIe siècle. Saint Géroche, sans doute moine de Meaux, fut envoyé comme soutien spirituel de sainte Fare, fondatrice de l'abbaye de Faremoutiers, et des moniales. Il s'installe à Giremoutiers. Enterré à Faremoutiers, le transfert d'une partie des reliques est à l'origine de son culte de Dagny[1].

La légende veut que le saint ait placé un boulet (situé près de l'autel dans l'église) pour creuser un ruisseau reliant l'ancien étang du hameau de Moneuse à l'Aubetin, donnant ainsi naissance au ru de Saint-Géroche. Il aurait planté un bâton sur le chemin se trouvant à droite après la première maison en venant de Jouy-le-Chatel. Une épine noire aurait pris racines. Elle existe toujours à cet endroit où elle fleurit deux fois par an, dont une fois à Noël. Saint Géroche est fêté le 5 juillet[1].

Dans la ferme de l'Aubetin, au XVIIIe, Henri-Alexandre Tessier, agronome et docteur en médecine, croisa le premier les moutons de Brie avec les mérinos espagnols. Il s'ensuivit une amélioration sensible de la laine et une viande d'excellente qualité en boucherie. Le moulin de l'Aubetin qui n'existe plus était le seul moulin à huile de noix de cette vallée[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
septembre 2003 en cours Bernard Delavaux    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 337 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
174 209 195 194 217 247 233 270 247
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
267 276 284 281 265 292 272 269 237
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
260 253 244 200 242 231 209 196 201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
211 179 200 229 272 322 338 340 337
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
  • L'église du XIIe renferme : une vierge à l'enfant polychrome, un buste de saint Géroche, et un Christ en bois. Une croyance locale voulait qu’une jeune fille désirant se marier dans l'année invoque le nom de saint Géroche pour obtenir de meilleures chances de réussir son mariage. Elle mettait autour du cou du saint un ruban symbolisant l'attachement à son futur époux.
  • À la sortie du village, un monument aux morts en forme de lanterne fut édifié un peu après 1918 en hommage aux combattants.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Fiche signalétique de Dagny », sur Atome77 (consulté le 21 août 2012)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011