Gouaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouaix
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Arrondissement de Provins
(Provins)
Canton Canton de Bray-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes Bassée-Montois
Maire
Mandat
Jean-Paul Fenot
2014-2020
Code postal 77114
Code commune 77208
Démographie
Gentilé Gouaillons
Population
municipale
1 446 hab. (2011)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 11″ N 3° 17′ 34″ E / 48.4865, 3.292848° 29′ 11″ Nord 3° 17′ 34″ Est / 48.4865, 3.2928  
Altitude Min. 54 m – Max. 162 m
Superficie 14,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Gouaix

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Gouaix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gouaix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gouaix

Gouaix est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Gouaillons.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne de Flamboin-Gouaix à Montereau a été restaurée en 2011 pour le passage de trains de fret (granulats et éventuellement céréales), commence au hameau de Flamboin au sud de la commune.

La gare de Flamboin-Gouaix est ouverte le 10 avril 1848 par la Compagnie du chemin de fer de Montereau à Troyes. Elle sert de dépôt pour la ligne ferroviaire de Seine-et-Marne (Compagnie du Chemin de Fer de Montereau à Troyes)[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ancien nom « Goix »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 1995 André Gilbert Millard    
1995 2007 Maurice Delaire    
2007 2014 Josette Sammels    
Mars 2014 en cours Jean-Paul Fenot [3]   Médecin

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 446 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
944 906 969 982 1 064 1 000 975 972 973
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 018 1 037 1 057 1 002 1 005 1 000 961 913 926
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 005 1 032 1 020 874 894 965 878 820 814
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
759 1 020 1 077 1 205 1 085 1 393 1 438 1 428 1 452
2011 - - - - - - - -
1 446 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

  • gymnase
  • stade de foot
  • stade de rugby

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitation des carrières d'argile et des sablières.
  • Culture des céréales, de la betterave, et l'horticulture.
  • Élevage des ovins.
  • Fabrique de fromage fondu.
  • Usine d'engrais

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Flamboin : inscrit aux monuments historiques, le pavillon d'entrée de l'ancien château de Flamboin est composé d'une poterne d'entrée encadrée de deux tours carrées début XVIIe siècle. Le parc du château daterait du troisième quart du XVIe siècle. Les statues en pierre sont du XIXe siècle. Des souterrains auraient permis de rejoindre la grange aux dîmesProvins). Selon la légende, Henri IV y aurait passé une nuit avec Gabrielle d'Estrée.

L'église Saint-Savinien-et-Saint-Potentien du XIIIe siècle fut incendiée au cours des guerres de Religion et reconstruite aux XVIe siècle, XVIIe siècle et XVIIIe siècle. Cette église a trois nefs[réf. nécessaire], un retable d'autel du XVIIIe siècle encadré de deux statues de bois XVIIIe siècle, une chapelle latérale sud à voûte peinte XVIIe siècle, et des statues de bois XVIIIe siècle.

L'ancienne gare de Flamboin.

La scène des toilettes du film la La Guerre des boutons a été tournée dans la gare de Flamboin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]